Evénements du mois

Activités de nos membres

Je suis APLP parce que…

"C'est la paix et la justice pour tous que chacun d'entre nous souhaite et recherche. Contribuons à construire un monde meilleur, avec notre talent, quel qu'il soit !"
Camille Pelletier Antaya, membre des APLP
"Parce que la paix est toujours à faire, en nous comme avec les autres, et que c’est par l’art que c’est le plus merveilleux de la promouvoir, de la défendre, de la fêter !"
domlebo, auteur-compositeur-interprète
"Les mots de Louise Warren sur le dessaisissement et sur l’intensité préalable à la création me conduisent à Mozart et à Beethoven, à ma fille et à mon fils : je leur souhaite la paix… et travaille tous les jours à ce que ce vœu se réalise !"
Pierre Jasmin, pianiste, membre de l'exécutif de Pugwash Canada
"ChacunE, quel que soit son milieu d’appar-tenance et ses talents, peut et doit apporter sa petite pierre à la construction de la Paix (qui est tellement plus que l’absence de guerre ou de conflit armé)."
Dominique Boisvert, écrivain d'essais
"La paix est loin d’être acquise. Avec l’explosion de l’industrie militaire dans le monde, on aura besoin de nos mots, notre musique, nos films, de notre art pour faire contrepoids. La culture est arme de construction massive."
Guylaine Maroist, cinéaste documentaire

Lettre au Premier ministre Trudeau

Le Très Honorable Justin Trudeau, Premier ministre du Canada
80, rue Wellington
Ottawa, ON K1A 0A2

Le 6 avril 2020

Cher Premier ministre Trudeau,

Les organisations citées plus bas insistent pour que le Canada renouvèle son engagement dans les opérations de maintien de la paix de l’ONU, en particulier par une contribution rapide et substantielle à la mission de l’ONU au Mali (MINUSMA).

Il s’agit d’un moment crucial pour MINUSMA. Le département des Opérations de maintien de la paix de l’ONU a annoncé les nouvelles exigences reliées à la mise en oeuvre du Plan d’adaptation des forces. Ce Plan fait état de certaines capacités opérationnelles qui sont dans les cordes du Canada. Elles comportent la fourniture d’hélicoptères (aussi bien Chinooks que Griffons, déjà fournis par le Canada par le passé), des moyens de surveillance ainsi que des unités à déploiement rapide. MINUSMA étant sous pression logistique et financière, le Canada peut apporter son aide afin d’atteindre les buts importants de cette mission. Ceci inclut le renforcement du processus de paix encore fragile, l’appui à la gouvernance démocratique au Mali, la réduction de l’influence des groupes terroristes et saboteurs, le renforcement de la capacité opérationnelle de la police nationale, et (non le moindre) la protection des civils.

Un engagement en ce moment critique démontrerait que le soutien du Canada aux efforts de maintien de la paix est constant, fiable et vise le long-terme au lieu d’être épisodique. Le gouvernement canadien se réclame souvent du multi-latéralisme et d’un ordre international basé sur la règle de droit (OIRD), ce qui nous encourage. Nous estimons que le meilleur moyen de créer un meilleur et durable OIRD passe par une ONU à la structure efficace. Le Canada fut l’initiateur du concept des forces du maintien de la paix, et doit maintenant le soutenir. Comme le disait Lester B. Pearson lors de son discours du Prix Nobel en 1957 :

Nous avons alors bien commencé . Si nous ne construisons pas sur cette base quelque chose de plus solide et permanent, nous aurons une fois de plus ignoré la réalité, raté les occasions et trahi notre confiance. N’apprendrons-nous jamais ?

Le Canada a appris et a fourni, bon an mal an, environ 1000 personnes en uniforme au maintien de la paix de l’ONU. Si le Canada s’avère incapable d’atteindre à nouveau ce niveau, au moins pourrait-il fournir les 600 militaires et 150 policiers promis par le gouvernement en 2016. De plus, lors de la conférence ministérielle de Vancouver en 2017, le Canada a promis à l’ONU la création d’une Force d’intervention rapide, que nous attendons toujours. Cette Force serait une contribution importante à MINUSMA.

Un renouvellement de l’engagement canadien dans le maintien de la paix de l’ONU jouerait en faveur de l’obtention d’un siège par le Canada au Conseil de sécurité.

Nous reconnaissons que nous vivons en des temps chargés de défis pour le Canada et le monde. Nous insistons pour que le Canada se prépare à assigner du personnel aux opérations de maintien de la paix au Mali, y compris dans la création de la FIR, promise mais encore à venir. Le Canada peut se montrer prompt et impliqué.

En vous remerciant de votre attention,

Bien à vous,

pugwash_logo_bilLe Groupe Pugwash Canada

 

Rideau_logoL’Institut Rideau

 

 

wfmc_logo

 

Mouvement fédéraliste mondial – Canada
Prof. Walter Dorn, Président national

 

logo_APLP_2019_petitLes Artistes pour la Paix

Aucun commentaire jusqu'à présent.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*

code

Nos actions récentes

20 mai 2020 : Lettre ouverte - le Canada ne mérite pas de siège au Conseil de sécurité.
13 avril 2020 : Lettre à Justin Trudeau : Levons les sanctions !
10 avril 2020 : Lettre du Groupe des 78 : Habileté diplomatique requise pour une intervention urgente
7 avril 2020 : Lettre au Premier ministre Trudeau sur NUMISMA
18 février 2020 : Lettre au Premier ministre sur Wet'suwet'en.
27 janvier 2020 : Message au Premier ministre sur les déchets nucléaires.
25 janvier 2020 : Manifestation Non à la guerre contre l'Iran.
Voir toutes nos lettres aux élus »

Remontez dans le temps »

Recherche par sujets