Evénements du mois

Activités de nos membres







Je suis APLP parce que…

"C'est la paix et la justice pour tous que chacun d'entre nous souhaite et recherche. Contribuons à construire un monde meilleur, avec notre talent, quel qu'il soit !"
Camille Pelletier Antaya, membre du CA des APLP
"Parce que la paix est toujours à faire, en nous comme avec les autres, et que c’est par l’art que c’est le plus merveilleux de la promouvoir, de la défendre, de la fêter !"
domlebo, auteur-compositeur-interprète
"La paix est sacrée. C’est pour ça qu’on dit : Sacré-moi la paix !"
Yvon Deschamps, humoriste retraité
"Les mots de Louise Warren sur le dessaisissement et sur l’intensité préalable à la création me conduisent à Mozart et à Beethoven, à ma fille et à mon fils : je leur souhaite la paix… et travaille tous les jours à ce que ce vœu se réalise !"
Pierre Jasmin, pianiste, membre de l'exécutif de Pugwash Canada
"ChacunE, quel que soit son milieu d’appar-tenance et ses talents, peut et doit apporter sa petite pierre à la construction de la Paix (qui est tellement plus que l’absence de guerre ou de conflit armé)."
Dominique Boisvert, écrivain d'essais
"La paix est loin d’être acquise. Avec l’explosion de l’industrie militaire dans le monde, on aura besoin de nos mots, notre musique, nos films, de notre art pour faire contrepoids. La culture est arme de construction massive."
Guylaine Maroist, cinéaste documentaire

Show de missiles en Syrie

missile_2

Tir de missile Tomahawk en Méditerranée.

Le bombardement de cibles à caractère chimique en Syrie par les États-Unis, la France et la Grande-Bretagne est un acte aussi révoltant que contre-productif, sous guise de défendre une cause noble. Loin de prévenir une escalade, cette attaque fournit une légitimité à la continuation du conflit. En fait, elle révèle le peu d’intéret que les grandes puissances ont à mettre un point final à cette guerre.

Le but de cette attaque, exactement comme celle de l’année dernière, n’était pas de causer  des dommages irréparables à la force militaire de Bashar al-Assad. On nous dit qu’elle visait principalement des sites de stockage et de développement d’armes chimiques. C’est curieux, car l’attaque aux 59 missiles de l’année dernière devait précisément mettre un terme à l’usage de ces armes chimiques une fois pour toute, lesquelles devaient avoir été détruites une fois pour toute devant des témoins internationaux en 2014… Doit-on s’attendre à un bombardement destiné à éliminer les armes chimiques syriennes à chaque mois d’avril ? Une idée à explorer, en y incorporant une rotation des pays participants pour que tout le monde ait une chance de s’amuser.

Ce bombardement n’aura d’autre résultat que de confirmer al-Assad et ses alliés dans leur rôle de perpétuelles victimes des agressions occidentales. Pendant ce temps, la vie continue en Syrie. À ce jour, le pays a été bombardé successivement par le régime d’al-Assad, les États-Unis, la Grande-Bretagne, la France, la Russie, l’Iran, Israël, l’Arabie Saoudite, la Jordanie, Bahrain et les Émirats Arabes Unis, chacun d’eux s’appropriant une partie du territoire comme carré de sable particulier.

Dans les médias, on assiste à un intéressant concours de missiles. Les Tomahawk américains sont les plus impressionnants par leur portée et leur nombre, une centaine expédiées du beau milieu de la Méditerrannée. Cependant, la France a lancé une douzaine de missiles de croisière d’une portée de 1000 km, en plus de neuf missiles Scalp (ah, quelle poésie, quand même) largués par des chasseurs Rafale, en prenant des risques car il faut se rapprocher à 400 km de la cible. Les Britanniques y sont allé de chasseurs Tornado et de huit missiles Storm Shadow, encore plus risqué car d’une portée de seulement 250 km. Doit-on décerner la médaille à la quantité ou au facteur risque ? Mais, oups, la Russie semble dire que 71 des missiles américains auraient été interceptés et détruits en vol…

Plutôt que d’avoir un effet appaisant sur le conflit, ce dernier bombardement en cautionne le degré de brutalité. Faisons abstraction des armes chimiques un instant : le pilonnage de la population de la Syrie par les puissances occidentales est en train de devenir une norme acceptable avec l’aval de la communauté internationale, y compris le Canada. Nos politiciens salueront le dernier bombardement comme une action d’éclat à la gloire de notre civilisation; iI en signale plutôt le déclin.

Au moins, Justin Trudeau aura eu la décence de s’abstenir de pavoiser, qualifiant l’attaque de “malheureuse, mais nécessaire”. Le vice-président Pence a remercié le Canada de sa position, clairement un message de bienvenue au sein du Club des Vertueux. Cependant, on attend toujours que le Club explique comment il en est arrivé à la conclusion que du chlore et du sarin ont en effet été utilisés, et par qui.

Non pas que l’on remette en doute le fait qu’une telle attaque chimique ait eu lieu, mais les témoignages, en l’absence de preuves, sont tellement confus et contradictoires qu’il serait malhonnête de désigner un coupable . Ce qui n’a pas semblé gêner Trump, Macron & May, le nouveau trio lyrique du néo-impérialisme.

3 Commentaires

  1. Pierre Jasmin Pierre Jasmin
    15 avril 2018    

    Je crois plutôt qu’à la lecture de l’article http://www.artistespourlapaix.org/?p=12301 écrit principalement par le professeur Rachad Antonius, IL FAUT sérieusement mettre en doute l’attaque chimique de la semaine dernière: Radio-Canada a diffusé en boucle un « reportage édité » qui porte la signature de la propagande des Casques Blancs, des enfants étourdis d’avoir respiré du chlore, alors que des adultes (!) gisent inertes ou sont transportés à dos d’hommes. On se souvient de la fabrication par la fille de l’ambassadeur koweitien en 1991 de bébés sortis des incubateurs par « l’animal » Saddam Hussein, une histoire fictive mettant en scène des enfants, qui avait pour but de légitimer l’attaque alliée. D’autre part, des experts de l’arme chimique s’interrogent que si les missiles à 4 millions de $ pièce (le complexe militaro-industriel se frotte les mains d’aise aujourd’hui) avaient réellement frappé des usines de fabrication d’armes chimiques, n’aurait-on pas vu surgir des nuages chimiques des décombres?

  2. Judi Richards Judi Richards
    15 avril 2018    

    Bravo Christian, très intéressant.
    judi

  3. Pierre Jasmin Pierre Jasmin
    18 avril 2018    

    À la lumière de l’obstruction du gouvernement Assad face aux inspecteurs de l’Organisation internationale d’interdiction des armes chimiques (OPCW), qui ont protesté ce matin qu’on ne les laissait pas entrer en Ghouta orientale pour y déceler ou non des traces d’agression chimique, la probabilité qu’elle ait eu lieu et que des avions russes ou syriens l’aient perpétrée augmente, avec chaque jour de retard: la Syrie doit laisser l’ONU faire son travail, sans évoquer le prétexte qu’on ne puisse pas encore assurer la sécurité des inspecteurs.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*

code

La boutique virtuelle APLP



Nos actions récentes

21 septembre 2019 : Le 5 à 7 pour la Paix, spectacle au Lion d'Or.
2 juin 2019 : Vernissage de la Biennale Les créateurs de Paix 2019.
16 mai 2019 : Lettre ouverte du CNANW au Premier ministre Trudeau.
14 mai 2019 : 3e Rencontre des Ambassadeurs de la non-violence.
12 mai 2019 : Concert Fête des mères contre la guerre.
10 mai 2019 : Participation à Cuisine ta ville avec ATSA.
23 avril 2019 : Remise des Prix APLP 2019 à Montréal.
28 janvier 2019 : Lettre à Justin Trudeau et Chrystia Freeland sur le Venezuela.
Voir toutes nos lettres aux élus »

Remontez dans le temps »

Recherche par sujets