Evénements du mois

Activités de nos membres







Je suis APLP parce que…

"C'est la paix et la justice pour tous que chacun d'entre nous souhaite et recherche. Contribuons à construire un monde meilleur, avec notre talent, quel qu'il soit !"
Camille Pelletier Antaya, membre du CA des APLP
"Parce que la paix est toujours à faire, en nous comme avec les autres, et que c’est par l’art que c’est le plus merveilleux de la promouvoir, de la défendre, de la fêter !"
domlebo, auteur-compositeur-interprète
"La paix est sacrée. C’est pour ça qu’on dit : Sacré-moi la paix !"
Yvon Deschamps, humoriste retraité
"Les mots de Louise Warren sur le dessaisissement et sur l’intensité préalable à la création me conduisent à Mozart et à Beethoven, à ma fille et à mon fils : je leur souhaite la paix… et travaille tous les jours à ce que ce vœu se réalise !"
Pierre Jasmin, pianiste, membre de l'exécutif de Pugwash Canada
"ChacunE, quel que soit son milieu d’appar-tenance et ses talents, peut et doit apporter sa petite pierre à la construction de la Paix (qui est tellement plus que l’absence de guerre ou de conflit armé)."
Dominique Boisvert, écrivain d'essais
"La paix est loin d’être acquise. Avec l’explosion de l’industrie militaire dans le monde, on aura besoin de nos mots, notre musique, nos films, de notre art pour faire contrepoids. La culture est arme de construction massive."
Guylaine Maroist, cinéaste documentaire

La Bolduc, un socle de notre patrimoine culturel

bolduc_1

Debbie Lynch-White et Émile Proulx-Cloutier jouent le couple Bolduc.

Enfin, un film sur l’héroïne acadienne Mary Rose Anna Travers (1894-1941), qui faisait l’objet d’une partie importante d’un de mes cours musique, idées et société à l’UQAM. Si les scènes chantées du film illustrent le legs musical principalement irlandais d’un folklore utilisant harmonica, piano, violon, podorythmie, guimbarde et turlute, on y montre aussi les premiers efforts de composition, tributaires d’une rythmique sur le bout des doigts de versification pénible d’un matériel tiré de la vie ordinaire de tous les jours : on est en plein réalisme, critiqué à l’époque par Radio-Canada qui parlait de « ritournelles primitives » (voir dans le film la citation exacte), bien loin des effets de poésie qui marqueront plus tard les essais maladroits du soldat Lebrun et les œuvres réussies de Félix Leclerc et de Raymond Lévesque.

La reconstitution historique met à l’honneur la fille de Lawrence Travers et Adeline Cyr, un des socles de notre patrimoine culturel, car elle chante les titres suivants qui sont pour la plupart ses compositions : la cuisinière, la grocerie du coin, les Colons canadiens, y’a longtemps que j’couche par terre et l’entraînant ça va venir, décourageons-nous pas pour remonter le moral des chômeurs après la crise de 1929 et que j’utilisais pour remonter celui des étudiant-es lors du Printemps érable. Les Artistes pour la Paix vont d’ailleurs célébrer lundi le 23 avril à 10h30, dans l’Atrium de l’édifice Gaston-Miron, 1210 rue Sherbrooke Est, à Montréal (édifice de l’ancienne Bibliothèque de Montréal, face au Parc Lafontaine), à la suggestion de Judi Richards, André Gagnon, compositeur, arrangeur, pianiste et chef d’orchestre pour l’ensemble de sa carrière, entre autres son album intitulé les turluteries datant de 1972, un bel hommage à la Bolduc.

Soulignons maintenant le jeu de trois des acteurs principaux du film : Debbie Lynch-White en tête, qui ne cabotine jamais et se débrouille pas mal du tout sur scène, Émile Proulx-Cloutier toujours vrai dans le rôle ingrat du père de famille dont l’orgueil mâle meurtri par le chômage trouve consolation à la taverne du coin et la jeune Rose-Marie Perreault, étonnante dans l’émotion qu’elle suscite en illustrant l’enjeu pré-féministe exploité intelligemment par le film. Par contre, les beaux personnages esquissés par Mylène Mackay (Thérèse Casgrain) et Bianca Gervais (personnage fictif ?) manquent de chair et semblent un peu plaqués sur l’intrigue, qui aurait profité de la présence d’une Simonne Monet-Chartrand, hélas encore une adolescente fille de juge, dans ces années d’avant-guerre!

Quant à la mise en scène de François Bouvier qui nous a donné l’émouvant Paul à Québec mais à qui certains critiques comme Georges Privet (Radio-Canada) et Sophie Durocher (Journal de Montréal) ont reproché d’être trop sobre et trop classique, pourquoi ne pas plutôt l’en féliciter chaleureusement, puisque son pari de cinéma social, campé en des décors réalistes de logements ouvriers, rappelle la qualité et la conviction des films d’après-guerre italiens de Vittorio De Sica ? À la lumière des chiffres de fréquentation impressionnants de sa première semaine en 94 salles de cinéma surtout peuplées d’aînées, le film saura trouver son public populaire, pour qui l’art doit refléter la vie.

1 Commentaire

  1. 15 avril 2018    

    Bon article, j’ai hâte de voir le film !
    Merci Pierre

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*

code

La boutique virtuelle APLP



Nos actions récentes

2 juin 2019 : Vernissage de la Biennale Les créateurs de Paix 2019.
16 mai 2019 : Lettre ouverte du CNANW au Premier ministre Trudeau.
14 mai 2019 : 3e Rencontre des Ambassadeurs de la non-violence.
12 mai 2019 : Concert Fête des mères contre la guerre.
10 mai 2019 : Participation à Cuisine ta ville avec ATSA.
23 avril 2019 : Remise des Prix APLP 2019 à Montréal.
28 janvier 2019 : Lettre à Justin Trudeau et Chrystia Freeland sur le Venezuela.
Voir toutes nos lettres aux élus »

Remontez dans le temps »

Recherche par sujets