Evénements du mois

Activités de nos membres






Je suis APLP parce que…

"Je suis artiste pour la paix parce que quand je me monte sur scene, j'ai l'impression de faire la paix avec mon âme et celle du public. Je me retrouve là, en lieu sûr, pour explorer les forces et les failles de nos coeurs, sans danger, sans jugement ni discrimination pour célébrer la beauté de l'humanité. Et si la vie était toujours ainsi ?"
Paule Tremblay, autrice-compositrice-interprete
"C'est la paix et la justice pour tous que chacun d'entre nous souhaite et recherche. Contribuons à construire un monde meilleur, avec notre talent, quel qu'il soit !"
Camille Pelletier Antaya, membre des APLP
"Parce que la paix est toujours à faire, en nous comme avec les autres, et que c’est par l’art que c’est le plus merveilleux de la promouvoir, de la défendre, de la fêter !"
domlebo, auteur-compositeur-interprète
"Les mots de Louise Warren sur le dessaisissement et sur l’intensité préalable à la création me conduisent à Mozart et à Beethoven, à ma fille et à mon fils : je leur souhaite la paix… et travaille tous les jours à ce que ce vœu se réalise !"
Pierre Jasmin, pianiste, membre de l'exécutif de Pugwash Canada
"La paix est loin d’être acquise. Avec l’explosion de l’industrie militaire dans le monde, on aura besoin de nos mots, notre musique, nos films, de notre art pour faire contrepoids. La culture est arme de construction massive."
Guylaine Maroist, cinéaste documentaire
"Je suis artiste pour la paix... Sans la paix, pas d'avenir pour la planète. Contribuer à bâtir une culture de la paix me semble un devoir."
André Jacob, auteur et artiste-peintre, APLP honoraire
"Je suis artiste pour la paix parce que la paix justifie l'espoir ."
Denis Carrier, auteur

Rapport Don’t Bank on the Bomb 2021 : le Who’s Who des armes nucléaires

ogive_w76-2_usine

Artisans-atomistes au travail sur une ogive W-76-2.

Il y aura bientôt un an que le Traité pour l’abolition des armes nucléaires est devenu force de loi. Le plus récent rapport Don’t Bank on the Bomb, édité par ICAN et PAX et intitulé Perilous Profiteering, révèle l’ampleur des répercussions du Traité sur le monde financier et dénonce les entreprises qui persistent sur la voie des armes nucléaires.

rapport ican cover685 milliards : c’est le montant investit par les banques, fonds de pensions et assureurs dans les 25 entreprises qui fabriquent des armes nucléaires, de janvier 2019 à juillet 2021. Cela représente une baisse de 63 milliards depuis le dernier rapport Don’t Bank on the Bomb, qui traitait des deux années précédentes.

Une précision – les investissements peuvent prendre plusieurs formes : la détention d’actions, les prêts ou, dans le cas des assureurs, les contrats d’assurance. Ou encore, comme chez la Banque Royale, une combinaison des trois.

On note que 75 nouveaux investisseurs se sont manifesté, mais que 127 ont abandonné le secteur – ainsi, le nombre d’investisseursest passé de 390 à 338. Plusieurs des investisseurs qui ont quitté le secteur proviennent de pays signataires du Traité, alors que les nouveaux investisseurs viennent de pays qui ne l’ont pas signé. Rappelons que les neuf pays dont on sait qu’ils possèdent des armes nucléaires – Chine, France, Inde, Pakistan, Russie, Israël, Corée du Nord, États-Unis, Royaume-Uni – ainsi que certains de leurs alliés, dont le Canada, n’ont pas signé le Traité.

Qui fait quoi, et combien

Le rapport démontre que l’industrie rapetisse, suite à des fusions et acquisition; par exemple Northrop Grumman qui a acheté Orbital ATK, ou la fusion de Raytheon et United Technologies. Northrop Grumman a reçu 24 milliards de contrats, sans compter ses revenus de joint ventures. Les 25 entreprises du secteur sont :

  1. Aerojet Rocketdyne (États-Unis, Royaume-Uni);
  2. Airbus (France);
  3. BAE Systems (France, États-Unis, Royaume-Uni);
  4. Bechtel (États-Unis);
  5. Bharat Dynamics (Inde);
  6. Boeing (États-Unis, Royaume-Uni);;
  7. China Aerospace Science and Technology (Chine);
  8. Constructions Industrielles de la Méditerranée (France);
  9. Fluor (États-Unis);
  10. General Dynamics (Royaume-Uni, United States);
  11. Honeywell International (États-Unis);
  12. Huntington Ingalls Industries (États-Unis);
  13. Jacobs Engineering (États-Unis);
  14. L3 Harris Technologies (États-Unis);
  15. Larsen & Toubro (Inde);
  16. Leidos (États-Unis);
  17. Leonardo (France);
  18. Lockheed Martin (Royaume-Uni, États-Unis);
  19. Northrop Grumman (Royaume-Uni, États-Unis);
  20. Raytheon Technologies (États-Unis);
  21. Rostec (Russie);
  22. Safran (France);
  23. Textron (États-Unis);
  24. Thales (France);
  25. Walchandnagar Industries Limited (Inde).

 

Le rapport est, comme toujours, très détaillé. Il décrit chaque fabricant par le menu, y compris qui y a investit, et combien. On apprend par exemple que le Mouvement Desjardins a mis 2,8 millions dans Jacobs Engineering Group, qui est propriétaire de CH2M Hill, qui construit des ogives.

Des investissements de 21 milliards proviennent du Canada, soit un peu plus de 3% du total mondial. Le record revient aux financières américaines avec 465 milliards (67%). La Banque Royale du Canada fait « bonne figure » avec des investissements de 9 milliards, en investissant trois mille fois plus que Desjardins (2.8 millions en US$) et 13.5 fois plus que notre Caisse de Dépôts et Placements (680 millions en US$) à qui des volontaires (nous sommes débordés) pourraient rappeler leurs devoirs citoyens responsables…

Bref, des heures de lecture en perspective, qui vous révéleront si votre banque trempe dans les armes nucléaires.

Téléchargez le rapport complet ou le résumé en cliquant ici.

Aucun commentaire jusqu'à présent.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*

code

Les APLP suggèrent…

Voici deux organisations humanitaires qui sont actives en Ukraine et dans les pays où les Ukrainiens se réfugient, sans être contrôlées ni par le gouvernement ukrainien ni bien sûr par la Russie.
Note : ces liens mènent directement aux sites web des organismes. Les dons ne transitent pas par les APLP.

Nos actions récentes

5 avril 2022 : Les APLP endossent la lettre du Canada Peace Network contre les dépenses militaires.
27 mars 2022 : Lettre à l'ambassadeur des États-Unis à Ottawa.
26 mars 2022 : Manifestation avec Échec à la guerre contre la guerre en Ukraine et au Yémen.
23 mars 2022 : Lettre à l'ambassadeur de Russie à Ottawa.
23 février 2022 : Lettre à la ministre Joly sur l'Ukraine.
15 février 2022 : 33e cérémonie des Prix APLP.
21 décembre 2021 : Nos souhaits de paix 2022, lettre aux ministres fédéraux.
13 décembre 2021 : Lettre au premier ministre sur l'exportation d'armes vers l'Arabie Saoudite.
21 novembre 2021 : Deuxième lettre au ministre Miller.
27-28-29 octobre 2021 : Lettres aux nouveaux ministres fédéraux Joly, Guilbeault, Anand et Miller.
19 février 2021 : Lettre ouverte au PM concernant Haïti.

Voir toutes nos lettres aux élus »

Remontez dans le temps »

Recherche par sujets