Evénements du mois

Activités de nos membres








Je suis APLP parce que…

"Je suis artiste pour la paix parce que quand je me monte sur scene, j'ai l'impression de faire la paix avec mon âme et celle du public. Je me retrouve là, en lieu sûr, pour explorer les forces et les failles de nos coeurs, sans danger, sans jugement ni discrimination pour célébrer la beauté de l'humanité. Et si la vie était toujours ainsi ?"
Paule Tremblay, autrice-compositrice-interprete
"C'est la paix et la justice pour tous que chacun d'entre nous souhaite et recherche. Contribuons à construire un monde meilleur, avec notre talent, quel qu'il soit !"
Camille Pelletier Antaya, membre des APLP
"Parce que la paix est toujours à faire, en nous comme avec les autres, et que c’est par l’art que c’est le plus merveilleux de la promouvoir, de la défendre, de la fêter !"
domlebo, auteur-compositeur-interprète
"Les mots de Louise Warren sur le dessaisissement et sur l’intensité préalable à la création me conduisent à Mozart et à Beethoven, à ma fille et à mon fils : je leur souhaite la paix… et travaille tous les jours à ce que ce vœu se réalise !"
Pierre Jasmin, pianiste, membre de l'exécutif de Pugwash Canada
"La paix est loin d’être acquise. Avec l’explosion de l’industrie militaire dans le monde, on aura besoin de nos mots, notre musique, nos films, de notre art pour faire contrepoids. La culture est arme de construction massive."
Guylaine Maroist, cinéaste documentaire
"Je suis artiste pour la paix... Sans la paix, pas d'avenir pour la planète. Contribuer à bâtir une culture de la paix me semble un devoir."
André Jacob, auteur et artiste-peintre, APLP honoraire
"Je suis artiste pour la paix parce que la paix justifie l'espoir ."
Denis Carrier, auteur

Le plus grand d’entre nous aurait eu cent ans

rene_levesque_livre_ressourcesJ’aime cette photo de l’homme qui se penche pour observer de près la grandeur et le bouillonnement révolutionnaire de son pays.

Dans le livre ci-contre, Alexandre, collègue à Stanislas, et Céline, collègue à l’UQAM ont cerné un domaine où l’intervention du ministre fut déterminante à l’intérieur du parti libéral, Jean Lesage n’ayant pas d’autre choix que de laisser son ministre le plus populaire accomplir son destin, en miroir du destin du Québec.

C’est sur une piste de ski que me fut présenté par mon père cet attachant journaliste pour qui je ressentais déjà à onze ans une sincère affection à essayer de comprendre les subtilités de son émission Point de mire. Je ne connaissais évidemment pas à cet âge ses liens avec ma mystérieuse et lointaine vieille cousine Judith.

Le Mouvement souveraineté-association, seul parti auquel j’ai adhéré dans ma vie à l’âge de dix-neuf ans, tint ses assises au Couvent Saint-Albert-le-Grand de la Côte Ste-Catherine, lieu de mes liens intellectuels avec les pères dominicains, dont mon ami Yves Gosselin, et l’audacieuse revue progressiste Maintenant.

Lévesque résista, et je lui en sus gré, au changement de nom qui était à ses yeux une sorte de rapt antidémocratique et nationaleux : comment un parti pouvait-il s’arroger, face aux autres, l’appellation de « parti québécois » ? Il s’y rallia finalement, à la manière actuelle et méritante en France de la NUPES (Nouvelle Union Populaire Écologique et Sociale), vu l’importance de rallier tous les adhérents à une cause commune, même si Pierre Bourgault doit recevoir le principal crédit de l’union québécoise de 1969, n’hésitant pas à saborder son propre parti, le R.I.N., vu les réticences de Lévesque à son égard.

C’est à ce dernier seul qu’on doit l’audace et les succès fabuleux du premier mandat des Camille Laurin, Lise Payette, Jacques-Yvan Morin, Denis Vaugeois, Jacques Parizeau, etc. qui ont bâti le Québec fier que nous connaissons, avec l’aide de fervents artistes comme Pauline Julien et le poète Gérald Godin, Gilles Vigneault, Stéphane Venne, Jean Duceppe, Doris Lussier et même Pierre Falardeau qui profita d’une vente de feu de maisons à Sutton, avec le petit exil anglophone provoqué par l’élection du PQ en 1976 !

Quant aux « valeurs québécoises » de Bernard Drainville, j’imagine sans peine la répulsion que le « petit grand homme » aurait exprimée; on sait qu’il préféra à l’engagement patriotique de l’armée canadienne contre les Nazis, celui de journaliste dans l’armée américaine. Il vécut ainsi une expérience humaine traumatisante et fondamentale, l’entrée comme premier témoin au camp de concentration allemand Dachau en mai 1945. Sans doute en ai-je été marqué, mon premier récital de piano hors institutions étant pour une organisation juive qui honorera la veuve du grand Yitzhak Rabin, assassiné par un juif, fanatique religieux d’extrême-droite réussissant à empêcher la paix d’Oslo. J’admirais la solidarité manifestée sans réserve par Lévesque à Martin Luther King et à Nelson Mandela, en dénonçant le racisme et l’Apartheid : nul doute qu’à la manière de sa députée dans Maisonneuve (la future ministre) Louise Harel, il s’indignerait aujourd’hui activement contre la dérive pro-apartheid israélienne.

En avril 1970, j’irriterai l’autorité du doyen Helmut Blume de la Faculté de Musique de l’Université McGill en manquant mes derniers cours pour militer à temps plein comme organisateur électoral dans Ville Mont-Royal, alors section d’Outremont où je demeurais avec mes parents. La frustration du doyen allait grandir du fait qu’il ne put empêcher les profs progressistes (entre autres, Anhalt et plusieurs compositeurs draft dodgers américains) de m’accorder la médaille d’or du Ministre de l’Éducation, quasi in abstentia.

En apprenant de mon frère courriériste parlementaire au Montréal-Matin que j’occupais ce poste péquiste en un comté riche et à majorité anglophone, Lévesque commentera, goguenard, en me regardant : « c’est pas un cadeau ! ». Inutile de dire que comme pacifiste, j’appuierai la position de Lévesque contre le FLQ et ses actions violentes, même si j’ai beaucoup aimé le film du fils de Paul Rose qui illustre bien la cause de la révolte : l’état misérable de la condition ouvrière québécoise et son exploitation.

levesque-jasmin

À la veille de terminer dans une adversité pénible son mandat comme Premier ministre, M. Lévesque fut invité par mon ami Pierre Péladeau à un récital Beethoven qui l’intéressa peu, ses goûts le portant prioritairement à la chanson québécoise, ce qui est parfaitement justifiable. M. Pierre-Elliott Trudeau, non représenté sur la photo même s’il était présent, s’intéressera beaucoup à ma femme Kuo-Yuen Lee avant son retour à Taiwan : assise à mes côtés, elle participa aussi au concert et au film Nos derniers jours à Moscou (ONF, Martin Duckworth) qui profita d’une lettre écrite par M. Trudeau à laquelle le dernier gouvernement communiste de l’URSS fut sensible en nous ouvrant les portes pour filmer Peredelkino et la demeure de Boris Pasternak, auteur du Docteur Jivago.

Un des successeurs de Lévesque, Lucien Bouchard, aura des passions artistiques qui auraient dû nous rapprocher, malgré son élitiste mépris envers les laïcs Orphelins de Duplessis de mon confère et très proche ami Bruno Roy. J’apprécie l’intérêt qu’il manifesta à mon collègue regretté Joseph Rouleau et aux Jeunesses Musicales et aujourd’hui à l’Orchestre Symphonique de Montréal. De temps en temps, il a besoin d’être secoué de sa tour d’ivoire par des interventions telles que la splendide lettre vigoureuse (la vérité frappe !) de la sœur de René Lévesque : il a eu le bon esprit de se blâmer de sa légèreté lors de l’inauguration des cent ans de celui qui était le cadet de mon père de quelques mois…

bouchard-jasmin

Secrétaire du C.A. du Centre Pierre-Péladeau, j’invitai M. Bouchard à un concert-gala via sa femme Audrey Best, que je connaissais mieux que lui.

2 Commentaires

  1. Pierre Jasmin Pierre Jasmin
    17 juin 2022    

    Soulignons le commentaire de Brian Mulroney: « Je n’ai jamais rencontré de plus grand démocrate que René Lévesque. » Merci à Céline Saint-Pierre qui m’écrit: « J’étais présente au lancement de l’Année Lévesque à la Grande Bibliothèque, ayant été membre du CA de la Fondation durant de nombreuses années. De plus, je tenais à y être pour René Lévesque avec qui ma famille a aussi un lien: mon père lui a succédé comme Ministre des travaux publics dans le gouvernement Lesage en 1961. (…) Mais j’y suis allée avec un certain malaise. Je n’étais pas la seule et nous l’avons ressenti par le niveau d’applaudissements aux discours de Paul St-Pierre Plamondon et de Gabriel Nadeau-Dubois. Ils forment une relève qui se tient debout. (…) Ils ont su dire ce que plusieurs souhaitaient entendre. (…) Bref, il y aura d’autres événements au cours de l’année et souhaitons qu’ils ramènent René Lévesque au-devant de la scène!

  2. Gaetan Ruest Gaetan Ruest
    20 juin 2022    

    Merci Pierre de nous partager tous ces précieux souvenirs en lien avec RENE LEVESQUE, le plus GRAND des Premiers MINISTRES que le QUÉBEC ait connu à ce jour! L’INDEPENDANCE du QUÉBEC revient dans l’Actualite et je m’en réjoui tout comme Toi sans aucun doute!!? Le nouveau CHEF du PQ est vraiment remarquable! Son magistral discours écrit par lui même qu’il a livré lors de la soirée spéciale à la BNQ pour lance les festivités du Centième Anniversaire de RENR LEVESQUE nous a donné un très bel avant goût de ce qu’il accomplira le Jour ou les QUEBECOIS (ES) auront choisi de lui confier le Pouvoir afin de réaliser l’INDEPENDANCE du QUÉBEC! https://youtu.be/lNCDuHR_Ub0 https://youtu.be/iwymFEQhJ9g

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*

code

Les APLP suggèrent…

Voici deux organisations humanitaires qui sont actives en Ukraine et dans les pays où les Ukrainiens se réfugient, sans être contrôlées ni par le gouvernement ukrainien ni bien sûr par la Russie.
Note : ces liens mènent directement aux sites web des organismes. Les dons ne transitent pas par les APLP.

Nos actions récentes

28 juin 2022 : Lettre à la ministre des Affaires étrangères.
28 juin 2022 : Manifestation avec le Mouvement québécois pour la paix
8 mai 2022 : Manifestation Les mères au front à Québec..
5 avril 2022 : Les APLP endossent la lettre du Canada Peace Network contre les dépenses militaires.
27 mars 2022 : Lettre à l'ambassadeur des États-Unis à Ottawa.
26 mars 2022 : Manifestation avec Échec à la guerre contre la guerre en Ukraine et au Yémen.
23 mars 2022 : Lettre à l'ambassadeur de Russie à Ottawa.
23 février 2022 : Lettre à la ministre Joly sur l'Ukraine.
15 février 2022 : 33e cérémonie des Prix APLP.
21 décembre 2021 : Nos souhaits de paix 2022, lettre aux ministres fédéraux.
13 décembre 2021 : Lettre au premier ministre sur l'exportation d'armes vers l'Arabie Saoudite.
21 novembre 2021 : Deuxième lettre au ministre Miller.
27-28-29 octobre 2021 : Lettres aux nouveaux ministres fédéraux Joly, Guilbeault, Anand et Miller.
19 février 2021 : Lettre ouverte au PM concernant Haïti.

Voir toutes nos lettres aux élus »

Remontez dans le temps »

Recherche par sujets