Evénements du mois

Activités de nos membres











Je suis APLP parce que…

"Je suis artiste pour la paix parce que quand je me monte sur scene, j'ai l'impression de faire la paix avec mon âme et celle du public. Je me retrouve là, en lieu sûr, pour explorer les forces et les failles de nos coeurs, sans danger, sans jugement ni discrimination pour célébrer la beauté de l'humanité. Et si la vie était toujours ainsi ?"
Paule Tremblay, autrice-compositrice-interprete
"C'est la paix et la justice pour tous que chacun d'entre nous souhaite et recherche. Contribuons à construire un monde meilleur, avec notre talent, quel qu'il soit !"
Camille Pelletier Antaya, membre des APLP
"Parce que la paix est toujours à faire, en nous comme avec les autres, et que c’est par l’art que c’est le plus merveilleux de la promouvoir, de la défendre, de la fêter !"
domlebo, auteur-compositeur-interprète
"Les mots de Louise Warren sur le dessaisissement et sur l’intensité préalable à la création me conduisent à Mozart et à Beethoven, à ma fille et à mon fils : je leur souhaite la paix… et travaille tous les jours à ce que ce vœu se réalise !"
Pierre Jasmin, pianiste, membre de l'exécutif de Pugwash Canada
"La paix est loin d’être acquise. Avec l’explosion de l’industrie militaire dans le monde, on aura besoin de nos mots, notre musique, nos films, de notre art pour faire contrepoids. La culture est arme de construction massive."
Guylaine Maroist, cinéaste documentaire
"Je suis artiste pour la paix... Sans la paix, pas d'avenir pour la planète. Contribuer à bâtir une culture de la paix me semble un devoir."
André Jacob, auteur et artiste-peintre, APLP honoraire
"Je suis artiste pour la paix parce que la paix justifie l'espoir ."
Denis Carrier, auteur

Avons-nous besoin d’une société différente?

hi-gabriel-nadeau-dubois-cp-02553678

Gabriel Nadeau-Dubois. Photo CBC

Les changements climatiques bouleversent la météo et menacent notre planète: le Canada promet à Paris des cibles ambitieuses de réduction de gaz à effet de serre et de retour au pays, il autorise de nouveaux pipelines pour les sables bitumineux. Les riches cachent leur fortune dans les paradis fiscaux de KPMG et c’est nous qui payons les impôts. Pour être élu, le premier ministre Trudeau promet une réforme électorale, puis la laisse tomber une fois au pouvoir. Les ministres de la santé changent les organigrammes et fusionnent les établissements, pendant que les patients continuent d’attendre dans les urgences et que les médecins gagnent toujours plus. Bref, en politique, «plus ça change, plus c’est pareil»!

Pour changer des choses, il faut un vaste mouvement d’opinion en ce sens. On ne sera jamais tous d’accord sur tout. Mais on peut s’entendre majoritairement sur des choses essentielles. Le Québec l’a fait au moment de la Révolution tranquille des années 60. Il l’a fait à nouveau quand il a élu pour la première fois le Parti Québécois en 1976, avec une série de réformes importantes qui servent encore maintenant. Ne sommes-nous pas mûrs pour un nouveau coup de barre important, après toutes ces années de «gestion à la petite semaine», de «déficit zéro», de corruption et d’austérité ?

Gabriel Nadeau-Dubois fait le saut en politique avec Québec Solidaire. À 26 ans, il ne sera pas le Messie ! Mais malgré son jeune âge, il a déjà démontré à plusieurs reprises un leadership différent, un engagement courageux et une préoccupation du bien commun qui fait trop souvent défaut en politique.

Le Québec est capable de grandes choses. Surtout s’il n’a pas besoin, chaque fois, de convaincre le reste du Canada avant de pouvoir décider et agir. Il l’a démontré si souvent, aussi bien par ses artistes, ses scientifiques, ses juristes, ses entrepreneurs ou ses réalisations économiques qui font l’envie du reste du monde.

La jeunesse du Québec peut se mobiliser, comme elle l’a éloquemment montré durant le printemps érable de 2012. L’ingénieur Armand Couture avait 32 ans quand il dirigea la construction du pont-tunnel Hippolyte-Lafontaine. Jacques Parizeau avait 35 ans quand il mis sur pied le Régime des rentes et la Caisse de dépôt et de placement du Québec. Guy Laliberté avait 25 ans quand il a fondé le Cirque du Soleil. Et Yannick Nézet-Séguin avait aussi 25 ans quand il a pris la direction de l’Orchestre métropolitain et 41 ans quand il est devenu directeur artistique du Metropolitan Opera de New York.

Il me semble que l’arrivée de Gabriel Nadeau-Dubois en politique devrait être l’occasion d’un vaste rassemblement autour d’un chantier prioritaire: nous donner enfin un Québec qui nous ressemble, à la mesure de nos rêves et des défis nouveaux qu’il nous faut relever. Seul, il ne pourra rien faire. Tous ensemble, nous pouvons beaucoup plus que nous le croyons! Je nous y invite. Une telle occasion ne repasse pas souvent !

Dominique Boisvert
Scotstown, le 10 mars 2017

OUI, Dominique, nous avons urgent besoin d’un leadership différent. Nous avons d’ailleurs choisi de rajeunir la présidence des APLP et domlebo a répondu à notre appel par un discours inspirant lors du conseil d’administration du 7 mars !

Permets-nous, dans un esprit œcuménique que ton appartenance à l’Église catholique appréciera sûrement, Dominique, de souligner aussi le courage de personnes articulées de moins de cinquante ans tels Guy Caron et Niki Ashton dans la course pour le leadership du NPD et bien sûr, Martine Ouellet dans celle au Bloc Québécois. Car elles aussi sont plus critiquées qu’encouragées, tout comme Emmanuella Lambropoulos qui n’a que 26 ans dans Saint-Laurent où elle succède à Stéphane Dion comme recrue libérale. Elles cherchent toutes à se retrouver à Ottawa.

Auront-elles le courage de faire face au gouvernement qui surexploite, comme tu le dénonces, les sables bitumineux qui causent une grande part du réchauffement climatique mondial responsable en partie de la mort de faim prévisible de 20 millions de personnes (chiffres de l’ONU) en Somalie, au Yémen et au Soudan? Ce gouvernement qui s’apprête à gonfler ses dépenses militaires et se félicite de faire de l’argent en vendant des outils guerriers canadiens à l’Arabie Saoudite? Et cette dernière finance le djihadisme salafiste et le terrorisme qui met à feu et à sang la Syrie, l’Irak, le Pakistan, la Turquie et l’Afghanistan… Et notre premier ministre Trudeau ne trouve rien de mieux que d’aller festoyer au Texas pour recevoir un prix des pétrolières, celles qui sont responsables des guerres moyen-orientales et amies de l’Arabie Saoudite : rappelons-nous le texan George W. Bush en septembre 2001 qui laissait partir un avion avec des dignitaires de l’Arabie Saoudite qui venait de fournir les kamikazés responsables de la chute des tours et que pourtant Trump n’inscrit pas dans sa liste des pays musulmans pénalisés par son décret ! Donc, oui pour la jeunesse, tout en rappelant tristement combien la jeunesse de Trudeau nous inspirait aussi à sa prise de pouvoir et que Françoise David a, à l’opposé, toujours été remarquablement jeune dans son discours féministe !

Oui pour la générosité exemplaire de GND envers l’organisme citoyen coule pas chez nous et dans les tournées de faut qu’on se parle! Mais nous inquiète sa mesquine accusation de TOUS nos politiciens des trente dernières années au PQ et au Parti Libéral provincial et sa façon d’exclure les infidèles (à part l’Option Nationale) hors de la chapelle Québec Solidaire : espérons de sa part un dialogue constructif, avec la CAQ  et un Jean-François Roberge porte-parole en matière d’éducation, de jeunesse, d’enseignement supérieur et de recherche/création et aussi avec le PQ et ses jeunes Paul St-Pierre-Plamondon, Martine Desjardins et Léo Bureau-Blouin. Car c’est au prix d’une recherche imaginative de solutions et non de slogans doctrinaires que commencera à vivre ce « vaste rassemblement » que tu prônes et dont nous rêvons, cher Dominique, non seulement à l’échelle du Québec mais à l’échelle du monde ! Quant à GND, on l’a trouvé plus souriant et ouvert à l’émission Tout le Monde en Parle où il a bien parlé de Manon Massé et laissé une adresse de collaboration pour qu’on lui fournisse encore plus d’idées de justice sociale à GND2018.com.

Pierre J.
vice-président pacifisme APLP, en ce 12 mars

PS Suite par Dominique  http://co22.org/dominiqueboisvert/wp/cest-le-temps-de-faire-le-saut-en-politique-nous-aussi/

1 Commentaire

  1. 13 mars 2017    

    Celui-là est un bon domestique du consensus qui ne s’occupe que des intérêts de la majorité visible mais ignore les invisibles parmi lesquels pourtant vivent les plus forts des humains mais qui, isolés par la sociale, sont dans le besoin le plus total pour faire valoir leurs talents d’inventeurs, pour faire écouter leur parole nouvelle. Oui, les meilleurs sont laissés de côté parce qu’irrécupérables par la routine. Oui, les plus forts ont le plus besoin d’aide parce qu’ils sont surprenants. Oui, la paix est là, toute proche, pour peu qu’une oreille entende battre son cœur. Et c’est le cœur d’un poète.
    Tant que misère vivra, les politiciens feront carrière pour des Avares assoiffés de misère et leurs domestiques seront toujours fiers de voir plus misérables qu’eux.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*

code

Les APLP suggèrent…

Voici deux organisations humanitaires qui sont actives en Ukraine et dans les pays où les Ukrainiens se réfugient, sans être contrôlées ni par le gouvernement ukrainien ni bien sûr par la Russie.
Note : ces liens mènent directement aux sites web des organismes. Les dons ne transitent pas par les APLP.

Nos actions récentes

20 novembre 2022 : Lettre à la ministre Mélanie Joly : Négociez avec la Russie !
26 septembre 2022 : Événement Nourrir la paix à Rosemont.
17 septembre 2022 : Nettoyage du parc Lucia-Kowaluk pour le Journée internationale du nettoyage de la Terre.
28 juin 2022 : Lettre à la ministre des Affaires étrangères.
28 juin 2022 : Manifestation avec le Mouvement québécois pour la paix
8 mai 2022 : Manifestation Les mères au front à Québec..
5 avril 2022 : Les APLP endossent la lettre du Canada Peace Network contre les dépenses militaires.
27 mars 2022 : Lettre à l'ambassadeur des États-Unis à Ottawa.
26 mars 2022 : Manifestation avec Échec à la guerre contre la guerre en Ukraine et au Yémen.
23 mars 2022 : Lettre à l'ambassadeur de Russie à Ottawa.
23 février 2022 : Lettre à la ministre Joly sur l'Ukraine.
15 février 2022 : 33e cérémonie des Prix APLP.
21 décembre 2021 : Nos souhaits de paix 2022, lettre aux ministres fédéraux.
13 décembre 2021 : Lettre au premier ministre sur l'exportation d'armes vers l'Arabie Saoudite.
21 novembre 2021 : Deuxième lettre au ministre Miller.
27-28-29 octobre 2021 : Lettres aux nouveaux ministres fédéraux Joly, Guilbeault, Anand et Miller.
19 février 2021 : Lettre ouverte au PM concernant Haïti.

Voir toutes nos lettres aux élus »

Remontez dans le temps »

Recherche par sujets