Evénements du mois

Activités de nos membres






Je suis APLP parce que…

"C'est la paix et la justice pour tous que chacun d'entre nous souhaite et recherche. Contribuons à construire un monde meilleur, avec notre talent, quel qu'il soit !"
Camille Pelletier Antaya, membre du CA des APLP
"Parce que la paix est toujours à faire, en nous comme avec les autres, et que c’est par l’art que c’est le plus merveilleux de la promouvoir, de la défendre, de la fêter !"
domlebo, auteur-compositeur-interprète
"La paix est sacrée. C’est pour ça qu’on dit : Sacré-moi la paix !"
Yvon Deschamps, humoriste retraité
"Les mots de Louise Warren sur le dessaisissement et sur l’intensité préalable à la création me conduisent à Mozart et à Beethoven, à ma fille et à mon fils : je leur souhaite la paix… et travaille tous les jours à ce que ce vœu se réalise !"
Pierre Jasmin, pianiste, membre de l'exécutif de Pugwash Canada
"ChacunE, quel que soit son milieu d’appar-tenance et ses talents, peut et doit apporter sa petite pierre à la construction de la Paix (qui est tellement plus que l’absence de guerre ou de conflit armé)."
Dominique Boisvert, écrivain d'essais
"La paix est loin d’être acquise. Avec l’explosion de l’industrie militaire dans le monde, on aura besoin de nos mots, notre musique, nos films, de notre art pour faire contrepoids. La culture est arme de construction massive."
Guylaine Maroist, cinéaste documentaire

Marcelle Ferron, Artiste pour la Paix 2000

Marcelle Ferron

Marcelle Ferron

Homélie présentée lors des funérailles de Marcelle Ferron le  23 novembre 2001 par Andrée Lachapelle, comédienne et Pierre Jasmin, pianiste, tous deux membres des Artistes pour la Paix.

(Andrée)

Pierre, la dernière fois que nous étions réunis, c’était le 14 février dernier, au Centre Pierre-Péladeau, afin de proclamer Marcelle Ferron artiste pour la paix de l’année 2000.   On l’avait fêtée, tu t’en souviens, en compagnie de sa fille Babalou, de Marie-Claire et Richard Séguin, Maryvonne Kendergi, Michel Chartrand, Florent Vollant, Marquise Lepage, Josée Lambert, Jacques Lavallée, Paul Klopstock et beaucoup d’autres, tous en admiration devant cette grande dame.

Mais pour la première fois en plus de 12 ans de remises annuelles du prix, les journaux n’avaient pas rapporté l’événement : c’est comme si le concept de paix, lorsque jumelé avec justice sociale, était devenu obscène dans une société, où par ailleurs les limites  pornographiques deviennent plus permissives.

Marcelle nous avait livré deux messages le 14 février.

  • Le 1er, «Même les religions n’ont pu abolir les guerres. On a même appelé ça guerres de religion» qui allait s’actualiser dramatiquement, 7 mois plus tard, le 11 septembre.
  • Le 2e message, c’était : «Il y a quatre couleurs dans le monde : Il y a le noir, il y a le blanc, il y a le jaune, il y a le rouge.  On naît sous une de ces couleurs par pur hasard. Le racisme est donc une chose complètement incompréhensible, car derrière chaque couleur, il y a un homme ou même un enfant.  La paix est nécessaire pour éviter de tuer les enfants d’Afrique, entre autres».

Marcelle, comme nous, avait ses doutes sur la Pax americana et les exprimait avec toute la magnifique insolence dont elle était capable. Elle s’interrogeait avec lucidité sur la «justice infinie» d’un pays qui fabrique et exporte encore des mines anti personnel en Afghanistan où elles ont fait, au cours des années, des dizaines de milliers de civils estropiés.  Pour Marcelle, qui souffrait continuellement de «sa patte», comme elle le disait avec humour, sa jambe affectée par la tuberculose osseuse, il y avait une sorte de sympathie naturelle envers ces victimes. Les Artistes pour la Paix ont travaillé de façon tangible afin que notre pays, au contraire des États-Unis qui ont refusé de signer le traité anti-mines, se fasse champion d’un monde libéré de ces engins.

Marcelle a milité de bien d‘autres façons, par exemple, lors d’un encan d’œuvres d’art organisé par les Artistes pour la Paix au profit d’un collectif de femmes croates et bosniaques qui soignaient, à l’aide d’une thérapie par l’art, les victimes de viols systématiques perpétrés lors de la guerre des Balkans.  Elle avait donné une œuvre à cette occasion avec sa générosité coutumière.

«L’artiste, disait-elle, est toujours rebelle, hostile à toutes les formes de dictature.  C’est pour ça qu’il est toujours le premier à être mis en prison.  Il représente la liberté et la gratuité, et même si on lui coupait la tête, on ne pourrait jamais lui enlever ses rêves, comme le dit une légende chinoise».

Marcelle, tes rêves, tes œuvres vont nous éclairer notre vie durant.

(Pierre)

Et elle ajoutait, Andrée, à l’époque du «Refus global» :

«Apprendre à lire la peinture, à décoder, cela t’apprend à avoir un autre regard sur la société.  C’est ce qu’on ne nous a pas pardonné : tout à coup, ce regard-là !  On s’est mis à regarder ce qui se passait dans la vie.  Et comme on avait appris à voir un peu mieux, on a vu.  C’est tout.  C’est global, ça»

Cette lucidité pénétrante était tempérée chez Marcelle par ce que Gaston Miron appelle, dans son poème Compagnon des Amériques, «la commisération infinie » – Cette compassion, elle l’exerçait envers tous les faibles ou exploités, non seulement ceux du Chili de Pinochet, de l’Espagne sous Franco, du Québec des années 50 ou 70, mais, indépendamment des idéologies, elle exprimait sa solidarité aussi envers les Algériens dans la France des années 60, ou envers les Tchèques occupés par les Soviétiques en 1968.

Inspirée par la franchise brutale et le sens des structures d’un Beethoven, par la douloureuse compassion et la sensualité colorée d’un Gustav Mahler, ses deux compositeurs préférés,  Marcelle Ferron la femme et le peintre, constitue à son tour un véritable modèle pour les Artistes pour la Paix.

Pour conclure, écoutons le magnifique message posthume qu’elle nous adresse, tel que cité dans les Esquisses d’une mémoire de Michel Brûlé :

(Andrée)

«La mort éclaire la vie.  Elle ne te rend pas morbide ni suicidaire.  Au contraire.  La mort donne à la vie une richesse, une fragilité aussi qui te rend beaucoup plus attentif.  (…) J’aime les êtres qui ont cette vulnérabilité.  Parce que c’est peut-être ce qui rend sensible, compréhensif, ce qui donne des ouvertures».

Aucun commentaire jusqu'à présent.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*

code

Le Manifeste pour la Paix


Nos actions récentes

10 novembre : Grande Marche - La planète s'invite au Parlement.
23 septembre : Lancement du Manifeste pour la Paix à Victoriaville.
22 septembre : Lancement du Manifeste pour la Paix à Mont Saint-Hilaire.
21 septembre : Lancement du Manifeste pour la Paix à Montréal.
5 août : Cérémonie commémorative d'Hiroshima à Montréal.
14 juillet : Manifestation pour la Paix, Avignon, France.
23 avril : Cérémonie de remise des Prix APLP 2018.
20 avril : Participation à la journée de dialogue sur le contrôle des armements à Ottawa.

Voir toutes nos lettres aux élus »

Remontez dans le temps »

Recherche par sujets