Evénements du mois

Activités de nos membres







Je suis APLP parce que…

"C'est la paix et la justice pour tous que chacun d'entre nous souhaite et recherche. Contribuons à construire un monde meilleur, avec notre talent, quel qu'il soit !"
Camille Pelletier Antaya, membre du CA des APLP
"Parce que la paix est toujours à faire, en nous comme avec les autres, et que c’est par l’art que c’est le plus merveilleux de la promouvoir, de la défendre, de la fêter !"
domlebo, auteur-compositeur-interprète
"La paix est sacrée. C’est pour ça qu’on dit : Sacré-moi la paix !"
Yvon Deschamps, humoriste retraité
"Les mots de Louise Warren sur le dessaisissement et sur l’intensité préalable à la création me conduisent à Mozart et à Beethoven, à ma fille et à mon fils : je leur souhaite la paix… et travaille tous les jours à ce que ce vœu se réalise !"
Pierre Jasmin, pianiste, membre de l'exécutif de Pugwash Canada
"ChacunE, quel que soit son milieu d’appar-tenance et ses talents, peut et doit apporter sa petite pierre à la construction de la Paix (qui est tellement plus que l’absence de guerre ou de conflit armé)."
Dominique Boisvert, écrivain d'essais
"La paix est loin d’être acquise. Avec l’explosion de l’industrie militaire dans le monde, on aura besoin de nos mots, notre musique, nos films, de notre art pour faire contrepoids. La culture est arme de construction massive."
Guylaine Maroist, cinéaste documentaire

Alanis Obomsawin et Anaïs Barbeau-Lavalette honorées

hi-obomsawin-cp-775627

Alanis Obomsawin. Photo : CBC

La cinéaste abénaquise Alanis Obomsawin, récipiendaire de l’hommage des APLP pour l’ensemble de sa carrière en février 2015, s’est vue honorée du prix Albert-Tessier dans le cadre des Prix du Québec.

Les événements de Restigouche, Richard Cardinal : le cri d’un enfant métis, Kanesatake : 270 ans de résistance (film couronné par 18 prix internationaux), Le peuple de la rivière Kattawapiskak et Hi-Ho Mistahey : ce ne sont là que quelques illustrations d’une œuvre riche de 49 ans de rencontres humaines, d’images saisissantes et de témoignages profondément touchants. Inspirée par la tradition orale des Premières Nations, Alanis Obomsawin enregistre d’abord la voix des gens durant de longues heures avant de sortir la caméra. « J’ai beaucoup de respect pour la parole qui dicte la vraie histoire. Je peux ainsi mieux comprendre et savoir comment je vais réaliser mon film. »

Toute sa vie, la cinéaste prolifique et mondialement reconnue a travaillé en cohérence avec ses convictions et ses valeurs. Elle a mené sa démarche avec détermination, force, espoir et honnêteté pour montrer aux gens que tout est possible.

Parmi les lauréats précédents, citons Martin Duckworth, APLP de l’année 2002.

anais_barbeau_lavalette_1

Anaïs Barbeau-Lavalette. Photo : QMI

Auteure du roman La femme qui fuit, Anaïs Barbeau-Lavalette, APLP de l’année 2012, a remporté le Grand prix du livre de Montréal, remis annuellement à un auteur ou à des coauteurs d’œuvres de langue française ou anglaise pour le caractère d’exception et l’originalité de leur oeuvre.

Déjà récompensé du Prix littéraire France-Québec en octobre dernier, La femme qui fuit s’intéresse à la grand-mère de l’auteure – Suzanne Meloche -, aux côtés de Barbeau, Borduas, Gauvreau et Riopelle, qui ont signé le manifeste du «Refus global» en 1948.

Aucun commentaire jusqu'à présent.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*

code

La boutique virtuelle APLP



Nos actions récentes

2 juin 2019 : Vernissage de la Biennale Les créateurs de Paix 2019.
16 mai 2019 : Lettre ouverte du CNANW au Premier ministre Trudeau.
14 mai 2019 : 3e Rencontre des Ambassadeurs de la non-violence.
12 mai 2019 : Concert Fête des mères contre la guerre.
10 mai 2019 : Participation à Cuisine ta ville avec ATSA.
23 avril 2019 : Remise des Prix APLP 2019 à Montréal.
28 janvier 2019 : Lettre à Justin Trudeau et Chrystia Freeland sur le Venezuela.
Voir toutes nos lettres aux élus »

Remontez dans le temps »

Recherche par sujets