Evénements du mois

Activités de nos membres








Je suis APLP parce que…

"En cette époque de repli sur soi, de violence et de conflits incessants, plutôt que de publier mes états d’âmes sur les réseaux sociaux et de me cantonner dans un rôle de spectateur impuissant, je choisis de militer au sein d’Artistes pour la Paix, un regroupement qui me semble plus pertinent et nécessaire que jamais."
Sébastien Dhavernas, comédien, metteur en scène et producteur, vice-président des APLP
"C'est la paix et la justice pour tous que chacun d'entre nous souhaite et recherche. Contribuons à construire un monde meilleur, avec notre talent, quel qu'il soit !"
Camille Pelletier Antaya, membre du CA des APLP
"Parce que la paix est toujours à faire, en nous comme avec les autres, et que c’est par l’art que c’est le plus merveilleux de la promouvoir, de la défendre, de la fêter !"
domlebo, auteur-compositeur-interprète, président des APLP
"La paix est sacrée. C’est pour ça qu’on dit : Sacré-moi la paix !"
Yvon Deschamps, humoriste retraité
"Les mots de Louise Warren sur le dessaisissement et sur l’intensité préalable à la création me conduisent à Mozart et à Beethoven, à ma fille et à mon fils : je leur souhaite la paix… et travaille tous les jours à ce que ce vœu se réalise !"
Pierre Jasmin, pianiste, v-p. des Artistes pour la Paix et membre de l'exécutif de Pugwash Canada
"ChacunE, quel que soit son milieu d’appar-tenance et ses talents, peut et doit apporter sa petite pierre à la construction de la Paix (qui est tellement plus que l’absence de guerre ou de conflit armé)."
Dominique Boisvert, écrivain d'essais
"La paix est loin d’être acquise. Avec l’explosion de l’industrie militaire dans le monde, on aura besoin de nos mots, notre musique, nos films, de notre art pour faire contrepoids. La culture est arme de construction massive."
Guylaine Maroist, cinéaste documentaire

Les Kurdes sacrifiés dans un Moyen-Orient surarmé

Une conférence de presse convoquée d’urgence mais ignorée

Vendredi matin le 19 mai, des militants pour la paix se sont regroupés au Centre Saint-Pierre de Montréal afin de dénoncer l’intensification de la répression politique en Turquie coupable d’emprisonnement de plusieurs députés, maires et mairesses d’opposition, ainsi que l’intervention militaire du gouvernement turc en Syrie contre des communautés kurdes, déjà fragilisées par les attaques djihadistes de l’Armée islamiste.

roussopoulos_cdp

Une vidéo d’Évelyne Abitbol rend heureusement compte de cette conférence de presse, puisqu’elle a été boycottée par tous les médias officiels, y compris Radio-Canada et Le Devoir : visionnez en cliquant ici.

Dilan Damla, co-présidente de la Fédération Kurde du Canada, Hélène Laverdière, porte-parole des Affaires étrangères pour le NPD, Carole Poirier, députée d’Hochelaga-Maisonneuve pour le Parti Québécois se sont pourtant déplacées, présentées par Amir Khadir de Québec Solidaire, joint par Apraham Niziblian, porte-parole du Comité national arménien et surtout par Dimitri Roussopoulos, ayant participé avec Nathan McDonnell à deux missions de paix en un an à Diyarbakir et Istanbul, la dernière en février 2017.

Une pétition et une enquête qui s’imposent : à faire connaître !

ocalan_1

Abdullah Öçalan

Le 2 mars dernier, une pétition de soutien aux Kurdes interpellait la Ministre des Affaires extérieures, Chrystia Freeland [1]. Or depuis ces demandes restées sans réponse, se sont accrus l’isolement de tous les prisonniers politiques et celui en particulier du leader populaire kurde, Abdullah Öçalan. Des grèves de la faim sont survenues dans les prisons d’İzmir Aliağa Şakran, Edirne, Sincan, Sirnak, Urfa-Hilwan et Wan, selon un rapport de la Commission sur les prisons de l’Association des Droits de l’Homme (DHD) faisant état de violations croissantes des Droits de l’Homme dans les prisons turques. Une délégation de 50 personnes mène cette enquête dans 72 prisons à travers le pays et rendra compte des violations des droits des prisonniers (rapports à finaliser d’ici juin).

Des dépenses militaires qui s’affolent et tournent à vide

Sourd à toutes nos préoccupations humanistes, le gouvernement libéral canadien accentue ses manœuvres guerrières, à la veille de la présentation de son premier budget de la Défense. Nous laisse présager le pire un communiqué émis l’après-midi du 16 mai qui nous apprend que la Nouvelle Politique Canadienne de Défense sera dévoilée le 22 mai… à WASHINGTON !!! On pourrait constater avec cynisme que la Dépense (sic) du Canada concerne moins les Canadiens que Donald Trump ! Car le 25 mai à Bruxelles, se réuniront des représentants des pays membres de l’OTAN pour entendre le président américain Donald Trump, flanqué du président turc Recep Tayyip Erdoğan et de la première ministre Theresa May de Grande-Bretagne, les presser d’augmenter dramatiquement leur contribution nationale à l’OTAN [2]. On sait que l’OTAN appelle tous ses membres à consacrer 2% de leur PIB à leurs forces militaires et que pour le Canada, cela reviendrait à engloutir deux fois plus d’argent, c’est-à-dire 40 milliards de $, entre autres pour des armes offensives tels les Super Hornets de Boeing qui aggraveront le problème du terrorisme plutôt que le résoudre. Et ces 20 milliards de $ supplémentaires seront soustraits à quels programmes sociaux ???

Revenons au 19 mai, date où Donald Trump a annoncé des ventes d’armes à un montant indécent surpassant de loin les 100 milliards de US$ pour équiper l’Arabie Saoudite… d’une option militaire face à l’Iran !

Mouvements de paix qui prônent la raison

Et pourtant l’Iran vient de réélire le modéré Hassan Rohani, celui qui avait accepté la proposition d’Obama de ne pas armer son pays d’une arme nucléaire. Grand vainqueur du  parti conservateur des gardes révolutionnaires partisans d’attaques contre Israël, il aura maintenant du mal à expliquer aux Ayatollahs pourquoi l’Occident se tourne CONTRE l’Iran, au moment où le pays présente des gages souriants d’ouverture et de paix.

Des contre-offensives des mouvements de paix occidentaux se dessinent heureusement contre ces fanatismes militaristes américain et canadien. D’Ottawa, Steve Staples (Public Response Canada et International Peace Bureau) rassemble des groupes tels Science for Peace, Voix des Femmes, l’Institut Rideau sur les affaires internationales et Conscience Canada pour organiser un blitz médiatique intitulé en anglais « The #No2Percent campaign », en vue d’informer la population des vœux agressifs de l’OTAN contre la paix.

Une résistance pro-paix s’organise aussi partout en Europe, principalement en Belgique, spécifiquement en vue du 25 mai : voir www.stopnato2017.org .

Rousoppolus talking

Dimitri Roussopoulos

Chez nous au Québec, un mouvement, le Rassemblement Québécois pour la Paix, a vu le jour samedi le 13 mai à Montréal au Centre des travailleuses et travailleurs immigrant-e-s, avec des groupes comme Femmes de Diverses Origines et l’International Women’s Alliance, avec Jooned Khan (journaliste retraité de La Presse), Bill Sloan, Malcolm Guy et Dimitri Roussopoulos (quel militant extraordinaire à plus de 80 ans que ce Gréco-Canadien qui fut vice-président des Artistes pour la Paix de 1984 à 1993; the Gazette lui a accordé les honneurs de sa première page récemment, en vantant son travail pour préserver le patrimoine architectural du Milton Park). Le groupe a désigné la travailleuse d’origine malaise, Tess Tesalona, co-présidente d’honneur, avec moi-même pour l’aider.

Enfin, notre site contribue à l’information libre, pour contrer la propagande médiatique. Nous remercions Pierre Montmory pour l’envoi précieux de la communication de 1999 par Edgar Morin pour l’UNESCO : cliquez ici pour en prendre connaissance.

Le professeur Normand Baillargeon est sûrement en accord avec cette communication en sept chapitres prônant l’ÉDUCATION comme remède aux illusions de l’humanité. Une de ses recommandations dénonce le fanatisme en ces termes explicites :

« Or, comment devient-on fanatique, c’est-à-dire enfermé dans un système clos et   illusoire de perceptions et d’idées sur le monde extérieur et sur soi-même ? Nul ne naît fanatique. Il peut le devenir progressivement s’il s’enferme dans des modes pervers ou illusoires de connaissance. Il en est trois qui sont indispensables à la formation de tout fanatisme : le réductionnisme, le manichéisme et la réification. Et l’enseignement devrait agir sans relâche pour les énoncer, les dénoncer et les déraciner. Car déraciner est préventif, alors que dé-radicaliser vient trop tard, lorsque le fanatisme est consolidé. »

PS    Au moment de publier, on s’aperçoit qu’on peut réinterpréter cette définition d’Edgar Morin en l’appliquant par exemple à l’auteur de l’attentat-suicide à Manchester. Comment les islamistes arrivent-ils à un tel degré de perversité jusqu’à faire exploser autour d’eux des enfants venus goûter au simple plaisir de la musique ? Depuis les attaques contre Charlie Hebdo et le Bataclan, nous avions compris que ces ennemis de la vie ciblaient en priorité les artistes, maintenant, une musicienne féministe, Ariana Grande. Triste coïncidence, sa tournée s’appelait « The dangerous woman », mettant en valeur son charme et sa grâce, apparemment intolérables aux adeptes d’un rigorisme mortifère.

Retour sur la conférence de presse

Le but de la conférence de presse était précisément de changer le regard occidental réductionniste, manichéen et sûr de sa supériorité d’armement [3], en sensibilisant la population au sort des Kurdes souffrants (tout comme les Palestiniens [4]):

« La Turquie est un allié important du Canada, en particulier en ce qui a trait à la crise des réfugiés syriens. Nous sommes donc très inquiets du harcèlement et de l’emprisonnement de défenseurs des droits humains, de journalistes et d’universitaires critiques du gouvernement Erdoğan, de membres de l’opposition politique et des Kurdes. Ottawa doit immédiatement exprimer ses préoccupations face à la détérioration des droits de la personne en Turquie», a exigé la députée NPD de Laurier-Ste-Marie, Hélène Laverdière (qui incidemment était présente à notre fête des APLP du 7 avril).

La porte-parole du Parti Québécois en matière d’immigration et de communautés culturelles, Carole Poirier, a affirmé : « Nous encourageons les parties à trouver des solutions durables et équitables qui favoriseront le maintien de la paix et de l’État de droit pour toutes les communautés en Turquie. »

Le député Amir Khadir a conclu : « S’il faut laisser la société civile de la Turquie décider de ses propres tactiques pour vaincre le régime Erdoğan, il faut montrer notre solidarité face à la répression. Les gouvernements du Québec et Canada doivent utiliser tous les outils à leur disposition pour dénoncer le recul vers l’autoritarisme et la répression en Turquie ».


[1] Élaborée lors d’une réunion du Réseau de solidarité kurde de Montréal (RSKM) tenue dans les bureaux d’Alternatives, ayant obtenu douze signatures des Artistes pour la Paix réunis en conseil d’administration, elle se lisait ainsi :

  • Considérant que les populations turque et kurde vivent sous le régime militarisé et autoritaire du Président Récep Tayyip Erdoǧan suite au coup d’état de l’été 2016
  • Attendu l’état policier imposé ayant suivi qui a procédé à des arrestations ciblant près de    100 000 fonctionnaires dont 46 274 sont encore en détention en attente de leur procès (notamment 37 000 enseignants, 4000 juges, procureurs de la poursuite et avocats), 2500 journalistes, plus d’une centaine de co-maires et de députés, une dizaine de milliers d’universitaires, artistes et syndicalistes
  • Considérant que la Turquie a lancé des attaques militaires contre les populations kurdes en Syrie et en Irak, et même à l’intérieur des frontières turques, malgré le fait que ces forces kurdes étaient engagées dans la résistance contre DAECH (ISIS ou Armée Islamiste)

Nous, soussignés citoyens (ou résidants) du Canada prions le Gouvernement du Canada

  1. d’intervenir fermement auprès du gouvernement turc pour qu’il respecte les droits de l’homme en suspendant les arrestations arbitraires et les traitements inhumains envers ses citoyens turcs et kurdes
  2. de prier Ankara de libérer le leader kurde, Abdullah Öçalan, emprisonné depuis 1999 dans le pénitencier insulaire d’Imrali
  3. d’exiger l’arrêt immédiat des attaques de l’armée turque contre des Kurdes, en Turquie, en Syrie et en Irak

En outre, nous souhaitons que dans les meilleurs délais l’Honorable Chrystia Freeland, ministre des Affaires extérieures, rencontre des représentants du Réseau de solidarité Kurde de Montréal.

Solidaires dans l’appui aux idéaux de paix,
domlebo, président des Artistes pour la Paix et Pierre Jasmin, vice-président.

[2] Rappelons que les Artistes pour la Paix avaient demandé, dès la chute du Pacte de Varsovie en 1991, l’abrogation de l’OTAN.

[3] Les É-U ont plus d’armes que les pays en 2e, 3e, 4e, 5e, et 6e places, selon SIPRI.

[4] Des félicitations doivent être adressées au premier ministre Couillard qui, en visite à Ramallah, vient d’annoncer une initiative favorisant la venue d’étudiants palestiniens en nos universités du Québec.

 

Aucun commentaire jusqu'à présent.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*

code

Nos actions récentes

17 juin : Manifestation contre les armes nucléaires, Montréal.
17 juin : Rassemblement de soutien aux réfugiés, Montréal.
27 mai : Marche pour l’humanité et la prévention des génocides, Montréal.
13 mai : Les APLP participent à la fondation du Rassemblement Québécois pour la Paix.
13 mai : Allocution de Pierre Jasmin lors de l'événement Cuisine ta ville.
9 avril : Présence à la manifestation pour la paix en Syrie à Montréal.
21 janvier : Manifestation au rassemblement pour les droits des femmes à la Place des Arts.
21 décembre : Lettre au premier ministre Trudeau sur le vote à l'ONU et le désarmement.
26 novembre : Lettre au premier ministre Couillard pour une enquête systémique sur les pratiques policières.
26 novembre : Déclaration de paix au premier ministre Trudeau avec démission suggérée de son ministre de la Défense.
26 novembre : Lettre au ministre Dion sur l'OTAN, le TCA et les armes nucléaires.
11 novembre : Manifestation avec la coalition Échec à la guerre, Montréal.
2 novembre : Lettre collective au ministre Dion, avec le Réseau canadien pour l'abolition de l'arme nucléaire.

Voir toutes nos lettres aux élus »

Remontez dans le temps »

Recherche par sujets