Evénements du mois

Activités de nos membres




Je suis APLP parce que…

"C'est la paix et la justice pour tous que chacun d'entre nous souhaite et recherche. Contribuons à construire un monde meilleur, avec notre talent, quel qu'il soit !"
Camille Pelletier Antaya, membre du CA des APLP
"Parce que la paix est toujours à faire, en nous comme avec les autres, et que c’est par l’art que c’est le plus merveilleux de la promouvoir, de la défendre, de la fêter !"
domlebo, auteur-compositeur-interprète
"La paix est sacrée. C’est pour ça qu’on dit : Sacré-moi la paix !"
Yvon Deschamps, humoriste retraité
"Les mots de Louise Warren sur le dessaisissement et sur l’intensité préalable à la création me conduisent à Mozart et à Beethoven, à ma fille et à mon fils : je leur souhaite la paix… et travaille tous les jours à ce que ce vœu se réalise !"
Pierre Jasmin, pianiste, membre de l'exécutif de Pugwash Canada
"ChacunE, quel que soit son milieu d’appar-tenance et ses talents, peut et doit apporter sa petite pierre à la construction de la Paix (qui est tellement plus que l’absence de guerre ou de conflit armé)."
Dominique Boisvert, écrivain d'essais
"La paix est loin d’être acquise. Avec l’explosion de l’industrie militaire dans le monde, on aura besoin de nos mots, notre musique, nos films, de notre art pour faire contrepoids. La culture est arme de construction massive."
Guylaine Maroist, cinéaste documentaire

Venezuela : Justin Trudeau ne travaille pas pour la paix.

manif_pro_maduro

Manifestation pro-Maduro à Caracas le 8 novembre 2018.

La crise au Venezuela vient d’accélérer sa dérive. Le chef du Parlement, Juan Guaido, s’est autoproclamé président du pays. Guaido est une créature du parti Volonté populaire, la formation la plus à droite, la plus radicale et la plus convaincue que l’intervention armée est le seul levier pour se débarrasser du chavisme. Évidemment, Donald Trump s’est empressé d’accorder un appui formel à sa marionnette, le roitelet Guaido, suivi aussitôt de l’appui du nouveau dictateur du Brésil, Jair Bolsonaro et de Justin Trudeau. Dans cette foulée, sans aucun sens critique, ce dernier a avalé cette parodie de sortie de crise organisée dans les coulisses de la Maison-Blanche. Le Venezuela étant un pays souverain, il est inacceptable que le gouvernement canadien suive les bottines du président Trump. Et les médias d’ici semblent trouver cet appui inconditionnel du gouvernement canadien tout à fait normal alors qu’il s’agit d’un déni flagrant de démocratie, d’une sorte de coup d’état et d’un levier générateur de violence.

Ce triste scénario a été très bien préparé, rapporte Le Monde diplomatique du 24 janvier 2019 : « La veille, le vice-président américain Mike Pence avait invité les Vénézuéliens à manifester contre le président Nicolas Maduro, en les assurant du soutien des États-Unis. Et, quelques heures à peine après l’autoproclamation de M. Guaido, des camions publicitaires circulaient dans les rues de New York, évoquant la chute de « l’usurpateur » Maduro, remplacé par le « président Guaido. » Sans retenue aucune, le gouvernement américain traite un président élu d’usurpateur alors que Guaido, autoproclamé serait le président légitime. C’est à n’y rien comprendre.

Ce n’est pas par hasard, rapporte le grand journal espagnol El Pais du 25 janvier, si 70 intellectuels américains connus ont aussitôt pris position contre cette farce monumentale. En tête de ce groupe, Noam Chomsky et l’ancien rapporteur indépendant de l’ONU, Alfred de Zayas; ils demandent au gouvernement américain de faciliter un dialogue plutôt que d’alimenter la crise politique. Il est clair, selon ces intellectuels, que le gouvernement américain veut la tête du président élu, Nicolas Maduro, en oubliant le chaos créé en Irak, en Libye, en Syrie et en Amérique latine par l’élimination de dirigeants et la mise en place de gouvernement fantoche de droite proaméricain. Le pays risque de s’enfoncer encore plus dans une crise dramatique dont nul ne connaît les conséquences désastreuses pour un peuple déjà appauvri. Ce sale coup de l’administration américaine n’est pas sans rappeler la triste fin de Salvador Allende, président du Chili dans les années 70 lorsqu’il fut éliminé par une junte militaire largement soutenue par Washington.

Évidemment, les causes du chaos au Venezuela ne datent pas d’hier. Le gouvernement Maduro n’a pas toujours pris les bonnes décisions sur le plan de la gestion de l’économie (question complexe qui mériterait un article à elle seule). En outre, le gouvernement américain n’a jamais pardonné au gouvernement du Venezuela d’avoir pris le contrôle de son industrie pétrolière. Afin d’alimenter la crise, depuis août 2017, le gouvernement américain impose des sanctions financières au Venezuela, en raison des difficultés de paiement du gouvernement vénézuélien à ses créanciers américains. Hélas, le gouvernement du Venezuela n’a pris à temps toute la mesure de la crise pétrolière et des effets de la pratique d’étranglement des États-Unis (blocage de prêts bancaires, etc.). Une question cruciale reste sans réponse, estimait le Monde diplomatique : « Comment un pays qui a perdu plus de la moitié de sa production pétrolière et plus d’un tiers de son PIB en cinq ans peut-il renverser la tendance, alors que des sanctions américaines lui interdisent l’accès au financement international? » (Temir Porras Ponceleon, Le Monde diplomatique, novembre 2018). Il n’a pas non plus pris soin de diversifier son économie. Ce n’est qu’un volet des vieilles tactiques américaines connues et expérimentées à Cuba et ailleurs depuis longtemps. En bout de piste, si le roitelet Guaido s’érige un trône, les sociétés pétrolières américaines mettront enfin la main sur le pétrole du Venezuela. C’est l’enjeu principal derrière ce scénario catastrophique, pas le mieux-être du peuple. En d’autres mots, on déplore les problèmes sociaux sérieux pour justifier l’intervention américaine, mais on ignore les causes structurelles et aucune porte de sortie démocratique n’est proposée par Washington.

Aujourd’hui la rhétorique agressive de John Bolton contre le gouvernement du Venezuela atteint un sommet en mettant de l’avant la possibilité d’une intervention armée au Venezuela. Il est surprenant et inacceptable que le gouvernement du Canada endosse la stratégie américaine sans sourciller, ce dans l’indifférence générale. La sortie de crise devrait passer par un accord négocié, non par l’imposition d’une marionnette et encore moins une intervention armée. La démocratie s’enrichit par l’utilisation de stratégies pacifistes, pas par le langage des armes.

NDLR : Lire ici la lettre ouverte signée par Noam Chomsky et 70 universitaires, sociologues, cinéastes, leaders de la société civile, etc.

2 Commentaires

  1. Pierre Jasmin Pierre Jasmin
    26 janvier 2019    

    Bravo à André Jacob pour cet article courageux et bravo au site qui nous donne accès à la lettre de Noam Chomski ! Les organismes de paix américains FAIR.org. et CODEPINK dénoncent aussi le coup d’état virtuel de Juan Guaido, dont le parti n’a obtenu que 17% des voix aux dernières élections.
    Le groupe canadien Ceasefire.ca dénonce la position du Canada en appui à M. Trump et au groupe de Lima. Nous craignons que cet alignement creuse encore l’hostilité canadienne envers la Chine et la Russie et nous rapproche d’une GUERRE que veut éviter le Secrétaire Général de l’ONU. Pour résoudre le conflit interne du Venezuela, avant qu’il ne se transforme en guerre civile, Antonio Guterres plaide, à l’instar de plusieurs dirigeants européens, en faveur d’un dialogue démocratique auquel Maduro souscrit, même s’il dispose encore de l’armée chaviste, au moment d’écrire ces lignes. La position canadienne ne risque-t-elle pas de le voir radicaliser ses actions?
    Cette nouvelle bourde diplomatique de M. Trudeau et de sa ministre Chrystia Freeland (voir l’article http://www.artistespourlapaix.org/?p=15639 sur l’affaire HUA WEI qui vient de provoquer la démission de l’ambassadeur John McCallum coupable de dire la vérité) va encore éloigner le Canada de son but de siéger au Conseil de Sécurité de l’ONU.

  2. DAVID DAVID
    20 février 2019    

    celles et ceux, parmi les américains, qui soutiennent Trump et sa tentative de coup d’état militaire, ou Mr Trudeau, doivent savoir que je boycotte les produits américains, et que j’appelle à les boycotter, tant que cette tentative de coup d’état au Vénézuéla continuera d’être orchestrée. Mépriser le peuple vénézuélien, en voulant accaparer le pétrole de ce pays, c’est accroitre les tensions internationales, et aggraver l’effet de serre. Je soutiens, en revanche, les américains lorsqu’ils manifestent pour le climat, et je sais qu’il y en a beaucoup plus qu’on en le croit. Le mode de vie américain , il est comme celui en Europe, négociable, car inacceptable pour la bonne vie des générations futures. Soutien aux américains opposés à la tentative de coup d’état orchestrée par Trump!

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*

code

Le Manifeste pour la Paix


Nos actions récentes

28 janvier 2019 : Lettre à Justin Trudeau et Chrystia Freeland sur le Venezuela.
10 novembre : Grande Marche - La planète s'invite au Parlement.
23 septembre : Lancement du Manifeste pour la Paix à Victoriaville.
22 septembre : Lancement du Manifeste pour la Paix à Mont Saint-Hilaire.
21 septembre : Lancement du Manifeste pour la Paix à Montréal.

Voir toutes nos lettres aux élus »

Remontez dans le temps »

Recherche par sujets