Evénements du mois

Activités de nos membres






Je suis APLP parce que…

"C'est la paix et la justice pour tous que chacun d'entre nous souhaite et recherche. Contribuons à construire un monde meilleur, avec notre talent, quel qu'il soit !"
Camille Pelletier Antaya, membre du CA des APLP
"Parce que la paix est toujours à faire, en nous comme avec les autres, et que c’est par l’art que c’est le plus merveilleux de la promouvoir, de la défendre, de la fêter !"
domlebo, auteur-compositeur-interprète
"La paix est sacrée. C’est pour ça qu’on dit : Sacré-moi la paix !"
Yvon Deschamps, humoriste retraité
"Les mots de Louise Warren sur le dessaisissement et sur l’intensité préalable à la création me conduisent à Mozart et à Beethoven, à ma fille et à mon fils : je leur souhaite la paix… et travaille tous les jours à ce que ce vœu se réalise !"
Pierre Jasmin, pianiste, membre de l'exécutif de Pugwash Canada
"ChacunE, quel que soit son milieu d’appar-tenance et ses talents, peut et doit apporter sa petite pierre à la construction de la Paix (qui est tellement plus que l’absence de guerre ou de conflit armé)."
Dominique Boisvert, écrivain d'essais
"La paix est loin d’être acquise. Avec l’explosion de l’industrie militaire dans le monde, on aura besoin de nos mots, notre musique, nos films, de notre art pour faire contrepoids. La culture est arme de construction massive."
Guylaine Maroist, cinéaste documentaire

Quel est le lien entre Jimmy Carter et Chalk River ?

Quel est le lien entre Jimmy Carter, ex-président des États-Unis, et le réacteur nucléaire de Chalk River ?

NRX-Reactor

Le réacteur NRX de Chalk River

Mis en service en 1947, le réacteur expérimental NRX du laboratoire atomique de Chalk River semblait être une bonne idée jusqu’à ce que, le 12 décembre 1952, quelque chose tourne mal. À l’époque, on diagnostiqua un emballement du réacteur qui entraîna une successions d’explosions dans les systèmes de transfert de vapeur. Le sous-sol de la centrale fut inondé de milliers de litres d’eau radioactive. On ne déplora aucun mort, mais le réacteur fut grandement endommagé. Les opérations de nettoyage durèrent des mois. Le NRX fut remis en service deux ans plus tard. Chalk River a l’insigne honneur d’être le site du premier incident d’importance de l’histoire du nucléaire commercial.

carter_jeuneLe lieutenant Jimmy Carter, ingénieur atomiste dans la marine des États-Unis alors âgé de 28 ans, participa aux opérations de nettoyage. Il travaillait alors sur le nouveau réacteur devant équiper le sous-marin Nautilus. Son travail à Chalk River ? Revêtu d’une combinaison anti-radiations, descendre dans le réacteur pour le démanteler, quelques minutes à la fois. Il devait plus tard déclarer que cette expérience avait influencé sa vision du nucléaire, le poussant même à faire avorter le développement de la bombe à neutrons. Mais le nucléaire devait le hanter pendant toute sa carrière : c’est sous sa présidence que survint l’accident de Three Miles Island.

La World Nuclear Association affirme sur son site web qu’il n’y a eu que trois incidents majeurs dans l’histoire du nucléaire commercial : Three Miles Island en 1979, Tchernobyl en 1986 et Fukushima en 2011. Évidement, ce sont les grands classiques, impossibles à passer sous silence.

Lors de l’accident de Three Miles Island, on estima le taux de radiations libérées dans l’air avoisinant à 15 curies (faute de pouvoir l’établir avec précision, les émissions dépassaient les capacités de mesure des équipements d’alors). Lors de l’accident de Chalk River en 1952, on évalua ce taux à 100 000 curies. On peut se demander selon quels critères un accident nucléaire est officiellement déclaré « majeur »…

Carter_TMI-2

Le président Carter visite Three Miles Island.

En survolant quelques ouvrages d’experts, on se rend compte qu’on est très loin du compte. Mis à part l’accident de Chalk River, on peut identifier une longue liste d’événements qu’on peut qualifier de « majeurs », ne fut-ce que par le nombre des personnes affectées. Voici, en plus des incontournables Chalk River en 1952, Tchernobyl et Fukushima, les événements qui complètent le Top 10 des accidents nucléaires, en ordre chronologique :

Rocky Flats, Colorado, le 11 septembre 1957 : un incendie dans une usine libère un nuage de plutonium 239 et 240 au dessus de Denver. La population n’en est pas avertie.

rocky_flats_protest

Dans la presse de l’époque : manifestants à Rocky Flats.

Windscale-Sellafield, Grande-Bretagne, le 7 octobre 1957 : l’incendie de trois tonnes d’uranium disperse des particules radioactives sur l’Angleterre et une partie de l’Europe du Nord.

Kyshtym-Chelyabinsk, URSS, le 29 septembre 1957 : un réservoir de 80 tonnes de déchets liquides explose, contaminant 250 000 personnes et forçant l’évacuation d’une trentaine d’agglomérations qui furent rayées de la carte. La Russie a fini par admettre le désastre en 1989.

kyshtym

La centrale de Kyshtym après l’accident.

Décidément, 1957 ne fut pas une bonne année pour le nucléaire.

Santa Susana, Californie, le 12 juillet 1959 : la fonte du réacteur experimental au sodium libère une énorme quantité d’iode-131 dans l’atmosphère. Cet accident sera tenu secret pendant 20 ans.

Church Rock, Nouveau-Mexique, le 16 juillet 1979 : 93 millions de gallons de déchets liquides provenant des mines d’uranium, ainsi qu’un millier de tonnes de déchets solides se répandent dans le territoire de la nation Navajo et la rivière Little Puerco. La contamination finit par atteindre la rivière Colorado puis le lac Meade, lequel est l’une des principales sources d’eau potable pour Los Angeles.

church_rock_avis

Eau contaminée à Church Rock.

russia_radioactiveTomsk, Russie, le 7 avril 1993 : un réservoir de déchets explose dans une usine d’armement nucléaire, causant la pire catastrophe en matière de radiations depuis Tchernobyl, selon les experts. Une partie de la Sibérie se trouve sous le vent mais ne sera pas évacuée.

Tokai-Mura, Japon, le 30 septembre 1999 : pudiquement qualifié de criticalité, cette réaction en chaîne non-contrôlée tue trois travailleurs dans l’explosion finale. La population de cette zone densément peuplée est exposée au nuage de radiations.

Pour avoir une vue d’ensemble du phénomène, consulter la liste complète des accidents nucléaires telle que compilée par The Guardian en cliquant ici.


Sources :
Nukewatch Newsletter, John LaForge 2018
Nuclear Madness, Revised, Helen Caldicot 1995
Multiple Exposures: Chronicles of the Radiation Age, Catherine Caufield 1989
No Nukes, Anna Gyurgy 1979
Wikipedia (sur J. Carter)
Archives CBC

1 Commentaire

  1. Judi Judi
    4 septembre 2018    

    Superbe article. Très interessant…. et choquant !
    Merci
    judi

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*

code

Le Manifeste pour la Paix


Nos actions récentes

10 novembre : Grande Marche - La planète s'invite au Parlement.
23 septembre : Lancement du Manifeste pour la Paix à Victoriaville.
22 septembre : Lancement du Manifeste pour la Paix à Mont Saint-Hilaire.
21 septembre : Lancement du Manifeste pour la Paix à Montréal.
5 août : Cérémonie commémorative d'Hiroshima à Montréal.
14 juillet : Manifestation pour la Paix, Avignon, France.
23 avril : Cérémonie de remise des Prix APLP 2018.
20 avril : Participation à la journée de dialogue sur le contrôle des armements à Ottawa.

Voir toutes nos lettres aux élus »

Remontez dans le temps »

Recherche par sujets