Evénements du mois

Activités de nos membres





Je suis APLP parce que…

"C'est la paix et la justice pour tous que chacun d'entre nous souhaite et recherche. Contribuons à construire un monde meilleur, avec notre talent, quel qu'il soit !"
Camille Pelletier Antaya, membre du CA des APLP
"Parce que la paix est toujours à faire, en nous comme avec les autres, et que c’est par l’art que c’est le plus merveilleux de la promouvoir, de la défendre, de la fêter !"
domlebo, auteur-compositeur-interprète
"La paix est sacrée. C’est pour ça qu’on dit : Sacré-moi la paix !"
Yvon Deschamps, humoriste retraité
"Les mots de Louise Warren sur le dessaisissement et sur l’intensité préalable à la création me conduisent à Mozart et à Beethoven, à ma fille et à mon fils : je leur souhaite la paix… et travaille tous les jours à ce que ce vœu se réalise !"
Pierre Jasmin, pianiste, membre de l'exécutif de Pugwash Canada
"ChacunE, quel que soit son milieu d’appar-tenance et ses talents, peut et doit apporter sa petite pierre à la construction de la Paix (qui est tellement plus que l’absence de guerre ou de conflit armé)."
Dominique Boisvert, écrivain d'essais
"La paix est loin d’être acquise. Avec l’explosion de l’industrie militaire dans le monde, on aura besoin de nos mots, notre musique, nos films, de notre art pour faire contrepoids. La culture est arme de construction massive."
Guylaine Maroist, cinéaste documentaire

Hommage posthume à Hélène Monette

Photo Danielle Schaub

Photo Danielle Schaub

Le 15 février, à l’occasion de la remise des Prix APLP, les Artistes pour la Paix ont rendu un hommage posthume à la poète et auteure Hélène Monette. Pierre Jasmin a livré ce témoignage :

Pierre Jasmin

Pierre Jasmin, vice-président des APLP, présente l’hommage posthume à l’auteure et poète Hélène Monette.

«Poète, infatigable rebelle, habitée par un sens aigu de la justice et de la dignité humaine, Hélène a donné une œuvre qui marie une grande exigence formelle à une bouleversante sensibilité à l’égard des plus faibles, des plus démunis ». C’était le témoignage des éditions Boréal à la mort d’Hélène Monette au lendemain de la Saint-Jean Baptiste en juin dernier.

Le professeur Alain Deneault, ce grand spécialiste des paradis fiscaux qu’il dénonce avec entrain, regrette ne pas pouvoir être parmi nous ce matin; il écrivait dans le numéro d’hiver 2016 de la Revue Liberté :

«Ils ont une idée chiffrée de leur présence au monde, se désolait Hélène Monette. La poétesse nous a quittés cet été avec une question abrupte: Où irez-vous armés de chiffres? Le titre de son ultime recueil peut témoigner d’une déroute sociale. Sa poésie souvent scandée d’anaphores situe la conscience contemporaine dans l’isolement sensible où va s’échouer la reproduction obstinée d’événements destructeurs et absurdes, qui se répercutent à très grande échelle par la voie des ondes ou à coups d’expertises techniques. «C’est un robot qui vous appelle, il a un message à vous communiquer […]. C’est un robot qui vous appelle …et au bout de son message enregistré, …dans les oreillettes de votre cœur brisé, …c’est autre chose qui se détraque

Hélène fut une voix marquante lors de la grande exposition des Artistes pour la Paix en 1997 à Hull (maintenant Gatineau), organisée par la revue pacifiste Option Paix. Elle fut aussi de notre spectacle à la Place des Arts, sur la même scène que Raoûl Duguay, Jici Lauzon, Pol Pelletier, Caroline Harvey et nos amis Mohawks et métis le 26 avril 2011, en commémoration des vingt-cinq ans de Tchernobyl.

Le spectacle du 26 avril 2011

Le spectacle du 26 avril 2011

 

L’auteur et animateur radiophonique Stanley Péan prit ensuite la parole.

D’abord, j’aimerais remercier Les Artistes pour la paix pour cette occasion qui m’est aujourd’hui offerte de témoigner ici, pour la première fois en public depuis le décès d’Hélène Monette, de mon admiration pour l’écrivaine disparue et de mon affection pour mon amie.

C’est un mot que je n’ai jamais prononcé jamais à la légère, « amie ». Ceux qui me connaissent depuis longtemps le savent; et Hélène le savait. Je ne m’éterniserai pas ici sur les circonstances de notre rencontre et me contenterai de dire que si la satanée maladie ne nous l’avait pas ravie en juin dernier, Hélène et moi compterions aujourd’hui un peu plus de vingt ans d’une amitié en dents de scie peut-être, mais profonde, sincère et rare.

Stanley Péan

Stanley Péan

Juste pour vous dire, pendant la tournée de Limoges et des environs l’occasion de laquelle nous nous sommes connus, Hélène m’avait sarcastiquement surnommé « STAN FM » en raison de ma loquacité qui apparemment l’agaçait.

« Il est où le bouton pour l’éteindre ? » demandait-elle, sur le ton de la blague, à nos compagnons de voyage.

C’était, je le précise, bien avant mon entrée à Radio-Canada. Comme quoi en plus d’être d’une lucidité extrême, mon amie était peut-être aussi clairvoyante.

Au retour de ce séjour en France, moi, je l’appelais tout simplement ma petite sœur, en dépit du fait qu’elle était un tout petit peu plus âgée que moi.

Évidemment, bien avant de m’être frotté à l’humour gentiment moqueur, parfois un brin noir de la femme, j’avais déjà fréquenté l’œuvre, déjà imposante, de l’écrivaine accomplie : les recueils de poèmes Montréal brûle-t-elle ? (1987), Kyrie Eleison (1994) et les romans et nouvelles parus à l’époque, Crimes et châtouillements (1992), Le Goudron et les plumes (1993), Unless (1995). Est-il besoin de rappeler qu’en poésie comme en prose, l’écriture raffinée d’Hélène Monette était le véhicule de son indignation, de son engagement et de son humanisme ? Sans doute pas, enfin pas à ceux et celles qui comme moi la tiennent en haute estime.

Lors d’une entrevue accordée au Devoir, dans la foulée de la parution de son livre Où irez-vous armés de chiffres ? (2014), elle avouait candidement : « Je ne choisis pas ce sur quoi j’écris. Si je choisissais, j’écrirais du roman historique et je gagnerais honorablement ma vie. Je reçois la violence sociale et j’en reparle. Ça me rentre dedans, ça m’indigne, ça m’émeut, ça me traverse, ça fait partie de ma vie. On ne parle que de ce qu’on connaît ou de ce qui nous bouleverse. »

Vous vous souviendrez que cette colère, cette tristesse, ce ras-le-bol qui souvent nourrissaient les vers flamboyants d’Hélène avaient pour contrepartie sa tendresse pour les êtres chers et l’indispensable esprit de solidarité, cette attention à l’Autre qui lui semblaient nous faire défaut individuellement et collectivement, en cette époque tapageuse et véhémente.

Dans un poème intitulé « Le vacarme » (Le Blanc des yeux, 1999), Hélène écrivait d’ailleurs :

Le bruit permet de développer
d’extrêmes capacités d’indifférence
quand tout est à plein volume, la lassitude universelle
fait à peine un bruit de mouche contre la vitre
on n’entend même plus l’existence effleurer la transparence des yeux

Hélène Monette n’aimait pas qu’on parle ou écrive pour ne rien dire.

Hélène Monette n’aimait pas le bruit.

Entendons par là tout ce qui nous distrait inutilement du monde tel qu’il est, avec ses injustices et ses tragédies mais aussi ses p’tits bonheurs et ses plaisirs trop fugaces, tout ce qui nuit à notre présence dans l’univers, tout ce qui nous empêche de voir la beauté du monde et d’entendre distinctement le chant tantôt triste, tantôt allègre de nos concitoyens et concitoyennes, surtout les plus démunis. Pas seulement ceux et celles qu’un système autoritaire aux prétentions démocratiques relègue sauvagement et sans appel dans la misère et la marginalité, mais surtout ces âmes bâillonnées que ce système prive du droit de parole, du droit d’existence qui est le corollaire du premier.

La beauté du monde, disais-je. Elle y croyait, Hélène Monette. Je veux dire en cela que malgré la cupidité des puissants qui marchent, insensibles, vers on-ne-sait-trop-où, armés de chiffres, malgré l’égoïsme et l’indifférence, malgré la terrible brutalité du réel, elle gardait espoir en le potentiel des hommes et des femmes de s’élever, de dépasser leur modeste condition pour embrasser quelque chose de plus grand, de plus merveilleux. Elle doutait parfois, mais continuait tout de même de croire.

Je n’en voudrais pour preuve que les premières pages de son recueil de proses et de poèmes Là où était ici (2011).

Comme une vieille savate dans la savane
je me penche sur la beauté du monde
pas grand-chose
des panneaux-décors offrent des destinations touristiques extrêmes
ça m’apprendra à m’occuper de la cigale
du brin d’herbe et du caillou
dans un monde pareil
où la beauté, même laide, se paye
se réserve
s’achète en forfait, en formule-privilège
avec des étoiles, quatre ou cinq
après
c’est la vraie beauté des étoiles naturelles
dans le ciel magané dans la pollution lumineuse, ces brillances clignent de la pointe
pour nous émerveiller
pour éviter le torticolis alors qu’on ne voit pas
grand-chose non plus
en haut je me repenche sur la beauté
courbe et plie
et par terre, il y a une carte postale de la millième
merveille du monde
la photo est floue
un désastre se tient pourtant dans l’image explosée
dans un dégradé de couleurs fauves
deux, trois promeneurs isolés, le nez au vent
apparaissent
comme des as du sublime
tremblotant

Comme tous ceux et celles qui ont eu la chance de côtoyer Hélène Monette, car je considère que c’est une chance, j’ai partagé au fil des vingt dernières années des moments extraordinaires et intenses en sa compagnie. À boire et à manger, à rire et à chanter, d’ivresse et parfois et de désespoir. À échanger sur la musique, sur la chanson, ces arts si près et pourtant si loin de la poésie. À discuter de la littérature et de ses artisans, ici ou ailleurs, de ce milieu auquel nous appartenons l’un et l’autre. À échanger sur le monde, ce foutu monde, le seul que nous ayons et qui nous déplaisait parfois, que nous tentions d’imaginer autre, plus équitable, moins froid, moins sourd, moins cruel.

Nous avons amplement exagéré, comme elle le faisait dire à la narratrice du Goudron et des plumes à propos d’autres débordements qui n’avaient rien à voir avec les nôtres.

Hélène Monette et Stanley Péan. Photo UNEQ

Hélène Monette et Stanley Péan. Photo UNEQ

Nous avons eu nos prises de tête et nos prises de bec, jamais très graves, parce que j’aimais beaucoup trop ma petite sœur pour véritablement me brouiller avec elle. Mais je suis têtu, je le reconnais, et j’ai parfois voulu avoir le dernier mot, ce qui en soi pouvait s’avérer tout un défi.

J’ai aimé Hélène, comme je continue de l’aimer en son absence. Pour ce courage et cette opiniâtreté dont elle a fait preuve jusqu’à la fin, jusqu’à l’heure de regarder la Mort dans le blanc des yeux.

Aujourd’hui, en ce lieu, en cette circonstance quand même un peu solennelle, plus de six mois après qu’elle se soit définitivement tue, j’aimerais lui laisser le dernier mot, en concluant mon allocution sur son poème « Ne les (nous, vous) tuez pas ! »

Je les ai tous embrassés
tous, jusqu’à la fin du monde
c’est pourquoi je suis là
la seule raison
c’est le contact chaud
la poussière des joues
le sourire, parfois
et la lumière
quand nos yeux sont l’éclaircie
c’est pourquoi je suis présente
quand l’autre est là, en vie

car s’il est mort, massacré, tué, disparu
qu’est-ce que je suis?
qu’est-ce que je fais
jusqu’à la fin
qu’est-ce que j’ai dit?

nous sommes tous complices
et qui n’est pas, aujourd’hui, très troublé et triste?
quoi faire, petits frères?
que faire, tendres sœurs?

le bonheur, c’est de vous connaître tous
en autant qu’on ne s’entretue pas

Lili Monette-Crépô

Lili Monette-Crépô, fille d’Hélène Monette, fait lecture de quelques vers de sa mère.

Pierre Jasmin invita Lili Monette-Crépô à partager des extraits de la poésie de sa mère Hélène :

Voici maintenant de son œuvre Thérèse pour joie et orchestre, Prix de la Gouverneure générale 2009, quelques vers lus par votre serviteur et surtout par sa fille Lili Monette-Crépô que je vous demande d’applaudir.

Notre carrosse est avancé
tu parles de la tragédie de la Terre
avec la foi de l’utopie
hémérocalle dans un champ de mines
parfois j’ai le vertige de l’innocence moi aussi

Hélène Monette recevant le Prix de la Gouverneure générale. Photo Conseil des Arts

Hélène Monette recevant le Prix de la Gouverneure générale. Photo Conseil des Arts

À lire également : les hommages à Samian et Michel Rivard. La galerie de photos de l’événement est sur cette page.

2 Commentaires

  1. 16 mars 2016    

    Merci à chacun et chacune, merci à Stanley, pour ce simple et bel hommage à Hélène. Je l’ai peu connue, tardivement, mais son contact brûlait d’intensité. Je suis fier d’appartenir à des APLP capables de réunir pareilles sensibilités.

  2. domlebo domlebo
    27 mars 2017    

    avec un an de retard: merci stanley péan.
    merci pierre jasmin.
    merci à lili.
    merci hélène monette que je n’ai pas connue et dont les mots me font vibrer.
    merci à ta poésie.
    elle est belle comme tu sembles toi-même avoir été, hélène monette.

Répondre à domlebo Annuler la réponse.

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*

code

Le Manifeste pour la Paix


Nos actions récentes

23 septembre : Lancement du Manifeste pour la Paix à Victoriaville.
22 septembre : Lancement du Manifeste pour la Paix à Mont Saint-Hilaire.
21 septembre : Lancement du Manifeste pour la Paix à Montréal.
5 août : Cérémonie commémorative d'Hiroshima à Montréal.
14 juillet : Manifestation pour la Paix, Avignon, France.
23 avril : Cérémonie de remise des Prix APLP 2018.
20 avril : Participation à la journée de dialogue sur le contrôle des armements à Ottawa.

Voir toutes nos lettres aux élus »

Remontez dans le temps »

Recherche par sujets