Evénements du mois

Activités de nos membres






Je suis APLP parce que…

"C'est la paix et la justice pour tous que chacun d'entre nous souhaite et recherche. Contribuons à construire un monde meilleur, avec notre talent, quel qu'il soit !"
Camille Pelletier Antaya, membre du CA des APLP
"Parce que la paix est toujours à faire, en nous comme avec les autres, et que c’est par l’art que c’est le plus merveilleux de la promouvoir, de la défendre, de la fêter !"
domlebo, auteur-compositeur-interprète
"La paix est sacrée. C’est pour ça qu’on dit : Sacré-moi la paix !"
Yvon Deschamps, humoriste retraité
"Les mots de Louise Warren sur le dessaisissement et sur l’intensité préalable à la création me conduisent à Mozart et à Beethoven, à ma fille et à mon fils : je leur souhaite la paix… et travaille tous les jours à ce que ce vœu se réalise !"
Pierre Jasmin, pianiste, membre de l'exécutif de Pugwash Canada
"ChacunE, quel que soit son milieu d’appar-tenance et ses talents, peut et doit apporter sa petite pierre à la construction de la Paix (qui est tellement plus que l’absence de guerre ou de conflit armé)."
Dominique Boisvert, écrivain d'essais
"La paix est loin d’être acquise. Avec l’explosion de l’industrie militaire dans le monde, on aura besoin de nos mots, notre musique, nos films, de notre art pour faire contrepoids. La culture est arme de construction massive."
Guylaine Maroist, cinéaste documentaire

André Melançon (1942-2016)

Le maire Denis Coderre, Andrée Lachapelle, Andréanne Mélançon, Janette Bertrand, René Derouin et domlebo.

Sébastien Dhavernas, le maire Denis Coderre, Andrée Lachapelle, Andréanne Melançon, Janette Bertrand, René Derouin et domlebo.

La cérémonie des Artistes pour la Paix du 7 avril 2017 à l’hôtel de ville de Montréal a rendu un hommage posthume à André Melançon. Sa fille Andréane et sa conjointe Andrée Lachapelle APLP1990, très émue, ont signé le Livre d’Or de la Ville de Montréal sous l’œil attentif du président domlebo et de Benoît Brière qui venait de faire l’éloge du disparu, à la grande satisfaction du maire Coderre.

Andrée Lachapelle. domlebo, Andréane Mélançon, Benoît Brière et le maire Denis Coderre. Photo : Ville de Montréal

Andrée Lachapelle. domlebo, Andréane Melançon, Benoît Brière et le maire Denis Coderre. Photo : Ville de Montréal

Le cinéaste André Melançon n’a pas seulement inventé la phrase la guerre, la guerre, c’est pas une raison pour s’faire mal ! Elle est tirée de son film le plus célèbre, La guerre des tuques, qui a représenté le Québec dans 125 pays et fut traduit en plusieurs langues. Ses films comme Bach et Bottine qui a fait connaître Mahée Paiement en 1986 ou ses téléséries comme Asbestos ont montré sa tendresse envers l’humanité entière, surtout les enfants qu’il dirigeait avec un doigté remarquable, selon son producteur Rock Demers. En une année 2016 marquée par les décès des René Caron, Leonard Cohen, Rita Lafontaine et André Montmorency, sans parler des décès récents des Benoît Girard et Janine Sutto, l’hommage posthume que nous lui rendons succède à ceux rendus à la poète Hélène Monette, à Paul Buissonneau, aux cinéastes Magnus Issascson et Arthur Lamothe, ainsi qu’à Hélène Pedneault et Myra Cree.

melancon_02En tant que comédien, André a interprété le rôle-titre dans Taureau de Clément Perron en 1973. Denys Arcand et Yves Simoneau lui ont aussi offert des rôles. Il a également été entraîneur vedette de la Ligue nationale d’improvisation pendant plusieurs années. Comme l’écrivait Jean-François Garneau [1], « l’engagement social et communautaire de Melançon, non seulement penchait une oreille attentive vers les enfants, mais s’intéressait à ce que la société a parfois du mal à entendre. Son documentaire Les vrais perdants (1978) pose la question de l’éducation, désormais axée sur la performance au point de menacer la survie même d’un système public soumis à la concurrence sourde d’un parcours privé financé par les contribuables. L’âge de passion, coréalisé avec Dany Croussette en 2007, suit ce que sont devenus 30 ans plus tard les participants de Les vrais perdants sous l’angle de la passion qui les anime. Le film Des armes et les hommes (1973), titre au jeu de mots assumé, constate sobrement le problème du lien qu’entretiennent certains citoyens avec les armes à feu, en dépit de la solidarité paisible dont devrait bénéficier toute personne de bonne volonté. Le cinéaste, signant l’un de ses premiers films, juxtapose scènes fictives et entrevues menées avec des militaires, policiers, criminels ou collectionneurs. C’est une œuvre engagée sur le Québec des années 1970 qui nous invite encore à débattre d’une question très actuelle à partir de mises en scène réalistes et de points de vue éclairants sur l’usage des armes. À voir ou à revoir gratuitement sur le site de l’ONF. La disparition d’un artiste de cette envergure nous fait mesurer l’ampleur de sa contribution à l’évolution de la société québécoise et l’importance des outils dont nous devons disposer pour soutenir la création et la diffusion d’œuvres pertinentes. On peut consulter l’impressionnante filmographie d’André Melançon, comme acteur et réalisateur, sur Wikipédia. »

Réalisateur de Ces enfants d’ailleurs II et de l’adaptation de la pièce Albertine, en cinq temps, avec Martine Beaulne, André Melançon a suscité cette remarque élogieuse du scénariste Roger Cantin : « ce sont des gars comme lui qui ont formé un public qui s’est mis à aimer le cinéma québécois ». Psychoéducateur avant d’être cinéaste, il exprime au grand écran son intérêt pour la famille et l’enfance dès les années 70. En tout, il réalise et scénarise une douzaine de films dans le genre, dont les derniers sont le documentaire Les trains de la vie, paru en 2013, et La gang des hors-la-loi, en 2014. Sa télésérie portant sur le comédien Olivier Guimond est récompensée par neuf Prix Gémeaux.

melancon_09

André Melançon en compagnie de Rock Demers

Le vice-président des APLP, Sébastien Dhavernas, a eu grand plaisir à présenter, pour prononcer un hommage au disparu, le comédien qui a personnifié ce dernier héros, Benoît Brière. C’est un hommage émouvant, remarquablement structuré derrière son caractère improvisé, alternant entre le rire et les larmes, d’une humanité exceptionnelle. Merci, Benoît !


[1] Ancien v-p des APLP, on lira son article de novembre sur http://www.artistespourlapaix.org/?p=11693

Aucun commentaire jusqu'à présent.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*

code

Le Manifeste pour la Paix


Nos actions récentes

10 novembre : Grande Marche - La planète s'invite au Parlement.
23 septembre : Lancement du Manifeste pour la Paix à Victoriaville.
22 septembre : Lancement du Manifeste pour la Paix à Mont Saint-Hilaire.
21 septembre : Lancement du Manifeste pour la Paix à Montréal.
5 août : Cérémonie commémorative d'Hiroshima à Montréal.
14 juillet : Manifestation pour la Paix, Avignon, France.
23 avril : Cérémonie de remise des Prix APLP 2018.
20 avril : Participation à la journée de dialogue sur le contrôle des armements à Ottawa.

Voir toutes nos lettres aux élus »

Remontez dans le temps »

Recherche par sujets