Avec la collaboration de Pierre Jasmin

Manifestants devant CANSEC à Ottawa, en ce 1er juin. Photo : World Beyond War

Vous ne verrez pas ça sur les ondes de Radio-Canada : une centaine de manifestants issus de divers groupes dont la Women’s International League for Peace and Freedom de Ray Acheson et la succursale canadienne de World Beyond War ont bloqué les entrées du E.Y. Center à Ottawa, où s’ouvrait aujourd’hui CANSEC, la plus grande foire aux armements d’Amérique du Nord. Le gouvernement Trudeau a accordé un contrat de dizaines de milliards de $ à Lockheed Martin pour des chasseurs bombardiers destinés à semer la désolation en d’autres pays pauvres, d’où l’immense bannière en rouge dénonçant la firme.

Portant des bannières géantes proclamant « Du sang sur vos mains », « Stop aux profits de guerre » et « Les marchand d’armes ne sont pas les bienvenus », les manifestants ont obstrué plusieurs rues et accès piétonniers, pendant que les participants tentaient d’accéder au site, juste avant le discours d’inauguration de la ministre de la Défense Anita Anand.

La foire commerciale CANSEC doit attirer 12 000 participants et des délégations de 55 pays, qui entendront les présentations de 306 exposants dont des fabricants d’armes, des entreprises technologiques et des agences gouvernementales. CANSEC est organisé par la Canadian Association of Defense and Security Industries, qui regroupe plus de 900 entreprises canadiennes.

Rachel Small, organisatrice de World Beyond War : « Nous dérangeons CANSEC en solidarité avec les millions de personnes dans le monde qui sont tuées, qui souffrent ou sont réfugiées à cause des armes vendues par les participants à cette foire. Six millions de réfugiées ont fui l’Ukraine cette année, 400 000 civils sont morts en sept ans de guerre au Yémen, et au moins treize enfants palestiniens ont été tués depuis le début de 2022. Pendant ce temps, les entreprises qui commanditent et participent à CANSEC engrangent des profits par milliards de $. Elles sont les seules qui y gagnent. » Les Artistes pour la Paix sont entièrement d’accord avec ce discours.

En 2022, Lockheed Martin et Northrop Grumman ont vu leurs actions grimper de 25% et 20% respectivement, alors que celles de Raytheon et General Dynamics ont gonflé de près de 10%. James Taiclet, directeur général de Lockheed Martin, s’est réjoui de l’escalade des tensions entre les grandes puissances devant ses actionnaires en début d’année, précisant : « Cela mène à des profits accrus ». De son côté, le directeur général de Raytheon, Greg Hayes (rémunération en 2021 : 23 millions de $) a déclaré à ses actionnaires : « Nous allons voir des retombées bénéfiques de ces nouvelles occasions d’affaires internationales ».

Le Canada est devenu le deuxième plus important fournisseur d’armes au Moyen-Orient, derrière les États-Unis. Depuis 2015, il a exporté vers l’Arabie Saoudite 7,8 milliards de $ d’équipement militaire, surtout des véhicules fabriqués par General Dynamics Land Systems, un des exposants de CANSEC.

En 2021, le Canada a exporté 26 millions $ de fournitures militaires vers Israël, soit un tiers de plus que l’année précédente. Le Canada a aussi signé un accord pour l’achat de drones fabriqués en Israël par Elbit Systems, qui expose à CANSEC. Les drones qui surveillent et harcèlent les Palestiniens à Gaza sont des produits Elbit, ainsi que les munitions de calibre 5,56mm (fabriquées par sa filiale IMI Systems) utilisées par l’armée israélienne pour, par exemple, abattre le journaliste palestinien Shiren Abu Akleh.