Evénements du mois

Nouveau et intéressant





Je suis APLP parce que…

"La paix est sacrée. C’est pour ça qu’on dit : Sacré-moi la paix !"
Yvon Deschamps, humoriste retraité
"Les mots de Louise Warren sur le dessaisissement et sur l’intensité préalable à la création me conduisent à Mozart et à Beethoven, à ma fille et à mon fils : je leur souhaite la paix… et travaille tous les jours à ce que ce vœu se réalise !"
Pierre Jasmin, pianiste, v-p. des Artistes pour la Paix et membre de l'exécutif de Pugwash Canada
"Je crois que les arts peuvent faire progresser la société et les humains en général."
Louise Morand, musicienne
"ChacunE, quel que soit son milieu d’appar-tenance et ses talents, peut et doit apporter sa petite pierre à la construction de la Paix (qui est tellement plus que l’absence de guerre ou de conflit armé)."
Dominique Boisvert, écrivain d'essais
"La paix est loin d’être acquise. Avec l’explosion de l’industrie militaire dans le monde, on aura besoin de nos mots, notre musique, nos films, de notre art pour faire contrepoids. La culture est arme de construction massive."
Guylaine Maroist, cinéaste documentaire

Tout l’art du monde

Chagall, lumière et musique, au MBAM

chagall_1

L’exposition Marc Chagall au MBAM a tout pour éblouir : œuvres majeures d’un des peintres phares du XXe siècle, regard évocateur sur l’ampleur de son parcours, et thème synesthésique illustré avec éloquence. De sa jeunesse à son grand âge, Chagall a embrassé tous les arts dans une approche poétique du geste pictural. Son autobiographie récemment rééditée d’après la version originale en yiddish révèle un appétit égal pour le chant, le violon et la danse.

Fidèle toute sa vie à cet esprit d’ouverture, Chagall a multiplié comme concepteur de décors et costumes les collaborations internationales avec compositeurs, chorégraphes et dramaturges d’envergure (notamment Igor Stravinsky, Serge Diaghilev, Roland Petit, Alexandre Granovski) tout en produisant une œuvre individuelle colossale. Le célèbre plafond de l’Opéra Garnier a d’ailleurs droit à une salle où les visiteurs peuvent s’étendre sous une projection commentée de l’immense fresque dévoilée en 1964 par Chagall et André Malraux. Le peintre alors âgé de 77 ans n’avait reçu aucun salaire pour cette œuvre, mais avait été assisté par trois collègues : Roland Bierge, Jules Paschal et Paul Versteeg.

Au fil de ses travaux pour la scène, sa femme Bella (née Rosenfeld) et leur fille Ida ont collaboré à de nombreux projets, comme ses petites-filles Meret et Bella Meyer continuent de le faire pour la postérité. Elles ont contribué à la campagne médiatique de l’expo montréalaise, témoignant du riche imaginaire de leur grand-père. L’éventail de ses expériences et leur profondeur humaniste donnent l’impression de contempler tout l’art du monde.

 

2 Commentaires

  1. Pierre JASMIN Pierre JASMIN
    7 février 2017    

    En 1973 à Los Angeles, nous avions longuement échangé nos impressions favorables, ma professeure et moi alors que je venais de me procurer un énorme livre d’art laissant admirer les œuvres du maître. Ma professeure s’appelait Rosina Lhevinne, co-fondatrice de l’école Juilliard avec son mari Joseph, juive et artiste ardente, tout comme Chagall son cadet de sept ans (elle née en 1880, lui en 1887) qu’elle admirait. Merci, Jean-François pour cet article qui nous incite à nous précipiter au musée des Beaux-Arts de Montréal.

  2. judi Richards judi Richards
    7 février 2017    

    Ça prend souvent les enfants ou petits enfants de nos géants pour promouvoir ou garder dans l’esprit les oeuvres importantes. Une fois à Montréal je vais aller faire un tour voir cette exposition de Marc Chagall au MBAM qui semble éblouir !
    Merci Jean-François !
    judi

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*

code

Nos actions récentes

21 janvier : Manifestation au rassemblement pour les droits des femmes à la Place des Arts.
21 décembre : Lettre au premier ministre Trudeau sur le vote à l'ONU et le désarmement.
26 novembre : Lettre au premier ministre Couillard pour une enquête systémique sur les pratiques policières.
26 novembre : Déclaration de paix au premier ministre Trudeau avec démission suggérée de son ministre de la Défense.
26 novembre : Lettre au ministre Dion sur l'OTAN, le TCA et les armes nucléaires.
11 novembre : Manifestation avec la coalition Échec à la guerre, Montréal.
2 novembre : Lettre collective au ministre Dion, avec le Réseau canadien pour l'abolition de l'arme nucléaire.
14 octobre : Lettre au ministre Carr sur les centrales nucléaires.
21 septembre : Conférence de presse devant le bureau de J. Trudeau sur la situation Kurde.
20 septembre : Lettre à Stéphane Dion sur les Kurdes, les bombes nucléaires et l'exportation d'armes canadiennes.
18 septembre : Conférence de presse du Front Commun pour la transition énergétique, contre la loi 106.

Voir toutes nos lettres aux élus »

Remontez dans le temps »

Recherche par sujets