Evénements du mois

Activités de nos membres

Je suis APLP parce que…

"C'est la paix et la justice pour tous que chacun d'entre nous souhaite et recherche. Contribuons à construire un monde meilleur, avec notre talent, quel qu'il soit !"
Camille Pelletier Antaya, membre des APLP
"Parce que la paix est toujours à faire, en nous comme avec les autres, et que c’est par l’art que c’est le plus merveilleux de la promouvoir, de la défendre, de la fêter !"
domlebo, auteur-compositeur-interprète
"Les mots de Louise Warren sur le dessaisissement et sur l’intensité préalable à la création me conduisent à Mozart et à Beethoven, à ma fille et à mon fils : je leur souhaite la paix… et travaille tous les jours à ce que ce vœu se réalise !"
Pierre Jasmin, pianiste, membre de l'exécutif de Pugwash Canada
"ChacunE, quel que soit son milieu d’appar-tenance et ses talents, peut et doit apporter sa petite pierre à la construction de la Paix (qui est tellement plus que l’absence de guerre ou de conflit armé)."
Dominique Boisvert, écrivain d'essais
"La paix est loin d’être acquise. Avec l’explosion de l’industrie militaire dans le monde, on aura besoin de nos mots, notre musique, nos films, de notre art pour faire contrepoids. La culture est arme de construction massive."
Guylaine Maroist, cinéaste documentaire

Résurgence mondiale du racisme

char

Le 24 février, un char allégorique défile lors du carnaval de Düsseldorf, en dénonciation de quatre attentats récents en Allemagne. Il arbore une sculpture-caricature de raciste avec pistolet à la place de la langue ; sur sa joue « les mots mènent à l’acte ». Photo Martin Meissner, AP

Un constat hélas objectif : haine raciste et violence en hausse

L’Agence France-Presse écrit le 27 février que « Le Conseil de l’Europe s’est alarmé de la multiplication des actes et de la banalisation des discours racistes en Europe, mettant aussi en garde contre les risques de discrimination représentés par l’intelligence artificielle. Dans son rapport annuel 2019 publié le même jour, l’organe indépendant d’experts du Conseil, chargé de combattre le racisme, l’ECRI, pointe « l’influence croissante des politiques ultranationalistes et xénophobes en Europe, un discours de haine qui donne le ton sur les réseaux sociaux ».

« L’Europe est confrontée à une terrible réalité : les actes de violence inspirés par l’antisémitisme, la haine à l’égard des musulmans et les autres formes de haine raciale se multiplient à un rythme alarmant », avertit la Secrétaire générale du Conseil de l’Europe, Marija Pejcinovic Buric, citant la fusillade qui a fait 9 morts à Hanau en Allemagne la semaine dernière : de jeunes Kurdes et Turcs assassinés froidement dans un bar par un raciste armé qui s’est ensuite enlevé la vie.  Le rapport de l’ECRI pointe des problèmes récurrents de discriminations envers les musulmans, les juifs, les Roms et les personnes noires dans les 47 États membres du Conseil, jugeant nécessaire « une approche plus proactive et un soutien à une éducation inclusive ». L’organisme note aussi « un environnement de plus en plus hostile aux ONG qui œuvrent pour les groupes vulnérables », décrivant ces évolutions comme « alarmantes ».  Enfin, pour les personnes LGBTQ, « si de nombreux pays ont intensifié leur action en faveur de l’égalité, d’autres ont pris la direction opposée et ces personnes continuent d’y être victimes de harcèlement, de menaces et de violence ».

Des artistes hurlent contre les loups

Contre le discours de haine qui, chez nous au Canada, accable ces jours-ci les autochtones contestataires et leurs ONG alliées harcelés en Colombie Britannique par le groupe Soldiers of Odin, un artiste allemand réagit vivement par son art. Des sculptures de loups semblent hurler de concert, évoquant chez nous, francophones, la chanson de Serge Reggiani les loups sont entrés dans Paris, créée par Albert Vidalie. Les jeunes de mai 1968 avaient acheté en grand nombre son 45 tours et réinterprété l’allégorie de l’avancée de l’armée allemande nazie dans Paris en 1940, en une ode à TOUTES résistances.

loups

Des sculptures de l’artiste Rainer Opolka, installées place du marché à Dresden en Allemagne en mars 2016. Les sculptures de loups (dont cinq font le salut nazi) composent un ensemble intitulé « Les loups sont de retour », dénonçant l’extrémisme d’extrême droite. Photo Ina Fassbender, Reuters

Rainer Opolka est une figure fascinante. Devenu millionnaire après avoir inventé avec son frère jumeau une application LED pour lampes de poche et fondé une usine de fabrication, dont il a revendu des parts en 2011 à la firme américaine Leatherman Tool Group, il peut travailler librement sans pression financière comme sculpteur. Ses loups ornent des places publiques à Chemnitz et à Dresden, en opposition symbolique à l’extrême-droite dont il craint la résurgence observée et sa richesse lui a même permis, avant les élections de l’automne 2019, de financer le parti socialiste allemand et son organe de presse SPD-Wahlkampfzeitung „Wir für Woidke“ – journal d’élections en faveur de Woidke.

Qui est Dietmar Woidke ? Socialiste né en Allemagne de l’Est en 1961, il travaille comme ministre au sein de plusieurs coalitions gouvernementales jusqu’aux élections 2019 où son parti de gauche ne recueille que 26,2 % des voix, ne devançant que de trois points la fasciste et montante Alternative pour l’Allemagne (AfD) dont le nationalisme fasciste n’empêche pas l’adhésion à l’OTAN et au populiste suprématiste blanc Donald Trump. Woidke délaisse alors son alliance désormais minoritaire avec Die Linke, parti similaire à Québec Solidaire : près de huit semaines après le scrutin assombri par la montée de l’extrême-droite, il annonce le 24 octobre avoir conclu un accord avec la CDU, le parti de centre droit chrétien d’Angela Merkell et les Grünen (les Verts), pour former un gouvernement de coalition. Les partisans québécois d’un nouveau mode de scrutin plus représentatif des votes exprimés seraient sans doute bien avisés de publiciser ce genre de tractations qui réussissent à maintenir un pouvoir populaire démocratique, contre les extrêmes-droites unies aux capitalistes populistes favorisés par le laxisme des médias, car Woidke a été réélu ministre-président du Landtag de Brandebourg par 47 voix contre 37 et trois abstentions. Les temps sont durs, il faut s’adapter…

Aucun commentaire jusqu'à présent.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*

code

Nos actions récentes

20 mai 2020 : Lettre ouverte - le Canada ne mérite pas de siège au Conseil de sécurité.
13 avril 2020 : Lettre à Justin Trudeau : Levons les sanctions !
10 avril 2020 : Lettre du Groupe des 78 : Habileté diplomatique requise pour une intervention urgente
7 avril 2020 : Lettre au Premier ministre Trudeau sur NUMISMA
18 février 2020 : Lettre au Premier ministre sur Wet'suwet'en.
27 janvier 2020 : Message au Premier ministre sur les déchets nucléaires.
25 janvier 2020 : Manifestation Non à la guerre contre l'Iran.
Voir toutes nos lettres aux élus »

Remontez dans le temps »

Recherche par sujets