Evénements du mois

Activités de nos membres

Je suis APLP parce que…

"C'est la paix et la justice pour tous que chacun d'entre nous souhaite et recherche. Contribuons à construire un monde meilleur, avec notre talent, quel qu'il soit !"
Camille Pelletier Antaya, membre des APLP
"Parce que la paix est toujours à faire, en nous comme avec les autres, et que c’est par l’art que c’est le plus merveilleux de la promouvoir, de la défendre, de la fêter !"
domlebo, auteur-compositeur-interprète
"La paix est sacrée. C’est pour ça qu’on dit : Sacré-moi la paix !"
Yvon Deschamps, humoriste retraité
"Les mots de Louise Warren sur le dessaisissement et sur l’intensité préalable à la création me conduisent à Mozart et à Beethoven, à ma fille et à mon fils : je leur souhaite la paix… et travaille tous les jours à ce que ce vœu se réalise !"
Pierre Jasmin, pianiste, membre de l'exécutif de Pugwash Canada
"ChacunE, quel que soit son milieu d’appar-tenance et ses talents, peut et doit apporter sa petite pierre à la construction de la Paix (qui est tellement plus que l’absence de guerre ou de conflit armé)."
Dominique Boisvert, écrivain d'essais
"La paix est loin d’être acquise. Avec l’explosion de l’industrie militaire dans le monde, on aura besoin de nos mots, notre musique, nos films, de notre art pour faire contrepoids. La culture est arme de construction massive."
Guylaine Maroist, cinéaste documentaire

Mike Ward et la liberté d’expression

Une cause, une seule victime, plusieurs responsables

gabriel

Photo Hugo Sébastien Aubert / La Presse

Jérémy Gabriel, dont je préfère utiliser la photo plutôt que celle de son tourmenteur, a le droit de vivre, contrairement à ce que suggérait l’escalade d’expressions abusives utilisées par Mike Ward dans ses numéros sur le « pas tuable » jeune homme il y a huit ans.

Karine Tremblay écrit dans La Tribune du 9 mars : la Commission des droits de la personne et des droits de la jeunesse (CDPDJ) a intenté une poursuite au nom de la famille Gabriel, après que celle-ci eut déposé une plainte en 2012. En 2016, le Tribunal des droits de la personne du Québec a statué que les propos de Mike Ward pendant ses spectacles avaient été discriminatoires à l’endroit de Jérémy, atteint du syndrome de Treacher Collins. L’humoriste ayant porté sa cause en appel, la Cour d’appel a, l’automne dernier, rejeté une part de sa demande, le sommant de payer 35 000 $ en dommages moraux et punitifs.

Quand l’humour se trompe de cible

Ward a récolté trois trophées au dernier Gala des Olivier où la foule s’est levée pour applaudir celui qu’elle a érigé en martyre de la libre expression, appuyé par Me Julius Grey qui défend son client jusqu’à vouloir porter sa cause devant la Cour suprême. L’humoriste Ward ne devrait-il pas plutôt jeter l’éponge, assumer le ton violent de ses débordements antérieurs – notons que son discours au gala sur la liberté d’expression était irréprochable, parce qu’il évitait la spécificité de son propre cas litigieux – et payer les 35 000$ dus à la personne blessée par ses injures antérieures? En 2012, vu l’âge du jeune « handicapé » (car ses blagues ont réduit Jérémy à cette condition), n’aurait-il pas été plus avisé de sa part de se moquer des parents de Jérémy (la mère a d’ailleurs perdu sa cause réclamant 7000$) ? Car ils ont instrumentalisé le handicap de leur fils, en le filmant en train de chanter devant le pape Benoît XVI, un pianiste raffiné qui ne méritait pas une telle agression artistique. Le jeune homme a mûri et semble avoir plus d’avenir dans la musique punk, quoique sa pathétique volonté de se présenter dans n’importe quel parti politique à l’automne dernier montrait plutôt que le fils persiste à faire ce que ses parents lui ont inculqué, tenter à tout prix de profiter de la gloire ($$) des feux de la télévision…

L’École nationale de l’humour

Directrice de l’École nationale de l’humour, Louise Richer appuie Mike Ward, car elle craint le précédent d’une poursuite victorieuse contre les humoristes, vu l’autocensure que les gens du métier pourraient s’infliger à la suite d’un tel jugement. Mais son appui ne fait-il pas durer le suspense d’une cause dont l’acharnement provoque déjà des échecs juridiques successifs qui desservent la liberté d’expression, à cause de la frontière non respectée par Ward entre la liberté de se moquer d’une œuvre – le chant devant le pape – et ridiculiser son auteur (on revient toujours à cette distinction, comme pour J’accuse de Polanski) ? Encore une fois, ne serait-il pas plus sage de tirer la plogue et ainsi d’éviter d’entraîner le précieux droit à l’expression libre dans une série d’échecs dommageables ? En assumant l’agressivité débordante de ses propos contre Jérémy Gabriel, comme a fini par le faire l’animateur Normand Brathwaite à Piment fort face aux pertinentes accusations d’homophobie par le digne Daniel Pinard (qui n’a pas eu besoin des tribunaux), Mike Ward offrirait en outre un effet bénéfique calmant, utile aux agressifs réseaux sociaux : on peut consulter des exemples de propos « lénifiants » adressés à M. Gabriel sur sa page facebook, tels que « pitche-toi en bas d’un pont ! »

Deux humoristes artistes pour la paix

L’ex-trésorier des Artistes pour la paix Luc Boily enseigne à l’École nationale de l’humour un cours d’écriture humoristique et partage, avec Christian Vanasse, le cours Humour et société : ils y véhiculent des réflexions nécessaires sur la responsabilité venant avec la prise de parole. Rendons-leur grâce, ainsi qu’à la sagesse de Louise Richer, d’avoir évité des cas semblables dans les dernières huit années, ce qui vu la prolifération sur nos ondes radiophoniques et télévisuelles d’humoristes, représente un sacré tour de force.

Enfin, on revient toujours à lui, Yvon Deschamps n’a jamais craint de s’attaquer à l’establishment très riche et à sa bien-pensance vaguement raciste, sexiste, militariste et anti classe ouvrière et anti-syndicaliste. Si on m’objecte que l’époque actuelle est trop politically correct pour allouer une telle licence, voici un débat intéressant à entreprendre, à la condition de ne pas être mené dans nos médias par les adeptes de RadioX qui évoquent le principe de la liberté d’expression à tort et à travers, alors que les pacifistes sont censurés.

1 Commentaire

  1. OdetteBougie OdetteBougie
    28 mars 2020    

    Il y a cette chanson interpretee par Jeanne Moreau, j en cite quelques lignes;
    Je suis le nombril du monde
    Tu es le nombril du monde
    C est egal, c est egal
    On est quand meme tous les nombril du monde

    Je t ignore, tu m ignores
    La lune aussi nous ignore
    c est egal c est egal
    On est quand meme tous le nombril du monde …

    Et le reste et le reste …

    Mais je prefere la chanson de Souchon :

    La foule sentimentale
    A soif d ideal …
    Ben voila, chantez le reste de ces chansons ou sur le fameux Tube, ou devant un miroir.

    Et moi je cherche un air pour ces 2 phrases : Le temps si moche
    Je ne suis pas si croche
    Je cherche mes proches
    Ha gush ! ha gush ! ha gush !

    Covid-19 se repand.
    Un drole de temps …
    Pour les pauvres gens
    Pour le temps qui se suspend…

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*

code

Nos actions récentes

18 février 2020 : Lettre au Premier ministre sur Wet'suwet'en.
27 janvier 2020 : Message au Premier ministre sur les déchets nucléaires.
25 janvier 2020 : Manifestation Non à la guerre contre l'Iran.
25 novembre 2019 : Lettre à l'Honorable F.-P. Champagne.
4 novembre 2019 : Lettre au Parlement sur le Chili.
10 octobre 2019 : Soirée du Serment de l'Humanité.
21 septembre 2019 : Le 5 à 7 pour la Paix, spectacle au Lion d'Or.
2 juin 2019 : Vernissage de la Biennale Les créateurs de Paix 2019.
16 mai 2019 : Lettre ouverte du CNANW au Premier ministre Trudeau.
14 mai 2019 : 3e Rencontre des Ambassadeurs de la non-violence.
12 mai 2019 : Concert Fête des mères contre la guerre.
10 mai 2019 : Participation à Cuisine ta ville avec ATSA.
23 avril 2019 : Remise des Prix APLP 2019 à Montréal.
28 janvier 2019 : Lettre à Justin Trudeau et Chrystia Freeland sur le Venezuela.
Voir toutes nos lettres aux élus »

Remontez dans le temps »

Recherche par sujets