Evénements du mois

Activités de nos membres

Je suis APLP parce que…

"C'est la paix et la justice pour tous que chacun d'entre nous souhaite et recherche. Contribuons à construire un monde meilleur, avec notre talent, quel qu'il soit !"
Camille Pelletier Antaya, membre des APLP
"Parce que la paix est toujours à faire, en nous comme avec les autres, et que c’est par l’art que c’est le plus merveilleux de la promouvoir, de la défendre, de la fêter !"
domlebo, auteur-compositeur-interprète
"Les mots de Louise Warren sur le dessaisissement et sur l’intensité préalable à la création me conduisent à Mozart et à Beethoven, à ma fille et à mon fils : je leur souhaite la paix… et travaille tous les jours à ce que ce vœu se réalise !"
Pierre Jasmin, pianiste, membre de l'exécutif de Pugwash Canada
"ChacunE, quel que soit son milieu d’appar-tenance et ses talents, peut et doit apporter sa petite pierre à la construction de la Paix (qui est tellement plus que l’absence de guerre ou de conflit armé)."
Dominique Boisvert, écrivain d'essais
"La paix est loin d’être acquise. Avec l’explosion de l’industrie militaire dans le monde, on aura besoin de nos mots, notre musique, nos films, de notre art pour faire contrepoids. La culture est arme de construction massive."
Guylaine Maroist, cinéaste documentaire

Plowshares 7 : militants anti-nucléaires emprisonnés

kings-bay-plowshares

Le groupe Kings Bay Plowshares 7

Le 4 avril 2018, le 50e anniversaire de la mort de Martin Luther King Jr, un groupe de militants connus sous le nom de Kings Bay Plowshares 7 forçait l’entrée de la base navale de Kings Bay en Georgie (États-Unis). Cette base est le port d’attache d’au moins six sous-marins, chacun équippé de 20 missiles Trident à ogives nucléaires multiples.

logo_plowshares7

Insigne du Strategic Weapons Facility après le passage du Plowshares 7

Les militants ont inscrits des slogans sur le trottoir – « Love one another », aspergé un mur avec du sang (apporté dans des bouteilles) et martelé leur protestation sur un monument érigé à la gloire des armes nucléaires. Le groupe a été arrêté par la police militaire. Les militants ont été accusés de destruction de propriété sur une base navale, dégradation de propriété gouvernementale, intrusion et conspiration.

Jugés coupables l’année dernière, les quatre derniers accusés attendaient encore leurs sentences la semaine dernière.  Finalement, le Rev. Stephen M. Kelley a été condamné à 33 mois de prison et probation, après en avoir déjà passé 30 derrière les barreaux; Martha Henessy (petite-fille de la fondatrice du mouvement Catholic Worker Dorothy Day) a écoppé de 10 mois, trois ans de probation et à payer des dommages; Carmen Trotta de 14 mois et Claire Grady de 12 mois. Trotta et Grady ont aussi été condamnés à payer conjointement plus de 33,000 $ de dommages, ce que Trotta a immédiatement refusé de faire : « Cette base militaire est une machination génocidaire criminelle… et je ne paierai rien du tout ».

Précédement, Patrick O’Neill avait été condamné à 14 mois, et Liz McAlister à 17 mois déjà écoulés. Mark Colville demeure le dernier accusé à attendre sa sentence, prévue le 18 décembre.

Tous les membres du groupe font partie du mouvement Catholic Worker. Les premières actions d’éclats du groupe remontent à 1980, aux installations de la Nuclear Missile Reentry Division de General Electric à King of Prussia, en Pennsylvanie.

La juge Lisa Godbey a déclaré, sans ironie : « On ne peut permettre de tels actes sans y apposer des conséquences. Les actions de Mme Hennessy étaient dangereuses non seulement pour elle-même, mais aussi pour les autres personnes présentes ». Ce à quoi Mme Hennessy a répondu : « Je suis ici à cause de mes convictions qui me forcent à dire que les armes nucléaires sont illégales. Je n’ai pas d’intentions crminelles, je ne veux que prévenir un holocauste nucléaire ».

Pour sa part, Claire Grady a déclaré : « Ces armes ne sont pas propriété privée, elles appartiennent au peuple des États-Unis; elles m’appartiennent, à moi, à vous, à nous tous. Elles tueront en votre nom, et avec votre argent ».

Quant à la couverture du procès par les médias, on ne peut la résumer aussi bien que la journaliste de Counterpunch Susie Day : « Huh, you ask? Trial? Kings Bay? Plowshares 7? What Kings Bay Plowshares 7? WHAT trial? ».

Aucun commentaire jusqu'à présent.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*

code

Nos actions récentes

18 septembre 2020 : Lettre aux élus - Pour une réorientation de la politique étrangère canadienne.
20 mai 2020 : Lettre ouverte - le Canada ne mérite pas de siège au Conseil de sécurité.
13 avril 2020 : Lettre à Justin Trudeau : Levons les sanctions !
10 avril 2020 : Lettre du Groupe des 78 : Habileté diplomatique requise pour une intervention urgente
7 avril 2020 : Lettre au Premier ministre Trudeau sur NUMISMA
18 février 2020 : Lettre au Premier ministre sur Wet'suwet'en.
27 janvier 2020 : Message au Premier ministre sur les déchets nucléaires.
25 janvier 2020 : Manifestation Non à la guerre contre l'Iran.
Voir toutes nos lettres aux élus »

Remontez dans le temps »

Recherche par sujets