Evénements du mois

Activités de nos membres

Je suis APLP parce que…

"C'est la paix et la justice pour tous que chacun d'entre nous souhaite et recherche. Contribuons à construire un monde meilleur, avec notre talent, quel qu'il soit !"
Camille Pelletier Antaya, membre des APLP
"Parce que la paix est toujours à faire, en nous comme avec les autres, et que c’est par l’art que c’est le plus merveilleux de la promouvoir, de la défendre, de la fêter !"
domlebo, auteur-compositeur-interprète
"Les mots de Louise Warren sur le dessaisissement et sur l’intensité préalable à la création me conduisent à Mozart et à Beethoven, à ma fille et à mon fils : je leur souhaite la paix… et travaille tous les jours à ce que ce vœu se réalise !"
Pierre Jasmin, pianiste, membre de l'exécutif de Pugwash Canada
"ChacunE, quel que soit son milieu d’appar-tenance et ses talents, peut et doit apporter sa petite pierre à la construction de la Paix (qui est tellement plus que l’absence de guerre ou de conflit armé)."
Dominique Boisvert, écrivain d'essais
"La paix est loin d’être acquise. Avec l’explosion de l’industrie militaire dans le monde, on aura besoin de nos mots, notre musique, nos films, de notre art pour faire contrepoids. La culture est arme de construction massive."
Guylaine Maroist, cinéaste documentaire

Deux (trois) fables amérindiennes

Aux antipodes l’une de l’autre, deux fables amérindiennes, Maïna et Trois histoires d’Indiens, racontées par des Blancs, viennent tour à tour d’atterrir sur nos écrans et méritent bien des éloges, en premier celui de s’être attaqués à un sujet cher à notre défunt Arthur Lamothe (voir son hommage posthume p=4903).

Depuis que la plupart des grands films épiques hollywoodiens se résignent peu à peu à évacuer les insipides Tom Cruise, Arnold Schwarzenegger et Sylvester Stallone qui avaient accaparé trois ou quatre décennies de films violents, on assiste dans les deux dernières années à leur singulière prise en charge par de jeunes héroïnes flamboyantes menant la révolte réjouissante de l’humanité contre des dirigeants despotiques. Ma fille de quinze ans, à son grand plaisir, a revu Divergence avec Shailene Woodley, comme elle avait adoré les deux premiers Hunger Games avec Jennifer Lawrence, dont elle attend avec impatience le double dénouement, malgré le suicide d’un des acteurs clés, le brillant et regretté Philip Seymour Hoffmann.
embrasement
Incidemment, à ceux qui détestent le nouveau premier ministre du Québec, nous répétons : « n’oublie pas qui est l’ennemi», bien installé à Ottawa…

Michel Poulette a courageusement consacré plusieurs années de sa vie à filmer les paysages grandioses du nord de notre pays pour recréer la vie des Innus et des Inuïts, avant l’arrivée des premiers colons Français dans son splendide Maïna. Roseanne Supernault interprète cette héroïne inventée par Dominique Demers, à laquelle elle prête des traits innus, dont cette désarçonnante capacité de rire, même dans des moments tendus. On a reproché à cette fresque qui plaira sûrement à l’Europe avide de nos grands espaces de se complaire dans une vision trop idyllique, accentuée, il est vrai, par la musique de Michel Cusson (qui nous avait habitués à davantage de caractère). Et pourtant la violence habite les premiers moments du film de façon réaliste et l’entente entre la femme innue et l’homme inuït fleurit malgré des obstacles culturels, sociaux et géographiques bien énoncés, quoique trop sagement : le froid et la faim marquent la chair et les caractères de façon plus mordante (l’image du chien qui s’attaque à une fourrure dénuée de chair dans le film de Robert Morin en témoigne de façon éloquente!). La dernière image du film montre Maïna et son ravisseur Nataq désormais unis, en train de contempler une caravelle française sur le point d’aborder leur rivage : cette image incongrue nous rend encore plus perplexes que les deux autochtones…

Maina
La dernière image du film de Robert Morin, un Walmart secoué par une explosion, nous semble pareillement plaquée et artificielle, surtout dans un film marqué par une approche hyperréaliste, on pourrait dire expressionniste. D’ailleurs, l’interprétation musicale des chefs d’œuvre en contrepoint aux monstrueux crachements de fumées par des camions rivaux emprunte ce mode expressionniste pour nous révéler des Ravel, Berlioz, Wagner et Bartók qui enchantent le monde déprimant d’un des protagonistes de ces Trois histoires d’indiens.

Morin n’a pas jugé utile, cette fois, de charger son film de la dimension cynique qui plombait ses très efficaces Journal d’un coopérant et son dernier, Quatre soldats. C’était inutile vu les terribles images de la réserve du Lac Simon et de ce personnage fascinant, victime du syndrome d’alcoolisme fœtal (« quand je suis arrivé au monde, j’étais mort-né »). Sa résilience de patenteux obstiné nous séduit entièrement malgré sa laideur repoussante. Il en acquiert un charisme qui n’a pas échappé aux caméras du wapikoni mobile. religion

Même les trois indiennes subjuguées par leur culte excessif rendu à Kateri Tekakwitha sont filmées à la Rossellini, sans parti pris pour ou contre leur religiosité malsaine. On sait gré à Morin de cette objectivité exemplaire, résultat de quatre ans à l’affût avec sa caméra, à filmer comme un documentaire la survie dans des conditions cauchemardesques de ces trois histoires d’Indiens…

naima2

Et dans leurs logements délabrés et encombrés de détritus sordides, Morin va jusqu’à filmer ces victimes de l’apartheid de notre société blanche en train de regarder à la télé, avec une compassion un peu ahurie, leurs soeurs et frères Palestiniens sur lesquels des soldats israéliens tirent de leurs carabines.

robert_morin
Trois histoires d’Indiens prennent en outre le temps de contempler la nature, non pas le cliché, aux yeux de Robert Morin ci-contre, de son immensité de forêts et de rivières, mais le miracle de patineuses sur un étang qui dégèle, d’un orignal perruqué de givre qui déguste une branche d’arbuste, d’un raton-laveur qui se gratte, du soleil qui se couche et du chien d’Érik Papatie qui partage son lit avec tous les fils et batteries nécessaires à son métier de patenteux. On ressent la sympathie du réalisateur et sa tendresse face à ses trois sujets principaux et on ressort émus, quoique troublés par le sordide. De Maïna, on ressortait émus aussi, mais avec le sentiment d’avoir été légèrement manipulés par son parti pris de beauté…

Et la paix? Elle a besoin de ces deux aiguillons pour motiver les êtres humains à y travailler: le sordide qu’on veut dénoncer et changer de toutes nos forces d’artistes, et le rêve pour camper la beauté que nous désirons voir s’installer…

Il faut voir aussi UVANGA, un film très réussi de Marie-Hélène Cousineau et Madeline Piujuk Ivalu filmé à Igloolik sur l’île de Baffin où un fils revient sur les lieux de son origine en cherchant l’identité de son père mort en des circonstances mystérieuses. Comme chez Morin, le film trace un portrait non complaisant de la communauté inuïte, sans se priver des magnifiques paysages sous le soleil de minuit qui avaient séduit Glenn Gould.

1 Commentaire

  1. judi richards judi richards
    1 juin 2014    

    Pierre,
    Je te félicite; tu es un homme extrêmement occupé… et toi, tu trouves le temps de voir des films, et de nous en parler… de suivre la politique autant ici qu’ailleurs, de militer haut et fort pour conserver la nature, tout en poursuivant ta vie de prof, de conférencier, de «Pugwashien» par excellence, vice président APLP …papa, mari….et j’en passe…! Exceptionnel.

    Bien que je me sens toujours si peu renseignée quand je lis tes blogue Pierre, je les apprécie.

    En conclusion… J’aime bien TA conclusion….
    «Et la paix? Elle a besoin de ces deux aiguillons pour motiver les êtres humains à y travailler: le sordide qu’on veut dénoncer et changer de toutes nos forces d’artistes, et le rêve pour camper la beauté que nous désirons voir s’installer…»

    judi

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*

code

Nos actions récentes

20 mai 2020 : Lettre ouverte - le Canada ne mérite pas de siège au Conseil de sécurité.
13 avril 2020 : Lettre à Justin Trudeau : Levons les sanctions !
10 avril 2020 : Lettre du Groupe des 78 : Habileté diplomatique requise pour une intervention urgente
7 avril 2020 : Lettre au Premier ministre Trudeau sur NUMISMA
18 février 2020 : Lettre au Premier ministre sur Wet'suwet'en.
27 janvier 2020 : Message au Premier ministre sur les déchets nucléaires.
25 janvier 2020 : Manifestation Non à la guerre contre l'Iran.
Voir toutes nos lettres aux élus »

Remontez dans le temps »

Recherche par sujets