Evénements du mois

Activités de nos membres




Je suis APLP parce que…

"En cette époque de repli sur soi, de violence et de conflits incessants, plutôt que de publier mes états d’âmes sur les réseaux sociaux et de me cantonner dans un rôle de spectateur impuissant, je choisis de militer au sein d’Artistes pour la Paix, un regroupement qui me semble plus pertinent et nécessaire que jamais."
Sébastien Dhavernas, comédien, metteur en scène et producteur, v-p des APLP
"C'est la paix et la justice pour tous que chacun d'entre nous souhaite et recherche. Contribuons à construire un monde meilleur, avec notre talent, quel qu'il soit !"
Camille Pelletier Antaya, membre du CA des APLP
"Parce que la paix est toujours à faire, en nous comme avec les autres, et que c’est par l’art que c’est le plus merveilleux de la promouvoir, de la défendre, de la fêter !"
domlebo, auteur-compositeur-interprète
"La paix est sacrée. C’est pour ça qu’on dit : Sacré-moi la paix !"
Yvon Deschamps, humoriste retraité
"Les mots de Louise Warren sur le dessaisissement et sur l’intensité préalable à la création me conduisent à Mozart et à Beethoven, à ma fille et à mon fils : je leur souhaite la paix… et travaille tous les jours à ce que ce vœu se réalise !"
Pierre Jasmin, pianiste, membre de l'exécutif de Pugwash Canada
"ChacunE, quel que soit son milieu d’appar-tenance et ses talents, peut et doit apporter sa petite pierre à la construction de la Paix (qui est tellement plus que l’absence de guerre ou de conflit armé)."
Dominique Boisvert, écrivain d'essais
"La paix est loin d’être acquise. Avec l’explosion de l’industrie militaire dans le monde, on aura besoin de nos mots, notre musique, nos films, de notre art pour faire contrepoids. La culture est arme de construction massive."
Guylaine Maroist, cinéaste documentaire

Nucléaire : les rendez-vous manqués

pearson_foule

Lester Pearson en plein bain de foule…

… et Justin Trudeau dans un exercice similaire. Est-ce que seuls les appareils-photo ont changé entre les deux époques ?

Implicitement, le gouvernement Trudeau surfe sur la très ancienne et vénérable vague Pearson, celle que le monde entier évoque avec nostalgie dès qu’on parle de la mission pacifiste de l’ONU. Peut-on affirmer que Lester Pearson aurait appuyé le récent Traité sur l’abolition des armes nucléaires ? Difficile à dire, le contexte était vraiment différent à l’époque. On se plait à penser que oui (même si Pearson appuya le programme des missiles Bomarc en 1964, il refusa d’envoyer des troupes canadiennes au Viet-Nam). Ce qu’on remarque, c’est que le gouvernement Trudeau se garde bien de commenter son absence à la Conférence de négociation – ça pourrait écorcher son image de croisé des temps modernes. En fait, Trudeau parle très peu de paix, ce sont certains médias qui entretiennent le mythe du pacifiste. Annoncer à grand frais une liste d’épicerie militaire de plusieurs milliards, glorifier l’exploit d’un tireur d’élite et pousser son ministre de la Défense sous les projecteurs, voilà qui fait sourciller. À sa place, on se garderait une petite gêne, la cravate lousse et les manches de chemises roulées n’étant pas gages de paix sauf pour les naïfs.

Le fait est que le Canada s’est plié en huit pour éviter et ignorer les recommandations des groupes d’experts et de citoyens qui prônaient un appui à ce traité. Les représentants des pays nucléarisés ont invoqué la realpolitik : les tenants du traité seraient des béotiens utopistes. Sauf qu’il faut bien commencer quelque part, et ce traité est une assise solide pour de futurs accords. Le clivage entre les pays nucléarisés (et leurs alliés) et le reste de la planète va aller en se creusant. Dans un contexte où les pressions économiques pèsent de plus en plus sur les décisions politiques et militaires, les demandes pacifistes du reste de la planète pourraient influencer les pays détenteurs d’ogives nucléaires.

Où en est-on dans tous ces traités ?

TNP – Peu des signataires du Traité de Non-prolifération des armes nucléaires (1970) ont tenu leurs promesses. Ils devaient progresser vers un désarmement « aussi large que possible ». Les É-U, la Grande-Bretagne et la France ont déclaré que le nouveau traité n’aurait aucun impact sur le TNP car il n’a aucun pouvoir de contrainte. Le Canada a signé et ratifié le TNP.

TICE – Ce traité (1996) interdit tous les essais nucléaires. Il devait être ratifié par au moins 45 pays possédant des réacteurs nucléaires pour être appliqué. À ce jour, on en est encore sous la barre des 40. Le Canada l’a signé en 1996 et ratifié en 1998.

START – Le traité bilatéral entre les É-U et l’Union Soviétique entrait en vigueur en 1994. Il a été reconduit en 2009, aucune vraie négociation n’ayant abouti et le contexte politique ayant radicalement changé. La Russie et les É-U signèrent START-II en 1993. START-II n’a jamais été appliqué. Il était déjà dépassé en raison des mesures de réduction unilatérales des arsenaux de 2001. START-III devait limiter encore plus le stock d’armes mais aussi empêcher leur réintroduction. Le New START est finalement signé en 2010.

ABM – Le traité ABM sur les missiles anti-balistiques fut signé en 1972 dans le cadre des négociations sur la limitation des armes stratégiques. Les États-Unis ne font plus partie du traité ABM depuis 2002.

Convention sur les armes chimiques – En vigueur depuis 1997. Seuls 3 pays ne l’ont pas signé (Égypte, Corée du Nord, Soudan du Sud).

Convention sur les armes biologiques – Signé en 1975 par une vaste majorité des pays membres de l’ONU, on la considère comme l’ancêtre des Traités internationaux. C’était le premier à bannir une catégorie entière d’armes. Il aurait largement inspiré le tout nouveau traité sur les armes nucléaires.

Pourquoi mentionner ici la litanie des traités START ? Le traité NewSTART arrivera à échéance en 2021, et la Maison-Blanche actuelle envisagerait de ne pas le renouveler, sous prétexte que la Russie déploie des missiles à moyenne portée. L’ex-Secrétaire de la Défense (É-U) William Perry estime quand même que le nouveau traité offre une « vision du monde plus sécuritaire » et pourrait influencer les États-Unis à non seulement renouveler NewSTART mais aussi pousser à l’application du TICE.

Le Canada avait la chance de se démarquer – juste un peu – de son voisin du sud. Justin Trudeau avait l’occasion de monter une opération de PR énorme qui l’aurait porté pendant des mois et valu un statut de nouveau Pearson, d’autant plus que le Canada ne possède pas d’ogives nucléaires, donc n’avait absolument rien à perdre.

Alors pourquoi ? Le Canada est toujours un important exportateur d’uranium, mais depuis 1965, n’en vend qu’à des fins civiles. En principe, l’expansion prévue de l’arsenal des États-Unis ne lui profiterait pas. Doit-on chercher du côté du NORAD – ne pas froisser un allié musclé – et par extension, de la souveraineté sur des territoires de l’Arctique qui pourrait faire l’objet de tensions dans les prochaines années ? On n’ose imaginer que la position du Canada dans les négociations du traité n’est qu’une manifestation de servilité – plusieurs Premiers ministres, dont Pearson et Chrétien, se sont opposés aux dictats guerriers des Américains. Alors, jusqu’où s’étend la realpolitik, et surtout, à qui profite l’attitude désinvolte du Canada ?

Aucun commentaire jusqu'à présent.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*

code

Nos actions récentes

12 novembre : Manifestation contre la haine et le racisme à Montréal.
14 octobre : Manifestation contre l'OTAN à Montréal.
26 septembre : Récital-conférence de Pierre Jasmin.
5 août : Vigile commemorative pour Hiroshima au Jardin botanique de Montréal.
17 juin : Manifestation contre les armes nucléaires, Montréal.
17 juin : Rassemblement de soutien aux réfugiés, Montréal.
27 mai : Marche pour l’humanité et la prévention des génocides, Montréal.
13 mai : Les APLP participent à la fondation du Rassemblement Québécois pour la Paix.
13 mai : Allocution de Pierre Jasmin lors de l'événement Cuisine ta ville.
9 avril : Présence à la manifestation pour la paix en Syrie à Montréal.
21 janvier : Manifestation au rassemblement pour les droits des femmes à la Place des Arts.

Voir toutes nos lettres aux élus »

Remontez dans le temps »

Recherche par sujets