Evénements du mois

Activités de nos membres





Je suis APLP parce que…

"C'est la paix et la justice pour tous que chacun d'entre nous souhaite et recherche. Contribuons à construire un monde meilleur, avec notre talent, quel qu'il soit !"
Camille Pelletier Antaya, membre du CA des APLP
"Parce que la paix est toujours à faire, en nous comme avec les autres, et que c’est par l’art que c’est le plus merveilleux de la promouvoir, de la défendre, de la fêter !"
domlebo, auteur-compositeur-interprète
"La paix est sacrée. C’est pour ça qu’on dit : Sacré-moi la paix !"
Yvon Deschamps, humoriste retraité
"Les mots de Louise Warren sur le dessaisissement et sur l’intensité préalable à la création me conduisent à Mozart et à Beethoven, à ma fille et à mon fils : je leur souhaite la paix… et travaille tous les jours à ce que ce vœu se réalise !"
Pierre Jasmin, pianiste, membre de l'exécutif de Pugwash Canada
"ChacunE, quel que soit son milieu d’appar-tenance et ses talents, peut et doit apporter sa petite pierre à la construction de la Paix (qui est tellement plus que l’absence de guerre ou de conflit armé)."
Dominique Boisvert, écrivain d'essais
"La paix est loin d’être acquise. Avec l’explosion de l’industrie militaire dans le monde, on aura besoin de nos mots, notre musique, nos films, de notre art pour faire contrepoids. La culture est arme de construction massive."
Guylaine Maroist, cinéaste documentaire

Hommage pour l’ensemble de sa carrière à Alanis Obomsawin

Alanis Obomsawin, grande artiste, modèle d’engagement. Obomsawin veut dire «Pathfinder» : celle qui trouve le chemin… Alanis, comme dans courage, détermination, conviction, passion… Alanis Obomsawin, chanteuse et cinéaste abénaquise.

Hommage prononcé par la présidente des APLP, Guylaine Maroist (photo JF Leblanc)

Hommage prononcé par la présidente des APLP,
Guylaine Maroist (photo JF Leblanc)

Née au New Hampshire, Alanis grandit sur la réserve Odanak, près de Sorel. C’est là qu’elle apprend par Théo, le cousin de sa mère, des chansons et des contes abénaquis. Puis sa famille déménage à Trois-Rivières où elle est la seulefamille amérindienne. Alanis a 10 ans. Elle ne parle ni anglais, ni français. On l’insulte. Elle se fait parfois battre à l’école, surtout après les cours d’histoire. Des histoires … mensongères… Elle va passer le reste de sa vie à rétablir les faits. Que fait-elle ? Elle va témoigner. Elle va transmettre. Elle va propager la vérité de sa culture, raconter l’histoire de son peuple. Par tous les moyens. Et d’abord, elle va chanter.

En 1960, débute sa carrière de chanteuse à New York, qui l’emmène dans les écoles et sur les scènes des campus universitaires dans le milieu folk en pleine effervescence militante. En 1967, se profile pour elle une autre manière de témoigner : montrer. Elle a fait entendre, elle va faire voir. C’est par le cinéma documentaire qu’elle va donner la pleine mesure de sa mission de mémoire, élargissant sa vision aux revendications de toutes les nations autochtones. Des films de lutte et de beauté, autant de révélateurs qui nous permettent de saisir à la fois les misères et les richesses de son peuple. Alanis réalisera plus de 43 films à l’Office National du Film. De ces films, tous méritoires, certains seront particulièrement célébrés.

Il faut d’abord mentionner Christmas at Moose Factory, son premier film, entièrement construit à partir de narrations et de dessins d’enfants. En 1977 il y aura Mère de tant d’enfants, ce film où elle en dit tant sur la condition des femmes autochtones. En 1981, Incident à Restigouche témoigne d’un événement de brutalité policière dans une réserve Mic Mac, où les Indiens se battent pour la reconnaissance de leurs droits ancestraux de pêche au saumon. À large portée humanitaire, ses films naissent souvent d’une tragédie individuelle. Dans Richard Cardinal : le cri d’un enfant métis de 1986, le récit dramatique du suicide d’un jeune garçon va initier des changements dans l’administration des services sociaux chez les familles d’accueil en Alberta.

Et personne ne peut oublier Kanesatake : 270 ans de résistance. Certainement son film au plus grand retentissement. Au cours de l’été de 1990, Alanis va passer 78 jours derrière les barricades dressées par les Mohawks pour protéger leur pinède, à tourner des images les opposant à la Sûreté du Québec et à l’Armée canadienne. Ce documentaire expose les problèmes des autochtones au premier plan de la conscience des Canadiens et de la scène internationale. Et remporte 18 prix à travers le monde. Et Alanis persiste.

En 2014, elle lance Trick or treaty, grand film d’espoir qui salue la résilience des jeunes autochtones engagés dans le mouvement Idle no more (finie l’inertie). Encore aujourd’hui, elle est aux premières lignes, toujours là à dénoncer les injustices, les iniquités, toujours là pour son peuple. De prestigieuses récompenses jalonnent ce parcours exemplaire et exceptionnel. Membre de l’Ordre du Canada, de grandes universités canadiennes lui décernent des doctorats honorifiques. Mais la vraie récompense pour Alanis, est que son œuvre vit, et vibre, et permet à son peuple abénaki et aux Premières Nations d’avancer, chanson par chanson, film par film, et depuis 30 ans déjà, par ses gravures et lithographies– exposée notamment au MoMa à New York.

Alanis Obomsawin, une grande artiste qui nous montre depuis plus de 50 ans comment le travail artistique acharné et déterminé peut faire en sorte qu’un peuple, son peuple, ne soit plus «invisible». Une grande artiste qui nous montre, par sa vie, par son œuvre, comment on peut se battre… avec les armes de la paix. Les Artistes pour la paix vous disent MERCI, Alanis Obomsawin.

Suite à ce discours de Guylaine Maroist, elle-même cinéaste documentaire, en présence d’un autre qui fut artiste pour la paix 2002, Martin Duckworth, Alanis, très émue, parle avec toute sa passion de son nouvel optimisme, après hélas des décennies où elle a été témoin de tant de racisme et de dizaines de suicides de jeunes des communautés du Nord (on connaît le refus du gouvernement Harper de déclencher une enquête, même après la mort inexpliquée de mille deux cents femmes et jeunes filles autochtones). Alanis, qui avait siégé au conseil d’administration des APLP de ses débuts jusqu’à l’été 90 où elle fut solidaire de l’acheminement de courges, fèves et maïs à la communauté d’Oka par les APLP, a reçu du public rassemblé par les Artistes pour la Paix une ovation debout.

Alanis Obomsawin

Alanis nous sourit, émue par l’ovation d’une rare intensité, miroir de sa propre intensité et intégrité en ce 16 février! (photo JF Leblanc)

Aucun commentaire jusqu'à présent.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*

code

Le Manifeste pour la Paix


Nos actions récentes

23 avril : Cérémonie de remise des Prix APLP 2018.
20 avril : Participation à la journée de dialogue sur le contrôle des armements à Ottawa.
12 novembre : Manifestation contre la haine et le racisme à Montréal.
14 octobre : Manifestation contre l'OTAN à Montréal.
26 septembre : Récital-conférence de Pierre Jasmin.
5 août : Vigile commemorative pour Hiroshima au Jardin botanique de Montréal.
17 juin : Manifestation contre les armes nucléaires, Montréal.
17 juin : Rassemblement de soutien aux réfugiés, Montréal.
27 mai : Marche pour l’humanité et la prévention des génocides, Montréal.
13 mai : Les APLP participent à la fondation du Rassemblement Québécois pour la Paix.
13 mai : Allocution de Pierre Jasmin lors de l'événement Cuisine ta ville.
9 avril : Présence à la manifestation pour la paix en Syrie à Montréal.
21 janvier : Manifestation au rassemblement pour les droits des femmes à la Place des Arts.

Voir toutes nos lettres aux élus »

Remontez dans le temps »

Recherche par sujets