Evénements du mois

Activités de nos membres







Je suis APLP parce que…

"C'est la paix et la justice pour tous que chacun d'entre nous souhaite et recherche. Contribuons à construire un monde meilleur, avec notre talent, quel qu'il soit !"
Camille Pelletier Antaya, membre du CA des APLP
"Parce que la paix est toujours à faire, en nous comme avec les autres, et que c’est par l’art que c’est le plus merveilleux de la promouvoir, de la défendre, de la fêter !"
domlebo, auteur-compositeur-interprète
"La paix est sacrée. C’est pour ça qu’on dit : Sacré-moi la paix !"
Yvon Deschamps, humoriste retraité
"Les mots de Louise Warren sur le dessaisissement et sur l’intensité préalable à la création me conduisent à Mozart et à Beethoven, à ma fille et à mon fils : je leur souhaite la paix… et travaille tous les jours à ce que ce vœu se réalise !"
Pierre Jasmin, pianiste, membre de l'exécutif de Pugwash Canada
"ChacunE, quel que soit son milieu d’appar-tenance et ses talents, peut et doit apporter sa petite pierre à la construction de la Paix (qui est tellement plus que l’absence de guerre ou de conflit armé)."
Dominique Boisvert, écrivain d'essais
"La paix est loin d’être acquise. Avec l’explosion de l’industrie militaire dans le monde, on aura besoin de nos mots, notre musique, nos films, de notre art pour faire contrepoids. La culture est arme de construction massive."
Guylaine Maroist, cinéaste documentaire

Que faire pour la Terre-Mère ?

Louis-Philippe Jasmin est étudiant au CEGEP de Sherbrooke.
Ce texte a été publié initialement dans L’Aut’Journal.

sherbrooke_manif

Photo de la manif de Sherbrooke par Spectre Média – Maxime Picard

Sherbrooke, une des cinquante villes du Québec en grève

Plus de 5000 personnes (selon la police) ont marché pour le climat vendredi le 27 septembre à Sherbrooke, ce qui a constitué la plus grande manifestation de l’histoire de la ville. C’est « une marée humaine » (expression de la Tribune) qui est partie de l’Université de Sherbrooke en début d’après-midi, a pris une petite pause au parc Jacques-Cartier, pour terminer sa marche à l’Hôtel de Ville, sans aucun incident.

On est le 28 septembre, au lendemain d’une participation record mondiale et québécoise à la grève pour le climat. J’ai 19 ans et je tenais à y être, même si normalement le vendredi je travaille pour le marché public d’Eastman. Fier de ne pas travailler sous les arches d’une multinationale de fast food, j’ai demandé pour l’occasion à mes patrons un congé qu’ils ont bien accepté, probablement parce que le modèle du marché public fait partie de la solution, non du problème.

Au cours de ma marche à Sherbrooke, j’ai pu voir une foule diverse de par leurs opinions politiques ou leur statut social : des anarchistes/communistes qui déclaraient la « guerre au Capital » aux militants plus âgés du Bloc québécois, en passant par des élèves du secondaire (voir du primaire), tous et toutes unis derrière la cause de l’environnement.

Une mobilisation historique

J’ai pu entendre des discours inspirants au parc Jacques-Cartier, qui nous ont rappelé les assassins de notre Terre commune qu’ils ont nommés néolibéralisme, surconsommation, colonialisme etc.

Mon père, inlassable pacifiste de retour d’Ottawa où il avait participé à un congrès antinucléaire dans un monde obnubilé par la guerre, s’est joint à la manif de Montréal où une foule au centuple de celle de Sherbrooke marchait pour la survie de la planète. Ces gens de divers horizons étaient galvanisés par la présence et les mots inspirants prononcés par la jeune Suédoise activiste Greta Thunberg. On peut lui donner le crédit d’avoir créé une volonté de masse de protéger la Terre, là où les scientifiques et autres personnes conscientes ont malheureusement échoué à susciter cet entraînement collectif, dans les quarante dernières années.

Cette très jeune gréviste de son école, qui a commencé seule un vendredi avec une petite pancarte il y a un an, a entraîné le monde entier, hier comme il y a une semaine, le 20 septembre.

Y a-t-il des solutions électorales pour la planète ?

Je suis pessimiste face aux prochaines élections où deux partis qui se partagent le pouvoir depuis le début du projet colonial nommé « Canada » déclarent sans y croire leur volonté de « combattre » les changements climatiques :

– le premier, qui a formé le dernier gouvernement, s’est dit écologiste, tout en achetant un pipeline acheminant du pétrole sale et pour $70 milliards de bateaux de guerre.

– l’autre parti, constitué de cinglés fanatiques du pétrole, a tout fait durant son dernier règne pour censurer écologistes et scientifiques informant la population de la nocivité du pétrole bitumineux de l’Alberta et va certainement répéter ses méfaits, s’il reprend le pouvoir le 21 octobre prochain.

À nous, en particulier le demi-million de jeunes qui vont voter pour la première fois comme moi, d’effectuer un choix électoral le 21 octobre prochain, prioritairement basé sur le genre de planète qu’on veut laisser aux prochaines générations et fondé sur la meilleure façon d’influencer le gouvernement (libéral ou conservateur) qu’on espère de tout cœur minoritaire et forcé de pactiser pour gouverner.

Sinon, quelles actions concrètes ?

Où sont les actions concrètes pour éviter le scénario-catastrophe d’une augmentation de 7 degrés d’ici 2100, annoncé récemment par le CNRS (Centre national de la recherche scientifique) [1] ? Quelles solutions efficaces, multiples, complexes, individuelles et (surtout) collectives, pour un problème qu’on est loin d’avoir réglé et que peut-être on ne va jamais régler entièrement ? Comment bouder le conformisme en général qui perpétue ce système qui pille, colonise, vole, meurtrit la planète et ses habitants depuis près de 200 ans ?

Pour finir, sans vouloir moraliser, encourageons moins les multinationales et davantage les marchés publics, modèles de consommation beaucoup plus humains et compatibles avec la Terre. Créons des alternatives en joignant des groupes solidaires comme La Planète s’invite AU TRAVAIL (une initiative intersyndicale), La planète s’invite à l’UNIVERSITÉ, la Planète s’invite AU PARLEMENT et La Planète s’invite AU COMMUNAUTAIRE.

sherbrooke_pancarte

Photo Caroline G. Murphy


[1] http://www.cnrs.fr/sites/default/files/press_info/2019-09/DP_confpresse_CMIP6_OK.pdf
Par ailleurs, l’OBS du 26 septembre écrit sous la plume d’Audrey Pulvar : bilan 2019, 5e année consécutive « la plus chaude » jamais enregistrée : des forêts et plaines dévastées par des incendies; des sécheresses toujours plus intenses et longues; des canicules toujours plus violentes et atypiques; un millier de disparus en un seul cyclone balayant les Bahamas; des centaines de milliers de morts prématurées annuelles en Europe du fait de la pollution atmosphérique [combien en Chine, en Corée et au Japon !]…

 

Aucun commentaire jusqu'à présent.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*

code

La boutique virtuelle APLP



Nos actions récentes

21 septembre 2019 : Le 5 à 7 pour la Paix, spectacle au Lion d'Or.
2 juin 2019 : Vernissage de la Biennale Les créateurs de Paix 2019.
16 mai 2019 : Lettre ouverte du CNANW au Premier ministre Trudeau.
14 mai 2019 : 3e Rencontre des Ambassadeurs de la non-violence.
12 mai 2019 : Concert Fête des mères contre la guerre.
10 mai 2019 : Participation à Cuisine ta ville avec ATSA.
23 avril 2019 : Remise des Prix APLP 2019 à Montréal.
28 janvier 2019 : Lettre à Justin Trudeau et Chrystia Freeland sur le Venezuela.
Voir toutes nos lettres aux élus »

Remontez dans le temps »

Recherche par sujets