Evénements du mois

Activités de nos membres









Je suis APLP parce que…

"Je suis artiste pour la paix parce que quand je me monte sur scene, j'ai l'impression de faire la paix avec mon âme et celle du public. Je me retrouve là, en lieu sûr, pour explorer les forces et les failles de nos coeurs, sans danger, sans jugement ni discrimination pour célébrer la beauté de l'humanité. Et si la vie était toujours ainsi ?"
Paule Tremblay, autrice-compositrice-interprete
"C'est la paix et la justice pour tous que chacun d'entre nous souhaite et recherche. Contribuons à construire un monde meilleur, avec notre talent, quel qu'il soit !"
Camille Pelletier Antaya, membre des APLP
"Parce que la paix est toujours à faire, en nous comme avec les autres, et que c’est par l’art que c’est le plus merveilleux de la promouvoir, de la défendre, de la fêter !"
domlebo, auteur-compositeur-interprète
"Les mots de Louise Warren sur le dessaisissement et sur l’intensité préalable à la création me conduisent à Mozart et à Beethoven, à ma fille et à mon fils : je leur souhaite la paix… et travaille tous les jours à ce que ce vœu se réalise !"
Pierre Jasmin, pianiste, membre de l'exécutif de Pugwash Canada
"La paix est loin d’être acquise. Avec l’explosion de l’industrie militaire dans le monde, on aura besoin de nos mots, notre musique, nos films, de notre art pour faire contrepoids. La culture est arme de construction massive."
Guylaine Maroist, cinéaste documentaire
"Je suis artiste pour la paix... Sans la paix, pas d'avenir pour la planète. Contribuer à bâtir une culture de la paix me semble un devoir."
André Jacob, auteur et artiste-peintre, APLP honoraire
"Je suis artiste pour la paix parce que la paix justifie l'espoir ."
Denis Carrier, auteur

27 février : Les Artistes pour la Paix espèrent une entente de paix

poutine-zelensky

Les deux Vladimir, Poutine et Zelensky

La nouvelle qui a provoqué notre espoir

Comme presque tous les médias occidentaux interchangeables, Radio-Canada véhiculait hier la propagande d’une fiction romancée selon laquelle « l’Ukraine résistait en stoppant l’avancée des blindés et avions russes grâce à un effort héroïque du peuple à qui il fallait envoyer des armes ». Répétées en boucle, des images approuvées par le Pentagone [1] montraient des adolescents préparant des cocktails molotov, une jeune députée blonde (pas de vieux députés ventripotents svp !) armée d’un fusil et des gamins courant autour de tanks, avec des commentaires affirmant mensongèrement que la Russie avait été stoppée militairement dans sa volonté d’occuper Kiev.

À la lecture de nos articles des derniers jours, nos membres ont plutôt constaté qu’il s’agissait plutôt d’un chantage guerrier malavisé lancé par M. Poutine que nous avons immédiatement condamné, quoique nous ayons vite constaté que l’expédition russe se limitait à des objectifs militaires (avec bavures) afin de contraindre l’Ukraine d’accepter un ultimatum que nos médias ont refusé de mentionner. Surréaliste censure provoquant l’ébahissement des speakerines de ce matin confrontées à l’adresse à la nation du président ukrainien, reproduite sans censure, qui déclarait « refuser de se rendre en Biélorussie pour signer un Minsk 3 ». De qu’ossé ?

Puis quelques minutes plus tard, l’ouverture miraculeuse que le président Poutine a accepté de prendre au bond en organisant, à l’aide du président Loukachenko, un sommet qui aura bel et bien lieu en Ukraine, mais à la frontière de la Biélorussie à côté de Tchernobyl (sinistre et macabre allégorie de l’éventuel chantage à l’arme nucléaire brandi plus tard dans la journée par le président Poutine), l’objectif positif demeurant néanmoins que Zelensky signe un engagement à ne pas joindre l’OTAN et à garder l’Ukraine libre et indépendante (voir la déclaration Pugwash pour les modalités possibles [2]).

Les diverses conséquences des guerres

M. Poutine n’est hélas pas le premier homme d’état moderne à croire que la guerre peut amener la paix : c’est le cas de tous les pays membres de l’organisation militariste qui s’appelle l’OTAN, dont on a constaté l’impuissance. Ç’avait pourtant marché pour les Russes en Tchétchénie, sans que les Occidentaux s’objectent à un massacre assimilable à ce qui se passe actuellement au Yémen : pas de pitié pour les petits hommes « bruns » qui, tels les Irakiens agressés en 2003 par Blair et Bush dans une guerre dénoncée par l’ONU et le Canada de Jean Chrétien, avaient subi plus que MILLE FOIS PLUS de morts que la présente occupation militaire russe (selon les chiffres actuels de l’ONU). Qui à part les pacifistes avaient protesté ? Pas grand monde. Il faut dire que les Irakiens, comme plus tard les Syriens, Libyens et Afghans ne possédaient pas de célèbres joueurs de hockey ou de tennis, ni de banquiers oligarques pétroliers, ni de chefs d’orchestres ou de pianistes illustres comme l’humaniste Valéry Guerguiev et Denis Matsuev sur lesquels déchaîner les médias et les réseaux sociaux pour entretenir l’indignation contre la guerre, avec pour carburant la haine de gens célèbres (alors que la détestation de la guerre chez Raymond Lévesque et John Lennon procédait de l’amour).

Radio-Canada « sanctifiait hier la Pologne » pour son accueil généreux de plus de 200 000 réfugiés ukrainiens. Admirable en effet, mais peut-on remarquer, sans nous faire accuser de cynisme, qu’il y a deux mois, ce pays au gouvernement d’extrême-droite était prêt à dépenser 100 millions de $ pour construire un mur à la frontière de la Biélorussie pour empêcher deux ou trois centaines de réfugiés afghans « bruns » d’accéder à leur « blanc » pays ? Pouvons-nous aujourd’hui suggérer que parmi les « blonds » Ukrainiens en exil, la Pologne distingue les centaines (ou même milliers ?) de Nazis fuyant l’invasion russe qui les visait spécifiquement et qu’elle les loge (en les nourrissant convenablement) au Konzentrationslager d’Auschwitz sis à une cinquantaine de kilomètres à l’ouest de Cracovie, sur le territoire des localités d’Oświęcim et de Brzezinka ? On les soumettrait à de simples leçons d’histoire pour effacer leurs préjugés d’extrême-droite. Tiens ! Pourquoi le Canada n’y enverrait-il pas la dizaine de camionneurs extrémistes de droite qui ont paralysé Ottawa pendant un mois ?

NB Nous sommes tous deux grands amateurs des diverses émissions, séries et films montrés à la télévision de Radio-Canada et nous pouvons passer la journée de dimanche à admirer sa radio avec entre autres l’émission de Michel Desautels…


[1] http://www.artistespourlapaix.org/?p=18492 Médias : le multiplicateur de propagande

[2] http://www.artistespourlapaix.org/?p=21744 Déclaration de Pugwash dont Pierre est membre depuis 2004

2 Commentaires

  1. 2 mars 2022    

    Votre commentaire explicite bien les dimensions critiques de l’accueil des immigrant.e.s en Pologne et celles de la couverture honteusement complaisante voire élogieuse à l’égard de la propagande de l’OTAN..

  2. Pierre Jasmin Pierre Jasmin
    3 mars 2022    

    Infos confirmant une partie controversée de notre article
    DES PERSONNES DE COULEUR FUYANT L’UKRAINE ATTAQUÉES PAR DES NATIONALISTES POLONAIS Par Lorenzo Tondo – Emmanuel Akinwotu (*) – The Guardian

    Les réfugiés non blancs sont confrontés à la violence et aux abus racistes à Przemyśl, alors que la police met en garde contre de faux rapports faisant état de « migrants commettant des crimes »
    Des femmes d’Afrique du Sud et de Zambie, qui étudiaient la médecine à Kiev, au poste frontière de Medyka en Pologne. De nombreux étudiants de pays africains fuyant l’Ukraine se sont vu refuser le droit de traverser pour se mettre en sécurité.
    La police polonaise a averti que de faux rapports faisant état de crimes violents commis par des personnes fuyant l’Ukraine circulent sur les réseaux sociaux après que des nationalistes polonais ont attaqué et maltraité des groupes d’Africains, d’Asie du Sud et du Moyen-Orient qui avaient traversé la frontière la nuit dernière.
    Des assaillants vêtus de noir ont recherché des groupes de réfugiés non blancs, principalement des étudiants qui venaient d’arriver en Pologne à la gare de Przemyśl en provenance de villes ukrainiennes après l’invasion russe. Selon la police, trois Indiens ont été tabassés par un groupe de cinq hommes, laissant l’un d’eux hospitalisé.
    « Vers 19 heures, ces hommes ont commencé à crier et à hurler contre des groupes de réfugiés africains et moyen-orientaux qui se trouvaient à l’extérieur de la gare », ont déclaré au Guardian deux journalistes polonais de l’agence de presse OKO, qui ont d’abord rapporté l’incident. « Ils leur ont crié : ‘Retournez à la gare ! Retournez dans votre pays.’
    La police est intervenue et des agents anti-émeute ont été déployés après l’arrivée de groupes d’hommes scandant « Przemyśl toujours polonais ».
    « J’étais avec mes amis, en train d’acheter quelque chose à manger à l’extérieur », a déclaré Sara, 22 ans, d’Egypte, étudiante en Ukraine. « Ces hommes sont venus et ont commencé à harceler un groupe d’hommes du Nigeria . Ils ne laisseraient pas un garçon africain entrer dans un endroit pour manger de la nourriture. Puis ils sont venus vers nous et ont crié : « Retournez dans votre pays ».
    À la suite de l’incident, la police polonaise a averti que des groupes liés à l’extrême droite diffusaient déjà de fausses informations sur des crimes présumés commis par des personnes d’Afrique et du Moyen-Orient fuyant la guerre en Ukraine. La police de Przemyśl a déclaré sur Twitter : « Dans les médias, il y a de fausses informations selon lesquelles des crimes graves ont eu lieu à Przemyśl et à la frontière : cambriolages, agressions et viols. Ce n’est pas vrai. La police n’a pas enregistré d’augmentation du nombre de délits liés à la situation à la frontière. #StopFakeNews.

    Selon le site d’information Notes From Poland, un groupe Facebook, nommé Przemyśl Always Polish (Przemyśl Zawsze Polski), a répandu de fausses allégations selon lesquelles des « migrants économiques du Moyen-Orient » commettaient des crimes, « y compris une attaque au couteau contre une jeune femme ». et de nombreux vols dans les magasins ».

    Les attaques contre des personnes fuyant la guerre surviennent au milieu des efforts déployés par certains gouvernements africains pour évacuer leurs citoyens qui sont passés dans des pays limitrophes de l’Ukraine après des informations faisant état d’abus racistes et de discrimination.
    Mercredi, le ministère nigérian des Affaires étrangères a annoncé qu’il prévoyait de commencer à transporter par avion plus de 1 000 Nigérians bloqués dans les pays voisins de l’Ukraine.
    De nombreux ressortissants étrangers fuyant les attaques russes sont des étudiants. Environ 16 000 étudiants africains étudiaient dans le pays avant l’invasion, a déclaré cette semaine l’ambassadeur d’Ukraine en Afrique du Sud .
    Des reportages et des images diffusés sur les réseaux sociaux au cours de la semaine dernière ont montré des actes de discrimination et de violence contre des citoyens africains, sud-asiatiques et caribéens alors qu’ils fuyaient les villes ukrainiennes et à certains postes frontières du pays. Dans une interview avec le Guardian, une étudiante en médecine de 24 ans originaire du Kenya, qui ne voulait pas être nommée, a déclaré qu’elle avait passé des heures à attendre que les gardes-frontières ukrainiens la laissent entrer en Pologne car ils donnaient la priorité aux ressortissants ukrainiens.
    Après avoir finalement traversé la frontière, elle est montée à bord d’un bus gratuit, organisé par une ONG, vers un hôtel près de Varsovie qui offrait la pension gratuite aux réfugiés ukrainiens. Mais l’hôtel a refusé de l’accueillir, elle et ses amis kenyans, même après qu’elle ait proposé de payer une chambre.
    Le président nigérian, Muhammadu Buhari, a déclaré lundi: « Tous ceux qui fuient une situation de conflit ont le même droit à un passage sûr en vertu de la convention de l’ONU et la couleur de leur passeport ou de leur peau ne devrait faire aucune différence », citant des informations selon lesquelles la police ukrainienne avait gêné les Nigérians.
    « D’après des preuves vidéo, des rapports de première main et des personnes en contact avec … des responsables consulaires nigérians, il y a eu des rapports malheureux de la police ukrainienne et du personnel de sécurité refusant d’autoriser les Nigérians à monter à bord des bus et des trains en direction de la frontière entre l’Ukraine et la Pologne », a-t-il déclaré. mentionné.
    Mardi, le ministre ukrainien des Affaires étrangères, Dmytro Kuleba, reconnaissant les allégations, a déclaré : « Le gouvernement ukrainien ne ménage aucun effort pour résoudre le problème. Les Africains qui cherchent à être évacués sont nos amis et doivent avoir des chances égales de retourner dans leur pays d’origine en toute sécurité », a-t-il déclaré dans un communiqué sur Twitter. Le Ghana, l’Afrique du Sud et la Côte d’Ivoire font également partie d’un nombre croissant de pays africains qui cherchent à évacuer leurs citoyens en réponse à des informations faisant état de discrimination et de violence qui ont suscité une indignation généralisée.
    Certains gouvernements africains prévoient d’évacuer les citoyens qui sont passés dans les pays limitrophes de l’Ukraine après des informations faisant état d’abus racistes et de discrimination.
    Au Nigeria, Gabriel Aduda, secrétaire permanent du ministère des Affaires étrangères, a déclaré que trois jets affrétés par des transporteurs locaux quitteraient le pays mercredi, avec la capacité de ramener près de 1 300 personnes de Pologne, de Roumanie et de Hongrie.
    Les groupes de défense des droits ont salué les efforts de la Pologne pour aider, mais certains ont établi des comparaisons avec le traitement d’autres réfugiés de Syrie, d’Afghanistan et d’Irakiens kurdes dans le pays, où le gouvernement populiste de droite a souvent joué sur le sentiment anti-réfugiés. L’année dernière, après que le président biélorusse, Alexandre Loukachenko, a organisé le mouvement des réfugiés avec la promesse d’un passage sûr vers l’Europe, des milliers de personnes du Moyen-Orient ont été capturées par les gardes-frontières polonais dans les forêts près de la frontière et illégalement et violemment poussées retour en Biélorussie.
    * Lorenzo Tondo est un correspondant du Guardian couvrant l’Italie et la crise migratoire . Emmanuel Akinwotu est le correspondant Afrique de l’Ouest du Guardian.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*

code

Les APLP suggèrent…

Voici deux organisations humanitaires qui sont actives en Ukraine et dans les pays où les Ukrainiens se réfugient, sans être contrôlées ni par le gouvernement ukrainien ni bien sûr par la Russie.
Note : ces liens mènent directement aux sites web des organismes. Les dons ne transitent pas par les APLP.

Nos actions récentes

20 novembre 2022 : Lettre à la ministre Mélanie Joly : Négociez avec la Russie !
26 septembre 2022 : Événement Nourrir la paix à Rosemont.
17 septembre 2022 : Nettoyage du parc Lucia-Kowaluk pour le Journée internationale du nettoyage de la Terre.
28 juin 2022 : Lettre à la ministre des Affaires étrangères.
28 juin 2022 : Manifestation avec le Mouvement québécois pour la paix
8 mai 2022 : Manifestation Les mères au front à Québec..
5 avril 2022 : Les APLP endossent la lettre du Canada Peace Network contre les dépenses militaires.
27 mars 2022 : Lettre à l'ambassadeur des États-Unis à Ottawa.
26 mars 2022 : Manifestation avec Échec à la guerre contre la guerre en Ukraine et au Yémen.
23 mars 2022 : Lettre à l'ambassadeur de Russie à Ottawa.
23 février 2022 : Lettre à la ministre Joly sur l'Ukraine.
15 février 2022 : 33e cérémonie des Prix APLP.
21 décembre 2021 : Nos souhaits de paix 2022, lettre aux ministres fédéraux.
13 décembre 2021 : Lettre au premier ministre sur l'exportation d'armes vers l'Arabie Saoudite.
21 novembre 2021 : Deuxième lettre au ministre Miller.
27-28-29 octobre 2021 : Lettres aux nouveaux ministres fédéraux Joly, Guilbeault, Anand et Miller.
19 février 2021 : Lettre ouverte au PM concernant Haïti.

Voir toutes nos lettres aux élus »

Remontez dans le temps »

Recherche par sujets