Evénements du mois

Activités de nos membres








Je suis APLP parce que…

"C'est la paix et la justice pour tous que chacun d'entre nous souhaite et recherche. Contribuons à construire un monde meilleur, avec notre talent, quel qu'il soit !"
Camille Pelletier Antaya, membre du CA des APLP
"Parce que la paix est toujours à faire, en nous comme avec les autres, et que c’est par l’art que c’est le plus merveilleux de la promouvoir, de la défendre, de la fêter !"
domlebo, auteur-compositeur-interprète
"La paix est sacrée. C’est pour ça qu’on dit : Sacré-moi la paix !"
Yvon Deschamps, humoriste retraité
"Les mots de Louise Warren sur le dessaisissement et sur l’intensité préalable à la création me conduisent à Mozart et à Beethoven, à ma fille et à mon fils : je leur souhaite la paix… et travaille tous les jours à ce que ce vœu se réalise !"
Pierre Jasmin, pianiste, membre de l'exécutif de Pugwash Canada
"ChacunE, quel que soit son milieu d’appar-tenance et ses talents, peut et doit apporter sa petite pierre à la construction de la Paix (qui est tellement plus que l’absence de guerre ou de conflit armé)."
Dominique Boisvert, écrivain d'essais
"La paix est loin d’être acquise. Avec l’explosion de l’industrie militaire dans le monde, on aura besoin de nos mots, notre musique, nos films, de notre art pour faire contrepoids. La culture est arme de construction massive."
Guylaine Maroist, cinéaste documentaire

Venezuela : un autre son de cloche

AFP PHOTO / JUAN BARRETO

Nous n’avons pas la prétention de dire qu’il s’agit d’une position exhaustive, mais le texte suivant donne une note différente du son de cloche répété par les médias. Nous comprenons qu’une telle position peut créer un certain malaise quand la seule information dont on dispose est celle véhiculée par les médias de droite alimentés par les sources américaines et autres sous-traitants de l’information. Toujours et partout depuis des décennies, les services secrets US restent très actifs en Amérique latine. Rappelons-nous les dictatures au Chili, en Argentine, au Guatemala, au Brésil et ailleurs; le rôle actif des services de renseignements américains est très bien documenté au sujet de leurs manœuvres pour déstabiliser les forces progressistes dans cette Amérique Latine que les Etats-Unis considèrent comme leur « jardin ».

Nous, des intellectuels et des militants sociaux, réunis à Montréal le 11 mai 2017, déclarons ce qui suit :

1 Nous nous OPPOSONS à l’ingérence des États-Unis dans les affaires intérieures du Venezuela. La vague actuelle d’interférences poursuit l’intervention engagée sous la présidence Obama, laquelle a dépassé celle de tout autre président des États-Unis. Par exemple, au cours de son mandat, l’administration Obama a refusé de reconnaître la victoire du président Nicolás Maduro lors des élections présidentielles de 2013, encourageant l’opposition à déclencher une spirale de violences au début de 2014. Obama a également signé le décret déclarant que le Venezuela représentait une menace pour la sécurité des États-Unis. Nous dénonçons le dernier projet de loi bipartite, démocrate-républicain, déposée au Congrès au début de mai 2017, en vue d’autoriser le décaissement de plus de 10 millions $ pour la promotion de la démocratie au Venezuela. Par conséquent, nous constatons que l’interventionnisme états-unien est bipartite et constitue la menace la plus importante à la souveraineté, à la paix et au progrès social, non seulement en Amérique latine, mais aussi dans le monde. La situation au Venezuela montre encore une fois qu’on ne peut entretenir des illusions sur le caractère fondamentalement interventionniste de la politique états-unienne.

2Nous REJETONS la position du gouvernement du Canada auprès de l’OÉA de se joindre aux États-Unis et à certains gouvernements de droite en Amérique latine afin de promouvoir davantage cette interférence. La position honteuse adoptée par Ottawa ne prend pas en compte les sentiments de tous ces Canadiens qui jugent avec méfiance le rôle que jouent les États-Unis en Amérique latine et dans les Caraïbes. Le premier ministre Justin Trudeau n’a pas tenu compte des faits connus des observateurs bien informés de la situation vénézuélienne, mais s’est fondé sur la version officielle des États-Unis. Par conséquent, nous demandons au gouvernement Trudeau de changer sa position et de ne pas soutenir l’ingérence des États-Unis.

3Nous nous OPPOSONS à l’ingérence flagrante du Secrétaire général de l’OÉA, Luis Almagro, dans les affaires intérieures du Venezuela, et nous déclarons que l’OÉA a toujours été un instrument de la politique étrangère des États-Unis en Amérique latine. Ce rôle ne peut être changé.

4Nous SOUTENONS la décision du Venezuela de se retirer de l’OÉA. Elle apporte une bouffée d’air d’air frais dans la région. Nous croyons qu’aucun pays qui aspire à se faire respecter dans la région ne devrait demeurer dans l’OÉA dominée par les États-Unis et par Canada, dont les élites défendent des intérêts contraires à ceux des peuples vivant au sud du Rio Grande.

5Nous sommes ENCOURAGÉS par le soutien international exprimé par de nombreux pays de la région à l’occasion des récentes manifestations du 1er mai. Nous soulignons la déclaration du président bolivien Evo Morales qui a dit : « l’agression de ce moment, le coup d’État au Venezuela, est aussi un coup d’État en Bolivie et dans tous les États d’Amérique ».

6Nous nous OPPOSONS à la violence perpétrée par les secteurs les plus extrémistes de l’opposition, financée en grande partie par les États-Unis. Les reportages et vidéos réalisés sur place indiquent qu’elle est le fait de voyous fascistes et n’est d’aucune manière le fait d’une opposition politique légitime. Son seul but est de fournir un prétexte à l’ingérence politique et militaire états-unienne comme cela s’est produit à d’autres occasions dans la région. Ceux qui sont actuellement en prison et que les États-Unis et leurs alliés présentent comme le « visage de l’opposition » ont été jugés et condamnés pour des crimes qui ont causé des dizaines de morts, des centaines de blessés et des dommages économiques incalculables. Cette violence se produit dans un pays qui tente actuellement de résoudre les problèmes économiques et sociaux exacerbés par la guerre économique menée par les États-Unis et leurs alliés au Venezuela. Il ne peut y avoir d’impunité ou d’amnistie pour ceux qui ont déjà été jugés et condamnés et pour ceux qui empruntent la même voie. Aucun observateur sérieux ne peut les considérer comme des prisonniers politiques parce qu’ils ne sont pas emprisonnés pour leurs opinions politiques, mais plutôt pour leurs activités de subversion violente au profit des États-Unis et l’oligarchie vénézuélienne.

7Nous APPUYONS la décision courageuse du gouvernement Maduro, annoncée le 1er mai 2017, de convoquer une Assemblée nationale constituante. Cette démarche est conforme à la Constitution vénézuélienne dont l’article 5 prévoit que la souveraineté incessible réside dans le peuple, qui l’exerce directement de la manière prévue par la présente Constitution et la loi, et indirectement, par le suffrage, à travers les organes qui exercent la puissance publique. C’est un des instruments qu’avait prévus Hugo Chávez pour des circonstances exceptionnelles, comme c’est le cas dans l’impasse politique actuelle. Le peuple du Venezuela est le dépositaire du pouvoir constituant originel. Dans l’exercice de ce pouvoir, il peut convoquer une Assemblée nationale constituante afin de transformer l’État, créer une nouvelle loi et rédiger une nouvelle constitution. Et l’article 348 stipule que l’initiative de convoquer l’Assemblée nationale constituante peut être prise par le Président de la République en Conseil des ministres. Le peuple est appelé à décider par un vote direct et secret de l’élection des 500 membres de l’Assemblée. Contrairement à ce que prétendent l’opposition et les médias, cette démarche ne constitue pas un « coup d’État ». L’objectif de cette convocation est de rétablir la paix sociale et d’éviter plus de violence. C’est un moyen institutionnel de débloquer l’impasse découlant des limites de la démocratie libérale représentative en créant les bases d’une démocratie où le peuple sera le véritable protagoniste. Il faut laisser le peuple décider de l’avenir de la Révolution bolivarienne qui a marqué le début d’une nouvelle ère avec toutes ses conquêtes sociales, économiques, politiques et culturelles. Est aussi en jeu l’héritage d’Hugo Chávez comme architecte de la nouvelle Amérique latine et sa contribution à un monde multipolaire en lieu et place de l’hégémonie des États-Unis.

8Enfin, nous DEMANDONS à tous les secteurs de la société canadienne, depuis le gouvernement Trudeau jusqu’aux citoyens, de s’informer sur la situation au Venezuela en recourant à d’autres sources que les médias dominants, tels les reportages et articles mis en ligne par Telesur (en espagnol ou en anglais).

9Nous DÉNONÇONS en dernier lieu l’opération de placardage d’affiches sur la façade du Centre culturel Simón Bolívar. Ces affiches apparues le 11 mai imputent au gouvernement bolivarien des décès pour lesquels on n’a pas démontré sa responsabilité. Des opposants cherchent à intimider le personnel du CCSB. Ces actions qui ne relèvent pas de la liberté d’expression ne doivent pas avoir cours ici ou ailleurs.

Voici par ailleurs un article de Claude Morin, un des auteurs du texte précédent.

Lilian Tintori au Canada au service de la désinformation

Lilian Tintori était à Ottawa ce 18 mai. Lilian Tintori est d’abord la conjointe de Leopoldo López, le dirigeant vénézuélien du parti Volonté populaire, qui purge depuis 2014 une condamnation de plus de 13 ans de prison. Elle parcourt la planète pour réclamer la libération des prisonniers « politiques » au Venezuela. Si Leopoldo López est un homme politique, il n’est pas emprisonné pour ses idées politiques, mais bien pour ses incitations répétées à des actions violentes, à l’occasion d’une campagne qu’il a menée au début de 2014 pour la « sortie » de Nicolás Maduro, le président élu en avril 2013. Cette campagne s’est caractérisée par des opérations d’une grande violence : 43 morts, des centaines de blessés, des millions en dommages matériels. La plupart des victimes furent des partisans chavistes, des membres des forces de l’ordre, mais aussi des citoyens qui n’étaient d’aucun bord.

Depuis une quinzaine d’années Leopoldo López représente l’aile la plus extrémiste de l’opposition, celle qui refuse tout dialogue avec le chavisme et qui orchestre des manifestations violentes. Il avait déjà participé au coup d’État d’avril 2002. Maire de Chacao de 2000 à 2008, il a été inhabilité à se présenter à la mairie de Caracas en raison d’irrégularités dans sa gestion. Sa responsabilité dans les « guarimbas » de 2014 lui a valu un procès et une condamnation. Sans égard à son rôle de premier plan dans des manifestations violentes, meurtrières même, le gouvernement des États-Unis et les grands médias ont fait de Leopoldo López le symbole d’une lutte contre le gouvernement vénézuélien. Comme c’est trop souvent le cas avec ses personnages controversés, leur notoriété surfaite, fabriquée à des fins géopolitiques, leur vaut de nombreux prix et décorations.

López en prison, c’est sa conjointe qui devient la tête d’affiche d’une campagne internationale de dénonciation du gouvernement vénézuélien. Le président Trump a même posé avec elle et le sénateur Marco Rubio, cet ennemi des gouvernements progressistes en Amérique latine. Lilian Tintori fait la tournée des gouvernements en Occident. On l’a vue en Argentine, au Chili, en Espagne. La voilà au Canada patronnée par le député Irwin Cotler.

La lettre qu’elle signe dans le Globe & Mail ce 18 mai n’est qu’un outil de propagande au service de la désinformation. Elle veut nous faire croire que les protestations qui se succèdent sans discontinuer depuis plus de cinq semaines sont le fait d’un mouvement pacifique et que la quarantaine de morts sont imputables à la répression par les forces de l’ordre.

La réalité est toute autre : les forces de l’ordre usent de gaz lacrymogènes contre des protestataires armés de cocktails Molotov et de bombes incendiaires. Des bandes attaquent des hôpitaux, des dispensaires, des écoles. Les manifestants érigent des barricades, bloquent les routes, se livrent au vandalisme et au saccage. La plupart des manifestations recherchent l’affrontement. Les actions orchestrées par l’opposition combinent des formes de luttes qui vont des marches et des caravanes, aux saccages de commerces et d’institutions publiques, aux attaques armées contre la police et l’armée. Beaucoup de manifestants sont des combattants équipés pour le combat de rue. L’objectif de cette violence est de démontrer que le Venezuela est ingouvernable.

L’opposition s’emploie à l’évidence à créer une situation propice à l’intervention étrangère sous prétexte que le Venezuela vit une crise humanitaire comme ce fut le cas en Lybie ou en Syrie. Elle n’a que faire des institutions et de la Constitution. Elle refuse tout dialogue à l’intérieur d’un cadre institutionnel conforme à la constitution. Le président Maduro n’est que le symbole de leur haine pour tout ce que représentent le chavisme et la révolution bolivarienne. Son combat, c’est la prise du pouvoir et le démantèlement d’une révolution qui a marqué la fin de ses privilèges. Une révolution inachevée qu’elle s’emploie depuis plus de 15 ans à faire dérailler en usant de son immense pouvoir économique et de son alliance avec les États-Unis.


Louisa Worrell – ILPS et CTI-IWC a mené samedi matin avec vingt-cinq autres personnes une action de solidarité envers le centre bolivarien , qui venait d’être placardé d’affiches mensongères et injurieuses. Nous la remercions.


Bravo Pierre!  Merci de faire circuler enfin un autre son de cloche. Nous étions désolées des attaques et de l’affichage mensonger sur le Consulat de Venezuela à Montréal.

Nous sommes solidaires du peuple et du gouvernement légitimement élu du Venezuela.

Marie Boti
Vice-présidente/Vice Chairperson
International Women’s Alliance


Pour plus de points de vue alternatifs, on pourra consulter le blog Venezuela Infos.

 

2 Commentaires

  1. François Paquette François Paquette
    22 mai 2017    

    On croirait entendre Sartre défendre le stalinisme.
    Je suis pacifiste, mais cet article est consternant.

    • Pierre Jasmin Pierre Jasmin
      24 mai 2017    

      L’image prouve votre culture politique, très appréciée de la part d’un musicien qui a passé un an au Conservatoire de Moscou sous Brejhnev en 1978 et qui était outré de l’aveuglement de Sartre et d’Aragon acquittant le communisme soviétique, en particulier Staline de tous ses péchés (on parle de millions de morts!). D’autant plus que j’étais élève de Stanislav Neuhaus, élevé par Boris Pasternak qui avait eu le courage d’écrire le Docteur Jivago et en avait obtenu le prix Nobel de Littérature (qu’il avait dû refuser). Mais nous vous engageons à lire les infos véhiculées par https://venezuelainfos.wordpress.com/ pour constater que notre AUTRE son de cloche (et non LA VÉRITÉ SUR…) s’imposait réellement, face à la désinformation générale qui accable Maduro de tous les maux du Venezuela, gangrené par la criminalité et le trafic d’armes et de médicaments de contrebande. Relisez aussi notre article sur el systema en http://www.artistespourlapaix.org/?p=5131. Merci d’avoir commenté avec à l’esprit de servir la paix!

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*

code

Nos actions récentes

23 avril : Cérémonie de remise des Prix APLP 2018.
20 avril : Participation à la journée de dialogue sur le contrôle des armements à Ottawa.
12 novembre : Manifestation contre la haine et le racisme à Montréal.
14 octobre : Manifestation contre l'OTAN à Montréal.
26 septembre : Récital-conférence de Pierre Jasmin.
5 août : Vigile commemorative pour Hiroshima au Jardin botanique de Montréal.
17 juin : Manifestation contre les armes nucléaires, Montréal.
17 juin : Rassemblement de soutien aux réfugiés, Montréal.
27 mai : Marche pour l’humanité et la prévention des génocides, Montréal.
13 mai : Les APLP participent à la fondation du Rassemblement Québécois pour la Paix.
13 mai : Allocution de Pierre Jasmin lors de l'événement Cuisine ta ville.
9 avril : Présence à la manifestation pour la paix en Syrie à Montréal.
21 janvier : Manifestation au rassemblement pour les droits des femmes à la Place des Arts.

Voir toutes nos lettres aux élus »

Remontez dans le temps »

Recherche par sujets