Evénements du mois

Activités de nos membres

Je suis APLP parce que…

"C'est la paix et la justice pour tous que chacun d'entre nous souhaite et recherche. Contribuons à construire un monde meilleur, avec notre talent, quel qu'il soit !"
Camille Pelletier Antaya, membre des APLP
"Parce que la paix est toujours à faire, en nous comme avec les autres, et que c’est par l’art que c’est le plus merveilleux de la promouvoir, de la défendre, de la fêter !"
domlebo, auteur-compositeur-interprète
"Les mots de Louise Warren sur le dessaisissement et sur l’intensité préalable à la création me conduisent à Mozart et à Beethoven, à ma fille et à mon fils : je leur souhaite la paix… et travaille tous les jours à ce que ce vœu se réalise !"
Pierre Jasmin, pianiste, membre de l'exécutif de Pugwash Canada
"ChacunE, quel que soit son milieu d’appar-tenance et ses talents, peut et doit apporter sa petite pierre à la construction de la Paix (qui est tellement plus que l’absence de guerre ou de conflit armé)."
Dominique Boisvert, écrivain d'essais
"La paix est loin d’être acquise. Avec l’explosion de l’industrie militaire dans le monde, on aura besoin de nos mots, notre musique, nos films, de notre art pour faire contrepoids. La culture est arme de construction massive."
Guylaine Maroist, cinéaste documentaire

Rhétorique nazie à la Trump

trump-pence

Photo Reuters du président Trump et du vice-président Pence au premier jour de la Convention

Un discours redoutable

C’est en pays germanique que pour le bénéfice de mes interprétations beethovéniennes au piano, j’ai étudié quatre ans l’art de la rhétorique, fondement de la structure de la forme-sonate, création avant tout austro-allemande. Achevant la convention républicaine, le discours de Trump (aux ancêtres allemands) s’est terminé aux petites heures du 28 août; c’était un modèle du genre, livré énergiquement à la manière des discours-fleuves d’Adolf Hitler, une grande performance oratoire ovationnée par une foule sans distanciation, fanatisée en délire, dont même pas 1% portaient le masque. 41 fois, le président a pourfendu Joe Biden qu’il a associé au socialisme, à l’anarchie des désordres de la rue, à l’affaiblissement de son armée, de la police, en somme à la loi et l’ordre bafoués. Son histoire de l’Amérique réhabilitait Davy Crockett, pourfendeur de mexicains et « l’écologiste » Buffalo Bill, tueur d’Indiens.

En un décor très hitlérien – une forêt de drapeaux américains à la hampe surmontée de l’aigle impérial, comme dans la photo ci-dessus, mais couleur or et multipliés par cent – devant la Maison-Blanche que le président occupant a « utilisée » sans vergogne, une première en plus de deux siècles et quart, son discours surtout déclamé s’est achevé en anticlimax, sur le ton de la confidence, quelle habileté démagogique diabolique ! [1]

Sous la pluie de splendides feux d’artifice bien orchestrés, on a vu la famille Trump entière – épouse, filles et gendres, fils et épouses hystériques telle Kimberly Guilfoyle au discours haineux l’avant-veille – se rassembler autour de son Godfather et ensemble, tourner le dos au vice-président et au millier de sénateurs et autres dignitaires qui continuaient pourtant d’applaudir, en bas de la scène. La famille a écouté son ténor (surtout pas une soprano, ou pire une mezzo qui aurait été un signe de faiblesse !…) entonner tour à tour des chants patriotiques, de même qu’un Puccini à la Francis Ford Coppola et la plus dégoûtante interprétation de l’Allelujah de Leonard Cohen [2] – qui a dû se retourner dans sa tombe – entonnée comme un gloria au Christ-Roi à la tête des armées évangélistes américaines.

Les mensonges de l’empereur

Bravo à CNN qui n’a pas hésité à mettre en sous-titres du discours certains mensonges honteux du président, dont le parti dit républicain ne masque même plus les prétentions impériales; ce qui revenait le plus souvent, c’était la barre franchie des 180 000 morts du coronavirus le jour-même et celle des six millions de cas en fin de semaine, sans compter ceux qui agonisent à l’hôpital et d’autres encore plus démunis dans la rue, dans un pays hostile à l’assurance-santé, assimilée au socialisme du Canada !

La télévision ne pouvait refléter toutefois la déformation de la réalité des milliers de manifestants quotidiens contre le racisme, avec la mort il y a deux jours de deux Noirs, sous la mitraillette d’un « vigilante de 17 ans », admirateur de l’armée et de la police, leurré et aveuglé dans sa haine par la propagande du président qui lui a désigné l’ennemi à abattre.

Et le plus inquiétant, c’est la faiblesse réelle du prétendant Joe Biden pour qui il faudra voter mais qui n’a rien accompli en « 47 ans de vie politique » comme l’en accusait Trump et qui n’a pas hésité, dans son propre discours de fin de convention démocrate, à appeler à lutter contre l’ennemi russe menaçant, en concluant sur les tout derniers mots hallucinants God bless our troops! Et les médias contrôlés par le complexe militaro-industriel ne se donnent même pas le droit de mentionner les statistiques du Stockholm International Peace Research Institute, à savoir la réalité que les pays de l’OTAN consacrent seize fois plus chaque année en dépenses militaires que la Russie.


[1] Françoise Desbordes, dans la Rhétorique antique, évoque le danger de la manipulation dans les « premiers temps de la rhétorique » avec des « anathèmes contre les trompeurs qui emberlificotent les gens simples et contre les démagogues qui renforcent la foule dans ses opinions fausses ».

[2] NDLR  On apprend samedi que la succession de M. Cohen envisage sérieusement de poursuivre le RNC.

1 Commentaire

  1. Pierre Jasmin Pierre Jasmin
    30 août 2020    

    La réalité des intrépides manifestants quotidiens contre le racisme, partout au pays, a fait l’objet d’un autre article qu’on pouvait lire avant-hier sur http://lautjournal.info/20200828/show-must-not-go on y lira l’agression injuste et sauvage des policiers sur Jacob Blake sous les yeux horrifiés de sa femme et de trois de ses filles, de même que les réactions courageuses de vedettes du milieu sportif tels Doc Rivers, James LeBron, Naomi Osaka et Alex Lasny. Ce fut écrit avant, en souvenir de celle de Martin Luther King en 68, la grande manifestation de Washington avec des dizaines de milliers de manifestants noirs qui scandaient BLACK LIVES MATTER avec une conviction inébranlable que les APLP soutiennent de tout leur coeur.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*

code

Nos actions récentes

18 septembre 2020 : Lettre aux élus - Pour une réorientation de la politique étrangère canadienne.
20 mai 2020 : Lettre ouverte - le Canada ne mérite pas de siège au Conseil de sécurité.
13 avril 2020 : Lettre à Justin Trudeau : Levons les sanctions !
10 avril 2020 : Lettre du Groupe des 78 : Habileté diplomatique requise pour une intervention urgente
7 avril 2020 : Lettre au Premier ministre Trudeau sur NUMISMA
18 février 2020 : Lettre au Premier ministre sur Wet'suwet'en.
27 janvier 2020 : Message au Premier ministre sur les déchets nucléaires.
25 janvier 2020 : Manifestation Non à la guerre contre l'Iran.
Voir toutes nos lettres aux élus »

Remontez dans le temps »

Recherche par sujets