Evénements du mois

Activités de nos membres




Je suis APLP parce que…

"En cette époque de repli sur soi, de violence et de conflits incessants, plutôt que de publier mes états d’âmes sur les réseaux sociaux et de me cantonner dans un rôle de spectateur impuissant, je choisis de militer au sein d’Artistes pour la Paix, un regroupement qui me semble plus pertinent et nécessaire que jamais."
Sébastien Dhavernas, comédien, metteur en scène et producteur, v-p des APLP
"C'est la paix et la justice pour tous que chacun d'entre nous souhaite et recherche. Contribuons à construire un monde meilleur, avec notre talent, quel qu'il soit !"
Camille Pelletier Antaya, membre du CA des APLP
"Parce que la paix est toujours à faire, en nous comme avec les autres, et que c’est par l’art que c’est le plus merveilleux de la promouvoir, de la défendre, de la fêter !"
domlebo, auteur-compositeur-interprète
"La paix est sacrée. C’est pour ça qu’on dit : Sacré-moi la paix !"
Yvon Deschamps, humoriste retraité
"Les mots de Louise Warren sur le dessaisissement et sur l’intensité préalable à la création me conduisent à Mozart et à Beethoven, à ma fille et à mon fils : je leur souhaite la paix… et travaille tous les jours à ce que ce vœu se réalise !"
Pierre Jasmin, pianiste, membre de l'exécutif de Pugwash Canada
"ChacunE, quel que soit son milieu d’appar-tenance et ses talents, peut et doit apporter sa petite pierre à la construction de la Paix (qui est tellement plus que l’absence de guerre ou de conflit armé)."
Dominique Boisvert, écrivain d'essais
"La paix est loin d’être acquise. Avec l’explosion de l’industrie militaire dans le monde, on aura besoin de nos mots, notre musique, nos films, de notre art pour faire contrepoids. La culture est arme de construction massive."
Guylaine Maroist, cinéaste documentaire

Pas d’radis fiscaux !

Merci à l’ATSA (APLP 2008) et à Mohamed Lotfi avec Alain Deneault aux Souverains anonymes

logo_atsa

Un mot des artistes de l’ATSA

Non ceci n’est pas un phénomène naturel.

Cela fait près de quatre ans que nous, ATSA,  avons hâte d’orchestrer une action artistique mobilisatrice contre les Paradis Fiscaux. L’événement de nos 20 ans s’y prête naturellement et nous amène à renouer avec une thématique économique qui nous a vu naître en 1997 avec La banque à Bas ( la banque à bas la banque à bas la banque…). Dénoncer la voracité, l’inéquité, l’escroquerie de ce système engendré par les puissants pour détourner leurs profits, protéger leur pouvoir, exploiter au moindre coût possible les ressources des États qui soutiennent leurs activités, annihiler leurs lois au point de devenir quasi invincibles…sujet délectable qui nous motive au plus haut point car l’indignation génère la création.

Dans son livre Une escroquerie légalisée, Alain Deneault nous dit : «  Les Paradis Fiscaux existent pour qu’on n’en parle pas, pour que l’on ne fasse pas de cas de ce qui s’y trame. Ainsi, parler d’eux est déjà une façon de les diminuer. Rien ne leur sied moins que la lumière »

Cela tombe bien, les artistes adorent mettre en lumière ce qui veut rester caché ! En février dernier, nous avons donc lancé un appel de dossier au milieu artistique et avons reçu moultes superbes propositions. C’est d’ailleurs beaucoup par les arts que cette notion de paradis fiscal a commencé à être connue du grand public. Cela nous concerne tous et toutes. Nous avons construit un événement qui rassemble sur un même territoire des propositions artistiques inédites de toutes disciplines, ainsi que des conférences et des kiosques avec des personnalités et organismes érudits sur la question. Il nous apparaît important et jouissif de réaliser un événement qui nous permettra d’échanger et de faire des corrélations entre ce que nous vivons comme détresse sociale et la fuite des capitaux. Un événement pour s’indigner, un événement pour s’éclater, se rassembler, être fort. Nous pourrons nous insurger lors de la soirée d’ouverture où le festif deviendra cathartique, nous activer pour que le politique sache que les citoyens savent, que la duperie et l’escroquerie des législations de complaisance doivent être déconstruites, ce qui est possible puisqu’elles ont été construites…

Dans notre tradition de solidarité avec la rue, nous continuons l’entraide et la reconnaissance des personnes seules et itinérantes avec les dons de vêtements chauds, de repas et de soins. Le contexte de la thématique met en lumière le contraste des écarts de richesses et rend encore plus indignant le phénomène des paradis fiscaux.

La page Facebook de l’événement est ici.

QUAND : Du 16 au 19 novembre 2017
OÙ : Place Émilie-Gamelin
QUOI : Pas d’Radis Fiscaux : l’État d’Urgence

MOBILISATION ARTISTIQUE ET CITOYENNE CONTRE LES PARADIS FISCAUX : la richesse des expressions créatrices, scientifiques et militantes sur la question, avec une programmation artistique inédite en continu, des espaces d’information et de discussion, ainsi que des soirées thématiques, tout en continuant notre tradition d’inclusion et de services offerts aux plus démunis !

SOYEZ NOMBREUX LE JEUDI 16 NOVEMBRE 17H30 :

OUVERTURE ! Prises de parole de personnalités et destruction du Radis Fiscal de ATSA en collaboration avec Oxfam et le collectif Échec aux Paradis Fiscaux

UNE PROGRAMMATION PARADISIAQUE : cliquez ici.

Vous découvrirez Loop-s (collectif Belge_Désorceler la finance), Maggy Flynn (…et son camion Vide poche), Sophie Castonguay  (…et son chœur en colère), Émmanuel Laflamme (…et son château de cartes), Sara Dignard (… et sa robe de confidences), Les Synesthésias d’hiver (…rencontre entre un peintre et un musicien), Hidden Paradise (…répétition publique de Alix Dufresne et Marc Béland), On s’en tain (…Art médiatique de Thibaut Quinchon), René Derouin (…et Rapaces C2), le Radis Fiscal vous parle de ATSA  (…Selfie à envoyer aux parlementaires) ainsi qu’une édition de Le Temps d’une Soupe sur les législations de complaisance …et bien plus à découvrir en fouinant la programmation !

De beaux partenaires de diffusion se joignent à nous pour enrichir la programmation : les RIDM, Les Escales Improbables de Montréal et Mundial Montreal !

Notre banque d’échange sera le lieu privilégié pour vous mettre en action contre l’effritement des États et la pression fiscale indue dont les citoyens sont victimes à cause des Paradis Fiscaux.

Lire le mot des artistes… en cliquant ici.

VENDREDI 17 NOVEMBRE 19H30 :

À HUMANITÉ VARIABLE : le Gala des 21ièmes journées québécoises de solidarité internationale (JQSI)

SAMEDI 18 NOVEMBRE À 16H :

Conférence de Alain Deneault : La lutte aux paradis fiscaux : une question de choix politiques

RESTOS : cliquez ici. Et le grand retour du fameux Banquet Cochon du chef restaurateur Martin Picard ! Merci à tous les chefs restaurateurs qui passionnément, aiment nourrir le monde !

RENCONTRE ÉU/CAN/RU With One Voice : cliquez ici.

Du 14 au 18 novembre, ATSA accueille la première rencontre Art et Itinérance en Amérique du Nord !

Vous aimeriez faire UN DON ? Cliquez ici. Un reçu de charité vous sera envoyé à partir de 20$ !

C’est donc un rendez-vous pour profiter d’une programmation audacieuse, pour s’informer, pour s’entraider, pour exiger de nos politiciens des lois fiscales qui nous donnent les moyens d’une société juste et équitable.

Annie Roy et Pierre Allard, artistes co-fondateurs de ATSA, Quand l’Art passe à L’Action

 

Alain Deneault donne sa plus longue entrevue

Les Souverains se considéraient chanceux de le recevoir. Il se sentait honoré de les rencontrer.

Jamais l’auteur de La médiocratie n’a accordé une entrevue aussi longue ! Longue mais combien intéressante, passionnante et par moment, bouleversante.

Il n’y a rien qui me rend plus fier, il y a rien qui ne m’émeut plus que de sentir tout d’un coup un groupe qui se lève contre une adversité, dans une forme de dignité. Et la dignité des groupes, moi, elle m’a toujours beaucoup ému.

Alain Deneault ne pouvait mieux résumer l’esprit de sa rencontre avec les Souverains anonymes.

Julien avait le trac, beaucoup de trac. Jusqu’à la dernière seconde, il hésitait de venir parler devant Alain. Il avait quelque chose à dire. Il a fini par le faire :

Moi, j’ai toujours aimé me sentir libre de tout attache, de tout système. J’ai beaucoup voyagé pour sentir cette liberté. Un jour, j’ai voulu prendre des raccourcis, résultat, je me suis trouvé en dedans, au cœur même du système. Je suis à la croisée des chemins, j’ai des choix à faire et des leçons à retenir. Avec tout ce que j’ai entendu dans tes interventions sur les grands escrocs, la leçon que je retiens est la suivante: voler un oeuf ou voler un boeuf, c’est toujours voler. Je préfère plutôt voler de mes propres ailes.

Et toi Alain, de quoi tu voles ?

Écoutez et regardez aussi les témoignages et les questions de Pascal, Ronald, Jean-Pierre, Brandon, Sami, Hamza et Caspy. Ce dernier a aussi créé une chanson « Work », accompagné de Kattam aux percussions.

Une entrevue longue, mais combien nécessaire !

Voir: https://voir.ca/mohammed-lotfi/2017/10/23/alain-deneault-donne-sa-plus-longue-entrevue/

FB: https://www.facebook.com/mohamed.lotfi.90410/posts/10214591351088672?pnref=story 

Aucun commentaire jusqu'à présent.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*

code

Nos actions récentes

12 novembre : Manifestation contre la haine et le racisme à Montréal.
14 octobre : Manifestation contre l'OTAN à Montréal.
26 septembre : Récital-conférence de Pierre Jasmin.
5 août : Vigile commemorative pour Hiroshima au Jardin botanique de Montréal.
17 juin : Manifestation contre les armes nucléaires, Montréal.
17 juin : Rassemblement de soutien aux réfugiés, Montréal.
27 mai : Marche pour l’humanité et la prévention des génocides, Montréal.
13 mai : Les APLP participent à la fondation du Rassemblement Québécois pour la Paix.
13 mai : Allocution de Pierre Jasmin lors de l'événement Cuisine ta ville.
9 avril : Présence à la manifestation pour la paix en Syrie à Montréal.
21 janvier : Manifestation au rassemblement pour les droits des femmes à la Place des Arts.

Voir toutes nos lettres aux élus »

Remontez dans le temps »

Recherche par sujets