Evénements du mois

Activités de nos membres

Je suis APLP parce que…

"C'est la paix et la justice pour tous que chacun d'entre nous souhaite et recherche. Contribuons à construire un monde meilleur, avec notre talent, quel qu'il soit !"
Camille Pelletier Antaya, membre des APLP
"Parce que la paix est toujours à faire, en nous comme avec les autres, et que c’est par l’art que c’est le plus merveilleux de la promouvoir, de la défendre, de la fêter !"
domlebo, auteur-compositeur-interprète
"Les mots de Louise Warren sur le dessaisissement et sur l’intensité préalable à la création me conduisent à Mozart et à Beethoven, à ma fille et à mon fils : je leur souhaite la paix… et travaille tous les jours à ce que ce vœu se réalise !"
Pierre Jasmin, pianiste, membre de l'exécutif de Pugwash Canada
"La paix est loin d’être acquise. Avec l’explosion de l’industrie militaire dans le monde, on aura besoin de nos mots, notre musique, nos films, de notre art pour faire contrepoids. La culture est arme de construction massive."
Guylaine Maroist, cinéaste documentaire

1er bouquet «écocitoyen» en vue du 10e anniversaire du printemps érable

manif_22_avril_2012

Le 22 avril 2012, les APLP Frédéric Back et Dominic Champagne plantaient l’arbre du Printemps érable devant ces militants auxquels allaient se joindre 200 000 étudiants.

Le Québec s’y prend de bonne heure avec cette fabuleuse conférence donnée le 5 novembre pour Cœur des sciences par la professeure émérite de l’UQAM Lucie Sauvé, épaulée par Laurence Brière. Pour nous Artistes pour la Paix, la conférence représentait un premier bouquet avant-gardiste de la célébration des dix ans du Printemps érable. Étrange coïncidence, le même Printemps était conspué cette semaine par Jean Charest et sa poursuite à 2 millions de $ contre le Premier ministre François Legault à Glasgow et contre l’énergique vice-première ministre Geneviève Guilbeault brandissant à l’Assemblée nationale le livre Québec inc rédigé par le Journal de Montréal.

La conférence du Cœur des sciences nous amenait ailleurs par la fraîcheur d’un discours qui sans s’interdire les accents lyriques s’appuyait sur la science, à laquelle il faut toujours revenir; ne serait-ce que pour échapper aux sentiments agressifs risquant de faire croire aux jeunes que la COP-26 ONU est l’ennemie à abattre, alors que ce sont les gouvernements qui reculent avec inconscience face aux exigences du GIEC et de la COP-26.

dansereau1

Depuis 2012, en collaboration avec l’Institut des sciences de l’environnement, l’UQAM organise chaque automne une conférence publique Pierre-Dansereau, suivant la désignation du comité exécutif de l’ISE.

Jeudi 4 novembre 2021 18h

conférence_dansereau

Travailler ensemble pour lutter contre les changements climatiques est l’un des quatre objectifs de la COP26. Comment y parvenir ? Face aux enjeux environnementaux actuels, comment favoriser l’engagement des individus et des collectivités ? Et si cela passait par une meilleure conscience de notre appartenance à la nature ? Dans cet apprentissage d’une écocitoyenneté plus que jamais nécessaire, quel rôle jouent l’éducation, formelle ou non formelle, et les mouvements de mobilisation citoyenne ?

Avec la participation de :

  • Lucie Sauvé, professeure émérite au Département de didactique de l’UQAM, membre chercheuse émérite du Centre de recherche en éducation et formation relatives à l’environnement et à l’écocitoyenneté – Centr’ERE. Durant plus de 20 ans, Lucie Sauvé a dirigé des projets de collaboration interuniversitaires et d’action écosociale en Amérique latine.
  • Laurence Brière, professeure en éducation relative à l’environnement au Département de didactique de l’UQAM et chercheuse au Centre de recherche en éducation et formation relatives à l’environnement et à l’écocitoyenneté – Centr’ERE. Elle s’intéresse tout particulièrement aux dynamiques d’apprentissage collectif dans les débats publics sur des enjeux socio-écologiques.

 

Selon Lucie Sauvé qui confirme mes impressions de nombreux contacts privilégiés avec le professeur Dansereau et son épouse artiste, l’écopédagogue et écocitoyen [1] nous invitait à apprendre par l’immersion : mouillez-vous les pieds, ayez froid, ayez faim ! Le COVID-19 nous a rappelé, a-t-elle poursuivi, combien nous sommes inextricablement liés à l’air et à l’eau ainsi qu’hélas, à un virus vraisemblablement échappé d’un espace trop déboisé à l’autre bout de la planète. Le bien vivre ensemble n’est pas un simple écocivisme; nos petits gestes (recycler, ne pas gaspiller, manger moins de viandes etc.) doivent se cimenter dans une dimension politique d’écocitoyenneté. Les jeunes l’ont comprise en manifestant encore les 24 septembre et 6 novembre derniers, en poussant la réflexion de Hannah Arendt d’aller au-delà du repli sur l’intimité pour penser aux autres :

  • en questionnant chacun de nos achats : le jean convoité fabriqué de coton indien qui a nécessité des quantités astronomiques d’eau et de produits toxiques Monsanto n’est-il pas un facteur aggravant de la vague de suicides des fermiers en Inde ?
  • les minières extractivistes de Toronto financées par la Royal Bank, sont-elles responsables des dégâts en Amérique centrale, au Pérou, en Bolivie et en Afrique?
  • alors que les pétrolières comme SUNCOR n’ont pas changé leurs prévisions pour 2030 de 110% de bénéfices accrus, responsables de réchauffer indûment la planète.

 

Jeunes et moins jeunes s’étaient levéEs en envahissant Cacouna à l’automne 2014 pour refuser qu’un port pétrolier s’installe devant une pouponnière de bélugas.

jasmin_rivard_cacouna

L’auteur de l’article à Cacouna avec l’écrivain Yvon Rivard dénonçant les deux PMs.

Photo_Cacouna

Avec les députés du PQ alors bien unis : Pascal Bérubé, Harold LeBel, Martine Ouellet et André Villeneuve. De nos jours, se joindraient bien d’autres députés de Québec Solidaire, de la CAQ, même, et des libérales telle Marwah Rizqy.

Nitassinan-murale

Murale créée par Sabrina Mathews, des Innus et les APLP en août 1990 au centre-ville.

Car dans la réciprocité se joue l’avenir du monde (Bruno Latour).

L’ENGAGEMENT est à la fois un acte identitaire, une mise en projet dans un territoire = terrain de vie, un espace de liberté à reconnaître, à saisir et à affirmer, car le chemin est rarement tracé d’avance, qu’il soit communautaire ou scientifique (l’agronome Louis Robert s’objectant aux pesticides). Cette voie se balise grâce à des infos (sur les sommes astronomiques militaires et nucléaires dénoncées par les APLP et les Innus enracinés au Nitassinan protestant contre les vols à basse altitude de l’OTAN). Et elle s’agrandit par des actions d’abord perçues comme marginales, issues de projets de démocratie participative (résister, c’est créer !, insiste Lucie) qui deviennent de sérieuses solutions de rechange à l’extractivisme et au capitalisme. Et alors, quelles victoires ! telle la renonciation du Québec à l’exploration et exploitation pétrolière ou gazière ou uranifère grâce au BAPE et grâce aux Mouvement Sortir le Québec du Nucléaire ou Québec Meilleure Mine.

Apprendre en s’engageant aurait pu être le titre de cette conférence éblouissante par la complicité des deux conférencières intervenant non pas à la suite l’une de l’autre mais en interagissant dans un ballet bien orchestré et totalement complice. Elles nous engagent à apprendre à leur suite à coopérer avec le sourire (Spinoza) et à vaincre l’éco-anxiété analysée à répétition par nos médias, en nous retournant plutôt contre l’éco-irresponsabilité des affaires. Il faut travailler de concert, comme le propose le projet de Stratégie québécoise d’éducation en matière d’environnement et d’écocitoyenneté que le Centr’ERE a produit et lancé en 2019, après huit ans de multiples collaborations.

Apathique et résignée, la société québécoise ? Non, elle n’a jamais été aussi allumée et lucide, « animée par une pensée critique articulée qui signe la fin de l’hégémonie culturelle néolibérale et clame son exigence de changements concrets », selon la formule citée de la journaliste française spécialiste de l’Inde, Bénédicte Manier.

Car en conclusion, on ne rejoindra les gens ni par la morosité ni par la moralisation, mais par des fêtes participatives qui feront tomber en éducation les évaluations trop basées sur le critère de réussite/échec et les barrières disciplinaires qui nous empêchent de communiquer. Notre zoom de ce soir était écouté en Californie, en France et partout au pays !


[1] BRUNET, Normand, FREIRE VIEIRA, Paulo, SAINT-ARNAUD, Marie et AUDET, René (dir.) (2017) L’espoir malgré tout. L’oeuvre de Pierre Dansereau et l’avenir des sciences de l’environnement. Québec. Presses de l’Université du Québec, 272 p.

Aucun commentaire jusqu'à présent.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*

code

Nos actions récentes

27-28-29 octobre 2021 : Lettres aux nouveaux ministres fédéraux Joly, Guilbeault, Anand et Miller.
19 février 2021 : Lettre ouverte au PM concernant Haïti.
18 septembre 2020 : Lettre aux élus - Pour une réorientation de la politique étrangère canadienne.
20 mai 2020 : Lettre ouverte - le Canada ne mérite pas de siège au Conseil de sécurité.
13 avril 2020 : Lettre à Justin Trudeau : Levons les sanctions !
10 avril 2020 : Lettre du Groupe des 78 : Habileté diplomatique requise pour une intervention urgente
7 avril 2020 : Lettre au Premier ministre Trudeau sur NUMISMA
18 février 2020 : Lettre au Premier ministre sur Wet'suwet'en.
27 janvier 2020 : Message au Premier ministre sur les déchets nucléaires.
25 janvier 2020 : Manifestation Non à la guerre contre l'Iran.
Voir toutes nos lettres aux élus »

Remontez dans le temps »

Recherche par sujets