Evénements du mois

Activités de nos membres







Je suis APLP parce que…

"C'est la paix et la justice pour tous que chacun d'entre nous souhaite et recherche. Contribuons à construire un monde meilleur, avec notre talent, quel qu'il soit !"
Camille Pelletier Antaya, membre du CA des APLP
"Parce que la paix est toujours à faire, en nous comme avec les autres, et que c’est par l’art que c’est le plus merveilleux de la promouvoir, de la défendre, de la fêter !"
domlebo, auteur-compositeur-interprète
"La paix est sacrée. C’est pour ça qu’on dit : Sacré-moi la paix !"
Yvon Deschamps, humoriste retraité
"Les mots de Louise Warren sur le dessaisissement et sur l’intensité préalable à la création me conduisent à Mozart et à Beethoven, à ma fille et à mon fils : je leur souhaite la paix… et travaille tous les jours à ce que ce vœu se réalise !"
Pierre Jasmin, pianiste, membre de l'exécutif de Pugwash Canada
"ChacunE, quel que soit son milieu d’appar-tenance et ses talents, peut et doit apporter sa petite pierre à la construction de la Paix (qui est tellement plus que l’absence de guerre ou de conflit armé)."
Dominique Boisvert, écrivain d'essais
"La paix est loin d’être acquise. Avec l’explosion de l’industrie militaire dans le monde, on aura besoin de nos mots, notre musique, nos films, de notre art pour faire contrepoids. La culture est arme de construction massive."
Guylaine Maroist, cinéaste documentaire

Voici venir les robots

bomb-robot

ÀDallas, la police a converti un robot-démineur en robot-tueur pour venir à bout de l’homme responsable du carnage que l’on sait, un vétéran des campagnes en Afghanistan. Ceci soulève plusieurs questions d’ordre éthique et juridique. La démarche est symptomatique de la militarisation croissante des forces policières, qui importent des tactiques et du matériel de combat dans leurs interventions.

On est en droit de se demander pourquoi la police a envoyé ce drone à chenilles faire exploser une bombe à proximité du suspect, sachant que celui-ci était coincé dans un stationnement et qu’il prétendait avoir placé des bombes « un peu partout ». En l’éliminant, les policiers mettaient fin à la crise sans pouvoir savoir s’il y avait effectivement des bombes. Du point de vue juridique, tuer le suspect le privait de son droit constitutionnel à ce que les Américains appellent « due process », le droit d’être jugé impartialement. Ce qui amène la question d’éthique : cette situation extrême justifiait-elle l’exécution par robot-tueur ?

Dans le contexte tendu des relations entre le public et les polices, on s’attendrait à ce que celles-ci mettent l’accent sur des tactiques à caractère plus humain. L’usage de matériel offensif robotisé les entraîne dans la direction opposée.

La militarisation de la police découle de la robotisation des armées. Depuis 2008, les attaques de drones volants contre des cibles « terroristes » en Afghanistan et en Irak sont considérées comme normales et moralement défendables, en dépit du bilan effroyable des dommages collatéraux. Ces attaques ont pour résultat de tuer des cibles, au lieu de les arrêter. On note également que des drones à chenille offensifs sont utilisés par les troupes américaines en Irak depuis un certain temps, alors que l’incident de Dallas représente une première en matière de police domestique.

Selon Marjorie Cohn, professeur émérite à la Thomas Jefferson School of Law, le droit au due process est non seulement inscrit dans la Constitution américaine, mais est enchâssé dans la Convention internationale sur les Droits civils et politiques, ratifiée par les États-Unis, ce qui lui donne force de loi : « La police ne peut pas utiliser la force létale s’il n’y a pas de danger immédiat de mort ou de blessure très grave envers eux ou d’autres personnes. Si le suspect s’était retranché dans le garage et qu’il ne représentait pas de danger immédiat, la police aurait du attendre, l’arrêter et le traduire en justice ».

On assiste donc à des situations similaires : d’un côté, l’usage de drones dans d’autres pays, pour tuer des cibles au lieu de les arrêter ; de l’autre, du matériel militaire entre les mains de la police locale, qui leur permet d’oublier que leur mission – parfois difficile à accepter – prévoit de limiter le plus possible le recours à la force, en justifiant un choix éthique par un prétexte technologique.

Il est préoccupant de penser que ce phénomène va prendre de l’ampleur au fur et à mesure que la technologie se raffine, jusqu’à devenir publiquement acceptable, tout comme les drones en Irak. La militarisation des forces policières ne les transformera-t-elle pas en une armée intérieure au service de pouvoirs dont la justice sociale n’est pas la première préoccupation ? Verra-t-on apparaître le concept de dommages collatéraux dans les opérations policières ? Certaines séries télévisées américaines qui glorifient les abus de pouvoirs policiers sous couvert d’héroïsme sont déjà rendues là, mais il s’agit en principe de fiction. À suivre…

2 Commentaires

  1. Jacques Dupont Jacques Dupont
    12 juillet 2016    

    Le jour – pas si loin – ou d’autres pays ou groupes commenceront la même pratique, là les États-Unis la remettront en question.

  2. Pierre Viau Pierre Viau
    13 juillet 2016    

    Deviendrons-nous des robots conditionnés et de froideur métallique? S*il y a un gros NON à dire, c*est maintenant!

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*

code

La boutique virtuelle APLP



Nos actions récentes

2 juin 2019 : Vernissage de la Biennale Les créateurs de Paix 2019.
16 mai 2019 : Lettre ouverte du CNANW au Premier ministre Trudeau.
14 mai 2019 : 3e Rencontre des Ambassadeurs de la non-violence.
12 mai 2019 : Concert Fête des mères contre la guerre.
10 mai 2019 : Participation à Cuisine ta ville avec ATSA.
23 avril 2019 : Remise des Prix APLP 2019 à Montréal.
28 janvier 2019 : Lettre à Justin Trudeau et Chrystia Freeland sur le Venezuela.
Voir toutes nos lettres aux élus »

Remontez dans le temps »

Recherche par sujets