Evénements du mois

Activités de nos membres







Je suis APLP parce que…

"C'est la paix et la justice pour tous que chacun d'entre nous souhaite et recherche. Contribuons à construire un monde meilleur, avec notre talent, quel qu'il soit !"
Camille Pelletier Antaya, membre du CA des APLP
"Parce que la paix est toujours à faire, en nous comme avec les autres, et que c’est par l’art que c’est le plus merveilleux de la promouvoir, de la défendre, de la fêter !"
domlebo, auteur-compositeur-interprète
"La paix est sacrée. C’est pour ça qu’on dit : Sacré-moi la paix !"
Yvon Deschamps, humoriste retraité
"Les mots de Louise Warren sur le dessaisissement et sur l’intensité préalable à la création me conduisent à Mozart et à Beethoven, à ma fille et à mon fils : je leur souhaite la paix… et travaille tous les jours à ce que ce vœu se réalise !"
Pierre Jasmin, pianiste, membre de l'exécutif de Pugwash Canada
"ChacunE, quel que soit son milieu d’appar-tenance et ses talents, peut et doit apporter sa petite pierre à la construction de la Paix (qui est tellement plus que l’absence de guerre ou de conflit armé)."
Dominique Boisvert, écrivain d'essais
"La paix est loin d’être acquise. Avec l’explosion de l’industrie militaire dans le monde, on aura besoin de nos mots, notre musique, nos films, de notre art pour faire contrepoids. La culture est arme de construction massive."
Guylaine Maroist, cinéaste documentaire

Granny Power !

 

Photo Le Devoir présentée en première page !!!

Photo Le Devoir présentée en première page !!!

Jocelyne Clarke présentait hier Granny Power au Cinéma du Parc rempli de mémés déchaînées assistant à Montréal à leur « un-convention » (on pourrait traduire par anti-convention-ELLES?) annuelle. Le chapitre de Montréal, fondé il y a 25 ans par Joan Hadrill, avait été le sujet de l’avant-dernier film intitulé les supermémés de Magnus Isaacson (hommage posthume 2013 des Artistes pour la Paix) qui avait dû en écarter hélas de nombreuses scènes tournées en anglais, puisqu’il avait reçu commande d’une télévision en langue française.

Sa veuve Jocelyne Clarke a eu la patience de rassembler pendant trois ans diverses scènes tournées en Colombie Britannique (à Victoria, berceau des Raging Grannies en 1987) ainsi qu’aux États-Unis à Tucson, en Arizona et principalement à New-York ; dans la métropole américaine, dix-huit activistes avaient été arrêtées pour avoir « troublé l’ordre public» en refusant d’évacuer le trottoir où elles protestaient contre un centre de recrutement militaire – cible naturelle dont le principal objet est à leurs yeux de les priver de leurs enfants ou petits-enfants envoyés en pâture dans les guerres coloniales de l’empire Bush. L’une des scènes les plus scandaleusement cocasses du film présente une militante de 92 ans hissée péniblement avec sa marchette par la force constabulaire dans un panier à salade. On suit donc les angoisses des protestataires à l’idée d’un procès, mais principalement leur détermination à aller jusqu’au sacrifice pour leur (notre) cause, jusqu’au moment où leur avocat jubile en leur annonçant leur victoire totale par acquittement de la cour criminelle (!).

Les Artistes pour la Paix avaient immensément apprécié le premier film les supermémés avec son personnage principal Marguerite Bilodeau, alors notre vice-présidente (c’est d’ailleurs son chapeau qui illustre le boîtier du nouveau film), mais quelle belle surprise que ce nouveau film car Jocelyne Clarke réussit, avec l’aide de la vive Tobi Elliott présente hier soir, à appuyer son propre documentaire sur une succession bien montée de témoignages articulés, dont les plus éclatants sont sans doute ceux de :

  • Muriel Duckworth, célèbre pacifiste fêtant alors son centenaire d’activiste et mère de notre Artiste pour la Paix 2001, Martin, principal caméraman du film
  • Phyllis Creighton, aussi membre de l’exécutif de Pugwash Canada
  • la militante montréalaise Louise-Édith Hébert.

Le nouveau film a le mérite d’informer les spectateurs sur les grands dossiers trahis par nos gouvernements totalement décrochés de leur base démocratique, tant les dossiers écologiques que pacifistes : les protestations des mémés savent choisir leurs cibles, par exemple le premier ministre libéral en 2004, Paul Martin, pour l’inciter avec succès à rejeter le plan de bouclier anti-missile que Donald Rumsfeld, l’âme damnée de Bush, cherchait à faire endosser par le Canada; le sujet revient hélas à l’ordre du jour, comme on peut lire en notre article intitulé LE 6 JUIN INSPIRE GRANDEMENT NOS CHEFS D’ÉTAT car nos sénateurs vieillissants et vénaux mériteraient les assauts de l’idéalisme en colère des raging grannies. En cliquant ICI, on trouvera notre lettre au ministre de la Défense, l’Honorable Robert Nicholson.

Les mémés visent évidemment les attaques répétées des conservateurs contre le registre des armes à feu, leurs compressions en éducation (enquêtes et forums scientifiques) et en art (musées, subventions artistiques, Radio-Canada…), les réunions du G7 et le trio Harper-Calderon-Bush à Montebello (là où des policiers ont été pris en flagrant délit d’agir en agents provocateurs pour en vain enflammer la foule à vouloir commettre des actes de violence, avant de se faire démasquer par un service d’ordre syndiqué).

Les mémés déchaînées ont été photographiées nues, souillées par une substance évoquant le pétrole sale des sables bitumineux. Aucun sujet n’est tabou : banques et multinationales rapaces, usines d’armement, fracturation des gaz de schiste, réchauffement climatique et bien sûr l’armement nucléaire dont Joan Hadrill fait avec raison sa principale cible; semblables à cette religieuse de 83 ans, sister Megan Rice arrêtée l’an dernier dans une centrale nucléaire (voir http ://artistespourlapaix.org/?p=4963 ), on peut admirer les octogénaires du film faire du kayak au péril de leur vie dans le port de Vancouver en pagayant autour des sous-marins nucléaires américains pour les dénoncer !

Leurs informations toujours pertinentes et l’intelligence politique de choisir les sujets les plus déterminants pour notre avenir (contrairement à nos facultés de science politique qui devraient apprendre d’un tel engagement!) vont étonnamment de pair avec un humour et un sens de l’autodérision fabuleux de créativité. Sans doute le message à retenir de Louise-Édith Hébert, c’est que les mémés déchaînées agencent elles-mêmes leurs textes en rimes éloquentes et détonantes. Si elles ont bien conscience que leur travail ne plaira pas forcément à l’élite d’esthétisme artistique, en particulier musical ou poétique, elles et leur film revendiquent haut et fort un art collectif, voire communautaire, un art impar-fait de leur adhésion passionnée. Bref, LE FILM D’ÉTÉ À VOIR, une leçon d’engagement pour tous les pacifistes et pour nos jeunes d’écoles secondaires, de CEGEPS et d’universités, un film à montrer dans tous les festivals…

Aucun commentaire jusqu'à présent.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*

code

La boutique virtuelle APLP



Nos actions récentes

2 juin 2019 : Vernissage de la Biennale Les créateurs de Paix 2019.
16 mai 2019 : Lettre ouverte du CNANW au Premier ministre Trudeau.
14 mai 2019 : 3e Rencontre des Ambassadeurs de la non-violence.
12 mai 2019 : Concert Fête des mères contre la guerre.
10 mai 2019 : Participation à Cuisine ta ville avec ATSA.
23 avril 2019 : Remise des Prix APLP 2019 à Montréal.
28 janvier 2019 : Lettre à Justin Trudeau et Chrystia Freeland sur le Venezuela.
Voir toutes nos lettres aux élus »

Remontez dans le temps »

Recherche par sujets