Evénements du mois

Activités de nos membres






Je suis APLP parce que…

"C'est la paix et la justice pour tous que chacun d'entre nous souhaite et recherche. Contribuons à construire un monde meilleur, avec notre talent, quel qu'il soit !"
Camille Pelletier Antaya, membre du CA des APLP
"Parce que la paix est toujours à faire, en nous comme avec les autres, et que c’est par l’art que c’est le plus merveilleux de la promouvoir, de la défendre, de la fêter !"
domlebo, auteur-compositeur-interprète
"La paix est sacrée. C’est pour ça qu’on dit : Sacré-moi la paix !"
Yvon Deschamps, humoriste retraité
"Les mots de Louise Warren sur le dessaisissement et sur l’intensité préalable à la création me conduisent à Mozart et à Beethoven, à ma fille et à mon fils : je leur souhaite la paix… et travaille tous les jours à ce que ce vœu se réalise !"
Pierre Jasmin, pianiste, membre de l'exécutif de Pugwash Canada
"ChacunE, quel que soit son milieu d’appar-tenance et ses talents, peut et doit apporter sa petite pierre à la construction de la Paix (qui est tellement plus que l’absence de guerre ou de conflit armé)."
Dominique Boisvert, écrivain d'essais
"La paix est loin d’être acquise. Avec l’explosion de l’industrie militaire dans le monde, on aura besoin de nos mots, notre musique, nos films, de notre art pour faire contrepoids. La culture est arme de construction massive."
Guylaine Maroist, cinéaste documentaire

ADISQ : « Te dire que tu peux changer… »

lenoir_adisq

Hubert Lenoir, photo Le Devoir

Au quarantième anniversaire de l’ADISQ, entre la chanson incontournable de l’année, tant par ses paroles inspirantes que par sa rendition originale et éclatée par un Hubert Lenoir trans-figuré, Je suis venu te dire que tu peux changer, et celle de Serge Fiori, on a mis quelqu’un au monde, il faudrait peut-être l’écouter, s’est tissée une riche et mystérieuse correspondance plus qu’artistique, une véritable résonance humaine.

Une irrésistible vague d’énergie a charrié la soirée, avec des applaudissements incontrôlés pour Serge Fiori, ému aux larmes devant plus qu’un hommage, une recréation symphonique de son œuvre (et celle de Neil Chotem, Serge Locat, Monique Fauteux, Libert Subirana et j’en oublie, co-créateurs d’Harmonium). Une incroyable réussite de Simon Leclerc et de l’Orchestre Symphonique de Montréal, avec participation sur vidéo des Michel Rivard, Paul Piché, Richard Séguin (ce dernier salué par l’animateur séduit par la spontanéité vitale de son tchéâ ! dans Journée d’Amérique) et même une Céline Dion étonnamment sobre dans sa juste prestation, et sur scène les Ariane Moffat, Marie-Pier Arthur et Catherine Major.

harmonium_2018

Certains des membres d’Harmonium lors du Gala 2018. Source Radio-Canada

harmonium_74NDLR Harmonium fut formé à l’origine de Serge Fiori, Michel Normandeau et Louis Valois, rejoints par la suite par Serge Locat, Pierre Daigneault, Denis Farmer, Monique Fauteux, Robert Stanley, Libert Subirana, Neil Chotem et une vingtaine de musiciens de l’OSM. On note aussi la présence de Pierre Bertrand, Estelle Sainte-Croix et Richard Séguin comme choristes sur l’Heptade, ainsi que les collaborations de Réjean Émond, Alan Penfold et Marie Bernard au fil des différents albums.

Soulignons qu’on peut entendre la vice-présidente des APLP, Judi Richards, dans les envolées vocales improvisées de la pièce Histoire sans paroles à la fin de l’album Si on avait besoin d’une cinquième saison (prestation qui demeure à ce jour gravée dans la mémoire auditive du ministre fédéral du Patrimoine, de son propre aveu). Judi Richards devenait la première femme à collaborer au phénoméne créatif d’Harmonium, pour ensuite être la récipiendaire, avec ses complices du groupe Toulouse, du tout premier Félix jamais décerné dans l’histoire de l’ADISQ en 1979.

 

Quelle soirée réussie et bien suivie par le public, remarquable pour son ouverture sur les jeunes qui font évoluer notre société sans hélas obtenir de reconnaissance suffisante. Eh bien, le 28 octobre 2018, c’était leur soirée : dans la vingtaine, les Patrice Michaud et Klô Pelgag, nommés interprètes de l’année, Philippe Brach dont le travail musical et scénique fut récompensé par cinq trophées, l’inclassable Lydia Képinski, Roxanne Bruneau à la voix vulnérable que ma fille de 19 ans adore, ainsi que des trentenaires comme Andréanne A. Malette (tout juste 30 ans !), Émile Proulx-Cloutier, Debbie Lynch-White, Yann Perreau qui avec Émile Bilodeau, a intelligemment interpellé le premier ministre Trudeau présent dans la salle sur son absurde pipeline toxique pour la planète, acheté à cinq milliards de $, et enfin Benoît Pinette, la voix poétique de l’extraordinaire Tire le coyote, dont on aurait goûté une présence prolongée : on s’étonne de le voir si peu mentionné ni récompensé.

Autrement, la générosité du milieu des artistes était palpable, avec la rayonnante Judi Richards [1] ouvrant le show avec le rappel du premier Félix historique accordé (avec Toulouse en 1979 !), suivie plus tard de son Yvon Deschamps applaudi comme une star, entouré par Guy A. Lepage et par Louis-José Houde. Ce dernier, brillant comme à son habitude, a rappelé en particulier que son prénom composé faisait très 2018, metoo# et transgenre. Cette remarque a fait rire, peut-être un peu jaune, vu le manque de récompenses accordées aux talents féminins dans la soirée, une ombre au tableau de l’ADISQ 2018.

Mais bref, ne boudons pas notre plaisir, quelle émotion de voir tous ces jeunes lauréats que les nouvelles technologies affament, en leur versant des redevances infimes et en les privant de revenus de CD, rivaliser malgré tout de générosité : les deux frères ont appelé à ouvrir une catégorie « musicien de l’année » parce qu’on néglige trop, selon eux, le métier d’accompagnateur, renchéris par Pierre Lapointe, rempli de gratitude pour la collaboration du milieu européen dans la création de la science du cœur et par un Philippe Brach soulignant l’accueil chaleureux et compétent, dans l’ombre, des techniciens de scène dans toutes les boîtes où sa tournée s’est déroulée au Québec. Que la nouvelle ministre de la Culture caquiste, Nathalie Roy (et non Claire Samson !?!), prenne note !


[1] Dimanche le 25 novembre 2018, à 15h, au Lion d’Or, sur les thèmes du partage, de la fraternité, de l’amour et de la famille, Judi Richards et ses filles raconteront les anecdotes de leurs Noëls et chanteront un message d’espoir et de solidarité. Mettant l’emphase sur l’évolution des traditions et valeurs du temps des fêtes, le tout sera saupoudré, comme la belle neige, d’un mélange de chansons québécoises et américaines… et ce, avec Monique Fauteux au piano.

Aucun commentaire jusqu'à présent.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*

code

Le Manifeste pour la Paix


Nos actions récentes

10 novembre : Grande Marche - La planète s'invite au Parlement.
23 septembre : Lancement du Manifeste pour la Paix à Victoriaville.
22 septembre : Lancement du Manifeste pour la Paix à Mont Saint-Hilaire.
21 septembre : Lancement du Manifeste pour la Paix à Montréal.
5 août : Cérémonie commémorative d'Hiroshima à Montréal.
14 juillet : Manifestation pour la Paix, Avignon, France.
23 avril : Cérémonie de remise des Prix APLP 2018.
20 avril : Participation à la journée de dialogue sur le contrôle des armements à Ottawa.

Voir toutes nos lettres aux élus »

Remontez dans le temps »

Recherche par sujets