Evénements du mois

Activités de nos membres







Je suis APLP parce que…

"En cette époque de repli sur soi, de violence et de conflits incessants, plutôt que de publier mes états d’âmes sur les réseaux sociaux et de me cantonner dans un rôle de spectateur impuissant, je choisis de militer au sein d’Artistes pour la Paix, un regroupement qui me semble plus pertinent et nécessaire que jamais."
Sébastien Dhavernas, comédien, metteur en scène et producteur, vice-président des APLP
"C'est la paix et la justice pour tous que chacun d'entre nous souhaite et recherche. Contribuons à construire un monde meilleur, avec notre talent, quel qu'il soit !"
Camille Pelletier Antaya, membre du CA des APLP
"Parce que la paix est toujours à faire, en nous comme avec les autres, et que c’est par l’art que c’est le plus merveilleux de la promouvoir, de la défendre, de la fêter !"
domlebo, auteur-compositeur-interprète, président des APLP
"La paix est sacrée. C’est pour ça qu’on dit : Sacré-moi la paix !"
Yvon Deschamps, humoriste retraité
"Les mots de Louise Warren sur le dessaisissement et sur l’intensité préalable à la création me conduisent à Mozart et à Beethoven, à ma fille et à mon fils : je leur souhaite la paix… et travaille tous les jours à ce que ce vœu se réalise !"
Pierre Jasmin, pianiste, v-p. des Artistes pour la Paix et membre de l'exécutif de Pugwash Canada
"ChacunE, quel que soit son milieu d’appar-tenance et ses talents, peut et doit apporter sa petite pierre à la construction de la Paix (qui est tellement plus que l’absence de guerre ou de conflit armé)."
Dominique Boisvert, écrivain d'essais
"La paix est loin d’être acquise. Avec l’explosion de l’industrie militaire dans le monde, on aura besoin de nos mots, notre musique, nos films, de notre art pour faire contrepoids. La culture est arme de construction massive."
Guylaine Maroist, cinéaste documentaire

Opération Droits blindés : jugement et appel?

NDLR : Les Artistes pour la Paix suivent le dossier de la vente de blindés légers depuis le début. Voici un suivi des derniers événements dont la récente décision de la Cour fédérale, sous la forme de ce texte diffusé par Daniel Turp, qui pilote la contestation de la vente en Cour.

 

Un appel possible du jugement dans l’affaire sur l’exportation de véhicules blindés légers en Arabie saoudite ?

Dans un délai plus rapide que l’équipe de l’Opération Droits blindés l’avait anticipé, la juge Danièle Tremblay-Lamer a rendu le 24 janvier 2017, au nom de la Cour fédérale du Canada, son jugement dans l’affaire Turp c. Ministre des Affaires étrangères du Canada dont vous pourrez consulter le texte intégral de 29 pages (cliquez ici). La demande de contrôle judiciaire présentée le 21 mars a été rejetée sans dépens pour des motifs énoncés dans une analyse l’amenant à conclure que le ministre des Affaires étrangères n’avait pas commis une erreur susceptible de contrôle judiciaire en octroyant des licences d’exportation pour des VBL vers l’Arabie saoudite. L’un des motifs fondant cette conclusion est formulé au paragraphe 45 du jugement qui se lit comme suit:

[45] L’appréciation du risque raisonnable que le matériel soit utilisé contre la population civile appartient au Ministre, dont l’expertise en ces matières a été reconnue par les tribunaux (Lake c. Canada [Ministre de la Justice], 2008 CSC 23, para 37 [Lake]). Le fait qu’il n’y ait eu aucun incident impliquant des VBL dans la violation des droits de l’homme en Arabie saoudite depuis le début de la relation commerciale entre ce pays et le Canada dans les années 1990 est un élément de preuve significatif de cette évaluation. Pour qu’il existe un risque raisonnable, il doit au minimum y avoir quelque lien entre les violations des droits de l’homme dont on accuse l’Arabie saoudite et l’usage des biens exportés.

La juge Tremblay-Lamer procède également à une analyse portant sur les obligations internationales du Canada et la prétention selon laquelle la décision du Ministre enfreignait l’article premier des Conventions de Genève du 12 août 1949 et la Loi sur les Conventions de Genève adoptée par le Parlement du Canada aux fins de la mise en œuvre de ces conventions. Sur cette question, la juge est d’avis que :

[73] Comme le Canada n’est pas impliqué dans le conflit au Yémen et que ce dernier constitue un conflit armé non international, à mon avis l’article premier ne trouve pas application. Étendre la portée de l’article premier aux États qui ne sont pas partis à un conflit armé empêcherait l’exportation d’équipements militaires sans qu’il existe la preuve d’un risque substantiel que de tels équipements soient utilisés pour commettre une violation du droit international humanitaire. En l’espèce, l’historique d’exportations des VBL en Arabie saoudite ne supporte pas une telle conclusion.

Les membres de l’équipe de l’Opération Droits blindés ont procédé à l’examen de l’analyse du jugement lors d’une rencontre le 26 janvier dernier et ont évalué l’opportunité de porter ce jugement devant la Cour fédérale d’Appel. Une décision sera prise cette semaine à ce sujet après une consultation de Me André Lespérance et Me Anne-Julie Asselin qui ont plaidé l’affaire en Cour fédérale et qui ont généreusement accepté d’agir pro bono dans ce dossier.

Le jugement a suscité l’attention des médias québécois et canadiens, comme on en fait notamment foi l’article publié dans Le Devoir du 25 janvier 2017 sous la plume d’Hélène Buzetti et le titre « Ottawa avait le droit d’autoriser la vente de blindés à Riyad » ainsi que celui de Steven Chase intitulé « Federal Cours rejects suit to block Liberal’s Saudi arms Deal » paru dans le Globe and Mail du même jour. Une revue de presse que nous avons reçue révèle que la nouvelle a fait le tour du monde.

Un appel de cette décision est donc possible et je vous informerai de la suite des choses… dans mon mot de lundi prochain.

1 Commentaire

  1. 5 février 2017    

    Cette affaire engage le Canada dans une spirale militariste. Si la vente d’armes à un pays aussi répressif que l’Arabie saoudite n’est pas précisément restreinte par la lettre de la loi, l’esprit de celle-ci reste trahi. Que fait le Canada sur cette voie guerrière, sinon manifester sa duplicité? Il ne saurait en effet prétendre défendre la paix et les droits de l’homme tout en profitant de ventes d’armes qui finissent toujours par tuer des gens avec lesquels il n’est pas en guerre. Ce serait plus simple et surtout plus juste de convertir ce type d’industries vers une production moins destructrice.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*

code

Nos actions récentes

17 juin : Manifestation contre les armes nucléaires, Montréal.
17 juin : Rassemblement de soutien aux réfugiés, Montréal.
27 mai : Marche pour l’humanité et la prévention des génocides, Montréal.
13 mai : Les APLP participent à la fondation du Rassemblement Québécois pour la Paix.
13 mai : Allocution de Pierre Jasmin lors de l'événement Cuisine ta ville.
9 avril : Présence à la manifestation pour la paix en Syrie à Montréal.
21 janvier : Manifestation au rassemblement pour les droits des femmes à la Place des Arts.
21 décembre : Lettre au premier ministre Trudeau sur le vote à l'ONU et le désarmement.
26 novembre : Lettre au premier ministre Couillard pour une enquête systémique sur les pratiques policières.
26 novembre : Déclaration de paix au premier ministre Trudeau avec démission suggérée de son ministre de la Défense.
26 novembre : Lettre au ministre Dion sur l'OTAN, le TCA et les armes nucléaires.
11 novembre : Manifestation avec la coalition Échec à la guerre, Montréal.
2 novembre : Lettre collective au ministre Dion, avec le Réseau canadien pour l'abolition de l'arme nucléaire.

Voir toutes nos lettres aux élus »

Remontez dans le temps »

Recherche par sujets