Evénements du mois

Activités de nos membres








Je suis APLP parce que…

"Je suis artiste pour la paix parce que quand je me monte sur scene, j'ai l'impression de faire la paix avec mon âme et celle du public. Je me retrouve là, en lieu sûr, pour explorer les forces et les failles de nos coeurs, sans danger, sans jugement ni discrimination pour célébrer la beauté de l'humanité. Et si la vie était toujours ainsi ?"
Paule Tremblay, autrice-compositrice-interprete
"C'est la paix et la justice pour tous que chacun d'entre nous souhaite et recherche. Contribuons à construire un monde meilleur, avec notre talent, quel qu'il soit !"
Camille Pelletier Antaya, membre des APLP
"Parce que la paix est toujours à faire, en nous comme avec les autres, et que c’est par l’art que c’est le plus merveilleux de la promouvoir, de la défendre, de la fêter !"
domlebo, auteur-compositeur-interprète
"Les mots de Louise Warren sur le dessaisissement et sur l’intensité préalable à la création me conduisent à Mozart et à Beethoven, à ma fille et à mon fils : je leur souhaite la paix… et travaille tous les jours à ce que ce vœu se réalise !"
Pierre Jasmin, pianiste, membre de l'exécutif de Pugwash Canada
"La paix est loin d’être acquise. Avec l’explosion de l’industrie militaire dans le monde, on aura besoin de nos mots, notre musique, nos films, de notre art pour faire contrepoids. La culture est arme de construction massive."
Guylaine Maroist, cinéaste documentaire
"Je suis artiste pour la paix... Sans la paix, pas d'avenir pour la planète. Contribuer à bâtir une culture de la paix me semble un devoir."
André Jacob, auteur et artiste-peintre, APLP honoraire
"Je suis artiste pour la paix parce que la paix justifie l'espoir ."
Denis Carrier, auteur

Biden interdit les mines anti-personnel – presque partout

mines

La Maison-Blanche a annoncé hier que les forces armées américaines mettraient fin à l’usage des mines anti-personnel partout sur la planète, à une exception près : la péninsule coréenne.

« Après avoir étudié la situation, nous reconnaissons que les mines ont un impact dévastateur et disproportionné sur les populations civiles, surtout les enfants, longtemps après la fin des combats. Nous nous joignons donc à la grande majorité des pays du monde qui veulent restreindre leur usage » a affirmé l’éxécutif américain. Cette nouvelle politique du président Biden annule la levée des restrictions sur l’usage des mines ordonnée par Donald Trump en 2020.

Le cas coréen

L’exception à cette règle concerne la péninsule coréenne. Les États-Unis invoquent des
« circonstances exceptionnelles », soit l’obligation de défendre la Corée du Sud contre une possible invasion par la Corée du Nord. Mais sur l’ensemble des mines déployées à la frontière entre les deux Corées, trois millions sont jugées non-essentielles et pourront être détruites.

La directrice de Human Rights Watch, Mary Wareham, récipiendaire du Prix Nobel de la Paix pour son action dans la Campagne internationale pour l’abolition des mines (ICBL) qui fut à l’origine du Traité d’interdiction des mines de 1997, a qualifié la décision de « pas en avant, mais qui ne va pas assez loin ». Les États-Unis doivent éliminer cette exception coréenne et adhérer au Traité d’interdiction des mines dès maintenant ».

La Coalition pour l’abolition des mines anti-personnel et armes à sous-munitions (USCBL-USCMC) estime que « les mines en Corée sont en fait un obstacle à la paix. De plus, ces mines étant passées sous contrôle des forces armées sud-coréennes, rien n’empêche plus les États-Unis d’adhérer au Traité d’interdiction ».

Le Traité, aussi appelé Convention d’Ottawa, regroupe 164 pays, ce qui représente 80% des États de la planète et comprend tous les membres de l’OTAN sauf les États-Unis.

Aucun commentaire jusqu'à présent.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*

code

Les APLP suggèrent…

Voici deux organisations humanitaires qui sont actives en Ukraine et dans les pays où les Ukrainiens se réfugient, sans être contrôlées ni par le gouvernement ukrainien ni bien sûr par la Russie.
Note : ces liens mènent directement aux sites web des organismes. Les dons ne transitent pas par les APLP.

Nos actions récentes

28 juin 2022 : Lettre à la ministre des Affaires étrangères.
28 juin 2022 : Manifestation avec le Mouvement québécois pour la paix
8 mai 2022 : Manifestation Les mères au front à Québec..
5 avril 2022 : Les APLP endossent la lettre du Canada Peace Network contre les dépenses militaires.
27 mars 2022 : Lettre à l'ambassadeur des États-Unis à Ottawa.
26 mars 2022 : Manifestation avec Échec à la guerre contre la guerre en Ukraine et au Yémen.
23 mars 2022 : Lettre à l'ambassadeur de Russie à Ottawa.
23 février 2022 : Lettre à la ministre Joly sur l'Ukraine.
15 février 2022 : 33e cérémonie des Prix APLP.
21 décembre 2021 : Nos souhaits de paix 2022, lettre aux ministres fédéraux.
13 décembre 2021 : Lettre au premier ministre sur l'exportation d'armes vers l'Arabie Saoudite.
21 novembre 2021 : Deuxième lettre au ministre Miller.
27-28-29 octobre 2021 : Lettres aux nouveaux ministres fédéraux Joly, Guilbeault, Anand et Miller.
19 février 2021 : Lettre ouverte au PM concernant Haïti.

Voir toutes nos lettres aux élus »

Remontez dans le temps »

Recherche par sujets