Evénements du mois

Activités de nos membres






Je suis APLP parce que…

"C'est la paix et la justice pour tous que chacun d'entre nous souhaite et recherche. Contribuons à construire un monde meilleur, avec notre talent, quel qu'il soit !"
Camille Pelletier Antaya, membre du CA des APLP
"Parce que la paix est toujours à faire, en nous comme avec les autres, et que c’est par l’art que c’est le plus merveilleux de la promouvoir, de la défendre, de la fêter !"
domlebo, auteur-compositeur-interprète
"La paix est sacrée. C’est pour ça qu’on dit : Sacré-moi la paix !"
Yvon Deschamps, humoriste retraité
"Les mots de Louise Warren sur le dessaisissement et sur l’intensité préalable à la création me conduisent à Mozart et à Beethoven, à ma fille et à mon fils : je leur souhaite la paix… et travaille tous les jours à ce que ce vœu se réalise !"
Pierre Jasmin, pianiste, membre de l'exécutif de Pugwash Canada
"ChacunE, quel que soit son milieu d’appar-tenance et ses talents, peut et doit apporter sa petite pierre à la construction de la Paix (qui est tellement plus que l’absence de guerre ou de conflit armé)."
Dominique Boisvert, écrivain d'essais
"La paix est loin d’être acquise. Avec l’explosion de l’industrie militaire dans le monde, on aura besoin de nos mots, notre musique, nos films, de notre art pour faire contrepoids. La culture est arme de construction massive."
Guylaine Maroist, cinéaste documentaire

Refus Global au Musée d’art contemporain de Baie Saint-Paul

musee_baie_st_paul

Le Musée présente jusqu’au 4 novembre 2018 deux expositions magnifiques, la première sur Tapies, un Barcelonais dont j’ignorais l’existence, alors que des extraits de ses œuvres à thématiques de paix universelle sont souvent aussi émouvants que les chefs d’œuvre incontestables des Dali, Miro et Picasso. Merci à la commissaire Patricia Aubé !

Mais surtout, bravo au Musée et à la commissaire Anne Beauchemin, pour l’expo à l’occasion du 70e anniversaire du Refus Global, à la barbe des grands musées québécois qui ont incompréhensiblement raté ce sujet pourtant incontournable. Les chefs d’œuvre de Borduas y rassemblés illuminent l’espace de ce (très laid) musée qu’on quitte, grâce à la magie des deux expos, avec l’âme qui chante dans les rues animées de Baie St-Paul, puis dans la céleste et fluviale campagne de Charlevoix !

À côté de textes un peu verbeux sur la carrière de Paul-Émile Borduas (je ne suis pas fier de l’entrevue à Radio-Canada de ma mythique et généralement passionnante et passionnée tante Judith Jasmin avec Monsieur Borduaze, sic !), on trouve des œuvres dont certaines m’ont rappelé l’enchantement de mes années 60, alors que je fréquentais Nathalie, fille du docteur Alphonse Campeau qui avait acheté à Saint-Hilaire la maison bâtie par le peintre, y compris une bonne douzaine de ses toiles clairsemées sur ses murs !

Dans un coin discret de l’exposition de Baie St-Paul, on trouve un poème fulgurant écrit par de turbulents (ne l’étions-nous pas tous, pour notre plus grand bonheur ?) étudiants en 1968 en hommage au Refus Global dont le texte, moins révolutionnaire et plus suranné, avait pourtant provoqué, par décret des autorités duplessistes, l’exil de Borduas, d’abord à New York puis à Paris : il a terriblement souffert de cet ostracisme, mais moins que ses disciples Marcel Barbeau et Suzanne Meloche, alors contraints à l’indigence la plus abjecte. Quelle idée porteuse, donc, d’avoir invité le 3 août la petite-fille de Suzanne, Anaïs Barbeau-Lavalette, autrice de la Femme qui fuit, et d’avoir projeté la veille son film Inch’Allah qui lui avait valu notre attention émerveillée et la récompense de l’Artiste pour la Paix de l’Année en 2013 !

Bravo à l’équipe si vivante et allumée de ce musée qui a su se mettre, rare conjonction, au diapason du 36e symposium du 26 juillet au 26 août intitulé l’Art et le politique situé à l’arrière du Musée, pour la tenue duquel on doit remercier la directrice artistique Sylvie Lacerte.

2 Commentaires

  1. Pierre Jasmin Pierre Jasmin
    20 août 2018    

    Pour les intéressés, lisez mon article au complet sur
    http://lautjournal.info/20180810/refus-global-au-musee-dart-contemporain-de-baie-st-paul
    qui vous présente un de nos artistes pour la paix les plus actifs au cours des ans possédant une grande collection d’oeuvres des artistes signataires du Refus global, ainsi que sa compagne Anithe de Carvalho, qui a écrit Art rebelle et contre-culture – Création collective underground au Québec, à la suite de son doctorat à la Faculté des arts de l’UQAM. Elle a, exposé sur son mur, le manifeste PLACE À L’ORGASME récité par des artistes en 1968 dans une église, en hommage au Refus Global, sans heureusement avoir connu les mêmes rudes conséquences que les trois femmes PUSSY RIOT emprisonnées par Vladimir Poutine en 2012

  2. Pierre Jasmin Pierre Jasmin
    21 août 2018    

    J’ai oublié de mentionner le nom du peintre Marcel Saint-Pierre, qui garde vivant avec l’une des co-signataires Françoise Sullivan la mémoire vive du Refus global, à propos duquel il FAUT voir l’extraordinaire documentaire par Manon Barbeau à l’ONF « les enfants du refus global ». On ne doit surtout pas résumer ce documentaire comme une charge morale contre le manifeste, il est beaucoup plus riche, beaucoup plus complexe que cela… Et à propos de Manon Barbeau, on lira mon article dans l’Aut’Journal qui salue les maintenant plus de mille films du Wapikoni mobile
    http://lautjournal.info/20180817/presence-autochtone-des-femmes

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*

code

La boutique virtuelle APLP



Nos actions récentes

2 juin 2019 : Vernissage de la Biennale Les créateurs de Paix 2019.
16 mai 2019 : Lettre ouverte du CNANW au Premier ministre Trudeau.
14 mai 2019 : 3e Rencontre des Ambassadeurs de la non-violence.
12 mai 2019 : Concert Fête des mères contre la guerre.
10 mai 2019 : Participation à Cuisine ta ville avec ATSA.
23 avril 2019 : Remise des Prix APLP 2019 à Montréal.
28 janvier 2019 : Lettre à Justin Trudeau et Chrystia Freeland sur le Venezuela.
Voir toutes nos lettres aux élus »

Remontez dans le temps »

Recherche par sujets