Evénements du mois

Activités de nos membres

Je suis APLP parce que…

"C'est la paix et la justice pour tous que chacun d'entre nous souhaite et recherche. Contribuons à construire un monde meilleur, avec notre talent, quel qu'il soit !"
Camille Pelletier Antaya, membre des APLP
"Parce que la paix est toujours à faire, en nous comme avec les autres, et que c’est par l’art que c’est le plus merveilleux de la promouvoir, de la défendre, de la fêter !"
domlebo, auteur-compositeur-interprète
"Les mots de Louise Warren sur le dessaisissement et sur l’intensité préalable à la création me conduisent à Mozart et à Beethoven, à ma fille et à mon fils : je leur souhaite la paix… et travaille tous les jours à ce que ce vœu se réalise !"
Pierre Jasmin, pianiste, membre de l'exécutif de Pugwash Canada
"La paix est loin d’être acquise. Avec l’explosion de l’industrie militaire dans le monde, on aura besoin de nos mots, notre musique, nos films, de notre art pour faire contrepoids. La culture est arme de construction massive."
Guylaine Maroist, cinéaste documentaire

Un pays qui se tient sage

Poster-Un-pays-qui-se-tient-sage

Le titre du film indispensable illustré ci-dessus reflète un événement choquant qui a marqué la crise française des gilets jaunes : plus d’une centaine de lycéens manifestants de banlieue parisienne forcés par des CRS à rester trois heures agenouillés, les mains derrière la nuque, avec pour commentaire (à haute voix intelligible par les élèvEs) de l’agent arrogant filmant l’humiliation publique : « voici enfin une classe qui se tient sage ». Plus d’un demi-siècle après mai 68, cette scène à elle seule revendique une police de proximité proche des services sociaux en condamnant la police d’État fondée en 1942 sous Vichy.

Sorti en France il y a onze mois déjà, soutenu par la Quinzaine des Réalisateurs (festival de Cannes), classé film de l’année par Technikart [1] et prix Lumières 2021 comme « meilleur documentaire français » désigné par la presse internationale, Un pays qui se tient sage fut réalisé par David Dufresne, brillant documentariste né en 1968. Il ne fait pas mystère de sa volonté de révéler des scènes de brutalité policière « captées sur téléphones intelligents qui frappent davantage sur grand écran », entre autres celles de policiers matraquant des clientEs au sol du Burger King de la Place de l’Étoile.

Aux images choquantes et saignantes de manifestantEs tabasséEs qui ont perdu un œil ou une main, Dufresne a l’intelligence d’alterner des réflexions émouvantes de sagesse d’une historienne, Ludivine Bantigny qui cite d’abord Weber [2] : « seul l’État est habilité à utiliser la violence sans qu’on puisse lui en dénier la légitimité ». D’autres sociologues, journalistes et avocats verbomoteurs aux nombreuses références dogmatiques ralentissent le rythme du film, même si elles sont utiles au rejet théorique de la violence.

D’autres nommés au générique ayant refusé de témoigner, un représentant des forces de l’ordre se déclare, à bon droit, choqué par la scène où deux policiers motards fuient une foule de gilets jaunes ameutés par une situation inédite de surnombre dont ils profitent en lançant des pavés sur les malheureux : l’un d’eux fait momentanément reculer la foule en brandissant un revolver, mais est aussitôt pourchassé dès qu’il le rengaine. Ce contre-exemple illustre (le mot est mal choisi) l’instinct carnassier primaire des confrontations de rues, sans effacer le témoignage vibrant d’une manifestante travailleuse sociale qui dénonce la violence des politiques de l’État envers les plus démunis, comme le souligne Caroline Montpetit dans Le Devoir.

Le parallèle Québec 2012 / France 2019 est inévitable quand le film montre la morgue [3] du président Macron, aussi insensible à la douleur des smicards, que le premier ministre Charest l’était à la situation financière des étudiantEs de l’UQAM [4].

L’obligation du passeport vaccinal risque fort de susciter des scènes de répression policière et d’imbécillités anti-masques et anti-vaccins, comme on en a été témoin, lors de deux rallyes politiques du « baveux » (selon Blanchet) Premier ministre Trudeau. Heureusement, le ministre Dubé utilise ses arguments pro-vaccins avec une pédagogie que ne possèdent ni Macron ni Trudeau. L’extrême polarisation des débats est mal venue dans une campagne électorale, moment idéal pour poser des questions embarrassantes (allez-y sur debat2021@radio-canada.ca ). Alors que s’accroissent la colère et le mécontentement devant les injustices sociales grandissantes, nos gouvernements occidentaux utilisent une répression de plus en plus violente que ce film dénonce avec le courage nécessaire.


[1] Revue socio-culturelle se présentant comme « générationnelle, provocatrice et décalée », Technikart « s’adresse aux jeunes adultes urbains ».

[2] Max Weber (1864-1920), économiste allemand originellement formé en droit, considéré comme l’un des fondateurs de la sociologie.

[3] Cette morgue de droite est d’autant plus condamnable devant les images huppées du Fouquet’s, où le président Nicolas Sarkozy célébrait ses bons coups contre les « connards », et surtout celles où se déchaîne le protégé sans qualifications de Macron, qu’il a aidé à monter en grade, Alexandre Benalla, aux frasques contre une manifestante, lors de l’incident de la Place de la Contrescarpe.

[4] Le film m’a remis en mémoire l’altercation verbale qui m’avait opposé à mon collègue uqamien Dupuis-Déry, militant anarchiste qui me reprochait d’avoir vilipendé les Blacks Blocs, quand je relatais simplement comment ils s’étaient fait exclure par l’équipe d’ordre d’une des plus grandes manifestations de mars du Printemps érable 2012 (je verrais bien notre collègue anarchisant Normand Baillargeon arbitrer notre cas-type!). Je lui avais écrit : « Cher Francis, notre rôle de pacifiste, différent de celui des sociologues (?), nous amène à explorer les voies médianes où nous recevons des roches des deux côtés, de la gauche comme de la droite, selon mon amie Margaret Atwood. C’est pourquoi nous critiquons aussi ceux qu’on aime (autant que vous) et nous les avons appuyés sans réserve tout au long de la crise.

Anecdote tirée d’une des grandes manifs (22 mars ou 22 mai ?): voyant débouler une quinzaine de black blocks habillés en noir des chaussures à la cagoule occupés à de légers actes de vandalisme sur des affiches métalliques sur le parcours de la rue Sherbrooke, la foule des manifestants les a hués avec énergie et l’intervention de quelques étudiants qui se sont dirigés vers eux de façon déterminée les a fait détaler comme des lapins. J’étais très fier de cette réaction anti-violence de la part des manifestants. Je serai le premier à houspiller les policiers s’ils abaissent leurs matraques sur ces jeunes black blocks, mais pas s’ils sont interpellés le temps de la manif, pour empêcher qu’avec leurs uniformes noirs leur insufflant en groupe la même testostérone coupable parfois reprochée aux policiers, ils en trahissent le sens profond et la finalité démocratiques.

J’ignore si vous vous êtes aussi portés en solidarité avec nos interventions contre Madame Hudon, quand elle était présidente du conseil d’administration de notre UQAM: le fait que Sun Life Financial fût le seul contributeur canadien à financer à la fois Lockheed Martin et Northrop Grumman qui construisent les bombes nucléaires américaines, les F-35 à 45 milliards de $ que Harper voulait (veut encore?) acheter, ainsi que les drones armés employés à tuer des civils pakistanais ne devrait-il pas nous motiver à tous agir solidairement en ce sens, plutôt que nous opposer sur des différences qui n’entraînent pas morts d’hommes ? » (Automne 2013).

 

J’ai témoigné de ceci devant les commissaires gouvernementaux Carbonneau, Grenier et Ménard

http://www.artistespourlapaix.org/?p=2987

et ensuite appuyé mon collègue Francis dans plusieurs de ses interventions remarquables pro-féministes.

 

 

Aucun commentaire jusqu'à présent.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*

code

Nos actions récentes

19 février 2021 : Lettre ouverte au PM concernant Haïti.
18 septembre 2020 : Lettre aux élus - Pour une réorientation de la politique étrangère canadienne.
20 mai 2020 : Lettre ouverte - le Canada ne mérite pas de siège au Conseil de sécurité.
13 avril 2020 : Lettre à Justin Trudeau : Levons les sanctions !
10 avril 2020 : Lettre du Groupe des 78 : Habileté diplomatique requise pour une intervention urgente
7 avril 2020 : Lettre au Premier ministre Trudeau sur NUMISMA
18 février 2020 : Lettre au Premier ministre sur Wet'suwet'en.
27 janvier 2020 : Message au Premier ministre sur les déchets nucléaires.
25 janvier 2020 : Manifestation Non à la guerre contre l'Iran.
Voir toutes nos lettres aux élus »

Remontez dans le temps »

Recherche par sujets