Evénements du mois

Activités de nos membres









Je suis APLP parce que…

"Je suis artiste pour la paix parce que quand je me monte sur scene, j'ai l'impression de faire la paix avec mon âme et celle du public. Je me retrouve là, en lieu sûr, pour explorer les forces et les failles de nos coeurs, sans danger, sans jugement ni discrimination pour célébrer la beauté de l'humanité. Et si la vie était toujours ainsi ?"
Paule Tremblay, autrice-compositrice-interprete
"C'est la paix et la justice pour tous que chacun d'entre nous souhaite et recherche. Contribuons à construire un monde meilleur, avec notre talent, quel qu'il soit !"
Camille Pelletier Antaya, membre des APLP
"Parce que la paix est toujours à faire, en nous comme avec les autres, et que c’est par l’art que c’est le plus merveilleux de la promouvoir, de la défendre, de la fêter !"
domlebo, auteur-compositeur-interprète
"Les mots de Louise Warren sur le dessaisissement et sur l’intensité préalable à la création me conduisent à Mozart et à Beethoven, à ma fille et à mon fils : je leur souhaite la paix… et travaille tous les jours à ce que ce vœu se réalise !"
Pierre Jasmin, pianiste, membre de l'exécutif de Pugwash Canada
"La paix est loin d’être acquise. Avec l’explosion de l’industrie militaire dans le monde, on aura besoin de nos mots, notre musique, nos films, de notre art pour faire contrepoids. La culture est arme de construction massive."
Guylaine Maroist, cinéaste documentaire
"Je suis artiste pour la paix... Sans la paix, pas d'avenir pour la planète. Contribuer à bâtir une culture de la paix me semble un devoir."
André Jacob, auteur et artiste-peintre, APLP honoraire
"Je suis artiste pour la paix parce que la paix justifie l'espoir ."
Denis Carrier, auteur

Lueur pacifiste au Congrès américain ?

sanders et senateurs

Sanders, Murphy & Lee.

NDLR : l’auteur rappelle que la notion de pacifisme est très relative au Sénat U.S., et que les États-Unis seront toujours les États-Unis. Inutile, donc, de s’emballer. La nouvelle est cependant digne d’intérêt.

Oui, au pays des budgets militaires chiffrés en billions, une lueur d’espoir a scintillé au Sénat des États-Unis cette semaine. Un trio de sénateurs a déposé un projet de loi visant à augmenter le poids du Congrès en matière de sécurité nationale, pour en fait diminuer les pouvoirs du président de déclencher des guerres et de conclure des ventes d’armes. Le projet de loi contient aussi une clause « crépuscule » pour éventuellement limiter dans le temps les actions entreprises sous un régime d’urgence, comme celles de 2001 en Afghanistan.

Les sénateurs Bernie Sanders (indépendant du Vermont), Chris Murphy (Démocrate du Connecticut) et Mike Lee (Républicain de l’Utah) sont les auteurs du projet de loi intitulé National Security Powers Act.

Sous cette loi, les budgets des opérations militaires non-approuvées par le Congrès seraient coupés. De plus, toute opération non-approuvée devrait cesser après 20 jours, au lieu des 60 jours actuels. La clause « crépuscule » toucherait toutes les opérations entreprises depuis 2001 sous les pouvoirs d’urgence accordés au président, forçant leur fermeture dans les 180 jours.

Au sujet des ventes d’armes : en ce moment, les ventes à l’étranger sont pré-approuvées automatiquement par le Congrès, et celui-ci doit voter en majorité, dans les deux Chambres, contre une vente en particulier s’il veut l’annuler, et ce dans les 30 jours. Une procédure complexe, qui ne s’est jamais produite, on s’en doute. Le projet de loi renverserait ce procédé, forçant le Congrès à approuver chaque vente, sauf celles à des alliés pré-définis – oui, il y aura des loopholes, mais on s’y attendait.

Le but avoué de cette loi est de limiter les pouvoirs guerriers du président, surtout celui d’envahir un pays en prétextant une urgence de sécurité nationale. Bernie Sanders a déclaré : « il est plus que temps de rétablir l’équilibre entre la Maison-Blanche et le Congrès en matière de sécurité nationale ». Un projet similaire sera présenté à la Chambre des Représentants la semaine prochaine par le député Démocrate James McGovern, qui a déclaré : «nous voulons mettre un terme à ces guerres sans fin, mettre en examen les pouvoirs trop larges de l’exécutif, et bâtir un monde plus sûr et en paix » .

Difficile de prévoir si ce projet deviendra loi, car le président pourrait y opposer son veto – mais son image de conciliateur en prendrait un coup. Le Sénat est à moitié composé de Républicains, qui ne sont pas tous des war hawks – mais tous les Démocrates ne sont pas non plus des pacifistes. Après tout, un sénateur républicain est co-auteur du projet de loi. Quant à la Chambre, les Représentants suivront les intérêts de la circonscription qu’ils/elles représentent. La ville de Corpus Christi au Texas, où le tiers de la population travaille pour Raytheon et d’autres fabricants d’armes, exigera de son député qu’il/elle vote contre le projet de loi. Mais la population de Seattle ou Portland demandera l’inverse.

On s’entend pour dire que le président actuel est plus stable que le précédent, et ne risque pas d’envahir la Corée du Nord sur un coup de tête. Mais il ne faut pas oublier que Biden n’en est pas à son premier conflit – voir le cas Libyen. Rien ne l’empêcherait, par exemple, d’envoyer les Marines occuper Haïti sous prétexte d’empêcher une insurreection communiste. Sous cette loi, il ne pourrait disposer que de 20 jours avant de devoir rendre des comptes, ou risquer la destitution.

Un débat à suivre dans les prochains mois.

Aucun commentaire jusqu'à présent.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*

code

Les APLP suggèrent…

Voici deux organisations humanitaires qui sont actives en Ukraine et dans les pays où les Ukrainiens se réfugient, sans être contrôlées ni par le gouvernement ukrainien ni bien sûr par la Russie.
Note : ces liens mènent directement aux sites web des organismes. Les dons ne transitent pas par les APLP.

Nos actions récentes

17 septembre 2022 : Nettoyage du parc Lucia-Kowaluk pour le Journée internationale du nettoyage de la Terre.
28 juin 2022 : Lettre à la ministre des Affaires étrangères.
28 juin 2022 : Manifestation avec le Mouvement québécois pour la paix
8 mai 2022 : Manifestation Les mères au front à Québec..
5 avril 2022 : Les APLP endossent la lettre du Canada Peace Network contre les dépenses militaires.
27 mars 2022 : Lettre à l'ambassadeur des États-Unis à Ottawa.
26 mars 2022 : Manifestation avec Échec à la guerre contre la guerre en Ukraine et au Yémen.
23 mars 2022 : Lettre à l'ambassadeur de Russie à Ottawa.
23 février 2022 : Lettre à la ministre Joly sur l'Ukraine.
15 février 2022 : 33e cérémonie des Prix APLP.
21 décembre 2021 : Nos souhaits de paix 2022, lettre aux ministres fédéraux.
13 décembre 2021 : Lettre au premier ministre sur l'exportation d'armes vers l'Arabie Saoudite.
21 novembre 2021 : Deuxième lettre au ministre Miller.
27-28-29 octobre 2021 : Lettres aux nouveaux ministres fédéraux Joly, Guilbeault, Anand et Miller.
19 février 2021 : Lettre ouverte au PM concernant Haïti.

Voir toutes nos lettres aux élus »

Remontez dans le temps »

Recherche par sujets