Evénements du mois

Activités de nos membres





Je suis APLP parce que…

"C'est la paix et la justice pour tous que chacun d'entre nous souhaite et recherche. Contribuons à construire un monde meilleur, avec notre talent, quel qu'il soit !"
Camille Pelletier Antaya, membre du CA des APLP
"Parce que la paix est toujours à faire, en nous comme avec les autres, et que c’est par l’art que c’est le plus merveilleux de la promouvoir, de la défendre, de la fêter !"
domlebo, auteur-compositeur-interprète
"La paix est sacrée. C’est pour ça qu’on dit : Sacré-moi la paix !"
Yvon Deschamps, humoriste retraité
"Les mots de Louise Warren sur le dessaisissement et sur l’intensité préalable à la création me conduisent à Mozart et à Beethoven, à ma fille et à mon fils : je leur souhaite la paix… et travaille tous les jours à ce que ce vœu se réalise !"
Pierre Jasmin, pianiste, membre de l'exécutif de Pugwash Canada
"ChacunE, quel que soit son milieu d’appar-tenance et ses talents, peut et doit apporter sa petite pierre à la construction de la Paix (qui est tellement plus que l’absence de guerre ou de conflit armé)."
Dominique Boisvert, écrivain d'essais
"La paix est loin d’être acquise. Avec l’explosion de l’industrie militaire dans le monde, on aura besoin de nos mots, notre musique, nos films, de notre art pour faire contrepoids. La culture est arme de construction massive."
Guylaine Maroist, cinéaste documentaire

Les quatre cavaliers de l’Apocalypse

 

Apocalypse_onf

André Bélisle (AQLPA) me rappelle que c’était Lise Payette qui animait Les quatre cavaliers de l’Apocalypse, un film avant-gardiste par ses témoignages sur la dégradation de l’environnement (René Dumont, Dr Albert Nantel, Claude Béland, Harvey Mead et des savants suédois).

Ce documentaire qu’on peut voir en ligne (onf.ca), réalisé par Jean-François Mercier en 1991 au Québec pour l’Office National du Film, dénonce quatre principales menaces pour l’environnement :

les déchets domestiques, une plaie mondiale, en illustrant l’avant-gardisme de Victoriaville qui la première instaure la collecte de recyclage mais aussi la honte de la carrière Miron à Montréal (qui sera transfigurée des années plus tard avec la TOHU);

les déchets toxiques, que dénoncent le docteur Albert Nantel et Claude Béland, alors à la tête des Caisses populaires Desjardins : 30 000 produits chimiques d’utilisation courante, les organochlorés et la dioxyne de l’industrie papetière, la catastrophe des pneus qui brûlent à St Basile et à St-Amable avec le trop petit nombre d’inspecteurs à l’Environnement (moins de 1% des budgets provincial ET fédéral); la pollution extrême des mines à Rouyn-Noranda et la vision de Guy Chartrand et Lise Roy qui avec le grand écologiste René Dumont, qui a une maison à Windsor, dénoncent la pollution carbonique en vantant le financement des transports en commun;

la contamination des cours d’eau, à laquelle s’attaque un nouveau budget de 4 milliards de $ (50% des Québécois boivent alors de l’eau embouteillée, souvent importée). Le film rappelle ici comme en d’autres points les succès de la Suède et même de la Tamise à Londres (en dépit de Margaret Thatcher qui voulait tout privatiser);

et la destruction des ressources. Huit ans avant l’erreur boréale du grand Richard Desjardins, le film retrace une Québécoise docteure en génie forestier en Suède, France Goulet, qui montre la gestion écologique des forêts suédoises assurant leur rendement optimal. Le mot de la fin est accordé à Harvey Mead, auteur de la préface du célèbre rapport Brundtland traduit par des Québécois en français : on s’est développés au détriment des pays pauvres et des générations futures qui nous haïssent à bon droit. Sauvons donc le Québec et la planète !

Aucun commentaire jusqu'à présent.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*

code

Le Manifeste pour la Paix


Nos actions récentes

23 avril : Cérémonie de remise des Prix APLP 2018.
20 avril : Participation à la journée de dialogue sur le contrôle des armements à Ottawa.
12 novembre : Manifestation contre la haine et le racisme à Montréal.
14 octobre : Manifestation contre l'OTAN à Montréal.
26 septembre : Récital-conférence de Pierre Jasmin.
5 août : Vigile commemorative pour Hiroshima au Jardin botanique de Montréal.
17 juin : Manifestation contre les armes nucléaires, Montréal.
17 juin : Rassemblement de soutien aux réfugiés, Montréal.
27 mai : Marche pour l’humanité et la prévention des génocides, Montréal.
13 mai : Les APLP participent à la fondation du Rassemblement Québécois pour la Paix.
13 mai : Allocution de Pierre Jasmin lors de l'événement Cuisine ta ville.
9 avril : Présence à la manifestation pour la paix en Syrie à Montréal.
21 janvier : Manifestation au rassemblement pour les droits des femmes à la Place des Arts.

Voir toutes nos lettres aux élus »

Remontez dans le temps »

Recherche par sujets