Evénements du mois

Activités de nos membres

Je suis APLP parce que…

"C'est la paix et la justice pour tous que chacun d'entre nous souhaite et recherche. Contribuons à construire un monde meilleur, avec notre talent, quel qu'il soit !"
Camille Pelletier Antaya, membre des APLP
"Parce que la paix est toujours à faire, en nous comme avec les autres, et que c’est par l’art que c’est le plus merveilleux de la promouvoir, de la défendre, de la fêter !"
domlebo, auteur-compositeur-interprète
"Les mots de Louise Warren sur le dessaisissement et sur l’intensité préalable à la création me conduisent à Mozart et à Beethoven, à ma fille et à mon fils : je leur souhaite la paix… et travaille tous les jours à ce que ce vœu se réalise !"
Pierre Jasmin, pianiste, membre de l'exécutif de Pugwash Canada
"ChacunE, quel que soit son milieu d’appar-tenance et ses talents, peut et doit apporter sa petite pierre à la construction de la Paix (qui est tellement plus que l’absence de guerre ou de conflit armé)."
Dominique Boisvert, écrivain d'essais
"La paix est loin d’être acquise. Avec l’explosion de l’industrie militaire dans le monde, on aura besoin de nos mots, notre musique, nos films, de notre art pour faire contrepoids. La culture est arme de construction massive."
Guylaine Maroist, cinéaste documentaire

Que veut dire « l’évolution tranquille » du premier ministre Legault ?

André Jacob est professeur retraité de l’UQAM, ex-coordonnateur de l’Observatoire sur le racisme et les discriminations (UQAM)

Le premier ministre Legault maintient que le racisme systémique n’existe pas au Québec; à son déni, s’ajoute le fait de réduire le racisme aux attitudes et comportements racistes de quelques individus. Il semble oublier que le racisme sous toutes ses formes est un fléau qui interpelle tout le monde, peu importe l’origine ethnique et/ou nationale, la couleur de la peau, la religion, la langue, etc. Cela ne signifie pas pour autant que la société est raciste per se comme il le laisse entendre.

Le premier ministre semble exprimer une méconnaissance de ce phénomène institutionnalisé, structuré dit systémique. Le sens des mots importe lorsqu’on prédit un plan d’action contre le racisme, sinon les risques de dérive peuvent conduire à des solutions sans correspondance avec les véritables problèmes. À mauvais diagnostic, intervention erronée et risquée. Dans le cas du racisme, il y a urgence en la demeure, mais il ne faut pas pour autant tomber dans la précipitation et l’improvisation. Un bon regard dans le rétroviseur permettrait au gouvernement de comprendre les réalisations dans le passé et de comparer les bonnes pratiques et les tentatives ratées afin de ne pas répéter les mêmes erreurs.

Depuis les années 1970, de nombreux travaux ont été réalisés sur les enjeux liés au racisme et à la discrimination. Une masse critique de connaissances et d’expériences existent déjà au Québec. Pour n’en mentionner quelques-unes seulement, au début des années 90, tout un travail a été fait avec le Service de police de la ville de Montréal (SPVM) en termes de formation et d’analyse des pratiques. En 2006, une démarche en vue d’un plan d’action a déjà été faite et documentée. L’Observatoire sur le racisme et les discriminations de l’UQAM a aussi développé une expertise et des publications qui ont contribué à faire progresser les connaissances et les pratiques.

Dans Le Devoir du 9 mai, madame Émilie Nicolas explique le racisme systémique dans les services policiers. Il y a là une problématique particulière, mas le problème dépasse les services policiers. Ainsi, certaines lois iniques peuvent avoir des effets délétères à long terme, pensons aux lois et règlements qui maintiennent les Premières nations dans une condition de citoyens et de citoyennes de seconde zone depuis des siècles; elles contribuent à garder les stéréotypes négatifs bien ancrés dans l’esprit d’une grande partie de la population à leur égard.

À des fins d’explicitation de la problématique, ma collègue de l’UQAM, Micheline Labelle, a déjà publié un lexique des notions relatives au racisme et à la discrimination pour l’UNESCO ( qui peut s’avérer fort utile pour clarifier les termes ce même si monsieur Legault ne veut pas d’une guerre de mots. Dans le lexique, elle rappelle la définition du racisme systémique utilisée par la Cour Suprême du Canada colligée par madame M.T. Chicha-Pontbriand dans son livre Discrimination systémique: Fondement et méthodologie des programmes d’accès à l’égalité en emploi qui mentionna la définition de la Cour Suprême du Canada dans le jugement ATF c C.N; on « parle d’une situation d’inégalité cumulative et dynamique résultant de l’interaction, sur le marché du travail, de pratiques, de décisions ou de comportements, individuels ou institutionnels, ayant des effets préjudiciables, voulus ou non, sur les membres de groupes visés par l’article 15 de la Charte. » Sur le terrain, cela signifie que des entreprises peuvent adopter des positions (non écrites, bien sûr) qui font en sorte que l’on n’embauche pas de musulmans, pas de femmes qui portent un foulard ou pas de personnes issues de groupes racisés. On évoquera parfois des motifs simples, dira-t-on : « c’est du gros bon sens… » Notre clientèle est mal à l’aise avec ces gens, dit-on parfois, comme justification.

Le racisme dépasse les services policiers, les entreprises privées et les politiques à l’égard des Premières nations, on le voit dans de multiples institutions, des organismes, des associations sportives, etc. En somme, il est temps de réagir et d’agir, mais encore faut-il le faire en connaissance de cause, d’une façon éclairée.

1 Commentaire

  1. André Mainguy André Mainguy
    16 juin 2020    

    On a grandi en éliminant le contrôle de l’Église sur l’Éducation des Filles  » Loi de Paul Gérin-Lajoie sur l’enseignement Laïque de l’État. » Il n’y a pas eu de violence, pourtant, cette discrimination envers les filles/femmes au Service des Hommes devaient prendre fin.

    Les fillettes ont assiégé les Écoles jusqu’à l’Université. Les familles de 15 et 20 enfants ont pris fin. Ce qui a voulu dire, que l’Éducation des Filles c’est le meilleur contraceptif pour transformer une réalité qui pesait sur la femme.

    L’approche du PM François Legault sur le remède au racisme, passe par de l’Éducation, pas par des divisions inutiles, si on cherche vraiment éliminer cette culture d’un autre âge !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*

code

Nos actions récentes

20 mai 2020 : Lettre ouverte - le Canada ne mérite pas de siège au Conseil de sécurité.
13 avril 2020 : Lettre à Justin Trudeau : Levons les sanctions !
10 avril 2020 : Lettre du Groupe des 78 : Habileté diplomatique requise pour une intervention urgente
7 avril 2020 : Lettre au Premier ministre Trudeau sur NUMISMA
18 février 2020 : Lettre au Premier ministre sur Wet'suwet'en.
27 janvier 2020 : Message au Premier ministre sur les déchets nucléaires.
25 janvier 2020 : Manifestation Non à la guerre contre l'Iran.
Voir toutes nos lettres aux élus »

Remontez dans le temps »

Recherche par sujets