Evénements du mois

Activités de nos membres











Je suis APLP parce que…

"Je suis artiste pour la paix parce que quand je me monte sur scene, j'ai l'impression de faire la paix avec mon âme et celle du public. Je me retrouve là, en lieu sûr, pour explorer les forces et les failles de nos coeurs, sans danger, sans jugement ni discrimination pour célébrer la beauté de l'humanité. Et si la vie était toujours ainsi ?"
Paule Tremblay, autrice-compositrice-interprete
"C'est la paix et la justice pour tous que chacun d'entre nous souhaite et recherche. Contribuons à construire un monde meilleur, avec notre talent, quel qu'il soit !"
Camille Pelletier Antaya, membre des APLP
"Parce que la paix est toujours à faire, en nous comme avec les autres, et que c’est par l’art que c’est le plus merveilleux de la promouvoir, de la défendre, de la fêter !"
domlebo, auteur-compositeur-interprète
"Les mots de Louise Warren sur le dessaisissement et sur l’intensité préalable à la création me conduisent à Mozart et à Beethoven, à ma fille et à mon fils : je leur souhaite la paix… et travaille tous les jours à ce que ce vœu se réalise !"
Pierre Jasmin, pianiste, membre de l'exécutif de Pugwash Canada
"La paix est loin d’être acquise. Avec l’explosion de l’industrie militaire dans le monde, on aura besoin de nos mots, notre musique, nos films, de notre art pour faire contrepoids. La culture est arme de construction massive."
Guylaine Maroist, cinéaste documentaire
"Je suis artiste pour la paix... Sans la paix, pas d'avenir pour la planète. Contribuer à bâtir une culture de la paix me semble un devoir."
André Jacob, auteur et artiste-peintre, APLP honoraire
"Je suis artiste pour la paix parce que la paix justifie l'espoir ."
Denis Carrier, auteur

Richard Séguin, resté debout

seguin-outremont

Tradition ouvrière

Le spectacle à Montréal du président d’honneur des Artistes pour la Paix, premier en cinq années malmenées par la pandémie nous confie-t-il, est présenté dans une atmosphère de fête partagée par les presque deux mille spectateurs rassemblés deux jours consécutifs par le Coup de cœur francophone au Outremont.

Juché dans les derniers rangs du balcon avec des dizaines d’autres septuagénaires nostalgiques du Spectrum, nous vibrons aux grandes chansons revisited : Resté debout, Pleure à ma place, Double vie, Sous les cheminées, Journées d’Amérique et surtout L’Ange vagabond dédié à Jack Kérouac (cité aussi par Maudit silence de Chloé Sainte-Marie, APLP2009, Richard étant celui de 1990) où vibre l’harmonica dylanesque et conclu par l’hymne on the road again,.

Si les présentations se sont resserrées avec humour parfois, avec pertinence toujours, la sobriété n’empêche pas l’expression de la joie de Richard de retrouver son public fidèle au rendez-vous, ni les épanchements sentimentaux, comme lorsqu’il entonne Tout près des trembles, un touchant hommage à sa mère qui a fait entrer la culture dans la famille ouvrière de Pointe-aux-Trembles à laquelle lui et ses sœurs appartiennent.

Sur scène, en parfaite osmose quasi-permanente, trois excellents musiciens professionnels jusqu’au bout des ongles : Alexis Martin aux percussions, Raphaël D’Amours et Simon Godin aux guitares incluant banjo et lap steel, un instrument de 1924! Saluons le technicien de scène qu’il présente à la salle avant d’entonner la chanson qui rend humblement hommage à la résilience des gens de sa profession, en solidarité ouvrière.

Engagement toujours présent

Les mots prennent une importance accrue pour celui qui a fondé le Sentier de la Poésie à Saint-Venant de Paquette, son village de 98 âmes. Deux nouvelles chansons On voudrait et Un peu de poésie empruntent des poèmes d’Hélène Dorion, magnifiques, tant par leur rythme et leurs fécondes répétitions, que par leurs images.

Son engagement pour le Québec transparaît notamment par sa référence à Félix Leclerc et dans le poème Petit hymne au grand rang récité à la fin du concert a capella, ces territoires sont nos temples de Hugo Latulippe dont il salue le dernier film.

Son engagement écologique fait applaudir par la salle Laure Waridel, présente. Au bord du temps dédiée aux migrants (2016) et Qu’est-ce qu’on leur laisse (2006) sont suivis naturellement par la nouvelle chanson Chemins forestiers, qu’il dédie au collectif Mères au front co-animé par Laure et Anaïs Barbeau-Lavalette (APLP2013).

Et justement l’engagement pour la paix ? Il est là dans une chanson qui parle de sang et qu’il ne présente pas, ne peut pas présenter, vu que les mots inévitables Ukraine et Yémen seraient pollués par la désinformation antipacifiste et la censure médiatique totale déformant toutes intentions de paix, mais l’emplacement stratégique de cette chanson qu’il entonne seul à la guitare aux deux tiers du spectacle forme un vortex ou anticlimax de la plus haute émotion à partir duquel la soirée prend son envol.

À 70 ans, l’artiste n’a rien perdu de sa pertinence ni de sa force d’impact. Quatre-vingt-dix minutes après le début du concert sans entracte (qui nécessite donc un grand souffle de l’artiste, continuellement en scène), nous, spectateurs, y compris le musicien innu Pascal Côté, nous mêlons aux hassidim et jeunes outremontaises court-vêtues, certaines attablées aux terrasses de la rue Bernard, car il fait à 21h 30 encore 20 degrés en cet été des Premières Nations, 4 novembre !  P.J.

Aucun commentaire jusqu'à présent.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*

code

Les APLP suggèrent…

Voici deux organisations humanitaires qui sont actives en Ukraine et dans les pays où les Ukrainiens se réfugient, sans être contrôlées ni par le gouvernement ukrainien ni bien sûr par la Russie.
Note : ces liens mènent directement aux sites web des organismes. Les dons ne transitent pas par les APLP.

Nos actions récentes

20 novembre 2022 : Lettre à la ministre Mélanie Joly : Négociez avec la Russie !
26 septembre 2022 : Événement Nourrir la paix à Rosemont.
17 septembre 2022 : Nettoyage du parc Lucia-Kowaluk pour le Journée internationale du nettoyage de la Terre.
28 juin 2022 : Lettre à la ministre des Affaires étrangères.
28 juin 2022 : Manifestation avec le Mouvement québécois pour la paix
8 mai 2022 : Manifestation Les mères au front à Québec..
5 avril 2022 : Les APLP endossent la lettre du Canada Peace Network contre les dépenses militaires.
27 mars 2022 : Lettre à l'ambassadeur des États-Unis à Ottawa.
26 mars 2022 : Manifestation avec Échec à la guerre contre la guerre en Ukraine et au Yémen.
23 mars 2022 : Lettre à l'ambassadeur de Russie à Ottawa.
23 février 2022 : Lettre à la ministre Joly sur l'Ukraine.
15 février 2022 : 33e cérémonie des Prix APLP.
21 décembre 2021 : Nos souhaits de paix 2022, lettre aux ministres fédéraux.
13 décembre 2021 : Lettre au premier ministre sur l'exportation d'armes vers l'Arabie Saoudite.
21 novembre 2021 : Deuxième lettre au ministre Miller.
27-28-29 octobre 2021 : Lettres aux nouveaux ministres fédéraux Joly, Guilbeault, Anand et Miller.
19 février 2021 : Lettre ouverte au PM concernant Haïti.

Voir toutes nos lettres aux élus »

Remontez dans le temps »

Recherche par sujets