Evénements du mois

Activités de nos membres

Je suis APLP parce que…

"C'est la paix et la justice pour tous que chacun d'entre nous souhaite et recherche. Contribuons à construire un monde meilleur, avec notre talent, quel qu'il soit !"
Camille Pelletier Antaya, membre des APLP
"Parce que la paix est toujours à faire, en nous comme avec les autres, et que c’est par l’art que c’est le plus merveilleux de la promouvoir, de la défendre, de la fêter !"
domlebo, auteur-compositeur-interprète
"Les mots de Louise Warren sur le dessaisissement et sur l’intensité préalable à la création me conduisent à Mozart et à Beethoven, à ma fille et à mon fils : je leur souhaite la paix… et travaille tous les jours à ce que ce vœu se réalise !"
Pierre Jasmin, pianiste, membre de l'exécutif de Pugwash Canada
"ChacunE, quel que soit son milieu d’appar-tenance et ses talents, peut et doit apporter sa petite pierre à la construction de la Paix (qui est tellement plus que l’absence de guerre ou de conflit armé)."
Dominique Boisvert, écrivain d'essais
"La paix est loin d’être acquise. Avec l’explosion de l’industrie militaire dans le monde, on aura besoin de nos mots, notre musique, nos films, de notre art pour faire contrepoids. La culture est arme de construction massive."
Guylaine Maroist, cinéaste documentaire

Pétition contre le dépotoir nucléaire de Chalk River

Requête adressée aux 151 maires et préfets des municipalités et MRC riveraines des rivières des Outaouais, des Prairies et des Mille-Îles ainsi que du lac des Deux-Montagnes

Nous demandons aux maires et préfets de faire entendre leurs voix à Québec, à Ottawa et en Ontario afin de protéger l’eau des collectivités d’une contamination radioactive.

Plusieurs municipalités et MRC du Québec ont dénoncé le projet d’aménager à Chalk River un dépotoir nucléaire à flanc de colline, au milieu d’un marécage qui se draine dans la rivière des Outaouais. C’est un projet du Gouvernement canadien, piloté par Energie Atomique du Canada et lesLaboratoires nucléaires canadiens . On veut y placer 1,5 million de tonnes de déchets nucléaires d’activité faible ou intermédiaire. Pourtant, l’Agence internationale de l’énergie atomique soutient que cette technologie inspirée des décharges municipales devrait être réservée à des déchets de très faible activité.

Les promoteurs disent maintenant avoir renoncé à y enfouir des déchets d’activité  intermédiaire mais ils ne donnent aucun détail. Personne ne sait dans quelle mesure cela réduira la radioactivité des déchets à long terme dont certains ont une durée de vie de centaines de milliers d’années

De toute manière, c’est insuffisant et inacceptable! Il est urgent de trouver une solution pour gérer les déchets radioactifs hérités depuis la guerre de façon plus sécuritaire et acceptable pour la population, maintenant et pendant des centaines de milliers d’années. Même l’Agence internationale de l’énergie atomique recommande, dans ses normes, que ces types de déchets radioactifs soient enfouis en sécurité dans des couches géologiques profondes, loin des zones sismiques, des sources d’eau potable et des populations. En principe, d’abord et avant tout, il est inconcevable et immoral d’abandonner ainsi en permanence ces déchets, surtout dans le contexte des changements climatiques à venir.

Concernant le présent projet de dépotoir en surface, la Commission canadienne de sûreté nucléaire a tenu une seule séance d’information publique au Québec, à Sheenboro, municipalité de quelque 130 citoyens.  Elle refuse toute assemblée d’information à Ottawa, Gatineau ou Montréal, malgré les demandes répétées de dix-huit associations et groupes d’intérêts.

La Ville de Gatineau, touchée au premier chef en raison de sa proximité géographique, a adopté cette résolution le 3 octobre 2017 :

CM-2017-837  PROJET DE DÉPOTOIR DE DÉCHETS NUCLÉAIRES À CHALK RIVER

IL EST PROPOSÉ ET RÉSOLU À L’UNANIMITÉ

QUE ce conseil entérine la recommandation du Comité consultatif sur l’environnement et le développement durable numéro R-CCEDD-2017-08-31 du 31 août 2017 :

  • D’aider à organiser une assemblée publique d’information indépendante pour l’ensemble des citoyens de la municipalité au sujet du projet de dépotoir de déchets nucléaires à Chalk River ;
  • De demander au gouvernement du Québec qu’il exige des Laboratoires nucléaires canadiens que la proposition actuelle soit réexaminée pour satisfaire à toutes les exigences nationales et internationales de sécurité à court, moyen et long terme ;
  • De faire connaître aux Laboratoires nucléaires canadiens, au gouvernement du Québec et à la Commission canadienne de sûreté nucléaire l’opposition officielle de notre conseil municipal au projet dans sa forme actuelle de dépotoir nucléaire de Chalk River soumis à la commission. »

 

Il est très difficile de mesurer et d’éliminer la radioactivité dans l’eau, alors il vaut mieux prévenir que guérir ! Dans ces conditions, il est particulièrement important de veiller à ce qu’il n’y ait AUCUNE contamination radioactive dans les cours d’eau qui servent à l’alimentation de 4 à 5 millions de personnes.

Nous vous exhortons à adopter des résolutions exigeant l’application des normes de l’Agence internationale de l’énergie atomique et à faire parvenir vos résolutions aux premiers ministres du Québec Philippe Couillard, de l’Ontario Kathleen Wynne et du Canada Justin Trudeau.

La licence des laboratoires à Chalk River ne doit pas non plus être renouvelée pour 10 ans sans que les déchets nucléaires hérités ne soient traités en priorité.

Nous vous remercions de nous communiquer les nouvelles résolutions que vous adopterez.  

L’EAU DES COLLECTIVITÉS DOIT ÊTRE MISE À L’ABRI DE TOUTE CONTAMINATION RADIOACTIVE POUR DES CENTAINES DE MILLIERS D’ANNÉES.
Les signataires,
Gilles Provost, journaliste scientifique à la retraite, Montréal
Solange Gagnon, journaliste scientifique à la retraite, Oka
Ginette Charbonneau, physicienne à la retraite, Oka
Tom Schwalb, au nom de la Green Coalition Verte, Montréal
Philippe Giroul, au nom de la Coalition Eau Secours!, Montréal
Georges Karpat, membre de la Coalition Vigilance Oléoducs, Montréal
Céline Lachapelle, au nom d’Action Environnement Basses-Laurentides, St-Colomban
Simon Dubois, enseignant et membre d’Action Environnement Basses-Laurentides, Oka
Walter David, Kanehsatake
Luc Falardeau, membre d’Oléoduc Laval en amont, Laval
Dr Éric Notebaert, au nom de l’Association Canadienne des Médecins pour l’Environnement, Montréal
Dr Gordon Edwards, au nom du Regroupement pour la surveillance du nucléaire, Montréal
Johanna Echlin, au nom de Old Fort William Cottagers’Association, Montréal
Jason Phelps, membre de Old Fort William Cottagers’Association, Montréal
Elssa Martinez, membre de Old Fort William Cottagers’Association, Montréal
André Michel, Président national des Artistes pour la Paix, Montréal
André Lafrance, porte-parole du mouvement citoyen Alerte Pétrole Rive-Sud, Longueuil
Katherine Massam, porte-parole, Citoyens au Courant, Vaudreuil-Soulanges
Dr Gilles Aubé, membre de STOP Oléoduc Outaouais, Gatineau
Réal Lalande, au nom de STOP Oléoduc Outaouais et co-coordonnateur Ralliement contre la pollution radioactive, Gatineau
Lucie Massé, co-coordonnatrice Ralliement contre la pollution radioactive, Oka

logo_ralliementRalliement contre la pollution radioactive (RCPR)

Notre mission est d’agir bénévolement et collectivement pour favoriser des solutions responsables de gestion des déchets radioactifs qui soient sans risque pour l’environnement et la santé de la population.

Je déclare que les signataires de cette lettre ont donné leur accord.

Lucie Massé, co-coordonnatrice Ralliement contre la pollution radioactive
18, rue Champlain, Oka, Québec JON 1E0
courriel : lucioleoka@videotron.ca

2 Commentaires

  1. Helene Soucy Helene Soucy
    26 mars 2018    

    Ce n’est pas un heritage souhaitable à laisser aux générations futures!

    • Emmanuel Poncelet Emmanuel Poncelet
      2 juin 2020    

      Rorqual à bosse à Montréal. Sans doute il ou elle remontait le fleuve Saint-Laurent pour sociabiliser et se faire connaitre ou mieux encore, il ou elle s’en allait à Ottawa pour dire au Gouvernement et à la population canadienne à quel point le confinement lui va à merveille. Non, sans blague, même les scientifiques ne comprennent pas trop comment un rorqual peu monter aussi haut en amont dans le fleuve, je pense que c’est inouï. Dans cet article, il dise que l’eau douce est pas bonne pour sa peau. Sans doute c’était un jeune, tsé quand on est jeune on nous dit, mais il faut quand même explorer. Sérieusement, il y a sans doute une raison qui le ou la pousse à remonter le courant si haut. Personnellement, je pense que le Rorqual était déstabilisé par le manque de pollution qu’on émet dans l’eau. Il a du sentir qu’Emmanuel avait effectué bien moins de lessive depuis le confinement parce qu’Emmanuel n’a plus besoin de laver son linge aussi souvent qu’une fois par semaine pour aller au bureau. Imaginez-vous si tout le monde était comme Emmanuel le long du fleuve à l’année longue, il y aurait bien moins de méchants produits qui partiraient à la dérive gratuitement et ça sentirait meilleur. Hahaha, mais c’est pas drôle parce que c’est vrai que notre fleuve devient une poubelle. Pour être franc, je pense que c’est une belle occasion pour faire remonter une pétition en ligne contre le courant politique. Avez-vous entendu parlé du risque de contamination de déchets nucléaires dans la rivière Outaouais? Ouais je parle bien d’Ottawa River qui était d’abord occupé par les Algonquins qui avait appelé ce lieu de privilège Atawe signifiant Commercer. Par le commerce que dirige nos gouvernements et par la nonchalance de nos citoyens cette rivière est à risque d’être polluée radioactivement et cette rivière ce jette dans le fleuve. Saviez-vous que des calculs révèlent qu’un litre de ce liquide suffit, en principe, pour ruiner l’approvisionnement en eau potable de toute une ville nord-américaine? Saviez-vous que les organismes de réglementation nucléaire du Canada et des États-Unis ont approuvé l’expédition de 23 000 litres de liquide hautement radioactif, qui sera transporté par camion sur plus de 2 000 kilomètres (de Chalk River, en Ontario, au site de la rivière Savannah, en Caroline du Sud)? Personnellement, j’ai envie de faire parler la baleine. Signez la pétitions s.v.p. pour l’amour de baleine.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*

code

Nos actions récentes

20 mai 2020 : Lettre ouverte - le Canada ne mérite pas de siège au Conseil de sécurité.
13 avril 2020 : Lettre à Justin Trudeau : Levons les sanctions !
10 avril 2020 : Lettre du Groupe des 78 : Habileté diplomatique requise pour une intervention urgente
7 avril 2020 : Lettre au Premier ministre Trudeau sur NUMISMA
18 février 2020 : Lettre au Premier ministre sur Wet'suwet'en.
27 janvier 2020 : Message au Premier ministre sur les déchets nucléaires.
25 janvier 2020 : Manifestation Non à la guerre contre l'Iran.
Voir toutes nos lettres aux élus »

Remontez dans le temps »

Recherche par sujets