Evénements du mois

Activités de nos membres






Je suis APLP parce que…

"C'est la paix et la justice pour tous que chacun d'entre nous souhaite et recherche. Contribuons à construire un monde meilleur, avec notre talent, quel qu'il soit !"
Camille Pelletier Antaya, membre du CA des APLP
"Parce que la paix est toujours à faire, en nous comme avec les autres, et que c’est par l’art que c’est le plus merveilleux de la promouvoir, de la défendre, de la fêter !"
domlebo, auteur-compositeur-interprète
"La paix est sacrée. C’est pour ça qu’on dit : Sacré-moi la paix !"
Yvon Deschamps, humoriste retraité
"Les mots de Louise Warren sur le dessaisissement et sur l’intensité préalable à la création me conduisent à Mozart et à Beethoven, à ma fille et à mon fils : je leur souhaite la paix… et travaille tous les jours à ce que ce vœu se réalise !"
Pierre Jasmin, pianiste, membre de l'exécutif de Pugwash Canada
"ChacunE, quel que soit son milieu d’appar-tenance et ses talents, peut et doit apporter sa petite pierre à la construction de la Paix (qui est tellement plus que l’absence de guerre ou de conflit armé)."
Dominique Boisvert, écrivain d'essais
"La paix est loin d’être acquise. Avec l’explosion de l’industrie militaire dans le monde, on aura besoin de nos mots, notre musique, nos films, de notre art pour faire contrepoids. La culture est arme de construction massive."
Guylaine Maroist, cinéaste documentaire

Beaucoup de bruit pour rien

kim-trump

Shakespeare n’aurait pas pu choisir meilleur titre pour la farce chorégraphiée qui s’est déroulée à Singapour, Much ado about nothing. Après avoir tergiversé pour la forme, le président Trump a accepté de rencontrer le président Kim, lequel, après avoir tergiversé pour la forme, a également accepté. Bref, on aurait pu tenir la rencontre au moins deux mois plus tôt.

Trump tergiversait mais sous la table, il frétillait des orteils, flairant le super-plan de PR qui lui permettrait de pavoiser juste avant les élections mid-term. Kim frétillait aussi parce que la soupe commençait à devenir chaude chez lui. Il faut savoir que la dernière série de sanctions économiques visait ses finances personelles ainsi que celles d’une douzaine de mandarins du régime. Il a aussi compris que la Chine commençait à le trouver un peu gênant. Donc, péril en la demeure et besoin urgent de s’affranchir un minimum de la Chine, et de se refaire une image de “benevolent leader”, selon le modèle déjà éprouvé par Mao. Il est difficile de dire lequel des deux présidents avait le plus hâte à cette rencontre, et lequel y gagnera le plus. Toujours est-il que la Chine encourage Kim dans sa démarche, allant jusqu’à lui prêter un avion de ligne pour se rendre à Singapour. Elle a aussi déclaré être disposée à lever les sanctions décrétées par l’ONU envers la RDC.

La déclaration conjointe publié après la rencontre a été qualifiée de “complète et approfondie” par Trump, mais elle ne fait en grande partie que répéter des intentions formulées au début des années 1990, puis en 2005. Il n’y a guère que la résolution concernant la recherche des restes des soldats disparus qui est vraiment nouvelle. Si on cherche quelque chose de précis, on sera déçu.

Le paragraphe concernant la dénucléarisation de la péninsule coréenne peut être interprété de deux façons, selon qu’on est Trump ou Kim. Washington s’attend à ce que Kim se débarasse rapidement de toutes ses armes nucléaires : dénucléariser la péninsule revient à dire “dénucléariser la Corée du Nord”. Kim voudrait que le plan implique un retrait du “parapluie nucléaire” américain et des 28,000 soldats stationnés en Corée du Sud. On se rend compte qu’on est très loin de quelque accord que ce soit, et que Trump n’est pas vraiment intéressé par la suite, maintenant que les photos-souvenir ont été prises. Il laisse à Mike Pompeo le soin de gérer l’après-Singapour.

Plus on y pense, moins cette déclaration prête à conséquence. Il y a fort à parier que si l’ex-président Obama l’avait signée, Trump l’aurait abreuvé d’insultes choisies. On doit aussi se souvenir que le deal concocté avec la RDC sous l’administration Clinton allait beaucoup plus loin que celui signé hier. Par la suite, sous l’administration Bush, un certain John Bolton avait poussé le président à renier l’accord… Ceci n’avait pas changé grand-chose, la RDC ne respectant pas l’accord de toute façon.

Mais il y aurait quand même un semblant de retour de karma en ce bas monde : les cotes en bourse des fabricants d’armes ont commencé à dégringoler dès la publication de la déclaration. Raytheon, qui fabrique les missiles Patriot et Tomahawk, a perdu 2.6%. Lockheed Martin, qui fournit des missiles ainsi que le F-35, a perdu 1%. Northrop Grumman a chuté de 1.3% (chiffres USA Today), ce qui a fait dire à l’auteur Ajit Singh : “La paix, c’est pas bon pour les affaires”.

Une prévision pour l’avenir : un échange culturel se prépare. Le président Kim a été visiblement impressionné par The Beast, la forteresse roulante de Trump (check ça, Kim, ça garde les cheeseburgers au chaud). De son côté, Trump, qui déjà enviait la parade de Macron, salive à l’idée d’avoir une dizaine de gardes du corps tous habillés pareil, courant en parfaite synchronisation à côté de sa limousine. Le Secret Service ne dispose pas d’un chorégraphe-maison, clairement une spécialité des Nord-Coréens si l’on se fie aux prestations de leurs 200 meneuses de claque lors des derniers Olympiques.

motorcade_kim

L’équivalent nord-coréen des boys-bands du K-Pop.

En conclusion, nous avons assisté à un show de chaises bien chorégraphié devant des rangées de drapeaux impeccablement repassés. Le président Kim a réussi à se faire légitimiser par les É-U en la personne de Trump. Chapeau, ça c’est du PR !

Aucun commentaire jusqu'à présent.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*

code

Le Manifeste pour la Paix


Nos actions récentes

10 novembre : Grande Marche - La planète s'invite au Parlement.
23 septembre : Lancement du Manifeste pour la Paix à Victoriaville.
22 septembre : Lancement du Manifeste pour la Paix à Mont Saint-Hilaire.
21 septembre : Lancement du Manifeste pour la Paix à Montréal.
5 août : Cérémonie commémorative d'Hiroshima à Montréal.
14 juillet : Manifestation pour la Paix, Avignon, France.
23 avril : Cérémonie de remise des Prix APLP 2018.
20 avril : Participation à la journée de dialogue sur le contrôle des armements à Ottawa.

Voir toutes nos lettres aux élus »

Remontez dans le temps »

Recherche par sujets