Evénements du mois

Activités de nos membres

Je suis APLP parce que…

"C'est la paix et la justice pour tous que chacun d'entre nous souhaite et recherche. Contribuons à construire un monde meilleur, avec notre talent, quel qu'il soit !"
Camille Pelletier Antaya, membre des APLP
"Parce que la paix est toujours à faire, en nous comme avec les autres, et que c’est par l’art que c’est le plus merveilleux de la promouvoir, de la défendre, de la fêter !"
domlebo, auteur-compositeur-interprète
"Les mots de Louise Warren sur le dessaisissement et sur l’intensité préalable à la création me conduisent à Mozart et à Beethoven, à ma fille et à mon fils : je leur souhaite la paix… et travaille tous les jours à ce que ce vœu se réalise !"
Pierre Jasmin, pianiste, membre de l'exécutif de Pugwash Canada
"ChacunE, quel que soit son milieu d’appar-tenance et ses talents, peut et doit apporter sa petite pierre à la construction de la Paix (qui est tellement plus que l’absence de guerre ou de conflit armé)."
Dominique Boisvert, écrivain d'essais
"La paix est loin d’être acquise. Avec l’explosion de l’industrie militaire dans le monde, on aura besoin de nos mots, notre musique, nos films, de notre art pour faire contrepoids. La culture est arme de construction massive."
Guylaine Maroist, cinéaste documentaire

Articles par Christian Morin

Qui assure TransMountain ?

enbridge-pipeline

Le réseau Rainforest Action a découvert ce document qui énumère les certificats d’assurance détenus par TransMountain Corporation, l’entité propriété du gouvernement fédéral qui possède et gère le pipeline du même nom. Pourquoi un pipeline a-t-il besoin d’une assurance ? Parce que les risques environnementaux sont énormes. Il est intéressant d’apprendre qui, dans le monde de l’assurance et ré-assurance, juge que TransMountain est un risque viable et une potentielle source de bénéfices.

Plus

Tous les essais nucléaires depuis 1945

cea-essai-nucléaire-français-dans-latoll-de-mururoa-polynésie-française

L’artiste japonais Isao Hashimoto nous résume en 14 minutes l’histoire complète des explosions nucléaires sur la planéte entre 1945 et 1998. Il y en a eu 2053, dont 1030 étaient des tests effectués par les États-Unis.

Plus

Record de ventes d’armes à l’Arabie Saoudite

Ceci est une Jeep...

Selon le Globe & Mail, 2019 aura été l’année des records pour la vente de matériel militaire à l’Arabie Saoudite, en dépit du moratoire imposé sur de nouvelles transactions. Les exportations pour 2019 se chiffrent à 3 milliards de $ CAN. Il s’agit principalement de blindés légers – les fameuses « Jeep » dont la valeur totalise 14,8 milliards de $. Il semble que le moratoire, qui boque l’obtention de nouveaux permis d’exportation d’armes, n’affecte pas les ententes conclues par le passé.

Plus

Pendant ce temps, au large du Venezuela

navire-us

Sous prétexte d’affermir la lutte anti-drogue, le président Trump a envoyé plusieurs navires de guerre dans la mer des Caraïbes. « Nous déployons des destroyers, des navires de combat, des avions et des hélicoptères, des navires de la Garde côtière, des forces spéciales; nous doublons notre présence dans la région. Nous ne pouvons pas laisser les narco-terroristes profiter de la pandémie au détriment de vies américaines ».

Plus

Patinage artistique sous couvert de virus

patinage

Le Championnat du monde de patinage artistique qui devait avoir lieu en mars a été annulé. Mais qu’à cela ne tienne, la crise du coronavirus nous offre de nombreuses occasions d’observer les dirigeants de la planète rivaliser de créativité dans des figures aussi acrobatiques que prévisibles.

Plus

Le retour des bombes atomiques tactiques et des mines antipersonnel

uss_tennessee

La Federation of American Scientists a révélé aujourd’hui que la marine U.S. a équippé un sous-marin des nouvelles ogives nucléaires W76-2. Il s’agit de l’USS Tennessee qui aurait amorcé sa mission de patrouille en Atlantique le mois dernier. Ce bâtiment devient le premier à compter dans son arsenal ces nouvelles ogives « low-yield ».

Plus

Culture autochtone : le Quetchua

quetchua

Le Quetchua est la langue autochtone la plus parlée en Amérique du Sud. On estime de 8 à 10 millions le nombre de personnes qui la parlent quotidiennement. Le Quetchua était la langue en usage dans l’empire Inca, qui comprenait la Colombie, la Bolivie, une partie de l’Équateur, le Pérou et la partie nord de l’Argentine. On l’appelle aussi Runa Simi (la langue du peuple).

Plus

COP25 : paradoxes et contradictions

cop25_annabelle_2_wecf

Ça discute ferme à la COP25, mais pas forcément des sujets chauds auxquels on s’attendrait : les délégués se concentrent sur les règles de l’application de l’Accord de Paris de 2015. Quant aux engagements concrets, ils seront à l’ordre du jour de la réunion de l’an prochain à Glasgow.

Plus

Le Sommet du 70e : un coup d’épée dans l’OTAN

trump_direction_2

Le party est terminé; les chefs de l’OTAN sont retournés à la maison et plusieurs se demandent pourquoi ils se sont rendus à Watford – tant qu’à s’envoyer des vacheries, autant le faire par téléphone ou par presse interposée. Tout a commencé avant le Sommet, quand Emmanuel Macron a déclaré l’OTAN “en état de mort cérébrale”.

Plus

Canada et Bolivie, la suite

Bolivian-minters-battle-police

Le président Evo Morales a tenté, depuis 2006, de remodeler le rapport entre la Bolivie et ses ressources naturelles. Il voulait que les revenus profitent au peuple et non aux transnationales minières, comme ce fut historiquement le cas au siècle dernier – la Bolivie a subit plusieurs coups d’état militaires, toujours au profit de ces minières.

Plus

Mise à jour : JCPOA et OTAN

fordow-fuel-enrichment-plant

Lors de la campagne électorale fédérale de 2019, les APLP ont soumis une série de questions aux chefs des partis politiques sur les armes nucléaires, les traités qui les contrôlent, et l’OTAN. Ces jours derniers, plusieurs événements sont venus modifier le paysage et il est important de mettre à jour ce qu’on peut appeler le contexte atomique.

Plus

Pourquoi ça brasse à La Paz

bolivie_manifs

Avec le précieux concours d’André Jacob et Bill SLoan.
Le président de la Bolivie, M. Evo Morales, s’est fait réélire pour un quatrième mandat lors d’une élection qui suscite une certaine controverse. Son opposant, Carlos Mesa, qui a emporté 36,51% des suffrages, a crié à la fraude électorale. M. Morales a recueilli 47,07% des votes, soit une marge suffisante pour qu’un second tour ne soit pas nécessaire.

Plus

Nos actions récentes

20 mai 2020 : Lettre ouverte - le Canada ne mérite pas de siège au Conseil de sécurité.
13 avril 2020 : Lettre à Justin Trudeau : Levons les sanctions !
10 avril 2020 : Lettre du Groupe des 78 : Habileté diplomatique requise pour une intervention urgente
7 avril 2020 : Lettre au Premier ministre Trudeau sur NUMISMA
18 février 2020 : Lettre au Premier ministre sur Wet'suwet'en.
27 janvier 2020 : Message au Premier ministre sur les déchets nucléaires.
25 janvier 2020 : Manifestation Non à la guerre contre l'Iran.
Voir toutes nos lettres aux élus »

Remontez dans le temps »

Recherche par sujets