Evénements du mois

Activités de nos membres




Je suis APLP parce que…

"En cette époque de repli sur soi, de violence et de conflits incessants, plutôt que de publier mes états d’âmes sur les réseaux sociaux et de me cantonner dans un rôle de spectateur impuissant, je choisis de militer au sein d’Artistes pour la Paix, un regroupement qui me semble plus pertinent et nécessaire que jamais."
Sébastien Dhavernas, comédien, metteur en scène et producteur, v-p des APLP
"C'est la paix et la justice pour tous que chacun d'entre nous souhaite et recherche. Contribuons à construire un monde meilleur, avec notre talent, quel qu'il soit !"
Camille Pelletier Antaya, membre du CA des APLP
"Parce que la paix est toujours à faire, en nous comme avec les autres, et que c’est par l’art que c’est le plus merveilleux de la promouvoir, de la défendre, de la fêter !"
domlebo, auteur-compositeur-interprète
"La paix est sacrée. C’est pour ça qu’on dit : Sacré-moi la paix !"
Yvon Deschamps, humoriste retraité
"Les mots de Louise Warren sur le dessaisissement et sur l’intensité préalable à la création me conduisent à Mozart et à Beethoven, à ma fille et à mon fils : je leur souhaite la paix… et travaille tous les jours à ce que ce vœu se réalise !"
Pierre Jasmin, pianiste, membre de l'exécutif de Pugwash Canada
"ChacunE, quel que soit son milieu d’appar-tenance et ses talents, peut et doit apporter sa petite pierre à la construction de la Paix (qui est tellement plus que l’absence de guerre ou de conflit armé)."
Dominique Boisvert, écrivain d'essais
"La paix est loin d’être acquise. Avec l’explosion de l’industrie militaire dans le monde, on aura besoin de nos mots, notre musique, nos films, de notre art pour faire contrepoids. La culture est arme de construction massive."
Guylaine Maroist, cinéaste documentaire

Contre l’austérité provinciale

qui attente à notre santé, à l’éducation, à la culture, à la vie. Solidaires de ceux et celles qui ont choisi la résistance, nous vous présentons un évangile (!) de l’écrivain artiste pour la paix et prof contre l’austérité Yvon Rivard, précédé par un texte de l’écologiste Martin Poirier: nous étions tous trois il y a un an à la manifestation de Cacouna avec Isabelle Miron et plein d’autres résistants EN FAVEUR des bélugas, contre les politiques aberrantes du soi-disant ministre de l’Environnement Heurtel . P.J.

 

Un extrait de texte (pessimiste?) par Martin Poirier

« Le risque que les coupes tous azimuts provoquent un large front commun à leur encontre est sans doute compris dans le plan initial [libéral]. Stratégie de prédation classique, où plus le spectre d’attaque est large, plus augmentent les chances de récupérer des proies. Ils pourront ensuite lâcher des miettes prévues d’avance, les faisant passer pour des concessions suffisant à nous fermer la gueule. Ce à quoi se préparent déjà une batterie d’exécutants syndicaux.

Comme si ce n’était pas assez, alors qu’on se prépare à défendre les restes des luttes des trente glorieuses, une opération autrement plus brutale vient confirmer nos pires craintes quant aux tendances psychopathes du pouvoir en place. Sans gêne aucune, les projets d’extraction pétrolière à Gaspé et sur l’île d’Anticosti, de même que les oléoducs devant acheminer les sables bitumineux albertains vers la côte Atlantique, n’hésitent pas à mettre en péril l’eau potable, c’est-à-dire la possibilité même de la reproduction de l’espèce humaine, pour en tirer d’éphémères dividendes pour un club sélect de nihilistes déséquilibrés. Le combat simultané contre l’austérité et l’extraction nous situe sur deux plans qui semblent inconciliables au premier regard.

C’est du moins ce qui motive l’argument du «beurre et l’argent du beurre », qu’on pressent déjà au bout des langues gouvernantes : comment pourrait-on à la fois maintenir les coûteux programmes sociaux et se priver de leurs sources de financement pétrolières? S’il est impératif de renoncer de répondre à une telle intimation, c’est parce qu’elle feint de nous mettre dans la peau des gouvernants, comme ses vigilants et compatissants conseillers. Mais le « on » du «qu’est-ce qu’on doit faire à la place? », ce on n’est pas nous. Il ne concerne que les gestionnaires du désastre, qui perpétuent leur propre cercle vicieux comme seule manière concevable de vivre.

Ce point de vue où le pire – l’austérité comme manière d’être et l’extraction/consommation comme manière de faire – apparaît comme une nécessité inéluctable, ce point de vue n’est pas le nôtre, mais celui de l’administration, du pouvoir, de l’économie. Dans la perspective des gens du commun que nous sommes, du point de vue simple d’une vie qui tente de se réaliser malgré l’asservissement auquel « on » l’accule, l’austérité et l’extraction apparaissent comme deux facettes d’un seul et unique processus. »

Un texte (optimiste?) par Yvon Rivard

Apprendre à compter autrement
Nous ne sommes pas des comptables
Saint-Denys Garneau

Yvon Rivard, littérature

Yvon Rivard

Nous ne sommes pas des comptables, nous comptons autrement, nous croyons que ce qui ne se compte pas est ce qui compte le plus. Nous croyons qu’il vaut mieux investir dans l’éducation que dans les jeux, dans une génération d’élèves plutôt que dans une équipe de hockey professionnel, dans la formation générale d’êtres humains responsables d’eux-mêmes et de la communauté plutôt que dans la formation d’une main d’œuvre soumise aux caprices du marché, car la seule dette que nous ne pourrons rembourser est un déficit de pensée et de conscience.

Nous croyons que l’école, du primaire à l’université, n’appartient ni à l’État ni à l’industrie, ni aux administrateurs, ni aux parents, que c’est avant tout un lieu d’échanges entre professeurs et élèves, les professeurs enseignant aux élèves ce qu’ils ont appris des siècles précédents, les élèves obligeant les professeurs à se tourner vers l’avenir, et non un laboratoire où les professeurs feraient de la recherche en oubliant d’enseigner, ni un atelier où les élèves acquerraient des compétences en oubliant d’apprendre.

Nous croyons qu’on ne peut liquider le passé sans en payer le prix, que l’avenir et ce pays, que l’avenir de ce pays, passent par la reconnaissance  des  cultures autochtone et paysanne dont nous sommes issus et que nous avons voulu éliminer, car elles détiennent les secrets de notre survie,  à savoir que la terre ne nous appartient pas mais que nous appartenons à la terre, que nul ne peut se sauver seul, le tout n’étant jamais la somme des parties mais la relation vivante et harmonieuse entre celles-ci..

Nous croyons qu’une ressource qui n’est pas exploitée n’est pas perdue, qu’une rivière qui n’est pas détournée d’elle-même coulera plus librement dans notre regard, qu’un sol qui n’est pas miné nous portera plus sûrement, qu’une forêt qui n’est pas pillée  nous fournira  plus longtemps en bois et en rêves.

Nous croyons que le travail productif, quantifiable, monnayable, sera de plus en plus rare, qu’il faudra donc reconnaître et développer toute autre forme de travail qui consiste à créer de la vie et à en prendre soin. Nous croyons que tou(te)s les laissé(e)s-pour-compte, tous ceux et celles que les lois du marché, l’histoire des peuples ou l’héritage familial ont relégués dans la marge, ont droit au respect et à des conditions de vie qui leur permettent de contribuer à l’œuvre commune, ne serait-ce qu’en prenant soin d’eux-mêmes et de leurs semblables.

Nous croyons que la santé est un bien public, que dans une société malade nul ne peut se croire à l’abri de l’isolement qui tôt ou tard affecte le corps et l’esprit.

Nous croyons que la culture de consommation et du profit est l’asservissement (volontaire) du plus grand nombre au profit d’une minorité, le plus sûr chemin vers l’appauvrissement matériel et spirituel, et qu’il faut apprendre à compter autrement : moins de biens et plus de contraintes égalent plus de liberté.

Nous croyons que si l’argent est le nerf de la guerre, l’autorité morale est le sang de la démocratie, que seuls des citoyens  moraux pourront se donner des dirigeants moraux, c’est-à-dire des êtres qui placent le bien commun, le souci des autres au-dessus de leurs propres intérêts ; nous croyons que dès qu’un parti politique fait de l’économie son cheval de bataille, il y a de fortes chances que ce parti ait déjà remplacé l’autorité morale par l’argent, confondu la guerre et la démocratie.

Nous croyons que le Québec peut devenir un pays juste, différent et solidaire s’il résiste aux slogans, aux mots creux  derrière lesquels se cachent  tous  les  comptables qui prétendent nous sortir de la crise économique et sociale qu’ils ont créée et qui les sert bien; nous croyons que chaque fois que nous entendons les mots « excellence », « compétitivité » « croissance continue », « état de droit », « mondialisation », « équilibre budgétaire », « majorité silencieuse », il faut se boucher les oreilles ou, mieux, se demander: qui parle ainsi et pour qui? qui nous invite à sabrer dans les programmes sociaux, à travailler plus, à faire notre « juste part » ? pour qui travaillent tous ceux qui affirment que l’État doit se soumettre aux cotes de crédit, aux lois du marché, à la rationalisation de la production ?

Nous croyons que la chance du Québec, qu’on accuse toujours d’être endetté ou en retard de ceci ou de cela pour mieux le vendre en lui imposant des politiques économiques et culturelles de rattrapage (cours intensifs d’anglais au primaire, cours d’entreprenariat au secondaire, forages aveugles ici et là, ports pétroliers, etc.), c’est d’assumer et de cultiver sa différence ; nous croyons, comme l’écrivait Pierre Vadeboncoeur, « que si ce peuple vient à réussir, il restera d’abord un témoin de l’inassimilation et persistera à ne pas faire les choses comme les autres, à les faire plus mal ou mieux que d’autres », que « l’avenir lui apparaît encore, singulière et naïve originalité, originalité féconde, comme le champ des possibles ».

Nous croyons que le Québec peut exister et croître s’il continue de défendre la langue française et de se nourrir des autres cultures, s’il fait de son territoire, de sa langue et de son héritage une terre d’accueil pour tous les gens, y compris les gens simples et humiliés, épris de liberté et de justice ; nous croyons que le Québec peut devenir un pays pour tous ceux et celles qui  n’ont plus de pays ou qui étouffent dans le leur, pour ceux et celles qui croient qu’un monde nouveau est possible, ici, entre gens de bonne volonté. Nous ne sommes pas des comptables, nous comptons autrement, nous sommes riches de ce que nous partageons et de ce qui nous manque, nous croyons à une éducation qui institue le libre échange du temps et de la parole, du temps qui devient parole lorsqu’il n’est plus de l’argent, de la parole qui devient du temps lorsqu’elle se met à écouter.

Pierre signale aux lecteurs la parution d’Exercices d’amitié du même auteur qui sait, entre autres, faire revivre son ami Pierre Vadeboncoeur qu’on a tendance à trop oublier…  

Aucun commentaire jusqu'à présent.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*

code

Nos actions récentes

12 novembre : Manifestation contre la haine et le racisme à Montréal.
14 octobre : Manifestation contre l'OTAN à Montréal.
26 septembre : Récital-conférence de Pierre Jasmin.
5 août : Vigile commemorative pour Hiroshima au Jardin botanique de Montréal.
17 juin : Manifestation contre les armes nucléaires, Montréal.
17 juin : Rassemblement de soutien aux réfugiés, Montréal.
27 mai : Marche pour l’humanité et la prévention des génocides, Montréal.
13 mai : Les APLP participent à la fondation du Rassemblement Québécois pour la Paix.
13 mai : Allocution de Pierre Jasmin lors de l'événement Cuisine ta ville.
9 avril : Présence à la manifestation pour la paix en Syrie à Montréal.
21 janvier : Manifestation au rassemblement pour les droits des femmes à la Place des Arts.

Voir toutes nos lettres aux élus »

Remontez dans le temps »

Recherche par sujets