Evénements du mois

Activités de nos membres





Je suis APLP parce que…

"C'est la paix et la justice pour tous que chacun d'entre nous souhaite et recherche. Contribuons à construire un monde meilleur, avec notre talent, quel qu'il soit !"
Camille Pelletier Antaya, membre du CA des APLP
"Parce que la paix est toujours à faire, en nous comme avec les autres, et que c’est par l’art que c’est le plus merveilleux de la promouvoir, de la défendre, de la fêter !"
domlebo, auteur-compositeur-interprète
"La paix est sacrée. C’est pour ça qu’on dit : Sacré-moi la paix !"
Yvon Deschamps, humoriste retraité
"Les mots de Louise Warren sur le dessaisissement et sur l’intensité préalable à la création me conduisent à Mozart et à Beethoven, à ma fille et à mon fils : je leur souhaite la paix… et travaille tous les jours à ce que ce vœu se réalise !"
Pierre Jasmin, pianiste, membre de l'exécutif de Pugwash Canada
"ChacunE, quel que soit son milieu d’appar-tenance et ses talents, peut et doit apporter sa petite pierre à la construction de la Paix (qui est tellement plus que l’absence de guerre ou de conflit armé)."
Dominique Boisvert, écrivain d'essais
"La paix est loin d’être acquise. Avec l’explosion de l’industrie militaire dans le monde, on aura besoin de nos mots, notre musique, nos films, de notre art pour faire contrepoids. La culture est arme de construction massive."
Guylaine Maroist, cinéaste documentaire

Une cérémonie émouvante et nécessaire

Photo Canadian Press – HuffPost Québec Cérémonie du 6 décembre 2017

Fleur blanche à la main, on a manifesté mercredi le 6 décembre, aux côtés de la militante de toujours, Heidi Rathjen qui, avec le collectif Polysesouvient, a entraîné d’innombrables fois les Artistes pour la Paix à sa suite dans sa quête d’une loi sur le contrôle des armes à feu, depuis les discours au Sénat de notre président d’honneur Jean-Louis Roux jusqu’aux actions du sculpteur Alex Magrini, APLP1994 et de Marie-Claire Séguin, APLP 1995 avec le collectif le silence des armes.

L’opiniâtreté des graduées de Polytechnique de cette fatale année 1989, qui avait vu quatorze de leurs consoeurs tomber sous les balles d’un fanatique antiféministe, a triomphé le 7 décembre 2017, quand le gouvernement du Québec a annoncé la mise en œuvre de la trop longtemps retardée loi pour l’enregistrement des armes d’épaule pour le 29 janvier, date-anniversaire du massacre de la mosquée de Québec !

Malgré le petit nombre (à peine plus d’une centaine, mais il faut dire qu’il y avait eu deux autres cérémonies pendant la journée) de manifestants rassemblés frileusement au Chalet du Mont-Royal, la présence rayonnante des Valérie Plante, nouvelle mairesse de Montréal, de la ministre Dominique Anglade et de Sophie Grégoire Trudeau a donné une aura à la commémoration, illuminée par l’émouvante œuvre de Moment Factory en mémoire des quatorze victimes. Quel moment féérique lorsque la neige s’est mise à tomber, légère, pendant la minute de silence! On en a tous été saisis, n’est-ce pas Sylva Balassanian?

Mais la bêtise des opposants pro-armes Guy Morin et certains trolls de Tous contre un registre des armes à feu (lire autre article sur notre site où on consultera « leur édifiante » littérature très goûtée par les groupes d’extrême-droite et leurs supporters sur les réseaux sociaux)  a sans doute contribué au succès de notre entreprise de contrôle des armes à feu, vu que leur provocante manif d’abord programmée devant la stèle commémorative puis dans une cabane à sucre devant une soixantaine de militants (abondamment télévisée alors que notre soirée antinucléaire du 26 septembre avec 130 spectateurs avait été ignorée par tous les médias) a été dénoncée à bon droit par toute la classe politique québécoise unanime et même par Richard Martineau [1].

Et en antidote, on trouvera dans l’Aut’journal un article [2] avec nos arguments pour contrer la haine et le racisme, y compris ce qui se passe au Honduras au mépris des droits démocratiques sans que nos médias ne s’en émeuvent. François Charbonneau et Patrick Moreau de la revue Arguments écrivent justement :

 « Comme jadis les paroissiens acquiesçaient aux paroles prononcées en prêche par un unanime « amen », nous cliquons sur  « j’aime » à l’unisson ». Le débat ne se porte pas bien ; c’est un constat que l’on fait communément aujourd’hui. La faute en incombe :

– aux réseaux sociaux et à Internet, qui enferment chacun dans des communautés affinitaires, fractionnant l’opinion publique en autant de tribus adossées à des convictions d’autant plus inébranlables qu’elles n’ont guère l’occasion d’être remises en question

On lira la suite de leurs brillants constats dans l’article. On attend vos commentaires sur notre site.

Bref, on s’étonnera peu de voir une autre belle et émouvante cérémonie, celle du Prix Nobel de la Paix mettant en vedette Setsuko Thurlow à Oslo le 10 décembre censurée par les médias: le Devoir et the Gazette n’ont RIEN écrit sur le sujet, ni samedi ni lundi, tandis que LA Presse ne publiait lundi qu’une photo de John Legend chantant pendant la cérémonie. Le Journal de Montréal a publié un article avec les photos de Beatrice Fihn (ICANW.org) et de notre amie Setsuko Thurlow (sans toutefois mentionner sa nationalité canadienne) qui ont fait deux discours extraordinaires devant le roi et la reine de Norvège et devant l’ambassadrice du Costa-Rica: nous vous avons déjà présenté Elayne Whyte Gomes, qui a rassemblé 122 pays derrière un Traité d’Abolition des Armes Nucléaires à l’ONU. L’ONU est maintenant objet de censure au Canada [3], alors que la cérémonie du prix Nobel suivie de marches au flambeau dans les rues d’Oslo serait si inspirante pour notre jeunesse: https://www.nobelprize.org/nobel_prizes/peace/laureates/2017/ican-lecture_en.html

 


[1] www.journaldemontreal.com/2017/11/29/aveugles-par-la-cause

[2] http://lautjournal.info/20171208/debattre-sans-haine-ni-racisme

[3] http://lautjournal.info/20171208/les-bunkers-de-la-guerre-froide-de-trudeau

Aucun commentaire jusqu'à présent.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*

code

Le Manifeste pour la Paix


Nos actions récentes

23 avril : Cérémonie de remise des Prix APLP 2018.
20 avril : Participation à la journée de dialogue sur le contrôle des armements à Ottawa.
12 novembre : Manifestation contre la haine et le racisme à Montréal.
14 octobre : Manifestation contre l'OTAN à Montréal.
26 septembre : Récital-conférence de Pierre Jasmin.
5 août : Vigile commemorative pour Hiroshima au Jardin botanique de Montréal.
17 juin : Manifestation contre les armes nucléaires, Montréal.
17 juin : Rassemblement de soutien aux réfugiés, Montréal.
27 mai : Marche pour l’humanité et la prévention des génocides, Montréal.
13 mai : Les APLP participent à la fondation du Rassemblement Québécois pour la Paix.
13 mai : Allocution de Pierre Jasmin lors de l'événement Cuisine ta ville.
9 avril : Présence à la manifestation pour la paix en Syrie à Montréal.
21 janvier : Manifestation au rassemblement pour les droits des femmes à la Place des Arts.

Voir toutes nos lettres aux élus »

Remontez dans le temps »

Recherche par sujets