Evénements du mois

Activités de nos membres









Je suis APLP parce que…

"Je suis artiste pour la paix parce que quand je me monte sur scene, j'ai l'impression de faire la paix avec mon âme et celle du public. Je me retrouve là, en lieu sûr, pour explorer les forces et les failles de nos coeurs, sans danger, sans jugement ni discrimination pour célébrer la beauté de l'humanité. Et si la vie était toujours ainsi ?"
Paule Tremblay, autrice-compositrice-interprete
"C'est la paix et la justice pour tous que chacun d'entre nous souhaite et recherche. Contribuons à construire un monde meilleur, avec notre talent, quel qu'il soit !"
Camille Pelletier Antaya, membre des APLP
"Parce que la paix est toujours à faire, en nous comme avec les autres, et que c’est par l’art que c’est le plus merveilleux de la promouvoir, de la défendre, de la fêter !"
domlebo, auteur-compositeur-interprète
"Les mots de Louise Warren sur le dessaisissement et sur l’intensité préalable à la création me conduisent à Mozart et à Beethoven, à ma fille et à mon fils : je leur souhaite la paix… et travaille tous les jours à ce que ce vœu se réalise !"
Pierre Jasmin, pianiste, membre de l'exécutif de Pugwash Canada
"La paix est loin d’être acquise. Avec l’explosion de l’industrie militaire dans le monde, on aura besoin de nos mots, notre musique, nos films, de notre art pour faire contrepoids. La culture est arme de construction massive."
Guylaine Maroist, cinéaste documentaire
"Je suis artiste pour la paix... Sans la paix, pas d'avenir pour la planète. Contribuer à bâtir une culture de la paix me semble un devoir."
André Jacob, auteur et artiste-peintre, APLP honoraire
"Je suis artiste pour la paix parce que la paix justifie l'espoir ."
Denis Carrier, auteur

Municipales engageantes pour un Québec féministe

Credit photo : La Tribune : Jessica Garneau Journaliste : Jonathan Custeau Election municipale de Sherbrooke. Evelyne Beaudin, premiere mairesse de Sherbrooke a l'hotel de ville. Avec les elus de son parti Sherbrooke citoyen. Laure Letarte-Lavoie, Rais Kibonge, Catherine Boileau, Evelyne Beaudin, Genevieve LaRoche, Fernanda Luz, Joanie Bellerose, Guillaume Lirette-Gelinas

La mairesse de 33 ans, Évelyne Beaudin, devant la mairie avec les elus de son parti Sherbrooke citoyen : Laure Letarte-Lavoie, Rais Kibonge, Catherine Boileau, Evelyne Beaudin, Genevieve LaRoche, Fernanda Luz, Joanie Bellerose, Guillaume Lirette-Gelinas. Photo La Tribune/Jessica Garneau

Il reste une frange importante de la population réfractaire au féminisme dont elle ne comprend pas l’importance pour l’affirmation démocratique contre les boys’ clubs dominants : militaires et policiers (en proportions encore trop mâles), clergés de toutes les religions et sectes du monde et les survivants d’une période fédérale dominée par les politiciens machos, comme Denis Coderre, incapable de reconnaître l’étendue de la victoire de Valérie Plante qu’il voit comme issue d’ « une campagne sale ». Heureusement il se réjouit de l’élection à Natashquan de son premier maire innu !

Sherbrooke se signale

On soulignera d’abord la victoire de la première mairesse dans l’histoire cléricaliste de Sherbrooke, obtenue par 12 000 voix de plus que le maire sortant et par des centaines de plus que le libéral Luc Fortin. Bien des candidats conservateurs défaits par de jeunes mairesses auraient eu intérêt à relire le discours de ce dernier après sa défaite de 2018. En voici des extraits.

On a vu rapidement dans la soirée de ce soir un vent de changement. Il faut accepter le verdict de la population ce soir, a commenté avec émotion le député de Sherbrooke sortant, Luc Fortin. Je tiens d’entrée de jeu à féliciter très sincèrement la nouvelle députée élue de Sherbrooke, Christine Labrie de Québec-Solidaire. Je pense qu’elle est en politique pour les bonnes raisons. Je lui souhaite le meilleur des succès parce que si elle a du succès, nous les Sherbrookois aurons du succès. Je peux vous assurer qu’on va faire avec elle une transition harmonieuse et la plus rapide possible.

Âgée de trente-trois ans, la nouvelle mairesse Évelyne Beaudin, native de Rouyn-Noranda, a souligné dans son sympathique discours de victoire que Sherbrooke venait d’élire le premier conseiller municipal noir de son histoire en Raïs Kibonge et la première femme immigrante à Sherbrooke en Fernanda Luz. Ce discours rassembleur donnait un nouveau visage à celle longtemps perçue comme la maîtresse d’école fatigante, qui, dans le conseil municipal de Sherbrooke, rappelait au maire de faire ses devoirs au lieu de gouverner comme une girouette appâtée par des projets lucratifs et dommageables pour l’environnement, comme la création d’un aéroport. La cheffe de Sherbrooke citoyen, pourvue d’une vision économico-sociale cohérente a promis de veiller à la santé écologique des plans d’eau et à l’amélioration culturelle, entre autres des bibliothèques négligées.

Autres nouvelles positives

Font écho au titre de l’article les victoires éclatantes de Valérie Plante, de la québéco-haïtienne Dominique Ollivier qui deviendra présidente du Comité exécutif à Montréal, et de mairesses à Gatineau (4e ville du Québec) et à Saguenay (8e), ainsi qu’à Longueuil (5e). Mais dans le cas de Catherine Fournier, comme dans celui de M. Traversy dans Terrebonne (10e), il s’agit d’anciens députés du Parti Québécois ou dans Rimouski, la plus grande ville de tout le Québec maritime, l’ancien député fédéral du NPD, Guy Caron. On peut se demander pourquoi le PQ a eu en 2019 la légèreté d’accepter le départ, sans interroger davantage ses idées généreuses communiquées dans deux livres récents, L’audace d’agir et Le projet Ambition Québec, de la nouvelle mairesse de Longueuil, capable à 29 ans de défaire avec 60% des voix trois candidats solides : impressionnant !

Taux accru d’abstentions

Nouvelle inquiétante pour la démocratie, c’est le taux d’absentéisme élevé (les deux tiers des électeurs à Montréal n’ont pas voté). Si j’en juge par mon propre entourage, les abstentions proviennent de la part de citoyens trop actifs qui n’ont pas eu le temps (ou la conscience du devoir citoyen assez développée : il faut dire qu’on sortait d’élections fédérales au résultat répétitif lassant) de s’informer sur les candidats. Or, pas mal d’entre les politiciens de carrière vieillissants et conservateurs, appuyés par des éditoriaux de grands médias ou des Chambres de Commerce, ont été battus (à part le maire de Lévis) par des jeunes, souvent des femmes, aux discours appuyant une transparence démocratique et écologique qu’elles comptent défendre avec courage. On me permettra donc de développer l’aspect positif des abstentions : ne proviennent-elles pas aussi de doutes accrus que la population traditionnelle entretient face à des politiciens aux slogans formatés en cassettes interchangeables qui la décident de ne pas voter ? Deux solutions se dessinent à portée de mains : en améliorant la représentation de diverses opinions dans les médias, on sera susceptible d’accroître le nombre de votes aux élections et d’enrayer ainsi le déficit démocratique.

1 Commentaire

  1. Pierre Jasmin Pierre Jasmin
    9 novembre 2021    

    Quand je mentionne boys’ club, je fais référence au livre très complet de ma collègue en études littéraires à l’UQAM, Martine Delvaux http://www.artistespourlapaix.org/?p=20883
    Je n’ai pas mentionné une catégorie proéminente qui est celle des hommes d’affaires genre Michael Rousseau qu’on retrouve en divers C.A. et dont la vision du monde consiste à accroître les rendements financiers des C.A. qu’ils contrôlent: tant pis pour la santé de la planète. C’est ainsi que vous pouvez voir dans http://www.dontbankonthebomb.com les noms des compagnies canadiennes qui investissent des milliards de $ CHAQUE ANNÉE dans des industries militaires des USA qui construisent des bombes nucléaires et des chasseurs-bombardiers f-35. Et vous pouvez lire dans notre article récent COP26 – contre-sommet comment ils s’arrogent le droit d’acheter l’eau potable en Californie et ailleurs!

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*

code

Les APLP suggèrent…

Voici deux organisations humanitaires qui sont actives en Ukraine et dans les pays où les Ukrainiens se réfugient, sans être contrôlées ni par le gouvernement ukrainien ni bien sûr par la Russie.
Note : ces liens mènent directement aux sites web des organismes. Les dons ne transitent pas par les APLP.

Nos actions récentes

20 novembre 2022 : Lettre à la ministre Mélanie Joly : Négociez avec la Russie !
26 septembre 2022 : Événement Nourrir la paix à Rosemont.
17 septembre 2022 : Nettoyage du parc Lucia-Kowaluk pour le Journée internationale du nettoyage de la Terre.
28 juin 2022 : Lettre à la ministre des Affaires étrangères.
28 juin 2022 : Manifestation avec le Mouvement québécois pour la paix
8 mai 2022 : Manifestation Les mères au front à Québec..
5 avril 2022 : Les APLP endossent la lettre du Canada Peace Network contre les dépenses militaires.
27 mars 2022 : Lettre à l'ambassadeur des États-Unis à Ottawa.
26 mars 2022 : Manifestation avec Échec à la guerre contre la guerre en Ukraine et au Yémen.
23 mars 2022 : Lettre à l'ambassadeur de Russie à Ottawa.
23 février 2022 : Lettre à la ministre Joly sur l'Ukraine.
15 février 2022 : 33e cérémonie des Prix APLP.
21 décembre 2021 : Nos souhaits de paix 2022, lettre aux ministres fédéraux.
13 décembre 2021 : Lettre au premier ministre sur l'exportation d'armes vers l'Arabie Saoudite.
21 novembre 2021 : Deuxième lettre au ministre Miller.
27-28-29 octobre 2021 : Lettres aux nouveaux ministres fédéraux Joly, Guilbeault, Anand et Miller.
19 février 2021 : Lettre ouverte au PM concernant Haïti.

Voir toutes nos lettres aux élus »

Remontez dans le temps »

Recherche par sujets