Evénements du mois

Activités de nos membres








Je suis APLP parce que…

"C'est la paix et la justice pour tous que chacun d'entre nous souhaite et recherche. Contribuons à construire un monde meilleur, avec notre talent, quel qu'il soit !"
Camille Pelletier Antaya, membre du CA des APLP
"Parce que la paix est toujours à faire, en nous comme avec les autres, et que c’est par l’art que c’est le plus merveilleux de la promouvoir, de la défendre, de la fêter !"
domlebo, auteur-compositeur-interprète
"La paix est sacrée. C’est pour ça qu’on dit : Sacré-moi la paix !"
Yvon Deschamps, humoriste retraité
"Les mots de Louise Warren sur le dessaisissement et sur l’intensité préalable à la création me conduisent à Mozart et à Beethoven, à ma fille et à mon fils : je leur souhaite la paix… et travaille tous les jours à ce que ce vœu se réalise !"
Pierre Jasmin, pianiste, membre de l'exécutif de Pugwash Canada
"ChacunE, quel que soit son milieu d’appar-tenance et ses talents, peut et doit apporter sa petite pierre à la construction de la Paix (qui est tellement plus que l’absence de guerre ou de conflit armé)."
Dominique Boisvert, écrivain d'essais
"La paix est loin d’être acquise. Avec l’explosion de l’industrie militaire dans le monde, on aura besoin de nos mots, notre musique, nos films, de notre art pour faire contrepoids. La culture est arme de construction massive."
Guylaine Maroist, cinéaste documentaire

L'architecture de la paix

architecture_11-03-2014

Evelyne de la Chenelière et Paula de Vasconcelos unissent leurs forces créatives dans une œuvre dédiée à la paix. Une collaboration qui découle d’un désir d’ouverture à l’autre et de celui de transcender la noirceur qui guette l’Humanité.

Amoureuses autant de la parole que du corps, toutes deux évoquent l’univers des architectes, humbles artisans de la reconstruction du monde, aidées par une merveilleuse équipe où se détachent deux musiciens portugais (une chanteuse-comédienne-danseuse, Ana Brandão et un percussionniste sur des instruments étonnants, Carlos Mil-Homens) et notre amie  Pascale Montpetit, dans un rôle multi-disciplinaire émouvant.

ELLE
Nous ne savions pas quelle était la nature de la catastrophe, quel tyran, quel châtiment, quelle révolution, quel malfaiteur, quels rebelles, quel combat, quelles armées, quelle peste, quelle infection, nous ne savions rien, juste les flammes, la fumée, les animaux en fuite, la boue, le sang, le vacarme, la confusion, l’engloutissement.

LUI
Depuis, nous ne reconnaissons plus le monde et nous ne nous en souvenons pas.

ELLE
Il faut continuer alors.

LUI
Jusqu’à ce que nous revienne la mémoire.

Un homme (Daniel Parent) et une femme (Pascale). Une tragédie s’est abattue sur leur vie, leur arrachant leur fils (Philippe Thibault-Denis) et son amoureuse (Ana) qui revivent tels des fantômes, des êtres qui apparaissent et disparaissent sans explication, autant de piliers dans l’architecture de leur vie nouvelle. À travers leur tentative d’exprimer leur deuil, de comprendre ce qui leur est arrivé, ils découvrent une nouvelle manière de survivre et de transcender ce qui aurait pu les anéantir. Comment faire le pont entre hier et demain ? Comment remplacer les ruines du passé par de nouvelles structures qui permettront à la vie de reprendre, sans anéantir l’Histoire ? Les principes d’harmonie architecturale à la base des temples du monde peuvent-ils se transposer dans les relations humaines ? Car des architectes du monde entier se penchent aujourd’hui sur les principes essentiels à la reconstruction des lieux dévastés par la guerre. Mais au-delà de la réfection de bâtiments et de communautés, c’est aussi le principe de reconstruction de soi-même qui est abordé : comment apprendre du passé dans une perspective d’élévation des consciences ?

Chère Pascale Montpetit,

rivé sur mon siège, momentanément incapable de réagir à cette œuvre vivante d’une intensité rare, comme toi-même l’es, combien je te remercie pour ce pari d’interculturalité magnifique (à l’affiche encore deux semaines).

En entrant dans la salle de l’Espace GO, c’est d’abord la lumière blonde de ce mur rempli d’ouvertures et de ces trottoirs à dérouler qui nous remplit. Faits de paille tressée, ils sont à l’image de ces chorégraphies de corps et générations mêlés que Paula Vasconcelos nous offre avec grande générosité : on pense à la sacralité des rapports du couple d’Hiroshima, mon amour de Marguerite Duras, interprétée par le cinéaste Alain Resnais (qui vient hélas de nous quitter).

Et que dire de ce texte bouleversant d’Évelyne de la Chenelière, un eros-thanatos en successions vertigineuses et ce qu’on aime dans toutes les œuvres d’Évelyne, ce courage de poser les problèmes en face avec droiture et lucidité et la solution de les envisager avec la tendresse humaine d’un sourire, grâce à ses illuminations poétiques davantage remplies d’espoir que celles de Rimbaud ?

L’œuvre que vous défendez va vivre et évoluer jusqu’au Portugal où vous avez rendez-vous cet été, où le chant d’Ana et les percussions retentiront avec une ferveur décuplée, animant vos corps toujours expressifs, ta voix, tes regards fiévreux et tes trop rares sourires qu’on goûte d’autant plus. Transmets mon enthousiasme à toute l’équipe, s’il-te-plaît !

2 Commentaires

  1. Histoire des arts Histoire des arts
    16 avril 2014    

    je n’ai absolument rien compris à cet article. Quelqu’un peut il m’expliquer?
    Je cherche des oeuvres pour le brevet d’histoire des arts dont le theme est l’engagement des femmes.
    Si vous avez des idées…
    Merci

    • Pierre Jasmin Pierre Jasmin
      16 avril 2014    

      L’article rendait compte d’une oeuvre artistique de danse-théâtre présentée par la compagnie de Paula Vasconcelos au théâtre féministe l’Espace GO dirigé par Ginette Noiseux, une de nos artistes pour la paix récompensées.
      Pierre Jasmin

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*

code

Nos actions récentes

23 avril : Cérémonie de remise des Prix APLP 2018.
20 avril : Participation à la journée de dialogue sur le contrôle des armements à Ottawa.
12 novembre : Manifestation contre la haine et le racisme à Montréal.
14 octobre : Manifestation contre l'OTAN à Montréal.
26 septembre : Récital-conférence de Pierre Jasmin.
5 août : Vigile commemorative pour Hiroshima au Jardin botanique de Montréal.
17 juin : Manifestation contre les armes nucléaires, Montréal.
17 juin : Rassemblement de soutien aux réfugiés, Montréal.
27 mai : Marche pour l’humanité et la prévention des génocides, Montréal.
13 mai : Les APLP participent à la fondation du Rassemblement Québécois pour la Paix.
13 mai : Allocution de Pierre Jasmin lors de l'événement Cuisine ta ville.
9 avril : Présence à la manifestation pour la paix en Syrie à Montréal.
21 janvier : Manifestation au rassemblement pour les droits des femmes à la Place des Arts.

Voir toutes nos lettres aux élus »

Remontez dans le temps »

Recherche par sujets