Evénements du mois

Activités de nos membres






Je suis APLP parce que…

"En cette époque de repli sur soi, de violence et de conflits incessants, plutôt que de publier mes états d’âmes sur les réseaux sociaux et de me cantonner dans un rôle de spectateur impuissant, je choisis de militer au sein d’Artistes pour la Paix, un regroupement qui me semble plus pertinent et nécessaire que jamais."
Sébastien Dhavernas, comédien, metteur en scène et producteur
"C'est la paix et la justice pour tous que chacun d'entre nous souhaite et recherche. Contribuons à construire un monde meilleur, avec notre talent, quel qu'il soit !"
Camille Pelletier Antaya, membre du CA des APLP
"Parce que la paix est toujours à faire, en nous comme avec les autres, et que c’est par l’art que c’est le plus merveilleux de la promouvoir, de la défendre, de la fêter !"
domlebo, auteur-compositeur-interprète
"La paix est sacrée. C’est pour ça qu’on dit : Sacré-moi la paix !"
Yvon Deschamps, humoriste retraité
"Les mots de Louise Warren sur le dessaisissement et sur l’intensité préalable à la création me conduisent à Mozart et à Beethoven, à ma fille et à mon fils : je leur souhaite la paix… et travaille tous les jours à ce que ce vœu se réalise !"
Pierre Jasmin, pianiste, v-p. des Artistes pour la Paix et membre de l'exécutif de Pugwash Canada
"ChacunE, quel que soit son milieu d’appar-tenance et ses talents, peut et doit apporter sa petite pierre à la construction de la Paix (qui est tellement plus que l’absence de guerre ou de conflit armé)."
Dominique Boisvert, écrivain d'essais
"La paix est loin d’être acquise. Avec l’explosion de l’industrie militaire dans le monde, on aura besoin de nos mots, notre musique, nos films, de notre art pour faire contrepoids. La culture est arme de construction massive."
Guylaine Maroist, cinéaste documentaire

Newroz 2017 et Journée contre la discrimination (ONU)

newroz_kurdes

Images d’archives kurdes internationales

Le 21 mars dès 19 heures à Laval, débutait la fête Kurde du Newroz (prononcer névrose !) dont l’origine se perd dans un passé nébuleux zoroastre saluant le printemps, sorte d’équivalent, avec le symbole du feu très présent, de la Saint-Jean Baptiste par laquelle les Québécois saluent l’été.

L’accueil immensément chaleureux voit les invités amenés à trois tables différentes (sur au moins soixante dressées, chacune avec au moins huit places) par de très fières hôtesses qui parlent un français impeccable. Leur maquillage rehausse le feu des regards noirs (voir photo d’archives) et leurs robes mettent en valeur leur taille élancée, avec un exubérant (hélas non illustré ici) mélange de couleurs vertes, rouges et blanches : elles ont pour but d’évoquer le drapeau du Kurdistan, proche de l’Italie et encore davantage de celui des Patriotes, le rouge étant en bande horizontale en haut, pour symboliser en priorité leur détermination inextinguible.

La présence d’une multitude de petits enfants jouant sans retenue au centre de l’immense salle et la gaîté des musiques entraînantes choisies ont vivement inspiré les discours de deux invités de marque à cette fête : la député de Taillon, madame Diane Lamarre, porte-parole de la Santé et tête de Turc (!) du ministre Barrette, et le maire de Laval, M. Marc Demers, dans leurs propos au nationalisme devenu lyrique dans ces très belles circonstances. Dimitri Roussopoulos en a profité pour demander à la député péquiste de bien vouloir relayer le souffle kurde à l’Assemblée nationale, comme on sait qu’Amir Khadir de Québec Solidaire le fera. Dimitri, tout juste de retour de Turquie, s’apprête à faire, jeudi le 23 mars, une conférence pro-kurde à l’Université Concordia et ensuite une série de conférences à Ottawa (3, 4 avril).

À nos tables, se pressaient les kurdes Rukan Eren et Burcu Emec en habits festifs, les militants du Réseau de solidarité kurde de Montréal Dimitri, Adèle Surprenant, Antoine Khalili, Michel Lambert (Alternatives), Nathan McDonnell, Mustapha Karakus, Édip Demirbilek et Irmak Taner (et j’en oublie, dont la première à nous accueillir qui remplit le rôle exigeant de maîtresse de cérémonie sur la scène…). La soirée se poursuivra par chants et danses énergiques tels qu’on les admirait en janvier dans notre description du film de madame Akyol [1].

L’après-midi des Artistes pour la Paix (Izabella Marengo, secrétaire et Pierre Jasmin, vice-président) avait débuté dans le Grand Hall de l’Hôtel-de-Ville de Montréal : le maire Denis Coderre très en forme y accueillait, à l’aide d’un vibrant discours de fraternité et de vivre-ensemble, la cérémonie traditionnelle du 21 mars marquant la Journée internationale pour l’élimination de la discrimination raciale (ONU).

Des discours inspirés, par Frantz Voltaire et madame Émilie Nicolas (lutte des Noirs), la chanson de John Lennon interprétée par un cantor juif, la présence de bénévoles militants de toutes races y compris l’union des Africains du Québec et amis solidaires d’Afrique, une publicité d’une page de nos amis de la Fondation Michaëlle-Jean qui appelle à la lutte contre le racisme (en rappelant sa belle initiative au Musée des Beaux-Arts de Montréal avec des artistes musulmanes [2]) , tous convient la population entière (y compris celles de Chicoutimi, Gatineau, Joliette, Québec et Trois-Rivières) à une semaine entière d’actions pour un nouvel humanisme et contre le racisme (rappelons la motion de la député libérale fédérale Iqra Khalid contre l’islamophobie).

Cette semaine d’actions culminera avec la marche du 26 mars qui partira du parc Émilie-Gamelin sous le thème rassembleur « L’ÉGALITÉ, C’EST NOTRE AFFAIRE À TOUS! ».

Car les Artistes pour la Paix, tout comme Will Prosper, refusent de vivre dans une société où :

  • un Traouré, Ben Saïd ou Sanchez est discriminé à l’embauche à cause de son nom
  • un immigrant racisé n’a pas un emploi à la hauteur de ses qualifications
  • un travailleur gagne cent fois moins que le président de la compagnie qui l’emploie
  • un Québécois noir ou autochtone est profilé par la police
  • des Québécoises portant un foulard se font agresser dans la rue
  • les mosquées ou les synagogues se font vandaliser
  • une personne transgenre se fait ridiculiser
  • une personne handicapée n’a pas l’accès à l’emploi
  • un pauvre risque de vivre dix ans de moins qu’un riche

Marchons pour ceux qui, à cause de leur différence, n’ont pas les mêmes chances !
www.facebook.com/corapprochement  


[1] http://www.artistespourlapaix.org/?p=12402

[2] http://www.artistespourlapaix.org/?p=12453

1 Commentaire

  1. Pierre Jasmin Pierre Jasmin
    24 mars 2017    

    Reçu cette lettre de Nathan McDonnell (23rd of March)
    « Here is a sample of a letter sent to-day to all members of the committees on international human rights and foreign affairs in both the Senate and the House of Commons. Cengo, co-chair of the Kurdish community in Ottawa, will follow up with these politicians with telephone calls early next week (Mon or Tues). If there is anyone else interested to help, please let me know.
    Today 23rd of March, there was an event at Concordia University with Dimitri and Aslihan speaking on Turkey and the Kurds. It was a big success.
    Thanks,
    Nathan McDonnell

    Here is our letter to;
    The Honourable Robert D. Nault, Chair of the Standing Committee on Foreign Affairs and International Development

    Dimitri Roussopoulos, a publisher, author, public speaker and community organiser, and I (as his assistant) have just returned from an international peace international delegation and fact finding mission in Turkey. This delegation was organised by the European Union Turkey Civic Commission (EUTCC) and visited both Diyarbakir and Istanbul. It attempted to urge a renewal of the peace process with the Kurdish people and also conducted a fact finding mission by meeting with local groups, both Turkish and Kurdish. The delegation was largely composed of European Union politicians (in particular from the European Parliament and the Council of Europe) as well as Iceland’s former Minister of Justice, academics, a journalist, a lawyer and two religious leaders. Please see the attachment below for the complete composition of the delegation.
    It was a very productive mission with numerous meetings with politicians, lawyers, journalists, academics, civil society activists, trade unions and religious groups. We also sought to meet with the imprisoned leader of the Kurdish freedom movement, Abdullah Öcalan, considered the ‘Kurdish Nelson Mandela’, as well as to urge his release from prison after eighteen years on the island fortress of Imrali Island. As in the case of South Africa and the release of Nelson Mandela from Robben Island, a peace process would not be effective if the recognised leader of the Kurds was absent from the negotiating table. Our request to the Turkish Ministry of Justice was ignored. In addition, we traveled to Edirne Prison to attempt to meet with Selahattin Demirtaş, the imprisoned co-leader of the Peoples’ Democratic Party (HDP) who is facing a jail sentence of 142 years; however, our request to meet him was denied. Mr. Demirtaş is one of thirteen HDP members of the Turkish Parliament who are still detained after being stripped of their parliamentary immunity.
    We are very concerned with the reports of gross human rights violations by the Turkish Government that we have learned from our meetings and from various reports. The government of President Erdogan is heavily engaged in the repression of civil society and the Kurdish movement. It is overturning the basic norms of parliamentary democracy, conducting mass dismissals of civil servants, banning civil society organisations, academia and the media, and effectively waging a war on the Kurds. Since the attempted military coup in July 2016, it has dismissed over a 130 000 civil servants and detained 47 000 people including judges, journalists, academics, teachers, unionists, activists and, most prominently, members of parliament. In the Kurdish majority south-east of Turkey, a year and a half of military curfews, sieges and heavy shelling of sixty urban neighbourhoods has displaced half a million people.
    Mr. Roussopoulos will be in Ottawa on April 3rd, 4th and 5th to fulfill speaking engagements at the University of Ottawa (Tuesday April 4th, 12-2pm, 75 avenue Laurier Est, Tabaret Hall, Senate room 083) and St Paul’s University (12:15, Wednesday April 5th, St. Paul’s university, Guigues Hall, 223 Main street, room G102). A talk at Carleton University is also probable. As you are the Chair of the Standing Committee on Foreign Affairs and International Development, Mr. Roussopoulos would like to use our presence in Ottawa as an opportunity to meet with you to recount the experience of the delegation and to explain our grave concerns about the human rights situation. It is likely that we would also be accompanied by a member of the Canadian-Kurdish community in Ottawa. At the moment, Mr. Roussopoulos’ schedule is free April 3rd (all day), April 4th (only the morning) of April 4th and April 5th (morning and afternoon after 2pm).

    We would be please to present to you, and explain the context of, the recently published 27 pages final report of the delegation. During such a presentation, we would be pleased to answer any questions you may have. I have attached the press release from the delegation (in English and French), our itinerary and the biographies of the participants in the delegation.
    We hope to hear from you soon.
    Sincerely,
    Nathan McDonnell on behalf of Dimitri Roussopoulos
    Cengo Heval, co-chair of the Kurdish Community of Ottawa
    Aslihan Ozturk, co-chair of la Fondation kurde du Québec (Montréal)

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*

code

Nos actions récentes

5 août : Vigile commemorative pour Hiroshima au Jardin botanique de Montréal.
17 juin : Manifestation contre les armes nucléaires, Montréal.
17 juin : Rassemblement de soutien aux réfugiés, Montréal.
27 mai : Marche pour l’humanité et la prévention des génocides, Montréal.
13 mai : Les APLP participent à la fondation du Rassemblement Québécois pour la Paix.
13 mai : Allocution de Pierre Jasmin lors de l'événement Cuisine ta ville.
9 avril : Présence à la manifestation pour la paix en Syrie à Montréal.
21 janvier : Manifestation au rassemblement pour les droits des femmes à la Place des Arts.
21 décembre : Lettre au premier ministre Trudeau sur le vote à l'ONU et le désarmement.
26 novembre : Lettre au premier ministre Couillard pour une enquête systémique sur les pratiques policières.
26 novembre : Déclaration de paix au premier ministre Trudeau avec démission suggérée de son ministre de la Défense.
26 novembre : Lettre au ministre Dion sur l'OTAN, le TCA et les armes nucléaires.
11 novembre : Manifestation avec la coalition Échec à la guerre, Montréal.
2 novembre : Lettre collective au ministre Dion, avec le Réseau canadien pour l'abolition de l'arme nucléaire.

Voir toutes nos lettres aux élus »

Remontez dans le temps »

Recherche par sujets