Evénements du mois

Activités de nos membres

Je suis APLP parce que…

"C'est la paix et la justice pour tous que chacun d'entre nous souhaite et recherche. Contribuons à construire un monde meilleur, avec notre talent, quel qu'il soit !"
Camille Pelletier Antaya, membre des APLP
"Parce que la paix est toujours à faire, en nous comme avec les autres, et que c’est par l’art que c’est le plus merveilleux de la promouvoir, de la défendre, de la fêter !"
domlebo, auteur-compositeur-interprète
"Les mots de Louise Warren sur le dessaisissement et sur l’intensité préalable à la création me conduisent à Mozart et à Beethoven, à ma fille et à mon fils : je leur souhaite la paix… et travaille tous les jours à ce que ce vœu se réalise !"
Pierre Jasmin, pianiste, membre de l'exécutif de Pugwash Canada
"La paix est loin d’être acquise. Avec l’explosion de l’industrie militaire dans le monde, on aura besoin de nos mots, notre musique, nos films, de notre art pour faire contrepoids. La culture est arme de construction massive."
Guylaine Maroist, cinéaste documentaire

Élections : qui incarne la paix ?

chefs-partis-2021

Vous vous souvenez de la recommandation des Artistes pour la Paix lors des élections fédérales de 2019 : si tu sais pas pour qui voter, vote pour la paix !, si bien transmis par Jos Guitare et ses musiciens lors du 5 à 7 pour la Paix au Lion d’Or. C’est ce que je me préparais à faire, lorsque le doute a jailli en moi sans prévenir : OK, la paix, bien sûr, mais incarnée par qui ?

Justin Trudeau et les Libéraux et leurs dépenses militaires de 286 milliards pour les F-35 et les Combattants de surface canadiens (les navires de guerre Irving/Lockheed-Martin) ? Trop cher, on est déjà assez dans le trou comme ça et nos guerres ont toutes échoué depuis la Seconde guerre mondiale. Et puis, tant qu’à engraisser les chantiers Irving, ne pourrait-on pas construire des navires de recherche pour découvrir pourquoi, pour la première fois dans l’histoire de l’humanité, il pleut sur la banquise au Groenland ? Non, on a décidé de se joindre à la marine américaine en intégrant nos systèmes de radar aux leurs – essentiel et pratique pour… vous me le direz quand vous aurez trouvé.

Erin O’Toole ? Avec les Conservateurs, il essaie de raviver une fibre patriotique à l’américaine en insistant (un peu trop) sur le fait qu’il a passé dix ans dans l’armée. Pas sûr que ça fasse de lui un grand pacifiste. Aujourd’hui, un journaliste lui a demandé de dire si oui ou non, il interdirait le pistolet Beretta qui a servi lors de la fusillade au collège Dawson. Sacré Erin, il a esquivé la question en anglais, en français, et ensuite une troisième, puis une quatrième fois.

 Jagmeet Singh ? Difficile de savoir ce que ferait le NPD, pacifiquement parlant. On sent quelques excellentes intentions, mais nulle part dans sa plateforme, n’y a-t-il mention de réduction des dépenses militaires. Au contraire, la plateforme du NPD mentionne qu’on s’assurera de sauvegarder les emplois quand viendra le temps de s’occuper d’avions et de navires de guerre.

Yves-François Blanchet et le Bloc québécois ? Je retiens de leur programme que le Québec devrait recevoir sa juste part des dépenses militaires, ce qui ne laisse pas présager une diminution – mais au moins, ça se ferait en français.

Annamie Paul ? Son parti Vert présente une plateforme détaillée dont la section Défense mentionne le désarmement ainsi qu’une évaluation de l’OTAN… mais elle dit aussi que les canadiens doivent être fiers de leur rôle à l’international et que les militaires auront toutes les ressources nécessaires. Reste à savoir pour quoi faire. Je note cependant avec intérêt l’engagement d’augmenter les budgets de R&D à 2,5 du PIB.

Bref, il faut se rendre à l’évidence : nous n’avons pas de parti pacifiste ni même de parti appuyant les recommandations de l’ONU sur l’élimination des armes nucléaires. Il nous incombe donc, comme on l’affirmait il y a trois semaines au début de cette campagne, de trouver le ou la protagoniste qui semble le moins belliqueux/se dans notre circonscription.

En ces temps de pandémie, le désarmement et le contrôle des armes passent au second, voire troisième plan, mais c’est un tort. Le contrôle des armes est un dossier très chaud, et la solution ne passe pas par un surfinancement de la police (on est d’accord avec Will Prosper sur ce point). Quant au dossier environnemental, tous les partis se dépeignent en champions de l’environnement, alors… toutte va bien aller, pas vrai ?

Et maintenant, la vraie raison pour laquelle Trudeau a décidé que la campagne électorale serait si courte : il ne fallait pas laisser le temps aux forces populaires de s’organiser. Ça a marché, plusieurs candidats potentiels du parti Rhinocéros se sont désistés, n’ayant pas assez de temps pour rassembler les signatures de citoyens nécessaires pour appuyer leur candidature. Une tactique digne de Diefenbaker…

Aucun commentaire jusqu'à présent.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*

code

Nos actions récentes

19 février 2021 : Lettre ouverte au PM concernant Haïti.
18 septembre 2020 : Lettre aux élus - Pour une réorientation de la politique étrangère canadienne.
20 mai 2020 : Lettre ouverte - le Canada ne mérite pas de siège au Conseil de sécurité.
13 avril 2020 : Lettre à Justin Trudeau : Levons les sanctions !
10 avril 2020 : Lettre du Groupe des 78 : Habileté diplomatique requise pour une intervention urgente
7 avril 2020 : Lettre au Premier ministre Trudeau sur NUMISMA
18 février 2020 : Lettre au Premier ministre sur Wet'suwet'en.
27 janvier 2020 : Message au Premier ministre sur les déchets nucléaires.
25 janvier 2020 : Manifestation Non à la guerre contre l'Iran.
Voir toutes nos lettres aux élus »

Remontez dans le temps »

Recherche par sujets