Evénements du mois

Activités de nos membres







Je suis APLP parce que…

"C'est la paix et la justice pour tous que chacun d'entre nous souhaite et recherche. Contribuons à construire un monde meilleur, avec notre talent, quel qu'il soit !"
Camille Pelletier Antaya, membre du CA des APLP
"Parce que la paix est toujours à faire, en nous comme avec les autres, et que c’est par l’art que c’est le plus merveilleux de la promouvoir, de la défendre, de la fêter !"
domlebo, auteur-compositeur-interprète
"La paix est sacrée. C’est pour ça qu’on dit : Sacré-moi la paix !"
Yvon Deschamps, humoriste retraité
"Les mots de Louise Warren sur le dessaisissement et sur l’intensité préalable à la création me conduisent à Mozart et à Beethoven, à ma fille et à mon fils : je leur souhaite la paix… et travaille tous les jours à ce que ce vœu se réalise !"
Pierre Jasmin, pianiste, membre de l'exécutif de Pugwash Canada
"ChacunE, quel que soit son milieu d’appar-tenance et ses talents, peut et doit apporter sa petite pierre à la construction de la Paix (qui est tellement plus que l’absence de guerre ou de conflit armé)."
Dominique Boisvert, écrivain d'essais
"La paix est loin d’être acquise. Avec l’explosion de l’industrie militaire dans le monde, on aura besoin de nos mots, notre musique, nos films, de notre art pour faire contrepoids. La culture est arme de construction massive."
Guylaine Maroist, cinéaste documentaire

L’effet Kondiaronk

effet_kondiaronk_1

Le premier ministre Justin Trudeau avec son épouse Sophie Grégoire Trudeau à sa droite, la mairesse de Montréal, Valérie Plante, le premier ministre du Québec François Legault et son épouse Isabelle Brais ont participé, jeudi, à la vigile en hommage aux victimes de l’attaque perpétrée le 6 décembre 1989 à Polytechnique. Photo : La Presse canadienne/Ryan Remiorz

Dans la centaine de mes articles publiés par l’Aut’Journal au cours des trois dernières années, jamais n’aura-t-on constaté la moindre composante ésotérique, dans les sujets artistiques, encore moins les politiques ! Et pourtant le titre de cet article fait référence au 6 décembre sur le Mont-Royal, réplique de Hochelaga, terre des âmes de François Girard ! Les Artistes pour la Paix sont représentés presque annuellement à cette soirée de commémoration du massacre de quatorze Polytechniciennes, il y a 29 ans.

Une tradition de 29 ans qui inspire Heidi et les APLP

D’abord invité dans les années 90 par la vice-rectrice de l’Université de Montréal par solidarité universitaire, je le fus ensuite par Heidi Rathjen, l’âme de Polysesouvient, que j’ai eu l’honneur de présenter à Pierre Péladeau, lors d’un de ses pow-wow dans les Laurentides, afin que les journalistes de Québecor l’apprécient davantage. Car les APLP ont endossé cette mission de resserrer le contrôle des armes à feu, qui a vécu plusieurs étapes avec les changements de gouvernements fédéraux.

Sans aide gouvernementale, on avait même créé avec Marie-Claire Séguin APLP95 la Fondation le Silence des Armes, où aidé par son collègue Michel Goulet, le sculpteur Alex Magrini APLP94 avec Florent Vollant, récoltait des armes à feu rendues inopérantes par la police de Montréal pour en faire des sculptures, dont le célèbre piano pour la paix englouti lors du séisme qui a démoli le palais présidentiel d’Haïti. Le président légitimement élu Jean-Bertrand Aristide avait inspiré le discours d’Alex pour qu’il salue la dissolution de l’armée haïtienne, soupçonnée de se livrer au trafic de drogues avec l’Amérique centrale.

C’était proprement admirable d’entendre Heidi Rathjen répondre le midi du 6 décembre aux questions serrées de Michel C. Auger et de Bernard Drainville, sans se démonter ni se départir de son sourire ravageur, avec ses arguments à la logique imparable. Richard Martineau avait repris ces derniers avec intelligence dans son entrevue aux Franc-Tireurs (sic !) à TéléQuébec, laissant le représentant Guy Morin du lobby des armes à feu à court de sophismes pour « défendre la liberté » (re-sic) de posséder des armes d’assaut capables de projeter plus de cent balles à la minute. C’est une arme du même type qui s’est enrayée mais hélas relayée par une autre dans l’assassinat en janvier 2017 de six musulmans pieux, respectés de toute la Ville de Québec. Et à l’origine des innombrables tueries américaines, ce sont celles que la National Rifle Association américaine veut maintenir coûte que coûte, avec son nouveau président, le colonel Oliver North, celui qui avait organisé sous Reagan l’échange de drogues et de fusils entre l’Iran et les contras du Nicaragua (sick !).

Un effet désarmant ?

Qui était Kondarionk ? Un grand chef huron-wendat qui a su retenir les flèches amérindiennes pour établir en 1701 la Grande Paix de Montréal, que nous avons souvent évoquée avec feu Frédéric Back, en parlant de sa verrière au métro Place des Arts.

Selon une logique pacifiste, nous avons évidemment dénoncé dès février 2014 (ainsi que récemment [1]) la vente par le ministre Baird pour 15 milliards de $ de blindés ontariens à l’Arabie Saoudite, coupable de la destruction honteuse du Yémen. Et cette vente ne fut jamais stoppée par le Premier ministre Trudeau qui a pourtant signé le Traité de commerce des armes (ONU) aux clauses rédhibitoires. Néanmoins, lorsque je me suis retrouvé face à lui jeudi soir, victime consentante de l’effet Kondiaronk, je n’ai pu que lui redire en souriant les mêmes simples mots que j’avais prononcés face à Sophie Grégoire l’an dernier : « merci d’être venu(E) », ce à quoi il a répondu sensiblement les mêmes paroles bien senties. Même expérience face à notre nouveau Premier ministre du Québec et à son épouse madame Isabelle Brais, qui m’ont également souri. Heidi qui animait (?) la courte cérémonie a éprouvé le même effet désarmant Kondiaronk, se contentant de répéter les noms de ses quatorze collègues Polytechniciennes assassinées le 6 décembre 1989 dans un pur rituel à nouveau souligné cette année par la tombée de flocons de neige floutant les quatorze faisceaux lumineux magiquement imaginés par Moment Factory s’illuminant un à un dans le ciel de la métropole. (NDLR : l’esplanade où se tenait la cérémonie sur le Mont-Royal a été baptisée Belvédère Kondiaronk le 21 juin 1997 par le maire de Montréal, M. Pierre Bourque.)

effet_kondiaronk_2

Les quatorze faisceaux lumineux de Moment Factory.

Et ce rituel magique, sans aucune revendication féministe ni même militante de désarmement puisque toutes deux sous-entendues, fut amplifié par la minute de silence qui a uni, mieux que ne l’aurait fait n’importe quel discours, même le plus éloquent, les Premiers ministres et la mairesse de Montréal rassemblés en demi-cercle de tradition amérindienne. Je suis persuadé qu’ils en ont été profondément marqués, Trudeau et Legault s’étant retrouvés côte à côte (aucune allusion carnivore…) au souper du soir et s’épaulant mutuellement face aux premiers ministres pétroliers le lendemain à défendre tous deux la taxe carbone. On sait gré à M. Legault d’avoir fermement défendu, appuyé par sa ministre de l’Environnement Isabelle Chassé présente au belvédère Kondiaronk, la non-accessibilité sociale du pipeline Énergie-Est que réclament encore Rachel Notley d’Alberta, appuyée par les Premiers ministres de la Saskatchewan, du Manitoba, de l’Ontario et du Nouveau-Brunswick. Et M. Legault nous a impressionnés par son calme souriant à proposer, en contrepartie du pétrole sale, l’énergie hydroélectrique propre du Québec et du Labrador (habile de sa part d’associer Terre-Neuve à son offre !), qui n’a pas les mêmes moyens de s’offrir des pages entières de publicité dans le Devoir, comme le pétrole de l’Alberta.

L’effet Kondarionk, on allait le constater aussi chez le fort leader intérimaire du Parti Québécois, Pascal Bérubé, qui m’a gentiment présenté sa radieuse épouse, avant de prendre la route de Québec où le lendemain à l’Assemblée nationale, il allait humblement s’excuser d’avoir empêché le Premier ministre de prononcer ses vœux de Noël à la population du Québec la veille, vu ses obligations politiques qui allaient le retenir à Montréal vendredi.

L’effet Kondiaronk s’est aussi retrouvé chez le chef intérimaire du Parti libéral, aussi présent lors de la cérémonie, et chez Manon Massé qui a pris le temps de s’entretenir de longues minutes avec moi, d’abord pour se plaindre de l’insignifiance des reproches vestimentaires adressés à ses jeunes députés, à propos desquels une journaliste de Radio-Canada a odieusement accusé Québec Solidaire de s’en servir à des fins partisanes !


[1] http://alter.quebec/distanbul-et-riyad-a-megantic/

 

Aucun commentaire jusqu'à présent.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*

code

Nos actions récentes

21 septembre 2019 : Le 5 à 7 pour la Paix, spectacle au Lion d'Or.
2 juin 2019 : Vernissage de la Biennale Les créateurs de Paix 2019.
16 mai 2019 : Lettre ouverte du CNANW au Premier ministre Trudeau.
14 mai 2019 : 3e Rencontre des Ambassadeurs de la non-violence.
12 mai 2019 : Concert Fête des mères contre la guerre.
10 mai 2019 : Participation à Cuisine ta ville avec ATSA.
23 avril 2019 : Remise des Prix APLP 2019 à Montréal.
28 janvier 2019 : Lettre à Justin Trudeau et Chrystia Freeland sur le Venezuela.
Voir toutes nos lettres aux élus »

Remontez dans le temps »

La boutique virtuelle APLP


Recherche par sujets