Evénements du mois

Activités de nos membres




Je suis APLP parce que…

"C'est la paix et la justice pour tous que chacun d'entre nous souhaite et recherche. Contribuons à construire un monde meilleur, avec notre talent, quel qu'il soit !"
Camille Pelletier Antaya, membre du CA des APLP
"Parce que la paix est toujours à faire, en nous comme avec les autres, et que c’est par l’art que c’est le plus merveilleux de la promouvoir, de la défendre, de la fêter !"
domlebo, auteur-compositeur-interprète
"La paix est sacrée. C’est pour ça qu’on dit : Sacré-moi la paix !"
Yvon Deschamps, humoriste retraité
"Les mots de Louise Warren sur le dessaisissement et sur l’intensité préalable à la création me conduisent à Mozart et à Beethoven, à ma fille et à mon fils : je leur souhaite la paix… et travaille tous les jours à ce que ce vœu se réalise !"
Pierre Jasmin, pianiste, membre de l'exécutif de Pugwash Canada
"ChacunE, quel que soit son milieu d’appar-tenance et ses talents, peut et doit apporter sa petite pierre à la construction de la Paix (qui est tellement plus que l’absence de guerre ou de conflit armé)."
Dominique Boisvert, écrivain d'essais
"La paix est loin d’être acquise. Avec l’explosion de l’industrie militaire dans le monde, on aura besoin de nos mots, notre musique, nos films, de notre art pour faire contrepoids. La culture est arme de construction massive."
Guylaine Maroist, cinéaste documentaire

UNIVERSITÉ$$

Quinze courtes réflexions en six tableaux

à propos des université$ en vue du Sommet de l’Éducation

L’ASSÉ allié objectif des Libéraux et de la CAQ??? Pas si simple…

Par Pierre Jasmin, professeur titulaire à l’UQAM

Comparaisons entre universités (autres que les palmarès de l’Actualité…)

1- 60% des étudiantEs québécoisES sont des « premières générations » à atteindre le niveau universitaire. Si pour les Universités du Québec, le taux peut monter jusqu’à 72%, il baisse à 40% aux universités de Montréal et Laval et à 20% à l’Université McGill. L’université anglophone reçoit donc, à l’inverse, 80% d’étudiantEs dont les parents sont allés à l’université et qui ont grandi dans des maisons équipées d’ordinateurs et de bibliothèques, avec un ou deux parents capables intellectuellement de les aider dans leurs devoirs du secondaire et du Cegep et capables financièrement de les inscrire à des cours privés et à des activités parascolaires.

2- Et ces élites se retrouvent dans une université aux installations sportives et culturelles incomparables : par exemple, pour leurs concerts, les étudiants en musique de McGill sont assistés par une équipe d’une quinzaine de personnes à temps plein en charge de quatre grandes salles de concert. Pour une population étudiante à peine deux fois moindre, le département de musique de l’UQAM n’a qu’une personne à mi-temps de septembre à avril pour organiser ses concerts, alors que le Centre Pierre-Péladeau leur est peu accessible, contrairement à la volonté exprimée par son mécène.

3- Le stade McGill a joui de subventions pour s’agrandir et l’équipe de football universitaire d’un appui sans comparaison à sa médiocrité et à ses scandales d’initiation. À l’opposé, l’UQAM peine à recueillir les sommes nécessaires à l’achat d’uniformes de soccer! Et l’université québécoise peut seulement rêver, à moins de rattrapage gouvernemental draconien, posséder un jour la capacité financière de présenter une équipe de hockey ou de football, qui n’aurait de toute façon ni stade ni patinoire où pratiquer et s’exécuter devant une foule payante.

4- Serait-ce pour éviter la possibilité d’un tel rattrapage que l’ex-rectrice de McGill a crié que le sommet de l’éducation sera « une farce »? Craint-elle de voir le Parti Québécois de Pauline Marois remettre en cause la différence scandaleuse de traitement entre l’UQAM où je suis prof et McGill dont j’avais reçu la médaille d’or du ministre de l’Éducation en 1970, ceci dit pour me targuer d’une illusoire objectivité?

Comparaisons avec le reste du Canada

5- Le réseau universitaire du Québec est-il sous-financé par rapport au reste du Canada, surtout si on tient compte que les Cegeps avalent au Québec la facture de la première année universitaire et que les Conservatoires jouissent d’un financement considérable du Ministère de la Culture ? Tenté de corriger cette situation (bien des voix s’élèvent pour supprimer Cegeps et conservatoires), on pourrait aussi la considérer non comme un abus mais plutôt un avantage qui aurait permis une amélioration culturelle et éducative des Québécois : plus syndiqués et plus progressistes que la moyenne canadienne, cela ne s’avère-t-il pas un avantage économique (rattrapage du Québec au cours des dernières années par rapport à l’Ontario ) et un avantage politique (élection de députés NPD versus Conservateurs dans le reste du Canada, jeunes du printemps érable capables de mettre à la porte un gouvernement corrompu) ?

Hausse de salaires abusive et prolifération des fonctionnaires

6- Au Québec, les masses salariales des directions d’universités ont augmenté de 150% en moins de dix ans, à mesure que le gouvernement libéral les considérait comme des chefs d’entreprise plutôt que des recteurs ou vice-recteurs d’université (statistiques compilées par la Fédération québécoise des professeurEs d’université, source Max Roy).

7- Chefs, sous-chefs et employés se sont multipliés, les tâches des professeurEs trop peu nombreux (la FQPPU estime vitale l’obtention de huit cents postes supplémentaires) se sont accrues en quantité et appauvries en qualité pour répondre à des demandes tatillonnes de rapports et statistiques exigés à intervalles de plus en plus rapprochés par les fonctionnaires de plus en plus nombreux du ministère de l’Éducation supérieure et des instances subventionnaires fédérales.

Frais de scolarité : investissement personnel ou sociétal ?

8- Précédés par feu Michel Freitag (le naufrage de l’université), appuyés par Guy Rocher, Lise Payette, Omar Aktouf et Victor-Lévy Beaulieu dans leur ouvrage médiatisé par l’IRIS Des mythes sur la hausse des frais de scolarité et l’économie du savoir aux éditions LUX, les auteurs Éric Martin et Maxime Ouellet ont dénoncé « la logique marchande », en réalité un choix idéologique pervers. «Cette rhétorique, écrivaient-ils, vise à inverser la conception historique [20e siècle] de l’éducation: on ne considère plus que la formation des individus relève de la responsabilité de la société, mais qu’il s’agit plutôt d’un investissement individuel au service de l’accumulation de richesse personnelle et de la croissance économique des entreprises. Ce faisant, on choisit de mettre l’«université au service de l’économie», en la détournant de sa mission fondamentale qui devrait être de «former des êtres humains capables de vivre ensemble» [selon des valeurs universelles reconnues et promues par l’UNESCO].

9- L’ouvrage s’interroge aussi sur la dérive de recherches utilitaires subventionnées par le privé. On en a eu deux exemples particulièrement navrants: l’un à McGill avec une recherche biaisée sur l’amiante subventionnée par cette industrie qui tue 100 000 personnes dans le monde chaque année; l’autre à l’Université de Toronto acoquinée avec une industrie pharmaceutique commanditaire d’un de ses édifices qui menait une recherche faisant mourir ses cobayes humains en Afrique : l’université obtint (avant de se voir forcée de la réintégrer par ordre d’une cour de justice) la démission d’une professeure membre de Science for Peace, qui avait tiré la sonnette d’alarme; à l’UQAM, Lise Bissonnette va heureusement remplacer Isabelle Hudon, qui était selon les vœux du parti libéral présidente de son conseil d’administration, tout en étant pdg au Québec de Sun Life Financial, ce sympathique commanditaire qui, selon l’International Coalition for the Abolition of Nuclear Weapons basée à Londres, est la seule compagnie canadienne à financer à la fois Lockheed Martin et Northrop Grumman, constructeurs américains des F-35 à 45 milliards de $ de M. Harper, des drones assassins au Pakistan et des bombes atomiques.

L’ASSÉ et la FEUQ : idéaux, idéologie et « vrai monde »

10- L’ASSÉ avait parfaitement raison d’exiger que la gratuité scolaire appliquée en France et en Finlande soit sur la table des options possibles lors du Sommet de l’Éducation : les entourloupettes du ministre de l’Éducation Supérieure, de la Recherche, de la Science et de la Technologie Pierre Duchesne ne furent pas à son honneur et madame Marois a bien fait de rectifier le tir. Les étudiantEs vivent encore dans un monde où la démocratie vue comme un idéal envisage la gratuité scolaire, idéal favorisé et par la Commission Parent de nos années soixante et par l’UNESCO contemporaine.

11- Le ministre péquiste ferait une grave erreur en ne considérant pas sérieusement leurs arguments (et pourquoi pas, les miens ici présentés), car le Sommet ne doit-il pas être un processus démocratique évolutif ? Bien sûr, le ministre a le droit et même le devoir de rappeler que le Québec à ce stade-ci n’a pas l’argent nécessaire à l’amorce de cet idéal, mais à la condition qu’il s’engage à mettre en œuvre les étapes successives d’élimination des gaspillages qui en entravent la réalisation : dédoublements de programmes, dérives immobilières et concurrence effrénée des universités avec frais de publicité et clientélisme chauvin, problèmes considérablement aggravés sous le régime Charest.

12- Si l’ASSÉ a le droit de défendre ses idéaux, avec en principe le droit de se retirer du Sommet et de recourir à la grève, c’est du point de vue politique, un choix vraiment stupide, puisque l’Association se prive d’exprimer ses revendications, par exemple sur l’accroissement vertigineux des frais afférents. De plus, le boycottage des cours, appliqué de façon coercitive, va fractionner la belle unité étudiante qui lui a permis d’avancer et risque de déstabiliser le gouvernement minoritaire péquiste qui a pourtant mis à l’ordre du jour une enquête sur le matricule 728 et la formation d’un conseil de sages pour dorénavant enquêter sur les cas de brutalité policière, comme les Artistes pour la Paix le lui avaient demandé (lire notre lettre au ministre Bergeron et voir les démarches récentes de notre président Daniel-Jean Primeau). Bref, l’ASSÉ mue par son intransigeance idéaliste risque de ramener très vite au pouvoir les Libéraux ou, au cas où ces derniers et leur nouveau chef sortiraient trop écorchés par la Commission Charbonneau, la CAQ de François Legault : or ces deux partis épousent l’étroite logique marchande déplorée ci-haut et appuient sans réserves les écoles privées élitistes qui grugent une part déterminante des budgets éducatifs, sans compter leur complicité face à la centrale nucléaire, aux gaz de schiste et aux mines d’amiante, ce qui a fait monter aux barricades les artistes écologistes lors du Printemps érable.

13- Martine Desjardins et la FEUQ, Éliane Laberge et la FECQ, appuyés par la CSN, ont par contre raison d’insister sur le gel des frais de scolarité à l’université, mais le retrait de l’ASSÉ du sommet vient de porter un dur coup à leur objectif. Privé de sa gauche qui a confondu défense idéologique de ses principes et boycottage d’un exercice citoyen démocratique où leur poids ne s’exercera plus, le sommet vient de se rapprocher d’une solution mitoyenne d’indexation des frais de scolarité. Le gouvernement ferait toutefois mieux de juguler ses dépenses frivoles : frais d’avion de première classe de la rectrice de McGill, primes de séparation des recteurs et vice-recteurs de Concordia, sommes dilapidées par Arthur Porter au CUSM qui quoiqu’on dise, entachent la réputation de la Faculté de Médecine de McGill…

14- La CAQ évoque avec certains recteurs et éditorialistes de La Presse la possibilité de moduler les droits de scolarité selon l’université ou la discipline étudiée, arguant que la formation est quatre fois plus chère en médecine qu’en sciences sociales. L’idée de compensation modulatoire, outre qu’elle multiplierait les fonctionnaires chargés d’en appliquer les principes – dans un programme avec mineure en x et majeure en y, bonjour le joyeux bordel! – ignore qu’un étudiant en médecine n’est pas un médecin, encore moins un radiologiste, et que si un accident ou un désir de réorientation interrompait ses études à un stade avancé, il serait responsable d’une dette considérable, sans jamais en recueillir les bénéfices. La compensation modulatoire et tant qu’à être, le financement des universités peuvent très bien s’effectuer par un impôt juste et proportionné non seulement aux salaires mais aux dividendes (l’argent qui fait de l’argent), en débusquant les magouilles comptables et les paradis fiscaux que les plus riches ont les moyens et la douteuse moralité de se permettre.

Recherche-création et conclusion

15- À propos de la recherche-création abordée au point 9, mon expérience d’avoir consulté en vingt ans bon nombre de thèses universitaires (+ cinq soutenances dans les derniers six mois, comme remplaçant de la doyenne de la Faculté des Arts de l’UQAM) m’a fait constater qu’à une exception près, les thèses travaillées individuellement faisaient toutes avancer la société dont elles favorisent l’éclairage ; à l’opposé, à une exception près également, les thèses supportées par des bourses de recherche issues de programmes gouvernementaux aveuglés par des mirages technologico-informatiques étaient insignifiantes, usant d’un jargon ou d’une langue de bois de fonctionnaire, je le sais pour avoir aussi présidé un jury annuel FCAR.

La conclusion serait-elle : Un « bon » professeur aujourd’hui, c’est quelqu’un qui est dispensé d’enseigner parce qu’il a obtenu tellement de subventions qu’il doit se consacrer à la recherche de ce qu’il a déjà trouvé et exposé, budget et bibliothèque à l’appui, dans son projet soumis à des chercheurs qu’il a lui-même évalués dans un concours précédent. Il y aurait beaucoup à dire sur le gaspillage éhonté de l’intelligence et des fonds publics dans les universités alors que les professeurs du collégial (sans parler de ceux du secondaire et du primaire) travaillent deux fois plus pour deux fois moins à la véritable formation des esprits, car il faut bien reconnaître que l’université ne prête qu’aux riches, ne développe que des esprits déjà formés, c’est-à-dire les déforme le plus souvent en les spécialisant. »

Ce constat caricatural tiré de l’ouvrage Aimer, enseigner paru aux éditions Boréal en 2012 de  mon ami Yvon Rivard (professeur à McGill pendant une trentaine d’années) n’a pas pour objet de nous conduire au fatalisme mais à une lucidité nouvelle qui incitera, souhaitons-nous, le gouvernement à éclairer les universités de pistes de solutions praticables et de nouvelles initiatives collectives favorables au mieux-être général. Et à ce Sommet, devra immanquablement succéder un Conseil des universités, voire une Charte de l’éducation supérieure pour les étudiants, avec droit de grève encadré mais reconnu.

3 Commentaires

  1. Pierre Jasmin Pierre Jasmin
    18 février 2013    

    Cher Pierre,

    Je viens de lire ta prise de position sur le Sommet de l’éducation avec laquelle je suis entièrement d’accord et dans laquelle tu cites généreusement un extrait de mon essai « Aimer ,enseigner », constat que tu qualifies de caricatural!? Je te fais confiance car tu es plus nuancé que moi, mais il faudrait que tu me convainques que c’est caricatural!

    Je te remercie d’avoir pris et défendu vigoureusement cette position que j’endosse. Tu es documenté, tu t’exprimes avec précision et conviction,tu assumes pleinement et intelligemment ton rôle d’artiste et d’intellectuel. Bravo.

    Amitiés,

    Yvon

    Cher Yvon dont j’ai lu tous les livres et que j’admire tant,

    l’extrait si brillamment rédigé n’était pas caricatural dans le contexte de ton livre qui frétille de citations humanistes en particulier, et je t’en félicite, de nombreuses femmes telles que Gabrielle Roy, Virginia Woolf, Danièle Sallenave, Etty Hillesum, que j’ai connue grace à Fernand Ouellette, et la grande Hannah Arendt qui pour moi efface Sartre et une partie de Heidegger.

    Il devient caricatural dans le court exercice de mes quinze réflexions, puisqu’il constitue alors environ la moitié de ma position sur la « recherche-création ». J’ai trop de respect pour toi, Georges Leroux et mes autres collègues pour prétendre que cette définition d’un « idéal universitaire » ainsi burobotisé (néologisme que je ponds illico) couvre leur pratique dans la conduite de leurs étudiantEs…

    Pierre

    Tu as bien raison, et c’est ce que je te disais, ton jugement est plus nuancé que le mien. Quand il s’agit de l’université, je suis très sévère et oublie parfois le travail exemplaire de certains collègues. Mais je pose néanmoins la question : qu’ont fait les meilleurs d’entre nous pour résister à l’argent, à la tentation de devenir des PME et d’échapper ainsi à la solitude, au silence d’où naissent les idées, les mots susceptibles de rassembler les êtres dans la lumière des œuvres qu’on crée ou qu’on interprète ?

    Heureux , et pas surpris qu’un défenseur de la paix, c’est-à-dire de l’esprit travaillant à l’harmonie des contraires, reconnaisse la valeur de femmes telles que Woolf , Arendt …

  2. Pierre Jasmin Pierre Jasmin
    25 février 2013    

    Messieurs Max Roy président de la Fédération Québécoise des ProfesseurEs d’universités,et Jean-Marie Lafortune, président du Syndicat des professeurEs de l’UQAM,
    bravo pour votre participation au Sommet que j’ai pu entendre en direct … de chez moi aujourd’hui 25 février.
    Je suis évidemment ravi que le gouvernement réponde aux préoccupations de beaucoup de monde en annoncant la création d’un Conseil national des universités (je le réclamais aussi en fin de mon document). Hormis quelques écarts de langage d’universitaires francophones qui accordent renforcement, enseignement et état au féminin, le sommet est bien commencé.
    Je suis heureux que les propos de Jean-Marie sur la recherche fondamentale aient trouvé écho chez le représentant de la TaCEQ et aussi chez le ministre.
    Et enchanté que les préoccupations sociales (à étendre aussi aux autochtones, n’est-ce pas?) de Max et en particulier ses propos sur la liberté académique, les contenus de recherche fondamentale à respecter et l’indépendance éthique des chercheurs par rapport aux subventionnaires (une grande part de mes préoccupations dans mon document) aient recu un accueil si chaleureux de la part de la premiere ministre.
    Bref, si ce sommet s’acheminait vers une conclusion fructueuse, vous y aurez joué un role!
    Pierre Jasmin

    ——————————————————————————–
    De: Jasmin, Pierre
    Date: jeu. 2013-02-21 14:08
    À: Lafortune, Jean-Marie; presidence@fqppu.org
    Objet : RE: de Pierre J.

    Merci, Jean-Marie, de ton long message sur mon répondeur que j’apprécie (c’est toi que j’apprécie, pas spécialement mon répondeur).

    Le 11 mars, date prévue de publication du prochain bulletin SPUQ, il risque d’y avoir pas mal de turbulences d’ici là qui rendront caduques certains passages…

    Un acteur important du Printemps Érable invité à Québec par le Centre Justice et Foi vient de m’envoyer un mot déclarant que sa position pro-grève étudiante et pro-manif du 26 février venait de changer radicalement suite à la lecture de mon texte (que j’ai envoyé à l’exécutif étudiant de mon département).

    Mais je pourrai m’atteler à une réécriture d’ici le 11, si comme tu me l’affirmes tu en vois encore l’intérêt…

    Entretemps, l’Aut’ Journal dans sa version électronique l’a publié il y a trois jours.

    Bon courage, messieurs!

    Pierre

  3. Dominique Boisvert Dominique Boisvert
    7 mars 2013    

    Bonjour Pierre,

    J’ai lu ton texte et même si j’ai d’abord pris (et fait connaître) un position contraire, je partage finalement ta position. Et ta réflexion (fort riche d’expérience et clairement exprimée) m’a aidé à faire la distinction entre l’analyse des enjeux et des forces en présence (et là, nous nous rejoignons dans nos deux textes) et les choix tactiques et stratégiques les plus appropriés à faire à partir de là (moi, je disais d’appuyer la manifestation et toi tu critiquais sévèrement le choix politique de l’ASSE de s’auto-exclure pour se cantonner dans la rue). Je crois que tu as raison et que l’ASSE commet l’erreur de s’en tenir à une position purement idéologique (ce qui est tellement souvent notre erreur de la gauche, moi y compris).

    Merci de tes prises de positions et, surtout, pour ta vigilance du point de vue de l’engagement pour la paix. Et merci, dans ce cas précis, de m’avoir rappelé (appris) cette distinction importante dans l’analyse des enjeux et les choix d’actions qui en découlent.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*

code

Nos actions récentes

12 novembre : Manifestation contre la haine et le racisme à Montréal.
14 octobre : Manifestation contre l'OTAN à Montréal.
26 septembre : Récital-conférence de Pierre Jasmin.
5 août : Vigile commemorative pour Hiroshima au Jardin botanique de Montréal.
17 juin : Manifestation contre les armes nucléaires, Montréal.
17 juin : Rassemblement de soutien aux réfugiés, Montréal.
27 mai : Marche pour l’humanité et la prévention des génocides, Montréal.
13 mai : Les APLP participent à la fondation du Rassemblement Québécois pour la Paix.
13 mai : Allocution de Pierre Jasmin lors de l'événement Cuisine ta ville.
9 avril : Présence à la manifestation pour la paix en Syrie à Montréal.
21 janvier : Manifestation au rassemblement pour les droits des femmes à la Place des Arts.

Voir toutes nos lettres aux élus »

Remontez dans le temps »

Recherche par sujets